La malédiction de Cham dans le kitāb al-‘ajā’ib attribué à Ibrāhīm ibn Waṣīf Shāh. Nemrod le noir, petit-fils maudit de Cham (IV)

Comme nous avons pu le voir dans les contributions précédentes, la malédiction de Cham et de sa descendance est un épisode que l’on retrouve dans certaines chroniques arabes. Dans cette partie, nous nous intéresserons à une figure importante, Nemrod, qui représente comme l’acmé de l’incroyance et de l’orgueil.

Introduction

Nemrod ou Nimrod (en arabe Namrūd, Namrūdh, Nimrūd) est une figure biblique. Ce personnage est, dans la tradition islamique, comme dans la Haggada, afférent à l’histoire de l’enfance d’Abraham (Ibrāhīm). S’il n’est pas mentionné dans le Coran, les versets suivants — selon les exégètes — semblent attester que sa légende était bien connue :

« N’as-tu point vu celui qui disputa avec Ibrāhīm au sujet du Dieu parce qu’il lui avait donné la royauté ? Ibrāhīm ayant dit: ‘Mon Seigneur est Celui qui donne la vie et la mort! — C’est moi, répondit l’autre, qui donne la vie et la mort’. Lorsque Ibrāhīm reprit : ‘Dieu amène le Soleil de l’Orient, fais-le venir de l’Occident’, l’infidèle resta confondu ».

(Coran, II, 258-260)

Les commentateurs du Coran voient dans ce verset Nemrod en conversation avec Ibrāhīm. De même, ils considèrent que c’est Nemrod qui est visé dans le verset suivant :

« Et quelle a été la réponse du peuple d’Ibrāhīm ? Pour toute réponse, ils dirent: ‘Tuez-le, brûlez-le vif’. Cependant Dieu l’a sauvé du feu ».

(XXIX, 24/23)

Si Ṭabarī relate cette histoire de façon détaillée, celle-ci connaît ses plus longs développements dans le Midrāsh d’Abraham au début du roman de ‘Antar.

Parmi les rois qui ont été les maîtres du monde, Ṭabarī cite Namrūd aux côtés de Nabuchodonosor, Dhū al-Qarnayn et Sulaymān fils de David. Les deux premiers étaient infidèles et les deux autres soumis à Dieu. Les astrologues prédirent à Nemrod qu’un enfant naitra, Ibrāhīm en l’occurence, qui détruira son royaume. Selon la tradition, c’est Nemrod qui le fit jeter dans un feu ardent, qui toutefois ne le brula pas. Stupéfait, il choisit de s’en prendre au Dieu d’Ibrāhīm dans le ciel. Il décida d’alimenter quatre aiglons1 à partir de vin et de viande. Après avoir grandi, on les attacha aux quatre coins d’une nacelle surmontées de lances aux bouts desquelles se trouvait un morceau de viande. Il fit ceci en vue de les faire monter toujours plus haut vers le ciel, mais en vain. Suite à cette tentative avortée, il ordonna la construction d’une tour afin de parvenir au Dieu d’Ibrāhīm, et c’est à ce moment qu’apparut la confusion des langues. Ainsi, Dieu détruisit la tour et la langue unique de l’humanité, qui était le syriaque, et il forma 73 langues. Suite à cela un moustique s’introduisit dans le nez de Nemrod et ce jusqu’à son cerveau ; il le tortura de cette manière jusqu’à sa mort.

On considère parfois que le nom Namrūd proviendrait du verbe tamarrada , c’est-à-dire « celui qui s’est révolté [contre Dieu] ».

Le très célèbre roman d’Antar, relate comme ceci l’histoire de Nemrod : Canaan fils de Koush, père de Nemrod, fit un mauvais rêve et on lui expliqua que son fils le tuerait. Ce dernier naquit et un serpent entra dans son nez, ce que l’ont vit être un mauvais présage. Canaan résolut donc de le tuer mais son épouse le confia subrepticement à un berger. Néanmoins le troupeau prit peur dès qu’il vit le nourrisson noir et camus. Cela amena l’épouse du berger à jeter l’enfant à l’eau, qui finit par s’échouer sur un rivage ; ce dernier fut recueilli par une panthère qui l’allaita. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’on considère parfois que le nom Namrūd proviendrait de namra, panthère. Bien évidemment, cette histoire est proche de la légende de Romulus et Rémus ou de celle d’Oedipe. À l’adolescence, il prit la tête de gens de sac et de corde et ensemble ils assassinèrent Canaan, tout en ignorant que c’était son père. Après cela, il se maria à sa mère et devint rapidement le souverain du monde.

Nemrod s’appropria par la force l’astrologie, héritée d’Idrīs (Hénoch) et d’Hermès. Et Satan lui enseigna la magie.

Le premier homme qui régna, dit-on, était Nemrod fils de Koush fils de Cham. Comme dans la Bible, Nemrod est le premier roi après le déluge dans la tradition musulmane :

« Kouch engendra aussi Nemrod, celui qui le premier fut puissant ravisseur devant l’Eternel ; c’est pourquoi l’on dit : « Tel que Nemrod, un puissant ravisseur devant l’Eternel ! » Le commencement de sa domination fut Babel »

(Genèse 10, 8-10, traduction de la Bible du Rabbinat).

Comme nous avons pu le voir, l’histoire de Nemrod est relatée de manière assez similaire dans le Ta’rīkh de Ṭabarī, qui rapporte sa généalogie de la manière suivante : Nemrod fils de Canaan fils de Koush fils de Cham fils de Noé2. Une même description de la vie et de la tyrannie de Nemrod se trouve chez l’historien perse Mirkhond (m. 1498) dans son ouvrage Rawḍat al-ṣafā3.

Voici la description de Nemrod dans L’abrégé :

« Il avait le teint noir, les yeux rouges, le corps difforme ; des cornes lui poussaient sur le front ».

BNF, Supplément turc 1063, Paris (« Le premier qui régna parmi eux fut le premier Nemrod, fils de Kouch, fils de Cham. Il avait le teint noir, les yeux rouges, le corps difforme ; des cornes lui poussaient sur le front. Il fut le premier noir après le déluge. Il le fut de naissance, à cause de la malédiction prononcée par Noé contre son fils Cham dans les circonstances suivantes : Noé dormait un jour découvrant sa nudité. Cham le vit et rit. […] Noé […] maudit Cham, en demandant à Dieu que ses descendants fussent noirs et difformes, et esclaves des fils de Sem. » L’abrégé des merveilles, Xe siècle, p. 129).

Le texte ajoute que nul n’était plus injuste et plus orgueilleux que « Nemrod le noir »4.

Dans les récits arabes et celui de la Genèse, Nemrod est présenté comme descendant de Cham. Selon la description arabe et biblique de l’humanité, Nemrod appartient donc à la branche africaine. Il est pourtant clairement ancré dans la région mésopotamienne (Babylonie et Assyrie au nord). Différentes hypothèses ont été suggérées pour éclaircir ce point. D’aucuns considèrent que cela serait du à une erreur de scribe. D’autres supposent qu’il y a certainement une confusion avec un personnage hypothétique dénommé Koush et qui serait l’ancêtre éponyme des Cassites/Kassites de Babylonie (kashshu en akkadien).

Toujours selon L’abrégé, connaissant l’art des devins, Ibliss (Satan) aurait reconnu que Nemrod était le plus versé parmi les hommes dans cet art. Il lui proposa donc de l’enrichir et de l’élever s’il lui offrait son fils en sacrifice et s’il l’adorait trois fois. 

« Nemrod fit ce qu’il lui demandait ; et Iblis commanda aux Satans de le servir et d’être avec lui »5.

Comme nous pouvons le voir, en plus de sa couleur noire Nemrod est présenté de façon négative : dysmorphie, cornes du diable sur le front et sorcier.

Il est intéressant de souligner, que Cham et Nemrod, tous deux noirs, sont présentés comme rebelles ou encore tyranniques et diaboliques.

Bataille entre le bien et le mal : fils de Sem vs Nemrod

L’abrégé ajoute qu’après que les Satans eurent amené les fils de Sem à Nemrod, ce dernier les combattit aidé par Iblis. Il les vaincu et les réduisit en esclavage. Après avoir établi son trône en haut d’une tour de neuf cents coudées, il ordonna aux humains de l’adorer. Il choisit d’ailleurs un Abyssin pour être chef de sa police. Là encore, il faut souligner la couleur de ce sbire.

Même si beaucoup de gens adorèrent Nemrod, d’autres, nous dit le Kitāb al-‘ajā’ib, se liguèrent autour de Sem, dont l’objectif était de mettre un terme à sa tyrannie. Après que Sem eut invoqué contre Nemrod en se servant des noms que Noé lui avait enseignés, voici ce qui arriva :

« Dieu déchaîna alors les quatre vents… Le Nemrod maudit, l’ennemi de Dieu, périt avec tous ses adorateurs… Les hommes, s’enfuyant, marchèrent dans les ténèbres durant trois jours… jusqu’à ce que tout groupe fût arrivé en une région de la terre. Ainsi eurent lieu la confusion et la multiplication des langues »6.

« Les fils de Sem se fixèrent dans la région de l’Yémen jusqu’au Chiḥr et dans le Ḥaḍramawt, jusqu’à l’équateur… Les fils de Cham allèrent dans le Sind et le Hind et dans le pays d’Oswân (Syène). Les fils de Japhet s’étendirent dans le Nord. C’est d’eux que descendent les Khazâr, les Turcs, les Slaves, les Francs, Gog et Magog. Les fils de Yaḥtoun parvinrent jusqu’aux extrémités de la Chine et de l’Orient »7.

Un peu plus loin dans l’ouvrage, dans le chapitre sur l’« Histoire de la confusion des langues », l’auteur écrit que :

« Noé ayant partagé la terre entre ses enfants donna à Sem le milieu de la terre, le territoire sacré et ce qui l’entoure, l’Yémen jusqu’au Ḥaḍramaut et jusqu’à Oman, le Bahreïn jusqu’à ‘Alidj et jusqu’aux frontières de l’Inde… Dieu plaça dans la race de Sem la prophétie et la bénédiction. À Cham, Noé donna une partie de la Syrie, de l’Egypte jusqu’au haut Nil, le pays de Nubie, des Bodjah, le territoire des Noirs, limité par la mer Verte, jusqu’aux pays d’Abysssinie, du Hind, du Nouṭ et du Sind. Il donna à Japhet les pays des Turcs, de la Chine, de Gog et Magog, des Slaves, des Roumis, des Francs, des Lombards et de l’Espagne, jusqu’aux rivages de la mer Ténébreuse. La part de Yaḥṭoun fut la Chine, jusqu’au pays d’ech-Chiḥr, aux confins de l’Yémen »8.

Suite à cela, ajoute-t-il, les hommes se multiplièrent et bâtirent plus de soixante-dix mille maisons autour de Babylone. Alors que ces demeures devinrent surchargés d’habitants le diable sema la discorde entre eux. Ultérieurement, la confusion des langues survint et les hommes se dispersèrent sur terre.

Dans d’autres sources plus tardives, Sem est également le fils privilégié de Noé :

« Sem fut un des plus grands prophètes et le fils préféré de Noé qui lui transmit tous les secrets de la prophétie et de l’apostolat, commanda à toute sa descendance de lui obéir et lui attribua toutes les régions tempérées du globe où devaient naître, issus de lui, la plupart des saints, des prophètes, des rois, des chefs, des peuples et des dévots. Il eut neuf fils, notamment Arfaksbad, le père des prophètes, et Kammarth, le père des rois, qui régna sur toute la race de Sem. Après que cette race se fût multipliée dans la Babylonie, le Yémen, l’Haddramant. les deux Médies et la Perse, les Sémites émigrèrent à l’est et à l’ouest ; ils se mêlèrent aux enfants de Japhet et de Cham et construisirent des villes et des villages »9.

Nemrod le noir, fils maudit de Cham

L’auteur soutient que Nemrod fut le premier noir après le déluge. Il importe de souligner que cette précision relative à sa carnation ne se trouve pas chez Ṭabarī, par exemple10.

Il explique qu’il était noir de naissance en raison de la malédiction adressée par Noé contre son fils Cham. Voici les circonstances dans lesquelles la malédiction fut proférée :

« Noé dormait un jour, découvrant sa nudité. Cham le vit et rit, sans songer à le couvrir. Japhet se tut, et ne blâma pas son père ; mais Sem s’indigna contre eux. Noé connut leur conduite et il maudit Cham, en demandant à Dieu que ses descendants fussent noirs et difformes, et esclaves des fils de Sem. Il maudit Japhet et demanda que ses descendants fussent les esclaves de ceux de Sem et les plus méchants des hommes »11.

Conclusion

La légende de Nemrod comporte de nombreux emprunts à la Bible, la Haggada, la tradition musulmane et l’épopée persane avec des influences réciproques.

Nemrod est le plus souvent représenté comme le premier héros après le déluge, comme un chasseur célèbre et le fondateur du premier royaume et de plusieurs villes de Mésopotamie.

Il est intéressant de relever, que Cham et Nemrod, tous deux noirs, sont dépeints comme rebelles ou encore tyranniques et diaboliques. Nemrod, qui représente comme l’acmé de l’incroyance et de l’orgueil, est décrit de façon négative : dysmorphie, cornes du diable sur le front. Et en plus de tout cela, Satan lui enseigna la magie.

Comme nous avons pu le voir dans la première partie de cet article, l’extraordinaire et l’imaginaire se situent au-delà du réel dans le Kitāb al-‘ajā’ib. L’auteur de ce livre n’échappe pas aux connaissances de son époque où l’énumération complaisante des faits les plus variés et les plus extraordinaires côtoient certaines informations authentiques.

Au total, l’ouvrage est principalement un abrégé et une compilation de morceaux empruntés à des auteurs antérieurs.

S’il est très difficile de formuler un jugement sur un traité qui nous est parvenu incomplet, cet ouvrage n’en demeure pas moins un épitomé et une compilation intéressante qui nous renseigne sur les idées relatives au mythe hamitique qui pouvaient circuler en Orient au Moyen Age.


1. Dans certaines versions ce sont des vautours, cf. Tabari, La Chronique. Histoire des prophètes et des rois, Sindbad, Paris, I p. 134.

2. Chronique de Ṭabarī, Paris, 1836, I p. 149.

3. Mirkhond, Rauzat-us-safa (jardin de pureté). Bible de l’islam ou L’histoire sainte suivant la foi musulmane (trad. E. Lemairesse), Paris Georges Carré, 1894, p. 35-41 : « Nemrod, fils de Kanaan et petit-fils de Koush, qui, lui-même, était petit-fils de Sem, régna avec justice pendant de longues années sur l’immense empire de Babel (Babylonie), jusqu’à ce que Satan lui suggéra de se faire adorer comme un dieu. Peu après, le chef de ses astrologues lui déclara, en présence de toute sa cour, que, dans sa capitale, allait être conçu un homme qui, à l’aide de cinq pouvoirs merveilleux dont il serait doué, abolirait ce culte. Alors Nemrod ordonna à tous les hommes de sortir de la ville en y laissant leurs femmes ; lui-même campa dehors avec toute sa cour… Inquiet de ses (i.e. Ibrāhīm) succès, Nemrod le fît mettre en prison et le condamna à être brûlé vif… Après une huitaine de jours, le brasier s’éteignit et Nemrod placé dans une position dominante, aperçut Abraham et son compagnon assis au milieu des roses près d’une pure fontaine. L’aspect de ce lieu, plus beau qu’un jardin du paradis, lui inspira le désir de monter au ciel pour que le Très-Haut lui donnât aussi des témoignages de ce pouvoir qu’il venait de faire éclater en faveur de son ami. Il consulta à cet égard ses docteurs ; ils lui assurèrent qu’on ne pouvait monter aux régions célestes qu’à l’aide de Boraq (selon la tradition musulmane, coursier sur lequel le prophète fit son ascension au ciel)… Nemrod cependant s’obstina et, pour exécuter son projet, fit construire la tour de Babel… Le lendemain, la tour s’écroula avec un tel fracas que les habitants de Babel s’évanouirent d’épouvante. Lorsqu’ils revinrent à eux, ils avaient oublié leur langue commune et ils se mirent à parler soixante-deux langues différentes – cause de cette confusion des langues. Malgré cet échec, Nemrod jura qu’il irait voir le roi du ciel. Dans ce but il éleva quatre aiglons en les nourrissant de viande et leur faisant boire du vin. Quand, par ce régime, ils eurent atteint une taille et une force qui ne pouvaient être dépassées, il fit exécuter une cage pouvant recevoir deux personnes et pourvue de deux portes, l’une s’ouvrant dans le haut, et l’autre dans le bas ; aux quatre coins supérieurs de la cage, on fixa quatre crochets à chacun desquels on suspendit par une corde un morceau de viande. On fit jeûner les aigles jusqu’à ce qu’ils fussent affamés, et, alors, le roi s’assit dans la cage avec un ami. Lorsque les aigles aperçurent les morceaux de viande au-dessus de leur tête, ils s’élancèrent pour les saisir et ainsi enlevèrent la cage en s’envolant vers les régions supérieures. Quand ils se furent élevés ainsi un jour et une nuit, Nemrod ouvrit la porte supérieure et regarda. Le ciel lui présenta le même aspect que vu d’en bas. Puis il ouvrit la porte inférieure et vit que toute la terre paraissait une mer sur laquelle surnageaient des fourmis à la place des montagnes. Ils poursuivirent leur ascension encore un jour et une nuit et ils ouvrirent de nouveau les portes… Un Ange envoyé par Dieu lui dit : « Renonce, esclave impuissant ! Renonce à des tentatives criminelles, et repents-ioi de tes mauvaises actions, car tu as jeté au feu Abraham et lu l’as exilé de son pays natal ; puis tu as voulu monter au ciel et tu y aurais réussi, si tu n’avais pas péché sur la terre. Malgré cela, le Tout-Puissant t’a accordé quatre cents ans de règne. Crains donc le Seigneur qui a un pouvoir et une armée immenses, tandis que ceux que tu possèdes proviennent de lui. II peut, s’il lui plaît, le faire anéantir par la plus petite de ses créatures. » Nemrod répliqua : « Il n’y a d’autre roi que moi. Si le Roi du ciel a des troupes, dis-Lui qu’il les envoie me combattre. » L’Ange repartit : « Mets ton armée sur pied, car celle du Seigneur est prête.» En quelques jours Nemrod réunit une puissante armée et la rangea en bataille. Abraham se présenta seul devant elle. « Où est ton armée ? » lui demanda Nemrod. Abraham répondit : « Voici que le Dieu de l’Univers l’envoie contre toi.» Au même moment des nuées de cousins qui voilaient le soleil s’abattirent sur l’armée de Nemrod et mordirent ses soldats si cruellement qu’ils prirent la fuite. Le même Ange dit alors à Nemrod, abattu par cette défaite : « Esclave impuissant ! les plus chétives créatures de Dieu ont mis en fuite ton armée ; crains-Le enfin et crois. Autrement, tu vas périr. » Nemrod méprisa ce dernier avertissement. Alors une mouche venimeuse le mordit à la lèvre inférieure, et il y vint une pustule très douloureuse ; puis, le même insecte le mordit à la lèvre supérieure et il s’y produisit une autre pustule. Enfin l’insecte pénétra jusqu’à son cerveau et se mit à le dévorer. De là, un terrible mal de tête qui ne, diminuait que lorsqu’on frappait sur le crâne. Peu à peu la douleur s’étendit au point qu’il fallut tenir près du roi un certain nombre de marteaux de fer. Chaque personne qui venait à la cour devait, avant de baiser la terre (pour saluer le roi), prendre un de ces marteaux et en frapper le crâne du roi aussi longtemps qu’il pouvait le supporter. Ceux qui s’acquittaient de celle tâche à sa plus grande satisfaction en étaient récompensés par des honneurs et des faveurs. Après quarante ans de souffrances Nemrod sortit enfin de celte vie de passage pour entrer dans celle du châtiment ».

4. L’abrégé des merveilles, p. 138.

5. Ibid.

6. L’abrégé des merveilles, p. 140-141. Voir supra les développements sur les raisons de la multiplication des langues.

7. L’abrégé des merveilles, p. 141.

8. L’abrégé des merveilles, p. 136-137.

9. Mirkhond, Rauzat-us-safa (jardin de pureté). Bible de l’islam ou L’histoire sainte suivant la foi musulmane (trad. E. Lemairesse), Paris Georges Carré, 1894, p. 28.

10. De même, on ne retrouve pas cette précision chez l’historien persan Mirkhond.

11. L’abrégé des merveilles, p. 137-138.

Voici comment ce même épisode est relaté dans le Ta’rīkh de Ṭabarī :

« Or, sache que toutes les créatures sont sorties, après Noé (que la paix soit sur lui !), de Sem, de Cham et de Japhet. Les Arabes, les Persans, les hommes blancs de visage, les gens de bien, les jurisconsultes, les savants et les sages, sont de la race de Sem, et voici pourquoi : Un jour Noé était endormi, le vent souleva ses vêtements et découvrit ses parties sexuelles sans qu’il s’en aperçût. Japhet passa près de Noé, dont il vit les parties sexuelles ; il se mit à rire aux éclats, et à tourner son père en ridicule, sans le recouvrir. Cham, frère de Japhet, arriva ensuite ; il regarda Noé, se mit à rire aux éclats et à plaisanter, et passa outre, laissant son père dans l’état où il se trouvait. Sem vint après ses frères, et voyant Noé dans une posture indécente, il détourna les yeux et cacha la nudité de son père. Noé se réveilla ensuite, et demanda à Sem ce qui s’était passé ; ayant appris que Cham et Japhet avaient passé près de lui et qu’ils avaient ri, il les maudit en disant : Que le Dieu très-haut change la semence de vos reins ! Après cela, tous les hommes et les fruits du pays de Cham devinrent noirs. Le raisin noir est du nombre de ces derniers.

Les Turcs, les Slaves, Gog et Magog, et ces nations peu importantes qui nous sont inconnues, descendent de Japhet. Cham et Japhet furent punis de la sorte pour avoir ri en voyant les parties sexuelles de leur père. Dieu sait très-bien ce qui est convenable. », Chronique de Ṭabarī, Paris, 1836, I p. 107-108.

Nous rencontrons également ce récit quelques siècles plus tard chez Mirkhond :

« Il ne survécut que Noé avec ses trois fils et leurs femmes. Le Très-Haut jura de ne jamais punir ses serviteurs par un nouveau déluge. (Genèse, chap. VIII, 21.) Réjoui de cette promesse, Noé partagea la terre entre ses trois fils : à Sem, qui était le plus intelligent, il donna la Syrie, la Mésopotamie, la Perse, la Grèce, qui devinrent le centre de la civilisation. Japhet reçut la Chine, le Turkestan, le pays des Slaves, la région autour de la mer Caspienne, contrées où les habitants sont nobles et braves ; Cham eut l’Afrique, l’Ethiopie, l’Abyssinie, l’Inde, le Sind et le pays des Nègres.

Un jour que Noé s’était endormi, Cham se moqua de la nudité accidentelle de sort père; ses deux frères, au contraire, la couvrirent. A son réveil Noé maudit Cham et déclara que ses descendants seraient les esclaves des descendants de Sem et Japhet. (Genèse, chap. IX, 21-21.) Quelque temps après, la femme de Cham mit au jour ensemble deux enfants de sexe différent, tous deux noirs. Cham apprit alors par ses deux frères la malédiction prononcée contre lui et cessa pendant quelque temps ses rapports avec sa femme ; puis il les reprit et eut encore deux enfants noirs. Alors il se résigna à sa destinée. », Mirkhond, Rauzat-us-safa, p. 24.




Citer ce billet
Farid Bouchiba (2024, 16 février). La malédiction de Cham dans le kitāb al-‘ajā’ib attribué à Ibrāhīm ibn Waṣīf Shāh. Nemrod le noir, petit-fils maudit de Cham (IV). ReLRace - Religions, lignages et « race ». Consulté le 24 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vunk

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search