Catégorie : Généalogies afro-américaines

On fait souvent naître la théologie afro-américaine à la fin des années 1960, autour de la figure de James Cone, un théologien méthodiste noir très influencé par Malcom X et par le mouvement du Black Power. Pourtant, les pasteurs et les exégètes afro-américains n’ont pas attendu le mouvement des droits civiques, ni même le garveyisme, pour proposer une nouvelle lecture de la Bible permettant une inversion religieuse du stigmate qui pèse sur les personnes de couleur aux Etats-Unis. Au XIXe siècle, les pasteurs et les prêcheurs afro-américains, méthodistes ou baptistes pour la plupart, parfois presbytériens, ont développé une « théologie de la libération », d’abord centrée sur la question de l’esclavage et ses prétendus fondements religieux, puis, après l’acte d’émancipation de 1864, sur la question du préjugé de couleur et de l’infériorité de la race noire. Ces premières contre-théologies afro-américaines ont connu une diffusion considérable dans les communautés noires des Etats-Unis et de la Caraïbe, bien au-delà des seuls milieux intellectuels et des cercles de théologiens.