Ibn Khaldun, les Noirs et la malédiction de Cham (II)

Dans notre notice précédente nous avons présenté Ibn Khaldun et quelques éléments de son discours sur les Noirs. Nous nous intéresserons dans ce volet à sa critique de la malédiction de Cham et sa condamnation de la thèse généalogiste.

Statue d’Ibn Khaldun (Tunis)

Ibn Khaldun s’oppose vivement à la malédiction de Cham et à la thèse généalogiste afin d’expliquer la couleur des Noirs. Il critique le mythe prétendument biblique, qui prétend que les Noirs ont cette couleur suite à la malédiction de Noé contre son fils Cham, dont tous les Noirs seraient les descendants. Pour notre historien, c’est le climat qui confère la couleur blanche ou noire de la peau. Il ajoute que la carnation peut changer dès lors que l’on change de zone climatique, un blanc peut ainsi devenir noir et réciproquement. Pour cette raison, il rejette la thèse généalogiste de la distribution des humains sur terre, qui considèrent, par exemple, que les habitants du Sud seraient les descendants de Cham, ceux du centre de Sem et ceux du Nord de Japhet.

« Des généalogistes, qui n’ont aucune connaissance de la nature des choses se sont imaginés que les Noirs sont des fils de Cham, fils de Noé, et que la couleur noire qui leur est propre leur vient de la malédiction de Noé. L’effet de celle-ci serait visible dans la couleur de Cham, et dans l’esclavage que Dieu a infligé à sa descendance. La malédiction de Noé contre son fils Cham est bien mentionnée dans la Torah, mais il n’y est pas question de couleur noire. Il y est dit seulement que les enfants de Cham seraient les esclaves des enfants de ses frères, rien de plus. Le fait de rapporter la couleur des Noirs à Cham révèle qu’on ignore la nature de la chaleur et du froid, et leurs effets sur l’air et sur les animaux qui s’y développent »

(Muqaddima, III. Climats tempérés et climats extrêmes. Influence de l’air sur la couleur de la peau et sur de nombreux autres aspects de la vie des hommes, p. 315)

Dans cet extrait où il fustige les généalogistes, l’auteur fait preuve d’une certaine connaissance des écrits bibliques en soulignant qu’il n’y est pas question de couleur noire, mais seulement de malédiction et d’esclavage.

autographe d’Ibn Khaldūn, al-Muqaddima, MS Atıf Efendi 1936, f. 7a

Pour Ibn Khaldun, suivant en cela les Grecs, la couleur noire de la peau, qui est celle des habitants du premier et du deuxième climats est due à la composition de l’air là où ils vivent. A l’inverses, dans le sixième et septième climats, les habitants ont la peau blanche pour la raison que la composition de l’air qui provient du froid excessif dans le Nord. Parmi les autres effets de ce froid, il ajoute que les habitants ont tendance à avoir peu de poils, des yeux bleus, des tâches de rousseur et des cheveux blonds.

Il explique que la couleur noire est le résultat d’une chaleur intense qui atteint des degrés très élevés dans le Sud. Les habitants de cette région connaissent des étés extrêmement chauds qui rendent leur peau noire en raison des excès de chaleur. Ces derniers portent les noms suivants : Abyssins, Zanj ou Noirs, qui sont en réalité trois synonymes qui désignent « la nation dont la peau est devenue noire ». Néanmoins, il précise que le nom Abyssin s’emploie pour désigner ceux qui vivent face à la Mecque et au Yémen et celui de Zanj pour ceux qui vivent le long de la mer indienne.

Pour mettre un terme définitif à la thèse généalogiste Ibn Khaldun explique derechef qu’ils ne portent nullement ces noms en raison « de leur descendance d’un quelconque fils de Cham à la peau noire, que ce soit Cham ou un autre » (p. 317). En écrivant cela, l’auteur montre qu’il connaît les différentes versions de la malédiction de Cham : celle qui considère que ce serait Cham qui serait devenu noir et l’autre version qui estime que ce serait le fils ou un descendant de Cham, qui après la malédiction serait devenu noir. Il explique d’ailleurs très justement que des Noirs originaires du Sud vivent dans le quatrième climat tempéré, ou le septième climat où la population est blanche. Et au fil du temps, la peau noire de leurs descendants devient progressivement blanche. Et à l’inverse, les habitants originaires du Nord (ou du quatrième climat) qui vivent dans le Sud ont des descendants dont la peau devient noire au fil du temps. Ce qui est la « preuve que la couleur de la peau dépend de la composition de l’air » (p. 317). Ibn Khaldun cite d’ailleurs Avicenne pour étayer sa thèse :

« Par la chaleur, les Zanj ont leurs corps transformés,

et la couleur de leur peau est devenue toute noire.

Les Slaves, au contraire, ont acquis la blancheur,

et leur peau est devenue diaphane » (p. 317).

Statue d’Avicenne à Vienne, Pavillon des érudits

En outre, il souligne qu’on ne désigne pas les habitants du Nord par la couleur de leur peau, au motif que ce sont les Blancs qui ont donné les noms aux autres peuples. Pour cette raison, la couleur blanche était pour eux ce qu’il y avait de plus commun.

Quelques pages plus loin, Ibn Khaldun réfute la thèse des généalogistes qui considèrent que les différences entre ces nations s’expliquent par leur origine. Selon ces derniers, les Noirs, habitants du Sud, seraient les descendants de Cham, les habitants du Nord ceux de Japhet et Sem serait l’ancêtre des nations tempérées qui habitent au centre du monde, et qui pratiquent les religions et les lois. Pour expliquer la couleur des Noirs, les généalogistes ont recours « à l’anecdote inconsistante mentionnée ci-dessus » (p. 318).

« On ne doit pas croire que les habitants du sud sont désigné par le nom de Noirs, ou d’Abyssins, du fait qu’ils descendent d’un certain Cham, qui aurait été noir. L’erreur vient de ce que l’on est convaincu que les nations ne peuvent être distinguées les unes des autres que par les généalogies. Il n’en est pas ainsi. Pour identifier un peuple ou une nation, on peut se servir dans certains cas de généalogies, comme chez les Arabes, les Israélites et les Perses. Mais on peut aussi se servir du lieu géographique et des marques physiques, comme chez les Zanj, les Abyssins, les Slaves et les Noirs. Ou des coutumes, et des marques distinctives, en plus des généalogies, comme chez les Arabes ; ou encore par d’autres conditions et traits distinctifs »

(Muqaddima, III. Climats tempérés et climats extrêmes. Influence de l’air sur la couleur de la peau et sur de nombreux autres aspects de la vie des hommes, p. 318)

Pour Ibn Khaldun, il n’est pas possible de généraliser la question généalogique en arguant que les habitants de telle région seraient les descendants de tel ancêtre pour la seule raison qu’ils ont en commun la couleur de peau. C’est « une de ces erreurs où l’on tombe par ignorance de la nature des choses créées et des lieux géographiques » (p. 318). Tout cela évolue et change avec les générations, rien n’est immuable.

Carte d’al-Idrisi se trouvant dans l’un des manuscrits d’Ibn Khaldun

Après avoir présenté l’influence de l’air sur la couleur de la peau, le chapitre suivant de la Muqaddima (IV) est consacré à l’’influence de l’air sur le caractère des hommes. Notre auteur considère que le climat a une influence directe sur la constitution physique et psychologique des hommes. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle il considère que les Noirs des climats extrêmes sont insouciants et pétulants :

« Nous avons vu que les Noirs sont en général de caractère insouciant, étourdi et très gai. On les voit prompts à danser sur n’importe quelle mélodie ; partout on les décrit comme insensés. En voici l’explication véritable.

Comme les philosophes l’ont établi, la nature de la gaieté et de la joie est dans l’expansion et la diffusion de l’esprit animal, et à l’inverse, la nature de la tristesse est dans sa contraction et sa concentration. Par ailleurs, il a également été établi que la chaleur a pour effet l’expansion de l’air et de la vapeur, qu’elle dispense et dont elle augmente le volume »

(IV. L’influence de l’air sur les caractères des hommes, p. 319)

D’après l’auteur, en plus d’avoir une influence sur la carnation, le milieu écologique a des effets sur le caractère. A la suite de Galien et Kindī, il considère que l’air et la chaleur ou le froid ont une incidence directe sur le cerveau.

Représentation d’al-Kindi

Afin d’expliciter son propos, Ibn Khaldun, qui s’appuie sur les philosophes, nous donne l’exemple de l’homme étourdi par l’alcool qui ressent de la gaieté en raison de la chaleur naturelle affectant son esprit qui réside dans le coeur et qui est produit par la chaleur du vin. Dès lors, l’esprit se dilate et provoque une sensation de joie. Il offre également l’exemple des personnes qui prennent un bain et respirent la vapeur. La chaleur de cette atmosphère pénètrent leurs « esprits animaux » et les réchauffe. Ce qui leur procure un sentiment de joie, qui se manifeste souvent par des chants guillerets.

Il précise que la chaleur prédomine les tempéraments des Noirs qui vivent dans un climat chaud. De cette manière, cela ne s’applique pas aux Noirs habitant dans les régions tempérées.

De la sorte, pour Ibn Khaldun cela n’est pas propre aux populations Noirs. Cela s’applique à toutes les populations vivant dans les climats extrêmes, qu’elles soient noires ou blanches.

« Les habitants des pays maritimes sont un peu dans le même cas. En effet, la chaleur de l’air où ils vivent est redoublée du fait de la lumière et des rayons qui sont renvoyés par la surface de la mer. Chez eux, la joie et l’insouciance, effets de la chaleur, sont donc plus grandes que dans les pays froids des collines et des montagnes »

(Muqaddima, IV. L’influence de l’air sur les caractères des hommes, p. 319)

L’auteur ajoute que certains de ces traits se retrouvent chez les habitants du Djérid (région du Bas Sahara, au Sud-Ouest de la Tunisie). Car cette contrée du troisième climat est très exposée aux chaleurs du sud et elle se trouve loin des terres labourables. Il donne également l’exemple de l’Egypte qui se trouve à peu près dans la même latitude que le Djérid. Ses habitants s’abandonnent facilement à la joie et à la légèreté et songent assez peu à l’avenir.

Ibn Khaldun n’accorde aucun crédit à la thèse de Mas‘udī, que ce dernier rapporte de Galien et al-Kindī, qui considère que les Noirs sont étourdis et légers d’esprit en raison de leur faiblesse cognitive. Pour l’auteur, cette explication n’a aucun fondement et n’est nullement prouvée.

Plus loin, il explique comment certaines nourritures ont une incidence sur les corps et comment elles peuvent entrainer stupidité et déviance de la tempérance. Ce sont les les principes humides contenus dans ces aliments qui entrainent des sécrétions superflues et des humeurs corrompues. Il en vient ainsi à comparer les animaux des déserts à ceux des plaines, les premiers étant plus harmonieux dans leurs formes et leurs robes.

Conclusion

Ibn Khaldun soutient que la civilisation dépend principalement du climat, elle n’est jamais un caractère essentiel. Le déterminisme relève uniquement du climat et de la géographie. Ainsi, selon cet auteur, les habitants des zones extrêmes, proches parfois de l’animalité, retrouveraient leur humanité s’ils s’installaient dans des régions au climat tempéré.

Pour Ibn Khaldun, l’élément déterminant à la civilisation est la géographie. Les régions où la civilisation s’établit se manifestent par leur centralité et leur modération ; de leur coté les auteurs européens (Hegel, par exemple) de l’époque moderne considèrent que c’est plutôt l’histoire qui est l’élément déterminant de la civilisation. Pour Ibn Khaldun ce sont uniquement les conditions climatiques qui permettent à la civilisation de prospérer, ainsi celle-ci est partagée par tous les peuples. Comme nous l’avons vu, la thèse du déterminisme géographique et environnemental remonte aux Grecs.

Au total, le fait le plus important à retenir chez Ibn Khaldun est sa remise en cause sans appel de la malédiction de Cham et de la thèse généalogiste.




Citer ce billet
Farid Bouchiba (2024, 18 avril). Ibn Khaldun, les Noirs et la malédiction de Cham (II). ReLRace - Religions, lignages et « race ». Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w8qp

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search