Un regard sur l’actualité la plus récente du mormonisme

Dimanche 5 octobre 2020, lors de la conférence générale de l’Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours suivie par des millions de fidèles dans le monde, le président de l’institution Russel Nelson a donné une définition du « rassemblement d’Israël ». Ce rassemblement d’Israël n’est plus compris comme le rassemblement des descendants biologiques des dix tribus d’Israël, mais comme le rassemblement des « gens disposés à laisser Dieu prévaloir dans leur vie1».

Portrait officiel de Russell M. Nelson / LDS Church

Le président de l’institution, reconnu comme un prophète par les fidèles, a ensuite affirmé :

Mes frères et sœurs, prêtez une attention toute particulière à ce que je m’apprête à dire. Il n’aime pas une race plus qu’une autre. Sa doctrine sur ce sujet est claire. Il invite tout le monde à venir à Lui, “noirs et blancs, esclaves et libres, hommes et femmes2”. Je vous assure que l’estime que Dieu a pour vous ne dépend pas de la couleur de votre peau. La faveur ou la désapprobation de Dieu dépend de votre dévotion envers Lui et Ses commandements, et non de la couleur de votre peau. J’ai de la peine pour tous nos frères et sœurs noirs, de par le monde, qui subissent les douleurs du racisme et des préjugés. Aujourd’hui, j’exhorte nos membres du monde entier à montrer la voie en abandonnant toutes attitudes et actions empreintes de préjugés. Je vous supplie de promouvoir le respect de tous les enfants de Dieu3

La doctrine officielle de l’Église mormone semble ici prendre radicalement ses distances par rapport à la théologie racialiste des XIXe et XXe siècles.

Prononcé alors que l’Amérique est traversée par les revendications du mouvement Black Lives Matter, ce discours de la plus haute autorité du mormonisme, adressé à l’ensemble des fidèles lors d’un événement solennel, à savoir la conférence générale, semble avoir été bien accueilli par les membres de l’Église (si on en croit les réactions sur les réseaux sociaux). Les jeunes et les fidèles de tendance libérale, en particulier, semble y être sensibles alors qu’ils sont parfois mal à l’aise face aux positionnements éthiques traditionnalistes de l’institution, comme sur la question des droits LGBT, alors que le mormonisme soutient un mariage strictement monogame et hétérosexuel.

Si, dans la guerre culturelle américaine qui oppose progressistes et traditionnalistes4, l’Église de Jésus-Christ des Saints des derniers jours se situe habituellement dans le deuxième camp, elle fait ici un pas dans le camp progressiste.


1. Nelson Russel, « Laisser Dieu prévaloir », discours prononcé lors de la conférence générale d’octobre 2020 : https://www.churchofjesuschrist.org/study/general-conference/2020/10/46nelson?lang=fra (page internet consultée le 22/10/2020)

2. Russell Nelson cite ici un extrait du Livre de Mormon (2 Néphi 26,33).

3. Nelson Russel, « Laisser Dieu prévaloir », op. cit.

4. James Hunter, Culture Wars. The Struggle to Define America, New York, Basic Books, 1991.



OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
chrystal vanel (17 décembre 2020). Un regard sur l’actualité la plus récente du mormonisme. ReLRace - Religions, lignages et « race ». Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tl6v


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search