Ibn al-Jawzi et la fierté noire dans l’islam (III)

Nos précédentes notices ont permis de présenter Ibn al-Jawzī, les motifs de rédaction du Tanwīr (l’affliction des Noirs en raison de leur couleur de peau), les ouvrages qui portent sur le même sujet et l’influence du Tanwīr sur la littérature postérieure. Dans cette notice nous examinerons et analyserons le contenu de cet écrit.

Contenu du Tanwīr

La question noire est discutée très longuement dans le recueil d’Ibn al-Jawzī de Bagdad, un des savants les plus renommés de l’époque médiévale comme nous l’avons vu précédemment.

Sous le titreIlluminer les ténèbres : les mérites des Noirs et des Abyssins, ce livre se propose de redonner aux Noirs leurs titres de gloire, contre leur affliction en raison de leur couleur noire, en mettant en exergue leurs mérites, leurs qualités et leurs succès à l’aide d’une très riche illustration de traditions prophétiques (ḥadīth) et de poèmes.

Avant de préciser les motifs de rédaction de son livre, Ibn al-Jawzī débute en rappelant que tous les hommes sont égaux. Voici l’entame de son ouvrage :

« Le shaykh, l’imām, le savant, le grand mémorisateur de ḥadīth Jamāl al-Dīn Abū al-Faraj ‘Abd al-Raḥmān b. ‘Alī b. Muḥammad b. al-Jawzī, que Dieu en ait miséricorde, a dit :

Louange à Dieu qui a choisi l’homme (insān) parmi l’ensemble des créatures, puis qui a élu parmi eux les pieux (ahl al-tuqā) et les croyants (īmān). Dieu a décidé de regarder les coeurs et non les corps. Il regarde la pureté intérieure et non pas la pureté de la couleur (naqā’ al-alwān). Il a établi des différences entre les humains, il y en a qui sont semblables aux anges et d’autres au diable. Du mort, Dieu fait sortir le vivant. Le prophète Ibrāhīm (al-Khalīl) est le fils d’Azar le mécréant. Du vivant, Dieu fait sortir le mort. Conformément au décret, Canaan [le mécréant] est le fils de Noé. [L’oncle du prophète] Abū Ṭālib a mécru alors que ‘Uthmān a cru [en Dieu]. Abū Lahab, [oncle du prophète également], s’est égaré, alors qu’il a été permis à Bilāl de prononcer l’appel à la prière (adhān).

C’est Lui qui fait mourir et subsister, qui rend heureux et malheureux »

(Ibn al-Jawzī, Tanwīr al-ghabash, 1998, p. 28)
(Ibn al-Jawzī, Tanwīr al-ghabash, 1998, p. 28)

Dans cette introduction, l’auteur tient à rappeler que les humains ont été créés divers ; et s’inspirant du Coran (49, 13) il soutient que les meilleurs parmi eux sont les plus pieux. En aucun cas, la couleur de peau ou l’origine n’ont d’importance d’un point de vue religieux. Ibn al-Jawzī offre plusieurs exemples à ce sujet : ainsi malgré la mécréance de son père Ibrāhīm est devenu prophète et en dépit de sa condition d’esclave Bilāl a embrassé la foi musulmane. Il veut rappeler par-là que la guidance dépendant de la volition divine et elle n’est pas rattaché à un groupe particulier.

Le premier chapitre s’intéresse à la question des origines. Ibn al-Jawzī rapporte deux ḥadīth-s sur la généalogie noachide :

« Les fils de Noé sont : Sem (Sām), Cham (Ḥām) et Japhet (Yāfith). Sem est le père des Arabes, des Perses et des Romains et Byzantins. Japhet est le père de Gog et Magog et des Khazars. Et Cham est le père de ceux qui ont la peau noire »

«Les enfants de Noé sont : Sem, Cham et Japhet. Sem est le père des Arabes, Cham le père des Noirs (Zanj) et Japhet le père des Romains et Byzantins »

(Ibn al-Jawzī, Tanwīr al-ghabash, 1998, p. 33 et 34)

Ibn al-Jawzī apporte quelques précisions à la suite de ces traditions ; les fils de Kūsh sont Nīras/Nayras, Maw‘a‘ et Bawān. Il ajoute que Nemrod est un descendant de Kouch (Kūsh) et ce serait à son époque que les gens se dispersèrent sur terre et que les grandes familles de l’humanité se formèrent. L’auteur, qui emprunte certainement aux généalogistes, ajoute :

« Les fils de Cham sont : Kouch, Nīras/Nayras, Maw‘a‘ et Bawān. Les Nemrod [rois de Babylone] sont les fils de Kouch… les Turcs et les Khazars sont les descendants de Nīras/Nayras, Gog et Magog ceux de Maw‘a‘ ; quant aux Slaves (ṣaqāliba), Nubiens, Abyssins, Indiens (hind), Sind, tous seraient les descendants de Bawān. Et lorsque les descendants de Noé se dispersèrent sur terre, les descendants de Cham s’établirent en direction du sud et du vent d’ouest (al-dabūr), ainsi Dieu a placé en eux la couleur basanée (udma) et un peu de blanc, et ils possèdent la plus grande partie de la terre »

(Ibn al-Jawzī, Tanwīr al-ghabash, 1998, p. 34)

Il est intéressant de relever qu’à travers ce passage Ibn al-Jawzī défend l’idée selon laquelle les peuples seraient issus non pas des trois fils de Noé, comme les traditions précédentes le prétendent, mais tous auraient pour ancêtre commun Cham. Pour cet auteur, Cham n’est pas l’ancêtre uniquement des populations noires mais de tous les peuples en réalité, par le truchement de ses quatre fils : Kūsh, Nīras/Nayras, Maw‘a‘ et Bawān (ces noms sont rapportés différemment dans le Muntaẓam, I p. 250 : Tīrash, Mu‘aj et Nawār). Ici les Noirs n’ont plus un ancêtre commun différent des autres nations mais ils sont les descendants de Bawān, tous comme d’autres peuples très divers (Slaves, Indiens, etc). De la sorte, l’explication causale de la couleur en raison d’une origine commune est invalidée.

Relativement à la couleur de peau noire, Ibn al-Jawzī estime tout d’abord qu’il n’y a aucune explication causale apparente (bi-lā sabab ẓāhir). Néanmoins, au détour d’une brève présentation de la répartition des peuples sur terre il souligne que :

« les descendants de Sem qui habitent le nombril de la terre sont bruns (udma) et blancs (bayāḍ), les descendants de Japhet qui habitent au Nord ont le teint rougeâtre (ḥumra) et vermeil (shuqra) et les descendants de Cham qui habitent en direction du sud et du vent d’ouest (al-dabūr) ont vu leur couleur changer »

(Ibn al-Jawzī, Tanwīr al-ghabash, 1998, p. 35. Un texte assez semblable se trouve dans le Muntaẓam, I p. 250)

L’auteur semble ici expliquer la couleur de peau des différents peuple par la théorie des climats empruntée aux Grecs.

La tradition citée ci-dessus se trouve avec quelques variantes mineures dans un autre ouvrage d’Ibn al-Jawzī :

« Abū Ṣāliḥ rapporte d’Ibn ‘Abbās ; [ce dernier] a dit : Noé eut [plusieurs] enfants : Sem dont les descendants sont blancs (bayāḍ) et bruns (udma), Cham dont les descendants sont noirs (sawād) et peu blancs (bayāḍ qalīl) et Japhet [dont les descendants ont le] teint vermeil (shuqra) et rougeâtre (ḥumra). C’est Canaan qui s’est noyé. Les Arabes l’appellent Yām »

(Ibn al-Jawzī, al-Muntaẓam, vol. I, 1995, p. 244)

Dans son Muntaẓam (vol. I p. 247), au chapitre relatif à la descendance de Noé, Ibn al-Jawzī rapporte les mêmes traditions que l’on rencontre chez d’autres historiens comme Ṭabarī (m. 310/923, Bagdad), par exemple.

– « Qatāda rapporte d’al-Ḥasan de Samura qui a dit : le Messager de Dieu a dit : Sem est le père des Arabes, Japhet le père des Rūms et Cham le père des Ḥabasha »

– « al-Musayyib a dit : les enfants de Noé sont trois et chacun a eu trois enfants : Sem, Cham, Japhet. Les enfants de Sem sont les Arabes, les Perses et les Rūms. Dans chacun de ceux-là se trouve un bien. Les enfants de Japhet sont les Turcs, les Slaves (Saqāliba) et Gog et Magog (Ya’jūj wa Ma’jūj) »

– « Wahb b. Munabbih a dit : Sem est le père des Arabes, Perses, Romains et Byzantins ; Cham le père des Noirs ; et Japhet le père des Turcs, Gog et Magog, qui sont les cousins (banū ‘amm) des Turcs »

– « Les gens de la Torah prétendent que Noé s’était endormi et ses parties intimes furent découvertes. Cham qui vit ses parties ne les recouvrit pas. [Alors que] Sem et Japhet qui virent sa nudité jetèrent un vêtement/tissu afin de la couvrir. Lorsque Noé se rendit compte de cela, il invoqua contre les enfants de Cham afin que qu’ils deviennent les esclaves de ses frères »

(Ibn al-Jawzî, al-Muntaẓam, vol. I, 1995, p. 244)

Tout comme al-Ṭabarī, il rapporte de nombreuses traditions relatives à descendance de Noé dans sa chronique sans nécessairement y souscrire. D’ailleurs, il ne fait que les transmettre sans jamais y ajouter de commentaires quant à leur authenticité.

Il est intéressant de relever qu’Ibn al-Jawzī rejette sans ambages la théorie de la malédiction de Cham :

« Quant à ce qui est rapporté à propos de Noé qui aurait eu ses parties intimes dénudées et que [Cham] n’aurait pas recouvertes, et par conséquent [ce dernier] serait devenu noir, rien n’est authentique à ce sujet »

(Ibn al-Jawzī, Tanwīr al-ghabash, 1998, p. 35)

Bien que répandu au Moyen Age, ce mythe n’était pas universellement admis comme en témoigne ici la position de cet auteur.

Sur l’origine de la couleur des peuples à la peau noire, Ibn al-Jawzī rapporte une tradition dans son ouvrage monumentale historique al-Muntaẓam, que l’on rencontre dans d’autres sources (Ṭabarī, par exemple) :

« Ibn Jurayḥ a dit : il m’a été rapporté que Cham (Ḥām) eut un rapport sexuel avec sa femme dans l’arche (safīna). Noé invoqua contre lui et sa semence fût altérée. Ainsi, il eut une descendance noire (al-sūdān) »

(Ibn al-Jawzī, al-Muntaẓam, p. 241)

Bien évidemment, ici l’auteur ne fait que transmettre cette tradition, qu’il récuse par ailleurs dans son Tanwīr. Il ne faut aucunement ici voir de contradiction entre ses deux écrits ; dans l’un il ne fait que transmettre sans apporter son point de vue critique et dans l’autre sa position est plus subjective.

Comme Ibn al-Faqīh al-Hamadhānī (Xe siècle) avant lui, il rappelle que les Noirs occupent la moitié de la terre et qu’ils y représentent la part la plus importante de la population, ce qui constitue un titre de gloire (Ibn al-Faqīh al-Hamadhānī, Abrégé du Livre des Pays, Damas, Presses de l’Ifpo, 1973, p. 5).

Le titre du chapitre cinq s’intéresse aux qualités anthropologiques des Noirs : force physique, courage, générosité, bon caractère, sourire, bonne haleine, éloquence et pacificité. Là où Jahiz s’était montré prolixe sur ce sujet, il est très surprenant qu’Ibn al-Jawzī ne développe pas ces différents points. Après le titre du chapitre, il se contente de rapporter une brève anecdote (une ligne et demie) sur les femmes esclaves. Faut-il y voir un indice d’inachèvement de son ouvrage ; ou bien, cette partie est-elle perdue. Cela est probable.

La couleur noire dans ses diverses déclinaisons est aussi mentionnée dans le Tanwīr (tout comme chez Jahiz). Chez les humains la pupille, le foie et le coeur sont noirs. Or, tous ces organes sont vitaux. De même, les cheveux noirs sont le signe de la jeunesse contrairement aux cheveux blancs. Et les lèvres noires des femmes sont particulièrement recherchées des Arabes.

Il cite ensuite un certain nombre de plantes et de pierres (parmi lesquelles la pierre noire de la Ka‘ba) dont on tire des bénéfices.

Il rappelle dans le chapitre suivant que les Blancs ne sont pas supérieurs aux Noirs. Il mentionne à travers cinq traditions que les meilleurs parmi les hommes sont les plus pieux.

Après ces propos généraux sur les qualités des Noirs, les chapitres huit à vingt-cinq s’intéressent plus particulièrement aux personnalités importantes parmi les Noirs.

Le format de l’article ne nous permettant pas d’offrir une présentation détaillée du contenu de tous les thèmes abordés, voici la traduction des titres de ces chapitres afin d’en donner une idée : 8. Compagnons qui ont émigré en Abyssinie, 9. la requête de Quraych auprès du Négus afin qu’il leur livre les Compagnons qui ont émigré, 10. échange épistolaire entre le prophète et le Négus, sa conversion à l’islam et celle de ses compagnons, 11. venue des Abyssins auprès du prophète et leurs jeux avec des lances dans la mosquée, 12. mots du Coran conforme à la langue d’Abyssinie, 13. ce que le prophète a entendu de la langue des Abyssins et qui lui a plu, 14. l’appel à la prière accordé spécifiquement aux Abyssins, 15. prophètes noirs, 16. rois abyssins, 17. Noirs estimés parmi les Compagnons, 18. Noires estimées parmi la génération des Compagnons, 19. éminents savants parmi les Noirs, 20. poètes, 21. intellectuels et généreux, 22. dévots et ascètes, 23. dévotes, 24. ceux qui préféraient les esclaves noires aux blanches, ceux qui les aimaient et ceux qui sont morts à cause de leur amour et 25. les fils des Abyssiniennes de Quraych.

L’auteur referme son livre en proposant des invocations pour les personnes affligées ; il s’agit là de rappeler aux musulmans noirs attristés en raison de leur couleur de peau, pour qui il a écrit ce livre, que Dieu en définitive se trouvera toujours aux côtés des fidèles malheureux. Ainsi, il ne faut pas désespérer.

Conclusion

Dans son livre, Ibn al-Jawzī aborde plusieurs domaines : histoire, sīra, biographie, littérature (poésie, plus précisément). Ils se réfèrent très fréquemment au Coran (à neuf reprises), aux traditions (cent soixante-huit ḥadīth-s et āthār-s), aux textes de la sīra (vie du prophète). Ce sont néanmoins les poèmes qui figurent en première place (deux cents trois poèmes contenant un ou plusieurs vers). Rappelons que la « poésie est le diwan des Arabes », selon l’adage.

Au total, le Tanwīr s’inscrit dans cette lignée d’ouvrages dont le but est de rappeler aux musulmans les mérites et parfois la supériorité des Noirs. Accusés injustement de stupidité, l’auteur rappelle qu’ils comptent dans leurs rangs, depuis les débuts de l’islam, de très grands savants. Ibn al-Jawzī défend également leurs qualités anthropologiques.

L’auteur explique la couleur de peau des différents peuple par la théorie des climats empruntée aux Grecs. Par conséquent, il rejette le mythe de la malédiction de Cham.

Il est intéressant de relever qu’il prend le soin d’établir une distinction entre les Sūdān (Noirs) et les Ḥubūsh (Abyssins), comme cela est précisé dans le titre du Tanwīr. Il y est d’ailleurs beaucoup question d’Abyssinie qui est selon l’auteur une terre bénie.

Enfin, l’idée force qui se dégage en filigrane de l’ouvrage est que les Blancs ne sont pas supérieurs aux Noirs, les meilleurs parmi les humains sont les plus pieux.



OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Farid Bouchiba (12 juin 2024). Ibn al-Jawzi et la fierté noire dans l’islam (III). ReLRace - Religions, lignages et « race ». Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11t22


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search