Ibn al-Jawzi et la fierté noire dans l’islam (II)

Dans notre notice précédente nous avons présenté la biographie d’Ibn al-Jawzī ainsi que les motifs qui ont présidé à l’écriture du Tanwīr. Nous nous intéresserons dans ce volet au contenu de cet ouvrage et plus particulièrement à sa critique de la malédiction de Cham et sa condamnation de la thèse généalogiste.

Ouvrages similaires et influence du Tanwīr sur la littérature postérieure

Avant Ibn al-Jawzī plusieurs livres ont été composés sur les mérites et la supériorité des Noirs. Certains de ces ouvrages dont nous connaissons les titres par les sources bibliographiques ne nous sont malheureusement pas parvenus. Voici un exposé de ces livres classés par ordre chronologique.

L’un des ouvrages les plus anciens et les plus remarquables relatif à la supériorité noire est le Faḍl al-sūdān ‘alā l-bīḍān du plus célèbre prosateur arabe al-Jahiz (m. 254-55/868-69). Le sujet de cette épître est une défense d’un groupe humain qui se caractérise par sa carnation.

L’on peut répartir les grands thèmes du Fakhr al-sūdān comme suit : l’éloquence des Noirs, leur courage au combat, leurs qualités anthropologiques, la couleur noire dans ses diverses déclinaisons, la supériorité numérique des Noirs, les liens anciens qui existent entre les Noirs et l’islam, les inventions des Noirs et les femmes noires.

Afin de s’en faire une idée, voici un extrait de cette épître :

« Nous pensons que ce n’est pas Dieu qui nous a créé noirs pour enlaidir (tashwīh) notre nature, mais c’est le pays qui nous a rendus tels. La preuve en est que les Arabes comptent des tribus noires… Les couleurs blanche et noire n’ont pour origine que les caractères de la région et la nature dont Dieu a doté l’eau et la terre (turba), la proximité ou l’éloignement du soleil, l’intensité ou la modération de sa chaleur. Elles ne sont l’effet ni d’une déformation (maskh), ni d’une punition (‘uqūba), ni d’un enlaidissement, ni d’une infériorité (taqṣīr) »

(Fakhr al-sūdān, p. 219-220 et p. 45-46)
Timbre émis en hommage à al-Jahiz (Qatar, 1971)

Héritier de la théorie des climats des penseurs grecs, Jahiz considère que les facteurs écologiques et climatiques jouent un rôle important dans les caractéristiques physiques des êtres vivants. Il en profite d’ailleurs pour récuser vivement la théorie de la malédiction de Cham.

Un peu moins d’un demi-siècle après al-Jahiz un autre mu‘tazilite Abū l-‘Abbās al-Anbārī (m. 293/906), appelé aussi al-Nāshi’ al-Akbar, a écrit une épître sur ce même sujet, qui a pour titre Risāla fī faḍl al-sūdān ‘alā l-bīḍān.

Toujours à l’époque abbasside, Ibn al-Marzubān (m. 309/921) a composé le Kitāb al-sūdān wa faḍlu-hum ‘alā l-bīḍān.

Ce livre et le précédent ont été écrit durant ou après la révolte des Zanj (esclaves noirs originaires des côtes d’Afrique orientale) contre le califat abbasside (entre 869 et 883 dans le sud de l’Irak). Une lecture hâtive pourrait laisser croire que ces livres ont été rédigés pour mettre fin aux discriminations des populations noires après la révolte. Toutefois, un examen plus attentif du contexte met en évidence le fait que cette révolte fut plus sociale que raciale, opposant les esclaves, bédouins et paysans à la noblesse abbasside (maitres d’esclaves, propriétaires terriens, calife, etc.). Il importe d’ailleurs de préciser que dans les rangs de l’armée Zanj se trouvait beaucoup de révoltés qui n’étaient pas noirs. De même, les sources nous apprennent qu’il y avait dans l’armée abbasside un grand nombre de Noirs qui ont joué un rôle important dans ce conflit. Ainsi, il est difficile de soutenir l’idée selon laquelle cette révolte fut un conflit entre Noirs et Blancs.

L’ouvrage d’Ibn Marzubān sera beaucoup repris par les générations suivantes. Dans le chapitre trente-quatre du Tanwīr, qui consiste en poèmes faisant l’éloge des femmes noires, Ibn al-Jawzī s’en inspire très largement ; et même s’il ne cite pas explicitement son livre, nous pouvons affirmer qu’Ibn al-Jawzī l’a compulsé puisqu’il se réfère à cet auteur comme autorité immédiate.

Toujours sur ce thème, citons l’ouvrage du bagdadien Abū Muḥammad Ja‘far al-Qāri’ (m. 500/1106) Manāqib al-sūdān ou Manāqib al-ḥubush. Il semble qu’il ait écrit aussi un Kitāb zuhd al-sūdān (L’ascétisme des Noirs). Au chapitre trente-deux du Tanwīr consacré à l’ascétisme, Ibn al-Jawzī cite al-Qāri’ sans toutefois mentionner explicitement le titre de ce dernier livre. Ces ouvrages ne nous étant pas parvenus il est difficile de savoir si les deux titres d’al-Qāri’ consacrés à la question noire sont un seul et même livre ou bien s’ils ont un contenu bien disctinct.

Après Ibn al-Jawzī plusieurs auteurs ont également composé des ouvrages sur les mérites des Noirs :

– Le polymathe al-Suyūṭī (m. 911/1505) a rédigé trois livres sur ce sujet : Raf‘ sha’n al-ḥubshān, mais également Azhār al-’urūsh fī akhbār al-ḥubūsh et Nuzhat al-‘umr fī l-tafḍīl bayna al-bīḍ wa l-sūd wa l-sumr.

Le premier ouvrage (Raf‘) est un résumé du Tanwīr d’Ibn al-Jawzī, avec quelques additions. Le deuxième ouvrage d’al-Suyūṭī (Azhār al-‘urūsh) est un résumé du premier, Raf‘ sha’n al-ḥubshān. Quant au dernier, Nuzhat al-‘umr, celui-ci présente les mérites des femmes blanches, brunes et noires.

Suyūṭī, Raf‘ sha’n al-ḥubshān (manuscrit, Maktaba Taymūriyya)

al-Ṭiraz al-manqūsh fī maḥāsin al-ḥubush écrit en 991/1583 par le mekkois Abū l-Ma‘ālī ‘Alā’ al-Dīn Muḥammad b. ‘Abd al-Bāqī al-Bukhārī.

Pour rédiger son livre, cet auteur s’est inspiré des écrits d’al-Suyūṭī sur ce sujet, plus particulièrement le Raf‘ et l’Azhār. Le Raf‘ étant un résumé du Tanwīr d’Ibn al-Jawzī, ‘Abd al-Bāqī al-Bukhārī est donc redevable de ce dernier.

– L’historien ‘Alī Ibrāhīm al-Ḥalabī al-Shāfi‘ī (1044/1635) a écrit A‘lām/I‘lām al-ṭirāz al-manqūsh fī maḥāsin al-ḥubūsh. Une autre version du titre offre juyūsh (armée) à la place de ḥubūsh (Abyssins). N’ayant pu consulter, pour le moment, ce manuscrit il est donc difficile de savoir si celui-ci est un traité sur les mérites des Abyssins ou bien sur les mérites des armées.

– Khalīfa al-Zamzamī (m. 1062/1652) Rawnaq al-ḥisān fī faḍā’il al-ḥubshān. Ce traité sur les mérites des Abyssins comprend une introduction, quinze chapitres et une conclusion (nous présenterons cet écrit plus en détail dans une contribution future).

Comme nous venons de le voir, une grande partie de ces auteurs se sont directement ou indirectement inspirés du Tanwīr d’Ibn al-Jawzī. Bien que n’étant pas pionnier dans le domaine nous pouvons dire qu’Ibn al-Jawzī a joué un rôle considérable dans ce domaine.

D’ailleurs, quoiqu’Aḥmad Bābā (m. 1627) ne mentionne pas de façon explicite Ibn al-Jawzī dans son Mi‘rāj, il cite dans sa fatwā l’intégralité du deuxième chapitre du Tanwīr tiré du Raf‘ sha’n al-ḥubshān de Suyūṭī. Cette citation réfute l’idée selon laquelle Cham serait devenu noir suite à la malédiction de son père Noé. Il est très probable qu’Aḥmad Bābā connaissait le livre d’Ibn al-Jawzī puisqu’il cite un ouvrage qui a pour titre Nūr al-ghabash, qui est probablement une déformation de Tanwīr al-ghabash (Nūr et Tanwīr désigne la même chose en arabe, « la lumière »). De plus, le catalogue des manuscrits de Yale ou encore celui de l’Institut des manuscrits arabes (Caire) attribue à Ibn al-Jawzī un livre intitulé Nūr al-Ghabash, qui correspond en réalité au Tanwīr. En définitive, il semble que le texte d’Ibn al-Jawzī ait bel et bien circulé en Afrique de l’Ouest au début de l’époque moderne et ait eu une certaine influence.

Dans le troisième et dernier volet de cette contribution nous présenterons le contenu du Tanwīr d’Ibn al-Jawzī.



OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Farid Bouchiba (4 juin 2024). Ibn al-Jawzi et la fierté noire dans l’islam (II). ReLRace - Religions, lignages et « race ». Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11rlq


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search