Le mythe de la malédiction de Cham et la côte swahili

Le mythe de la malédiction de Cham associant africanité, noirceur de la peau, différence raciale et prédestination pour la servitude a parfois été employé dans les mondes musulmans pour justifier la mise en esclavage des Africains noirs1. Cela s’est également produit en Afrique de l’Est, dans l’espace connu sous le nom de côte swahili.

Côte swahili

Les premières traces du mythe de Cham dans les sources écrites de la côte swahili sont plus anciennes. Elles remontent à la fin des années 1830, alors que la dynastie omanaise des Būsaʿīdī a vaincu sa rivale Mazrūʿī à Mombasa et alors que les plantations serviles s’étendent sur la côte2. Dans une généalogie écrite à Pemba, au Nord de l’archipel de Zanzibar, le 22 safar 1255 (7 mai 1839), Khaṭibu b. ʿAlī al-Shīrazī rapporte que Noé a trois fils : Sem, l’ancêtre des ʿAjam, c’est-à-dire, dans ce contexte, des Perses, Jafeth, l’ancêtre des Arabes et Cham, l’ancêtre des esclaves3. Dans cette généalogie, Khaṭibu b. ʿAlī se rattache à une ascendance shirazienne, renvoyant à une origine persane et donc au fils aîné de Noé, ce qui le distingue des descendants de Cham, voués à l’esclavage. L’identité de Khaṭibu b. ʿAlī n’est pas claire mais il semble s’agir d’un patricien de l’archipel de Zanzibar, dont la famille possède des plantations serviles.

Quelques années plus tard, en 1845, c’est au tour du missionnaire protestant Ludwig Krapf de faire état de la référence au mythe de Cham par des habitants de la côte swahili. Selon Krapf, à Mombasa, les esclaves étaient parfois désignés en swahili par le terme de « watoto wa Hami » (les enfants de Cham)4.

On rencontre également le mythe de Cham dans le Kitāb al-Zunūj, littéralement « le livre des Zanj », c’est-à-dire « le livre des Noirs de l’Est de l’Afrique »5 ; le terme a une connotation péjorative). Ce livre fut écrit en arabe dans l’extrême Nord de la côte swahili, dans l’actuelle Somalie, au début du XIXème siècle et attribué à un qadi local. Ce mythe se trouve aussi dans le Kawkab al-durriya li-akhbār Ifrīqiya, écrit en 1913 en arabe dans l’actuel Kenya par le sheikh Fāḍil b. ʿUmar al-Bawrī (son titre pourrait être traduite par « Les étoiles brillantes des renseignements sur l’Afrique »). Al-Bawrī (m. 1913) est un lettré et fonctionnaire swahili. Il sert les gouverneurs Mazrūʿī de Takaungu puis les Britanniques. Il s’emploie dans le Kawkab al-durriya li-akhbār Ifrīqiya à démontrer son arabité, valorisée au détriment de l’africanité par les catégorisations raciales imposées par les colonisateurs britanniques. Ces manuscrits reprennent tous deux un matériau commun plus ancien, largement élaboré au cours du XIXème siècle, lors de l’acmé de la traite dans l’océan Indien.

Si Fred Morton6 a remarqué dès 1990 l’importance du mythe de Cham dans le Kitāb al-Zunūj, en s’appuyant sur une édition en italien par Cerulli7, l’intérêt des historiens pour le thème du mythe de Cham sur la côte swahili a surtout été relancé par la publication en 2019 par James Ritchie et Sigvard von Sicard d’une transcription de ces textes arabes, accompagnée d’une traduction en anglais et d’un appareil critique8. Gabriel dos Santos Giacomazzi a récemment noté la prégnance de ce thème dans ces deux textes dans un bref article9.

Tandis que la généalogie de Khaṭibu b. ʿAlī al-Shīrazī (voir supra) n’associe pas clairement descendance hamitique et peau noire et ne cite pas de texte à l’appui de ses assertions, les manuscrits postérieurs détaillent davantage le contenu du mythe et leurs sources.

L’auteur du Kitāb al-Zunūj s’appuie sur le Sabā’ik al-dhahab fī maʿrifat qabā’il al-‘Arab (Les trésors — littéralement « les lingots d’or » —, des connaissances sur les tribus des Arabes) d’al-Suwaydī, un auteur égyptien du début du XIXème siècle pour justifier de la véracité du mythe de Cham10. Le Kitāb al-Zunūj lie explicitement la couleur de peau noire à la vocation à être un esclave au service des descendants de Jafeth et de Sem. Selon ce texte, Noé donne l’Afrique aux descendants de Cham. L’auteur du Kitāb al-Zunūj assimile ensuite les Zunūj, qu’il fait descendre de Cham, aux Mijikenda, des populations majoritairement non-musulmanes au XIXème siècle, fréquemment réduites en esclavage. Il les désigne par le terme swahili péjoratif de Wanyika. Il s’écarte ici du Sabā’ik al-dhahab fī maʿrifat qabā’il al-ʿArab d’al-Suwaydī qui indique bien, s’appuyant sur al-Ṭabarī, que les Zunūj descendent de Canaan, un des fils de Cham, mais ne précise pas quelles populations est-africaines contemporaines leur correspondraient. Al-Suwaydī rapporte également d’après Ibn Sa‘īd une autre version selon laquelle l’ascendance des Zunūj serait inconnue mais c’est la première version qui a eu les faveurs de l’auteur du Kitāb al-Zunūj11.

Fāḍil b. ʿUmar al-Bawrī, auteur du Kawkab al-durriya li-akhbār Ifrīqiya, rapporte également que Cham est l’ancêtre des Mijikenda auxquels il ajoute les Taita et les Shambaa, des populations dont des membres étaient eux aussi réduits en esclavage sur la côte swahili12. Al-Bawrī est originaire de l’île de Pate, dans l’archipel de Lamu, au Nord de l’actuel Kenya13. et il prétend que ces populations résidaient près de la région dont il est originaire, dans le voisinage de la Jubba, agité dans la seconde moitié du XIXème siècle par différents conflits, notamment des luttes entre des communautés d’esclaves marrons et leurs anciens maîtres Somali14.

« Vue de M’tony résidence de campagne du sultan prise de la pièce d’eau », lithographie d’après daguerréotype, Bayot Adolphe et Guillain Charles, Voyage à la côte orientale d’Afrique, Paris, Arthus Bertrand, 1856, planche 5

Ces auteurs se rejoignent en affirmant que les Zunūj sont les descendants de Canaan, le fils de Cham. Ils poursuivent leurs récits par une description des mœurs supposées de ces populations puis par un mythe relatif à l’installation des musulmans sur la côte est-africaine. Ce second type de mythe est omniprésent dans les chroniques swahili et il attribue des origines persanes (plus rarement arabes) aux Swahili. Il n’est cependant jamais combiné avec le mythe de Cham, à l’exception du cas de ces manuscrits. La juxtaposition du rappel de la revendication d’une ascendance persane ou arabe des Swahili s’entrecroise avec le mythe de Cham pour renforcer la fracture raciale entre les Swahili et les autres habitants de la côte. Tandis que les Swahili sont présentés comme des descendants de Jafeth ou de Sem, naturellement libres, les descendants de Cham sont décrits comme Noirs et voués à l’esclavage au service des descendants des autres frères, et donc des Swahili et des Arabes. Selon une des versions du Kitāb al-Zunūj, Cham avait un visage magnifique avant d’être noirci par Dieu, ce qui peut sous-entendre que les Noirs sont perçus comme laids par l’auteur.

La rédaction des manuscrits intervient alors que les habitants de la côte commencent à valoriser l’ustaarabu, signifiant à la fois civilisation et arabité en swahili15. Les patriciens de la côte swahili arabisent leurs généalogies, à l’instar du célèbre religieux ʿAbd al-ʿAzīz al-Amawī (m. 1896), né à Baraawe, au Sud de l’actuelle Somalie. Une généalogie conservée par des descendants d’al-Amawī vivant à Mombasa tente ainsi de rapprocher leur nom d’al-Umawī (l’Omeyyade)16. ʿAbd al-ʿAzīz al-Amawī est l’auteur d’un Tārīkh al-riḥla ilā barr al-Tunj li-al-dawla al-ʿaliyya al-ʿarabiyya al-Saʿīdiyya, où il relate une des missions diplomatiques qu’il effectue dans les années 1880 pour le souverain omanais de Zanzibar, sayyid Barghash17, à la frontière actuelle entre le Mozambique et la Tanzanie, dans une région qui constituait alors les confins sud de l’empire omanais. Al-Amawī y décrit les populations de la Rovuma comme des « Zunūj ». Il y réserve le terme de « Zunūj » aux Noirs non-musulmans et se montre méprisant envers eux, les renvoyant à l’animalité et à l’ignorance18. Le choix de désigner l’empire omanais en Afrique de l’Est comme un état arabe, « al-dawla […] al-ʿarabiyya »19, exceptionnel dans les sources de la période, conjuguée à la fabrication d’une ascendance arabe, constitue une tentative d’al-Amawī pour légitimer sa participation à l’empire omanais et pour construire une différence entre lui et les Noirs non-musulmans. Cela nous éclaire sur le cadre idéologique dans lequel écrivent l’auteur anonyme du Kitāb al-Zunūj, Khaṭibu b. ʿAlī al-Shīrazī et Fāḍil b. ʿUmar al-Bawrī.

« Vue de M’tony », lithographie d’après daguerréotype, Bayot Adolphe et Guillain Charles, Voyage à la côte orientale d’Afrique, Paris, Arthus Bertrand, 1856, planche 5

Al-Bawrī est originaire de l’île de Pate, dans l’archipel de Lamu, au Nord de l’actuel Kenya20 (supra). Les deux versions du Kitāb al-Zunūj ontété collectées respectivement à Witu, siège d’un sultanat en rébellion chronique contre les Omanais puis les Britanniques et très proche de Lamu pour l’un et à Kismaayo, dans la région du Banaadir, au Sud de la Somalie actuelle pour l’autre. À l’exception d’al-Shīrazī, les auteurs de ces textes sont donc certainement des Swahili ou des Somali ayant vécu ou étant originaires de la même région, près de la frontière actuelle entre le Kenya et la Somalie. Elle constitue au XIXème siècle à la fois les confins nord de l’empire omanais, un des foyers le plus importants de la traite et une zone où des plantations serviles sont implantées. Ce contexte de développement de la traite et de l’économie servile explique très certainement la réactivation du mythe de Cham par des Est-Africains. Combiné avec des revendications d’ascendance persane ou arabe, elle leur permet ainsi de se distinguer d’autres Africains dont la réduction à la servitude est légitimée.

Enfin, il semble que le mythe de Cham était parfois employé pour apporter une justification à la traite négrière sur la côte swahili par des acteurs musulmans qui n’étaient pas originaires de la région. Ainsi, en 1861, le consul britannique à Zanzibar Christopher Palmer Rigby s’entretint de la traite négrière avec Aḥmad b. Naʿamān al-Kaʿabī, un des principaux secrétaires du souverain omanais de Zanzibar sayyid Mājid21, passé à la postérité pour le voyage commercial et diplomatique aux États-Unis d’Amérique qu’il entreprend en 184022. Selon Rigby, Aḥmad b. Naʿamān al-Kaʿabī aurait alors justifié la nécessité d’une persistance de la traite et de l’esclavage en déclarant que « les Arabes pratiquent la traite depuis l’époque de Noé et ils doivent avoir des esclaves »23. L’ensemble de ces éléments témoignent de l’engouement pour le mythe de Cham dans les milieux patriciens de la côte swahili au XIXème siècle et au début du XXème siècle et son rôle dans la légitimation de l’institution esclavagiste. Les problématiques de l’esclavagisme, de sa mémoire et de la race pèsent lourdement sur l’histoire de la côte swahili depuis cette époque24.


1. https://relrace.hypotheses.org/2280

2. Cooper Frederick, Plantation slavery on the east coast of Africa, New Haven; London, Yale, 1977, p. 47-59.

3. Gray John, « Zanzibar local history » in Swahili, n°31, 1960, p. 115. Il semble que cette généalogie a été écrite en swahili et traduite en anglais par John Gray. Nous n’avons pas réussi à localiser l’original à Zanzibar et il est probable que le texte ait été détruit lors de la Révolution de 1964.

4. Morton Fred, Children of Ham Freed Slaves and Fugitive Slaves on the Kenya Coast, 1873 to 1907, London; New York, Routledge, 2010 (1990), p. xv, 5.

5. « Le terme zanj que l’on trouve dans la littérature arabe, ne semble pas d’origine arabe (zanj rappelle l’Azania antique, qui correspond aux populations proto-souahélies). Il désigne les peuples d’Afrique Noire, et, plus précisément, ceux avec qui les Arabes entrèrent en contact lors de leurs voyages et de leurs échanges commerciaux dans la partie occidentale de l’Océan Indien et qui vivaient dans les régions orientales de l’Afrique. On employait pour ces territoires l’expression de bilād al-zanj, pays des zanj. », https://relrace.hypotheses.org/6705

6. Morton Fred, Children of Ham Freed Slaves and Fugitive Slaves on the Kenya Coast, 1873 to 1907, London; New York, Routledge, 2010 (1990), p. 4-5.

7. Cerulli Enrico, Somalia : scritti vari editi ed inediti, volume 1, Roma, Istituto poligrafico dello Stato, 1957. Le choix de l’italien pour cette publication et l’association de Cerulli à la colonisation italienne, y compris sous le régime fasciste, ont probablement contribué à limiter la diffusion de ces textes.

8. Ritchie James et Sicard Sigvard von (éd.), An Azanian Trio Three East African Arabic Historical Documents, Leiden; Boston, Brill, 2019, 312 p.

9. dos Santos Giacomazzi Gabriel « Crônicas da ‘arabidade’ leste-africana: uma análise historiográfica comparativa acerca do Kitāb al-Zunūj e do Kawkab al-Durrīyah al-Akhbār Ifrīqīyah de al-Bawrī (c. 1890-1913) » in Aedos, vol. 14, n°31, 2022, pp. 10-28.

10. Ritchie James et Sicard Sigvard von (éd.), An Azanian Trio Three East African Arabic Historical Documents, Leiden; Boston, Brill, 2019, p. 24, 65-67, 241-242, 259-261.

11. al-Suwaydī, Sabā’ik al-dhahab fī maʿrifat qabā’il al-‘Arab, Beyrouth, Dar al-kutub al-ʿilmiyya, s.d., p. 30.

12. Ritchie James et Sicard Sigvard von (éd.), An Azanian Trio Three East African Arabic Historical Documents, Leiden; Boston, Brill, 2019, p. 118-119, 281-282.

13. Voir Thomas Vernet pour plus de détails sur les relations entre Pate et les Mijikenda, Vernet Thomas, Les cités-états swahili de l’archipel de Lamu, 1585-1810 dynamiques endogènes dynamiques exogènes, Université Paris I, 2005.

14. Declich Francesca, « Nassib Bundo and Other Rebel Slaves and Liberti of Gosha. A Reassessment (1835-1906) », in Africa: Rivista semestrale di studi e ricerche, vol. 2, n°2, 2020, pp. 101-126.

15. À partir des années 1960-1870 selon Randall Pouwels, Pouwels Randall, Horn and crescent: cultural change and traditional Islam on the East African coast, 800-1900, Cambridge; New York, Cambridge University Press, 1987, p. 72.

16. Hoffman Valerie, « In His (Arab) Majesty’s Service: A Somali Scholar and Diplomat in Nineteenth-Century Zanzibar », in Loimeier Roman, Seesemann Rüdiger (éd.), The Global Worlds of the Swahili, Berlin, Lit Verlag, 2006, p. 259. Rappelons que la question des origines arabes ou persanes revendiquées par certains Swahili continue à faire l’objet de vifs débats.

17. Sayyid Barghash b. Sa‘īd (r. 1870-1888) renforce l’administration et le pouvoir omanais en Afrique de l’Est. Il doit cependant interdire la traite sous pression des Britanniques et, menacé d’une intervention militaire, il doit céder l’exploitation d’une partie de ses territoires aux Allemands.

18. Hoffman Valerie, « Religion, Ethnicity and Identity in Zanzibar », in Pradines Stéphane, Topan Farouk (éd.), Muslim Cultures of the Indian Ocean, Edinburgh, Edinburgh University Press, 2023, p. 83, 89.

19. Hoffman Valerie, « In His (Arab) Majesty’s Service: A Somali Scholar and Diplomat in Nineteenth-Century Zanzibar », in Loimeier Roman, Seesemann Rüdiger (éd.), The Global Worlds of the Swahili, Berlin, Lit Verlag, 2006, p. 271.

20. Voir Thomas Vernet pour plus de détails sur les relations entre Pate et les Mijikenda, Vernet Thomas, Les cités-états swahili de l’archipel de Lamu, 1585-1810 dynamiques endogènes dynamiques exogènes, Université Paris I, 2005.

21. Sayyid Mājid b. Sa‘īd (r. 1856-1870) règne sur le versant africain des domaines omanais. Son règne est marqué par une expansion omanaise sur le continent africain et par des ingérences britanniques.

22. Eilts Hermann, Ahmad Bin Na‘aman’s Mission to the United States in 1840, the Voyage of Al-Sultanah to New York City, Washington, Embassy of Oman, 1989.

23. « Arabs have carried on the trade since the days of Noah, and they must have slaves », Zanzibar National Archives, AA12/2, f. 11-12.

24. Voir notamment les travaux de Jonathon Glassman, en particulier, War of Words, War of Stones Racial Thought and Violence in Colonial Zanzibar, Bloomington; Indianapolis, Indiana University Press, 2011.




Citer ce billet
Abdelhakim Belhacel (2024, 28 février). Le mythe de la malédiction de Cham et la côte swahili. ReLRace - Religions, lignages et « race ». Consulté le 24 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vx5w

Abdelhakim Belhacel

Doctorant en histoire La domination omanaise en Afrique de l'Est: réseaux, pouvoir, hybridations 1804-1884

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search