Axe 1.1 GenRARE

[Généalogies racialo-religieuses]

Le premier sous-axe définit trois objectifs : (a) construire une analyse comparée des schémas narratifs de ces généalogies racialo-religieuses et en étudier les diffusions et les fonctions politiques et sociales (b) Produire (en lien avec l’action 2 voir infra) une analyse contemporaine et documentée de la permanence – généralement dans les marges – de ces schémas narratifs produisant séparations et rejets et comprendre leur permanence.

(a) De nombreuses généalogies ont été l’objet de monographies ou d’articles en particulier celles visant à promouvoir la « race blanche » et à rejeter la « race noire » (malédiction de Ham/Cham ou de Caïn, rattachement aux tribus perdues dans le British Israelism). Les productions plus contemporaines liées au mormonisme (généalogies lamanites et néphites en sus d’une généalogie caïniste) et surtout celles issues des populations africaines-américaines ou jamaïcaines restent moins connues (Malédiction de Gehazi comme origine de la race blanche chez les méthodistes africains-américains ou couple Shabbaz/Yakub dans la Nation of Islam et ses dérivés). Elles ont cependant rarement été mises en parallèle pour faire émerger les structures et les permanences de ce type de récit et les discours d’exclusion qui sont conçus à partir d’elles. La différence fondamentale entre religions prosélytes (religions occidentales, bouddhisme…) et religions non prosélytes (hindouisme, shintô…) sera prise en compte pour réfléchir aux formes que prennent les groupes issus de ces généalogies et à leur raison d’être dans des conceptions agrégatives de la religion. Enfin une attention particulière sera accordée aux concurrences éventuelles avec d’autres sources généalogiques comme celles conférant des origines troyennes à différentes dynasties et parfois par extension aux peuples gouvernés.

(b) Le second objectif (transversal avec l’axe 1.2) consistera à collecter et à analyser les diffusions contemporaines et les usages de ce type de généalogie en les comparant aux moments de leur cristallisation. Ces expressions restent marginales mais elles concernent néanmoins de nombreuses sectes religieuses marquées par le suprémacisme qui utilise le web en particulier pour diffuser leurs idées. Les expressions en sont diverses y compris dans des formes artistiques qui seront particulièrement scrutées comme la musique (hip-hop, reggae, métal suprémaciste etc.)