Ibn Khaldun, les Noirs et la malédiction de Cham (I)

Ibn Khaldun (m. 784/1382) est certainement l’une des plus importantes personnalités de la culture arabo-musulmane au moment de son déclin. Il est le plus souvent considéré comme historien ou encore sociologue. Savant, professeur et magistrat, il connut également diverses aventures politiques. Après avoir passé les deux premiers tiers de sa vie en Occident musulman, la dernière partie se déroula entre le Maghreb et l’Egypte.

Ibn Khaldun naquit à Tunis en 1332, d’une famille arabe originaire du Yémen et installée, depuis le début de la conquête musulmane, à Séville où elle joua un rôle politique notable. Ses ancêtres quittèrent ensuite la péninsule Ibérique pour Ceuta avant de rejoindre Tunis.

Maison où vécut Ibn Khaldun (Tunis)

Ibn Khaldun reçut une formation classique soignée (Coran, hadith, fiqh, langue arabe). A côté de ces disciplines, le mathématicien et philosophe al-Ābilī de Tlemcen, qui avait un penchant pour les sciences rationnelles (plus particulièrement les écrits d’Ibn Sīnā et Rāzī), l’initia aux mathématiques, à la logique et à la philosophie.

L’oeuvre principale d’Ibn Khaldun est le Kitāb al-‘ibar en sept volumes, qui est une histoire universelle. Le premier volume, alMuqaddima, est une introduction essentiellement épistémologique, très vaste, dans laquelle l’auteur expose sa méthode.

Une partie de l’approche d’Ibn Khaldūn se trouve dans les extraits suivants :

« Après avoir lu les œuvres des historiens et sondé les profondeurs d’hier et d’aujourd’hui, j’ai tiré mon esprit de la torpeur et du sommeil de l’insouciance, et je me suis laissé convaincre décrire bien que je ne me reconnaisse aucun talent. J’ai donc composé un livre d’histoire, grâce auquel j’ai jeté quelques lumières sur les conditions des présentes générations… J’ai inventé une voie remarquable, une approche et une manière originales. Des conditions de la civilisation, de l’adoption du mode de vie urbain, des caractéristiques essentielles de la société humaine, j’ai donné des explications qui permettent aux lecteurs de découvrir les causes des évènements et de voir par quelles voies les fondateurs de dynasties sont parvenus au pouvoir. On pourra, de la sorte, se soustraire à l’imitation, et saisir les conditions des époques et de la suite des générations. »

(Muqaddima, p. 8)

Il continue en fustigeant ceux qui ont écrivent l’Histoire sans prendre garde de se préserver de l’erreur.

« Il est de la nature de l’information de se prêter aux mensonges, et cela pour plusieurs raisons. D’abord, le fait de prendre parti pour une opinion ou une doctrine… Il y a aussi… la confiance placée dans les transmetteurs… Il y a également parmi ces raisons l’inattention à la véritable signification des faits… Il y a aussi l’illusion d’être dans le vrai… Il y a la recherche des faveurs des grands et des gens haut placés… Il y a enfin une dernière raison, qui passe avant toutes celles qui viennent d’être mentionnées : l’ignorance de la nature des conditions qui caractérisent la civilisation… Il arrive souvent qu’on accepte des informations en elles-mêmes impossibles »

(Muqaddima, p. 251-252)

Il cite ensuite toute une série d’exemples d’erreurs des historiens passés, qualifiant « d’absurdes » certaines histoires merveilleuses qu’ils rapportent .

« Les auteurs qui nous informent sur la Terre habitée et ses limites, ses grandes cités et ses villes, ses montagnes, ses mers, ses rivières, ses déserts et ses sables, tels que Ptolémée dans sa Géographie et l’auteur du Livre de Roger divisent cette Terre en sept parties qu’ils ont appelées climats ».

(Muqaddima — Préambule —, p. 266)

Sa démarche est empirique différente de la pensée générale sur la société et l’homme que l’on rencontrait dans la tradition philosophique gréco-arabe. A l’image de son époque, il se méfie de la spéculation immodérée, spécialement philosophique et théologique. N’oublions pas qu’en son temps la philosophie pouvait être perçue comme concurrente de la religion.

C’est à la forteresse d’Ibn Salāma (à coté de la ville de Frenda, Algérie) qu’il rédigea sa célèbre Muqaddima durant quatre années (776/1375-780/1379). Suite à cette retraite algérienne, il rejoignit à nouveau Tunis puis le Caire. Il enseigna dans la célèbre « université » al-Azhar. Il occupa également le poste de qadi ainsi que la chaire de hadith à la madrasa Ṣarghatmish.

Vestiges de la forteresse des Banu Salama (Tiaret, Algérie)
Grotte où Ibn Khaldun aurait rédigé la Muqaddima (forteresse des Banu Salama, Tiaret, Algérie)

Ibn Khaldoun est souvent présenté comme l’un des pères fondateurs de l’histoire en tant que science (Yves Lacoste, Ibn Khaldoun, 187), de la sociologie ou encore de la sociologie politique. D’aucuns ont vu en Ibn Khaldun le précurseur des travaux de Montesquieu, Comte, Marx ou Weber.

Voyages d’Ibn Khaldun (d’après G. Camps)

Ibn Khaldun classe les sciences en deux : les sciences traditionnelles et les sciences rationnelles. Il écrit que ces dernières ne sont l’apanage d’aucune religion.

Il est curieux de constater qu’il a très peu recours au large corpus de la littérature de voyages ou de géographie compilé jusqu’à son époque, pourtant fondamental dans la culture des élites à l’époque médiévale. Il faut d’ailleurs préciser que la géographie d’expression arabe est héritière des traditions indienne, iranienne et hellénistique.

Les géographes arabes divisaient le monde habité en climats ou bandes longitudinales ou encore en étoile autour d’un centre. Dans la division de l’écoumène en climats, l’islam se trouve au centre, dans la région tempérée, là où la civilisation et la religion ont le plus de chance de croître. Le centre du monde et ses lisières étaient assez biens connus. En ce qui concerne les confins du monde (les terres les plus éloignées du centre), celles-ci étaient l’objet de légendes et de merveilleux.

Néanmoins, il n’y a pas dans ces textes d’opposition entre état civilisé et état sauvage, comme nous pouvons le voir dans les ouvrages anthropologiques ou ethnographiques européens entre le seizième et le dix-neuvième siècle. Pour les géographes musulmans de cette époque, s’il est possible de reconnaître la civilisation à certaines caractéristiques elle n’est nullement le privilège d’un peuple. Celle-ci peut prospérer en tout lieu, là où le climat le permet.

Ibn Khaldun nous intéresse dans la mesure ou il mobilise dans ses écrits quelques stéréotypes raciaux au sujet d’une partie de la population noire. Il est digne d’intérêt car il est l’un des rares auteurs arabes à s’être penché sur la malédiction de Cham et à l’avoir critiqué explicitement.

Pour Ibn Khaldun, la civilisation se développe dans l’écoumène, soumis à certaines contraintes inhérentes à la géographie ; l’écologie et le climat produisent des effets sur le caractère et le physique des hommes.

« Nous savons, d’après l’observation directe et sur la foi d’une tradition ininterrompue, que les premier et deuxième climats de la terre habitée sont moins civilisés que les climats qui les suivent… La civilisation s’y épanouit entre le troisième et le sixième climat. Le Sud est complètement vide. De nombreux philosophes attribuent cela à la chaleur excessive et au fait que le soleil dans cette région s’écarte peu du zénith »

(Supplément au IIe Préambule — Le quart septentrional de la terre est plus civilisé que le quart méridional. Pourquoi ?, p. 270)

Il donne ensuite un aperçu du développement de la civilisation selon les climats. Le principe essentiel pour la formation et la croissance d’une civilisation dans chacun des climats est le niveau de chaleur et de froid. L’excès de l’un ou de l’autre étant un frein à la génération. C’est uniquement dans les régions les plus proches de la « modération » qu’il est possible que la civilisation se développe.

Ibn Khaldun divise très précisément les régions où la civilisation existe et celles où elle disparaît.

« L’excès de chaleur a sur l’air une action de dessèchement qui empêche la génération. En effet, à cause de l’excès de chaleur, les sources d’eau et d’humidité sont asséchées et la génération est abolie, aussi bien dans le règne minéral que dans les règne, animal et végétal, étant donné qu’elle ne peut se produire qu’avec l’humidité… l’effet de l’excès de chaleur est plus fort que celui de l’excès de froid. Car le dessèchement causé par la chaleur est plus rapide que le gel causé par le froid. Voilà pourquoi la civilisation est peu développée dans les premier et deuxième climats, moyennement développé dans les troisième, quatrième et cinquième climats, où la chaleur est tempérée par la décroissance de la lumière, très développée dans les sixième et septième climats, en raison de la diminution de la chaleur. Au début, le froid n’entraîne pas la pollution de la génération comme avec la chaleur. Car il ne produit un effet desséchant que lorsqu’il est excessif, ce qui est le cas, au-delà du septième climat. C’est pourquoi la civilisation est plus développée et plus étendue dans le quart septentrional du globe… Il est évident que les philosophes ne voulait pas nier la possibilité de toute civilisation dans ces régions. Mais ils ont été conduits par leur raisonnement, à conclure que la génération est grandement empêchée en raison de l’excès de chaleur, et que la civilisation y est soit tout à fait impossible, soit possible, mais à un degré inférieur. Ce qui est vrai. Car si, comme on le dit, une civilisation existe dans les régions équatoriales, et plus au sud, elle est très faible… Car la civilisation se développe graduellement et commence sa progression, là où elle est possible, mais non là où elle est impossible »

(Supplément au IIe Préambule — Le quart septentrional de la terre est plus civilisé que le quart méridional. Pourquoi ?, p. 273-274)

Il abonde également dans ce sens dans cet extrait :

« Nous présenterons deux vues… La seconde traitera du monde en sept climats… la Terre flotte sur l’élément eau comme un grain de raisin. Pour cette raison, une partie en est découverte, conformément au plan divin relatif à la civilisation et à la génération à partir des éléments… La civilisation est répandue sur une bande continue de l’ouest à l’est, sans aucun espace vide dans l’une ou l’autre direction entre la terre et la mer… C’est à partir de cette ligne que se répand la civilisation vers le nord. Ptolémée affirme que la civilisation se répand aussi, à partir de là, vers le sud, et il en indique l’extension en latitude, comme nous le verrons plus loin »

(Supplément au IIe Préambule — Le quart septentrional de la terre est plus civilisé que le quart méridional. Pourquoi ?. Description détaillée de la carte, p. 274-275)

Les régions africaines qui sont citées dans le texte suivant appartiennent au premier climat de la terre habitée, qui selon ses mots « sont moins civilisés que les climats qui les suivent » :

« Dans la première section de ce climat se trouve l’embouchure du Nil, qui prend sa source dans la montagne d’al-Qumr, comme nous l’avons déjà mentionné. C’est le Nil des Noirs, qui coule en direction de la mer Environnante, où il se jette à l’île d’Awlîl. Sur le bord de ce Nil est situé la ville de Sila, ainsi que Tekrûr et Ghana, qui, de nos jours, appartiennent aux gens du Mali, une nation noire. C’est dans leur pays que se rendent les marchands du Maghreb Extrême »

(Supplément au IIe Préambule — Le quart septentrional de la terre est plus civilisé que le quart méridional. Pourquoi ?. Description détaillée de la carte. Premier climat, p. 279)

Il est très rare qu’Ibn Khaldun s’exprime au sujet des peuples vivant au-delà des aires de civilisation. Et dès qu’il les mentionne c’est principalement pour déterminer la lisère des zones de civilisation.

« Au sud de ce Nil est un peuple de Noirs, qu’on appelle Lamlam. Ce sont des infidèles. Il se scarifient le visage et les tempes. Les gens de Ghana et de Tekrûr lancent des raids contre leur territoire, les capturent et les vendent aux marchands qui les emmènent au Maghreb ou ils forment la majorité des esclaves. Plus au sud, au-delà de cette peuplade, il n’y a plus de civilisation digne de ce nom. Il n’y a que des hommes plus proches des animaux que d’êtres raisonnables. Ils vivent dans les marais ou dans des grottes, mangent des herbes et des graines non préparées. Ils se mangent souvent entre eux. On ne peut les considérer comme des êtres humains »

(Supplément au IIe Préambule — Le quart septentrional de la terre est plus civilisé que le quart méridional. Pourquoi ?. Description détaillée de la carte. Premier climat, p. 279)

Là encore, selon Ibn Khaldun c’est le climat et la situation géographique qui explique le caractère de ces populations.

Après avoir rappelé que la partie habitée de la terre émergée est celle qui se trouve au centre, à cause de la chaleur excessive dans le Sud et du froid excessif dans le Nord, l’auteur ajoute que ces deux qualités vont en décroissant à mesure qu’on se dirige vers le centre qui par conséquent est tempéré. Il ajoute que le quatrième climat est la zone la plus tempérée du monde habité ainsi que les cinquième et troisième climats qui le bordent. Le quatrième climat, se situant le plus près du centre, est donc le plus tempéré. Ce qui n’est pas le cas des deuxième et sixième climats et encore moins des premier et septième climats. Compte tenu de ce qui précède les arts, les connaissances, l’architecture, les végétaux, les bêtes et tout ce qui est objet de génération dans les climats médians (4e, 5e et 3e) se singularisent par leur modération. Tout ce qui s’y trouve jouit d’un haut degré du caractère tempéré. Dans ces climats médians les habitants ont un caractère tempéré, tant du point de vue de leur condition physique que de leurs mœurs.

Bien d’autres choses ont un caractère tempéré dans cette zone climatique selon l’auteur : missions prophétiques, religions, Etats, lois, sciences, etc. Parmi les habitants de ces climats, il cite les Arabes, les Byzantins, les Perses, les Israélites, les Grecs, les Chinois et les habitants de l’Inde occidentale.

Ibn Khaldun ajoute que les ingrédients qui caractérisent la civilisation sont : la religion, les sciences, l’architecture, etc.

« Les occupants humains de ces zones sont également les plus modérés quant à leurs corps, la couleur de leur peau, leurs caractères, leurs conditions. Ils observent le juste milieu pour ce qui est de leurs habitations, de leurs vêtements, de leurs aliments, de leurs industries… Dans presque toutes leurs conditions, ils évitent l’excès. Ce sont les habitants du Maghreb, de la Syrie, des deux Irak, de l’Inde occidentale et de la Chine. Ce sont aussi les habitants de l’Andalus et leurs voisins francs galiciens, et toutes les populations liées à eux ou vivant dans leur proximité dans ces climats tempérés. L’Irak et la Syrie, occupant en tout une position médiane, sont aussi les plus tempérés de tous les pays »

(III. Climats tempérés et climats extrêmes. Influence de l’air sur la couleur de la peau et sur de nombreux autres aspects de la vie des hommes, p. 314)

Ibn Khaldun oppose le concept de modération à celui d’excès, propre aux climats excessifs. Il considère ainsi que les habitants des premier, deuxième, sixième et septième climats sont les plus distants de la modération. Héritier des grecs, l’auteur estime que l’influence de l’air agit directement sur la couleur de la peau. Et c’est parce que les premier et deuxième climats sont extrêmement chauds que les habitants sont Noirs.

« Dans les climats les plus éloignés de la tempérance, à savoir les premier, deuxième, sixième et septième climats, les habitants sont aussi les plus éloignés de la modération dans toutes leurs conditions. Ils ont des maisons de terre ou de roseaux, se nourrissent de millet et d’herbes. En guise de vêtements, il se couvre de feuilles d’arbres jointes ou de peaux. La plupart d’entre vont nus, sans aucun vêtement. Les fruits et les assaisonnements de leurs pays sont de composition étrange, inclinant vers l’excès… Bien plus, leurs caractères sont proches de ceux des animaux. Ainsi l’on raconte à propos de la plupart des Noirs, habitants du premier climat, qu’ils demeurent dans des cavernes et des marais, se nourrissent d’herbes, vivent en groupes isolés et non en communautés, et qu’ils se mangent entre eux. Il en va de même des Slaves. La raison en est que leur éloignement du caractère tempéré produit chez eux une complexion et un caractères proche de ceux des animaux, ce qui les écarte d’autant de la condition humaine. La même chose s’applique à leur vie religieuse. Ils ignorent les missions prophétiques et ne pratiquent aucune loi religieuse, à l’exception d’une très petite minorité, qui vit dans les régions limitrophes de la zone tempérée. Ce sont, par exemple, les Abyssins, voisins des Yéménites, qui pratiquaient le christianisme avant l’islam, et qui ont continué de pratiquer depuis l’avènement de celui-ci, jusqu’à l’époque présente ; Les habitants du Mali, les Gawgaw et les Tekrûr, qui vivent dans le voisinage des pays du Maghreb et qui, à l’époque présente, sont musulmans. Ils ont adopté l’islam, dit-on, au septième siècle. Ce sont aussi les nations slaves, franques et turques, dans le Nord, qui professent le christianisme. Tous les autres habitants des climat extrêmes du Sud et du Nord ignorent la religion. La science n’a pas de place chez eux et, dans tous leurs comportements, ils sont éloignés des hommes et proches des bêtes »

(III. Climats tempérés et climats extrêmes. Influence de l’air sur la couleur de la peau et sur de nombreux autres aspects de la vie des hommes, p. 314-315)

Conscient des limites de son schéma explicatif relatif à l’influence des climats, Ibn Khaldun anticipe sans délai les objections à sa théorie. Il explique qu’il n’est pas possible d’opposer cela au fait que l’Arabie se trouve dans les premiers et deuxième climats. Celle-ci est en effet entourée par les mers qui répandent l’humidité dans les airs ; ainsi cela réduit la sécheresse et l’excès qu’entraine la chaleur. Cela explique pourquoi l’Arabie à quelque chose de tempéré.

De même, Ibn Khaldun indique que certains Noirs sont plus civilisés, tels les Abyssins ou les Maliens en raison de leur proximité avec, respectivement, le Yémen et le Magheb, qui sont des régions tempérées.

Dans le second volet de cet article, nous nous intéresserons à la malédiction de Cham et à la thèse généalogistes censée expliquer la couleur des Noirs.




Citer ce billet
Farid Bouchiba (2024, 4 avril). Ibn Khaldun, les Noirs et la malédiction de Cham (I). ReLRace - Religions, lignages et « race ». Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w5z7

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search