Les Noirs et la malédiction de Cham dans les Mille et une nuits

La représentation des Noirs dans les contes arabes se fonde sur un imaginaire pluriséculaire qui associe couleur de peau et servilité. Cela repose en grande partie sur une perception négative liée à l’esclavage et la mécréance de certaines populations noires. Si l’islam, en tant que religion, ne soutient pas les discriminations raciales les préjugés à l’encontre des populations noires ne s’effacèrent jamais totalement comme le révèlent certains procédés discursifs que l’on rencontre dans quelques contes arabes. C’est partiellement cette littérature, orale et écrite, qui a permis de transmettre certains clichés sur les populations noires.

Le dessein de cet article est de présenter cette altérité négative à partir de l’examen de plusieurs topoï qui reviennent régulièrement, parmi lesquels la malédiction de Cham. Le mythe hamitique a véritablement inspiré quelques contes développant l’infériorisation des Noirs.

Cette représentation stéréotypée se manifeste de bonne heure, à partir du XIe siècle, entre autres dans plusieurs contes des Mille et une nuits. Et ces représentations ont trouvé leurs prolongements dans certains contes étiologiques au XXe siècle.

Illustration du manuscrit de Soughrat (Socrate) par Seldjoukouk au XIIIe siècle (Bibliothèque du palais de Topkapi, Istanbul)

Les Mille et une nuits (en arabe : Alf layla wa layla) est un recueil anonyme de nombreux contes populaires en langue arabe d’origine persane, indienne et arabe. Deux témoignages du dixième siècle indiquent que les Nuits seraient à l’origine l’aboutissement de l’adaptation en arabe d’un ouvrage persan datant du quatrième ou cinquième siècle et qui a pour titre Hazār afsāna (Mille contes). Les Nuits ont continué à évoluer, par suppressions ou ajouts continus, jusqu’au seizième siècle. A la différence d’autres ouvrages, le recueil de contes est tenu pour marginal dans la littérature arabe. Il est considéré comme s’inscrivant dans un registre populaire et ne relève pas du adāb (belles-lettres). Les contes connurent ensuite une large diffusion en Europe à la faveur du développement de l’orientalisme et plus encore grâce au premier traducteur européen, Antoine Galland (m. 1715).

Philippe de Champaigne, Portrait présumé de Jean de Thévenot ca.-1660–63, huile sur toile, San Marino, E.U. Huntington-Library

Avant de présenter quelques textes des Mille et une nuits rappelons que différentes versions de la malédiction de Cham circulèrent assez tôt dans les écrits de certains savants en terre d’islam. Voici, par exemple, celle rencontrée dans le Kitāb al-Ma‘ārif d’Ibn Qutayba (m. 889) où Cham est condamné à changer de couleur  :

« Wahb b. Munabbih rapporte que Cham (Ḥām), fils de Noé (Nūḥ), était un homme blanc, beau de visage et d’allure. Dieu changea la couleur de Cham à la suite de la malédiction de Noé, son père. Cham s’en alla alors, suivi de ses enfants. Ils s’établirent au bord de la mer. Dieu les multiplia et les fit croitre. Ils formèrent les Sūdān. Leur nourriture consistait en poisson. Ils aiguisèrent leurs dents, les portant pointues comme des aiguilles, car la chair du poisson s’y attachait. Un certain nombre de leurs descendants s’installèrent au Maghreb ».

(Ibn Qutayba, Kitāb al-ma‘ārif, Le Caire, 1934, p. 12-13)

On retrouve également la malédiction de Cham dans Les prairies d’or de Mas‘ūdī (m. 956), contemporain du polymathe Ibn Qutayba :

« Noé partagea la terre entre ses fils, et assigna à chacun sa propriété. Il maudit Cham à cause de l’injure qu’il reçu de ce fils, ainsi qu’on le sait, et s’écria, ‘Maudit soit Cham ! Puisse-t-il être l’esclave de ses frères !’ et il ajouta : ‘Je bénis Sem ; que Dieu augmente (la famille de) Japhet, et qu’il habite dans le pays de Sem !’ » (Genèse IX, 25-27). J’ai lu dans la Bible que Noé vécut encore trois cent cinquante ans après le déluge ».

(Mas‘ūdī, Les prairies d’or, III p. 70)

Ces extraits qui n’explicitent aucunement les raisons de la malédiction, mettent néanmoins en exergue la portée de l’infériorisation : perte de la pigmentation blanche, laideur et réduction en esclavage. Cette infériorisation se retrouve chez d’autres auteurs, tel Ibn Waṣīf Shāh

(Xe siècle) à titre d’illustration. C’est d’ailleurs probablement la permanence du mythe hamitique qui a incité plusieurs savants à contester vivement cette théorie. Voici, par exemple, ce qu’écrit Ibn Khaldun (m. 1382) à ce sujet :

« Des généalogistes, qui n’ont aucune connaissance de la nature des choses se sont imaginés que les Noirs sont des fils de Cham, fils de Noé, et que la couleur noire qui leur est propre leur vient de la malédiction de Noé. L’effet de celle-ci serait visible dans la couleur de Cham, et dans l’esclavage que Dieu a infligé à sa descendance. La malédiction de Noé contre son fils Cham est bien mentionnée dans la Torah, mais il n’y est pas question de couleur noire. Il y est dit seulement que les enfants de Cham seraient les esclaves des enfants de ses frères, rien de plus. Le fait de rapporter la couleur des Noirs à Cham révèle qu’on ignore la nature de la chaleur et du froid, et leurs effets sur l’air et sur les animaux qui s’y développent »

(Muqaddima, III. Climats tempérés et climats extrêmes. Influence de l’air sur la couleur de la peau et sur de nombreux autres aspects de la vie des hommes, p. 315)

Ces mêmes arguments se retrouvent, deux siècles et demi plus tard, sous la plume du célèbre jurisconsulte mālikite Aḥmad Bābā de Tombouctou (m. 1627).

Bien entendu, ces critiques n’ont pas mis fin à ces thèses. Nous croisons celles-ci dans un tout autre genre littéraire, le conte. Parmi les plus connus, mentionnons les très célèbres Mille et une nuits.

Les Noirs surgissent dès l’exorde de ce livre sous de peu favorables auspices. Shāhriyār, roi d’Inde et de Chine, invite son jeune frère Shāhzamān, roi de Samaracande. Après avoir répondu favorablement à sa demande ce dernier se ravise. Alors qu’il se trouve à une étape de sa capitale il se résout à regagner de nuit son palais afin de prendre les joyaux destinés à son frère. C’est alors qu’il y surprend son épouse dormant dans les bras d’un esclave noir. Après l’avoir occis il reprend son chemin. Arrivé chez son frère Shāhzamān, qui est absent (il est à la chasse), il découvre les ébats de la reine (sa belle-sœur) avec des esclaves noirs.

« Une porte secrète du palais du sultan s’ouvrit tout à coup, et il en sortit vingt femmes, au milieu desquelles marchait la sultane d’un air qui la faisait aisément distinguer… il fut dans un extrême étonnement de voir que dans cette compagnie qui lui avait semblé toute composée de femmes, il y avait dix noirs, qui prirent chacun leur maîtresse. La sultane, de son côté, ne demeura pas longtemps sans amant ; elle frappa des mains en criant : Masoud, Masoud ! et aussitôt un autre noir descendit du haut d’un arbre, et courut à elle avec beaucoup d’empressement.

La pudeur ne me permet pas de raconter tout ce qui se passa entre ces femmes et ces noirs, et c’est un détail qu’il n’est pas besoin de faire. Il suffit de dire que Shāhzamān en vit assez pour juger que son frère n’était pas moins à plaindre que lui. Les plaisirs de cette troupe amoureuse durèrent jusqu’à minuit. Ils se baignèrent tous ensemble dans une grande pièce d’eau qui faisait un des plus grands ornements du jardin ; après quoi, ayant repris leurs habits, ils rentrèrent par la porte secrète dans le palais du sultan ; et Masoud, qui était venu du dehors par-dessus la muraille du jardin, s’en retourna par le même endroit. »

(Introduction aux Mille et une nuits, traduction Antoine Galland)
Deux feuillets du Manuscrit Galland

Après avoir fait part à Shāhriyār de ces saturnales, le souverain décide d’exécuter les amants. Subséquemment, Shāhriyār décide d’épouser chaque soir une jeune vierge, la déflore, avant de la faire exécuter à l’aube. Cela dure trois ans, suite à quoi le vizir est contraint d’offrir ses filles, Shahrazād et Dinazād. La cadette (Dinazād) suggère à son aînée de raconter des contes. Shahrazād, qui charme le souverain avec ce subterfuge, s’interrompt en permanence à l’aube en promettant de reprendre la nuit suivante. Cela se poursuit durant mille et une nuits, à la suite desquelles Shahriyār l’épouse.

Shéhérazade et Chahriar par Ferdinand Keller, 1880

Les femmes infidèles sont nombreuses dans les Nuits, on compte pas moins de dix-huit cas d’infidélité. Avide de cette resucée, qui est un véritable lieu commun, les contes recensent quatre fois un amant noir. Celui-ci appartient le plus souvent à une classe inférieure. Ces histoires laisse à penser que les femmes font peu de cas de la croyance religieuse et de la couleur. Dans l’un des contes, l’amant est chrétien et dans deux contes ce sont des animaux (ours, singe).

La tragédie qui ouvre le recueil se trouve au sein même des Nuits. La première occurrence se trouve dans la septième nuit, qui est le conte du Pêcheur et du démon. Le fils du roi des îles Noires Maḥmūd, prit la place de son père à sa mort et épousa sa cousine. Il apprit, en écoutant deux servantes, que sa femme le trompait. Pour échapper à la vigilance son époux, chaque soir elle mêle « dans sa boisson un certain suc d’herbe qui le fait dormir toute la nuit d’un sommeil si profond, qu’elle a le temps d’aller où il lui plaît ». Après l’avoir endormi elle rejoint un esclave noir auquel elle s’offre malgré ses réprimandes. L’époux qui les surprend, blesse l’amant. La reine recueille l’esclave et lui fait construire un caveau dans sa chambre où elle le soigne jour et nuit. Ayant certains pouvoirs, elle métamorphose en pierre la moitié inférieure de son mari et elle lui administre cent coup de fouets chaque jour. Le roi est délivré par un autre souverain qui tue sa femme et achève l’esclave.

1001 nuits, Dessin de costume pour la danse sacrée

Un conte semblable aux précédents se trouve dans la traduction des Mille et une nuits de Mardrus (m. 1949). Il introduit dans son recueil l’Histoire splendide du prince Diamant tirée du conte hindoustani Gul o Sanawbar. Dans ce conte, le roi Cyprès commandait la ville africaine de Wakwak. Il s’aperçoit que son épouse, fille du roi des djinns, va chaque nuit dans une hutte où vivent sept noirs. Le roi tue six esclaves nonobstant son épouse qui le combat. Le septième esclave prend la fuite et la reine est transformée en chienne.

Dans les Mille et une nuits, le conte du Yéménite et des six esclaves, qui comprend les Nuits 334 à 338, renferme une version de la malédiction de Cham. Celle-ci est rappelée par une femme blanche afin de mettre en évidence l’infériorité des Noirs.

Dans ce conte le calife al-Ma’mūn demande à l’un de ses proches, Muḥammad al-Baṣrī, de lui raconter une histoire vraie, qu’il n’a jamais entendu auparavant. Il lui raconte l’histoire d’un riche Yéménite qui décide se s’installer à Bagdad. Un jour, après avoir festoyé, il demande à ses six esclaves, belles et instruites, de chanter. Il les invite à faire, tour à tour, leur propre éloge et la critique d’une des cinq émules. La répartition du rôle des six esclaves est dyadique et repose sur deux critères : la silhouette (grosse et mince) et la couleur (foncées et claires). Pour les couleurs, l’ordre d’intervention des esclaves est le suivant : blanche, brune, jaune, noire. L’esclave blanche prend la parole en premier. Néanmoins, cela ne lui est pas toujours favorable car par sa position elle est empêchée d’avoir le dernier mot. Nous pouvons schématiser les catilinaires de la blanche et de la noire de la façon suivante :

– la blanche soutient que le noir est la couleur de l’encre / la noire répond que l’encre a permis d’écrire le Coran

– le noir est la couleur du corbeau, qui annonce la séparation des amants / la noire répond que c’est la couleur blanche de la lumière du jour qui sépare ceux qui s’aiment

– le blanc est la couleur du jour éblouissant et les turbans dont s’honorent les musulmans sont blancs / la noire répond que le blanc est la couleur de la lèpre et les cheveux blancs indiquent que l’heure de la mort approche

Aux cotés des sujets développés dans cette disputatio, il y a un thème sans précédent, sans équivalent ni opposé : la malédiction de Cham, ou en d’autres termes les origine de la race noire. L’histoire nous est connue : alors que Noé s’était endormi, sa ‘awra (pudenda) fut découverte. Cham qui vit la nudité de son père ne la recouvrit pas. Alors que Sem et Japhet qui virent sa nudité le couvrir. Lorsque Noé se réveilla, il apprit ce que Cham, Sem et Japhet avaient fait. Il maudit Cham, de là le teint noir de sa descendance. Il ajouta : que Dieu mon Seigneur apporte Ses bénédictions à Sem. Et que Cham soit l’esclave de ses frères.

Voici la malédiction de Cham telle qu’elle est rapportée dans les Mille et une nuits :

« Selon une tradition des plus assurées , Noé — sur lui le salut ! — dormait, certain jour, ses deux fils, Sâm et Hâm, assis à ses côtés. Survint un coup de vent, qui souleva ses vêtements et révéla sa nudité : Hâm la lorgna et se contenta de rire, sans faire un geste, mais Sâm, lui, remit en place le vêtement. Lorsque Noé se réveilla, il apprit ce qui s’était passé. Alors, il bénit Sâm et maudit Hâm. Le visage du premier devint tout blanc, et de sa descendance procèdent les prophètes, les califes inspirés et les rois. Hâm, lui, eut le visage tout noir ; il s’enfuit au pays d’Abyssinie, et les noirs sont sa progéniture, ces Noirs dont tout le monde s’accorde à reconnaître le peu d’intelligence ; ainsi dit-on couramment : Noir avec esprit rarement se vit. »

(Les Mille et Une Nuits, « Le Yéménite et ses six esclaves », p. 24-25)

Ce conte met en lumière un préjugé que l’on rencontre dans d’autres sources (Mas‘ūdī, Ibn Buṭlān) : l’inintelligence des Noirs. Ce défaut d’intelligence les apparenterait par déduction du monde animal !

Si le contenu de ces paroles semble conférer l’avantage à l’esclave blanche, cet avantage est au fond largement rééquilibré par le fait que l’esclave noire discourt trois fois plus longuement que sa rivale. Ceci lui permet, tout particulièrement par l’intermédiaire de la poésie, de faire oublier ce qui a été dit auparavant, notamment la mention du fils maudit de Noé.

Le thème des couleurs dans les Nuits nous renvoie sans doute à un débat général à cette époque et qui porte sur les mérites respectifs des différents peuples de la terre et l’altérité ethnique. Et l’histoire de Noé est certainement là pour nous rappeler l’origine servile des Noirs. En réalité, ces joutes reprennent un débat que l’on rencontre chez le prosateur Jāḥiẓ (m. 868-9) dans son célèbre Livre de la supériorité des Noirs sur les Blancs.

Cette référence à la malédiction de Cham reparait au vingtième siècle dans deux contes recueillis au Maroc (Aux origines du monde. Contes et légendes du Maroc, Flies France, Paris 2001) : « L’origine des Noirs » et « L’origine des esclaves ». Ces contes dédiés à l’étiologie des Noirs associant la couleur noire et le statut d’esclave à la malédiction de Cham. Le noir comme couleur dégradante est très clair dans un autre conte mettant en scène le récit du bon esclave noir qui, après avoir mené une vie pieuse, est gratifié, lors de son décès, en devenant blanc (Burton, The Book of the Thousand Nights and a Night, IV, Londres, 1894, p. 212-214, 467e et 468e nuits).

Pour conclure, le plus souvent l’image des Noirs dans les contes arabes symbolise l’altérité absolue, une altérité fortement dévalorisée. Ils occupent des fonctions subalternes. En général, cette vision est particulièrement prégnante dans les textes traitant des Noirs, quelque soit leur nature : littéraire, linguistique et historique. Quoi qu’il en soit, les procédés discursifs et littéraires favorisent la diffusion de cette représentation idéologique dégradée.

La représentation de l’altérité noire, transmise par le discours social des siècles passés, s’est établie dans les différents supports de la transmission culturelle ; ainsi, certains textes légitiment l’esclavage ou bien déprécient les populations noires, dès l’époque classique. Tel est le cas dans les contes, empreints de stéréotypes, que nous avons présentés dans cet article.

Au total, la référence à la malédiction de Cham dans les Mille et une nuits ou dans des contes plus récents participe à cette construction négative de l’image des populations noires, avec cette volonté de les maintenir dans une altérité imprescriptible.




Citer ce billet
Farid Bouchiba (2024, 16 mai). Les Noirs et la malédiction de Cham dans les Mille et une nuits. ReLRace - Religions, lignages et « race ». Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11oie

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search