La malédiction de Cham dans le kitāb al-‘ajā’ib attribué à Ibrāhīm ibn Waṣīf Shāh (III). Descendance noachide et mythe de fondation au Maghreb

Dans les deux premières parties de cet article nous avons présenté l’auteur et son ouvrage intitulé Mukhtaṣar al-‘ajā’ib (L’abrégé des merveilles), puis le mythe hamitique tel qu’il est rapporté dans cette source arabe.

Dans cette troisième partie, voici comment l’auteur présumé, Ibrāhīm ibn Waṣīf Shāh, dépeint le récit des effets de la malédiction de Cham, avant d’exposer l’histoire de ses descendants et leur dispersion sur terre.

« Cham avait une force prodigieuse, une parfaite beauté, une haleine très suave. Il évita d’approcher sa femme, par crainte de la malédiction prononcée par son père. Mais quand Noé fut mort, il perdit la foi en cette prédiction et il vit sa femme ; elle donna le jour à Kouch et à sa sœur. Cham les ayant regardés en eut horreur ; il alla trouver ses frères, leur fit part de la chose et leur dit : ‘J’ai demandé à ma femme s’ils n’étaient pas nés d’un Satan ou de quelque autre homme que moi.’ Mais ses frères lui répondirent : ‘C’est l’effet de la malédiction de ton père.’ Cham en fut affligé, et il se tint éloigné de sa femme un certain temps. Puis il la revit et eut d’elle Qouṭ et sa sœur jumelle. C’est alors qu’il se décida à fuir, cherchant à se cacher, ne sachant où aller »1.

Ainsi, après avoir mentionné certains poncifs relatifs à Cham, L’abrégé nous explique dans quelles circonstances il donna naissance à ses enfants :

D’après ce texte, de manière implicite, les Noirs sont les descendants de Cham, fils de Noé. Contrairement à l’un des extraits précédents, Sem n’empêche pas son frère Cham de s’approcher de son épouse afin que la malédiction de leur père ne se réalise pas. Remarquons, une fois de plus, que Cham est le mauvais fils, celui qui donna naissance à Kouch et sa sœur, monstrueux sous l’effet de la malédiction de Noé. Cet extrait nous donne en outre les raisons de la « fuite » de Cham vers le ponant.

En outre, la généalogie est clairement en rapport avec la distribution des aptitudes entre les différents groupes humains. Cham a pour lui, ainsi que sa descendance, la force, la beauté et une haleine parfumée. On retrouve certaines de ces qualités anthropologiques chez un auteur antérieur, al-Jāḥiẓ (m. 868-9). Précisons d’ailleurs que les thèmes ethnographiques rencontrés dans les chroniques arabes reflètent assez souvent quelques préjugés raciaux.

L’auteur de L’abrégé ajoute que selon toute vraisemblance les fils de Cham battirent leur coulpe d’avoir délaissé leur père. Ils se mirent donc à rechercher le lieu où il pouvait habiter en suivant le chemin qu’il avait emprunté. Une partie de ses fils le retrouvèrent et vécurent aux côtés de Cham le restant de ses jours. Ils donnèrent ainsi naissance à des « races noires » (sūdān) comme le rapporte l’ouvrage2. Après la mort de Cham, à l’âge de 441 ou 771 ans, les enfants qui avaient vécu à proximité de lui, abandonnèrent leur région et allèrent s’installer au Maghreb (makān al-barbar). Ils enterrèrent leur père dans une caverne de la montagne d’Aṣīla (actuellement Arzila, ville et port de la côte atlantique du Maroc, à 50 km. environ au S.-S.-O. de Tanger). Relevons qu’ici ce sont les descendants de Cham qui s’établirent au Maghreb ; alors que dans les deux extraits suivants, ils se dirigèrent vers cette région accompagnés de leur père, Cham.

L’andalou Abū Ḥayyān (m. 745/1344), compilateur présumé du Kitāb-al-ansāb, affirme également que :

« le premier qui arriva au Maghreb extrême (al-Aqṣā) après le déluge fut Cham (Ḥām) fils de Noé, qui s’installa à Aṣīla ».

Le frère du célèbre historien Ibn Khaldūn, Yaḥyā Ibn Khaldūn (m. 780/1378-9), historiographe des Banū ‘Abd al-Wād de Tlemcen, abonde aussi dans ce sens :

« Ibn Qotaïba a rapporté la même opinion, mais fait toutefois remonter à Noé l’origine des Berbères et place leur sortie (d’Asie) vers l’époque de la grande calamité (le déluge) ; il ajoute que ce fut à cette époque que Berbère, fils de Meçrâïm vint en Maghrib et s’y fixa.

El-Bekri donne encore deux autres versions ; selon l’une : lorsque Satan sema la discorde parmi les enfants de Sem et de Cham, les fils de Sem dûrent émigrer en Maghrib et s’y installèrent avec leurs familles ; d’après la seconde version : Cham, étant devenu noir par suite de la malédiction lancée contre lui par son père, s’enfuit tout honteux du foyer paternel et vint s’établir dans la région d’Asfi dans le Maghrib el-Aqça ; c’est là qu’il mourut à l’âge de quatre cents ans, selon les uns, de sept cent soixante et onze ans selon d’autres ; son tombeau est encore connu à Asfi. Or, les enfants de Cham avaient accompagné leur père, et tous ceux qui l’abandonnèrent en route, s’installèrent dans le pays où ils s’étaient arrêtés ; mais Berbère, fils de Meçrâïm, fut, d’entre les descendants de Cham, celui qui le rejoignit (dans le Maghrib el-Aqça) et les fils de Berber peuplèrent le pays »3.

Yaḥyā Ibn Khaldūn, Histoire des Béni Abd el-Wad, rois de Tlemcen

Il est intéressant de relever que selon cette chronique les tribus berbères du Maghreb extrême se trouvent ainsi rattachées à Cham fils de Noé, qui est mentionné dans plusieurs récits étiologiques et mythes de fondations.

De son côté, al-Ṭabarī présente plusieurs récits dans lesquels Miṣrāym est présenté comme l’ancêtre commun des Coptes (Qubṭ/Qibṭ) et des Berbères (Barbar)4. Ailleurs dans son Ta’rīkh, il reproduit la version biblique qui considère Cham comme l’ancêtre des Berbères et également des Coptes et des peuples du bilād al-Sūdān5.

Bien évidemment, les efforts en vue de conférer aux Berbères une généalogie ne sont pas dénués d’objectif. Il s’agit de les compter désormais comme l’une des grandes nations de ce monde. Dans ce sens, l’historien Ṣā‘id al‑Andalusī (m. 462/1070), auteur du Livre des Catégories des Nations (Kitāb ṭabaqāt al-umam), classe les Berbères dans la quatrième nation, avec les Coptes et les Noirs6.

L’historien Ibn Khaldūn rapporte diverses opinions sur les origines des Berbères. Ils rejette toutefois la plupart de ces opinions, qu’il considère erronées7.

S’il écarte leur origine arabe, il ne peut cependant contester, selon la culture de son temps, leur origine orientale8. Il n’a d’autre choix que de reproduire la généalogie biblique, comme on la rencontre chez ses prédécesseurs (al-Ṭabarī, par exemple).

De la sorte, un grand nombre de constructions légendaires, dont les fondements étaient toujours biblico-coraniques, furent graduellement enrichies par des apports spécifiquement berbères, de nature principalement généalogique9.

De la même manière, des ḥadīths ont même été forgés pour islamiser l’histoire de la ville de Ceuta et la rattacher à la descendance noachide :

« Au Maghreb, il y a une ville située au confluent des deux mers. C’est une ville qui a été fondée par Sabt fils de Cham fils de Noé. Son nom dérive du nom de son fondateur, elle s’appelle Sabta (Ceuta) »10.

Le qāḍī (juge) ‘Īyāḍ (m. 544/1149), qui est le premier à mentionner cette tradition, rejette aussitôt son authenticité. Ce qui n’est pas le cas d’autres auteurs plus tardifs.

Certains historiens peuvent également se montrer moins crédules lorsqu’ils transmettent ces mythes de fondation. C’est le cas par exemple d’al-Nāṣirī al-Salwī (m. 1897) auteur du célèbre Kitāb al-istisqṣā, qui écrit :

« Ceuta et Salé11 passent encore pour être l’oeuvre d’un fils de Noé. Cette opinion est invraisemblable. Parlant de la descendance de Noé et de sa multiplication sur la terre, La Bible donne, il est vrai, le nom de Sebta, fils de Kouch, fils de Cham, fils de Noé. Mais de là à dire que la fondation de la ville est due à cet homme ou à l’un de ses fils il y a loin, en raison même du recul considérable des temps auquel il faudrait remonter et de l’impossibilité de recourir à une source authentique ; cette remarque s’imposerait même si le territoire du Maroc avait été dévolu à la postérité de Cham depuis la plus haute antiquité. »12

al-Salwī, Kitāb al-istiqṣā

D’autres légendes mentionnent des personnages bibliques enterrés dans les grottes au Maghreb. Les Ghumāra, par exemple, soutiennent que la fille du patriarche Noé y est enterrée ; ils appellent cette grotte Zāwiyya Bint Sīdnā Nūḥ (l’ermitage de la fille de Noé)13. Le prophète Daniel serait lui enterré à Sefrou. En bien des endroits de la côte nord-africaine ce sont Noé et Josué fils de Noun (parfois confondu avec Noé) qu’on pense être enterrés14.

Comme nous pouvons le remarquer, il s’agit là encore d’islamiser d’anciens sanctuaires païens et de rendre compte de façon orthodoxe du culte rendu à ces grottes15. Par ailleurs, il n’est pas improbable que la supériorité affichée des Arabes ait amené les généalogistes berbères à se rattacher au second père de l’humanité, Noé.

Selon le récit rapporté dans le Kitāb al-‘ajā’ib, Canaan, l’ainé des fils de Cham, aurait été le premier à avoir été séduit par le diable, qui lui fit quitter la religion de son grand-père Noé (traduction). Et ce serait également de Canaan que daterait « l’inimitié entre sa race et celle des fils de son aïeul »16. On compte parmi ses descendants : les Jabābira et les Cananéens qui habitèrent la Syrie, les Pharaons d’Egypte et Goliath (qui tua David), les Amalécites, ainsi que les Cananéens que combattirent Moïse et Josué, auxquels il faut ajouter Falisṭīn, Ṣīdā et Nabīṭ qui « signifie le noir », selon d’autres le nom « vient de ce que cette race cultiva et draina la terre, qu’elle inventa l’agriculture et l’administration »17.

Ici encore, la descendance de Cham est représentée de manière négative, puisque ce sont ses descendants qui sont responsables de la mécréance après le déluge et de l’inimitié entre les races. Et c’est plus précisément Canaan, fils ainé de Cham, qui est l’initiateur de cela.

Dans l’un des récits que l’on rencontre chez Ṭabarī, Canaan est présenté comme le frère de Cham et non pas son fils :

« Noé avait une femme qui ne croyait point à sa mission, comme l’a dit le Dieu puissant et incomparable : « Dieu a donné pour exemple, à ceux qui « sont infidèles, la femme de Noé et la femme de Loth (Coran 66, 10) ». Il avait eu de cette femme quatre fils : le premier était Sem, le second Cham, le troisième Japhet, et le quatrième Canaan. Les trois premiers avaient cru à la parole de Noé ; mais le quatrième, qui était Canaan, et sa mère, étaient restés infidèles. »18

Dans l’une des versions du Ta’rīkh de Ṭabarī, Canaan est présenté comme le fils de Koush fils de Cham fils de Noé19. Là encore, c’est Canaan qui est présenté comme le descendant infidèle de Noé. Toutefois, contrairement à l’extrait précédent ce n’est pas le fils de Cham, mais son frère.

Conclusion

Au total, d’après la tradition biblique, reprise par les auteurs musulmans, les Berbères, les Coptes et les gens du bilād al-Sūdān seraient les fils de Cham. Après le Déluge, le monde aurait été partagé entre les fils de Noé ; le Maghreb revint à Cham avec le continent africain.

Suite à la conquête musulmane les Berbères formeront désormais un groupe important du monde islamique. Et ils seront rattachés à l’Orient par leur passé préislamique. A partir de ce moment-là, ils seront désignés sous le nom générique de Barbar, effaçant au passage la diversité des groupes qui la composent (Grecs, Goths, Latins africains).

Si les Berbères ne peuvent se targuer d’une origine arabe, ils peuvent néanmoins revendiquer leur rattachement à l’histoire prophétique et surtout biblique. Voilà pourquoi nombre de récits confèrent à Cham la fondation de lieux de culte ou de villes au Maghreb.

Dans une dernière partie nous placerons la focale sur la figure du célèbre potentat Nemrod, petit-fils de Cham.


1. L’abrégé des merveilles, p. 138.

2. L’abrégé des merveilles, p. 100 : « Les traditionnistes disent que Noé maudit Cham en demandant à Dieu que ses descendants devinssent affreux et noirs, et qu’ils fussent assujettis à servir ceux de Sem. Il eut pour fils, après Kana‘ân, Kouch, qui était noir ».

3. Ibn Khaldūn, Yaḥyā, Histoire des Béni Abd el-Wad, rois de Tlemcen, éd. et tr. A. Bel, Imprimerie orientale Pierre Fontana, Alger, 1903, I p. 120-121.

4. al-Ṭabarī, Tārīkh, Beyrouth, 2003, I p. 261.

5. Ibid, I p. 129.

6. Ṣā‘id al‑Andalusī, Kitāb ṭabaqāt al-umam, p. 38.

7. Ibn Khaldūn, Kitāb al-‘ibar, trad. Mac Guckin de Slane, 1969, I p. 126-137.

8. Ibid, I p. 139.

9. Moderan, Yves, « Mythes d’origine des Berbères (Antiquité et Moyen Âge) », Encyclopédie berbère [Online], 32, 2010 et Amara, Allaoua, « L’évolution du discours sur les Berbères dans les sources narratives du Maghreb médiéval (IXe-XIVe siècle), in Valérian, Dominique, Les Berbères entre Maghreb et Mashreq (VIIe-XVe siècle), Madrid, Casa de Velázquez, 2021, p. 55-70.

10.‘Īyāḍ, al-Ghunya, Tunis, 1978, p. 183.

11. Ibn ‘Abd al‑Ḥalīm écrit dans son ouvrage que les Berbères quittèrent la Palestine et allèrent s’installer au Maghreb afin de retrouver Cham dans la région de Salé, cf. Ibn ‘Abd al‑Ḥalīm, Kitāb al-ansāb, éd. Ya‘lā, 1996, p. 19-26.

Dans un autre livre, très certainement de ce même auteur, voici comment il présente la généalogie des Kutāma : Kutām b. Barnus b. Māzīġ b. Kan‘ān b. Ḥām b. Nūḥ, cf. Kitāb mafākhir al-barbar, éd. Ya‘lā, 1996, p. 190.

12. Es-Slaoui, Ahmed, Kitāb al-istiqça, Geuthner, Paris, 1923, I p. 162.

13. Mouliéras, Le Maroc Inconnu, II p. 257.

14. Basset, René, Nédromah et les Traras, p. VIII, 74-78 et 158.

15. Basset, Henri, Le culte des grottes au Maroc, Jules Carbonel, Alger, 1920.

16. L’abrégé des merveilles, p. 101.

17. Ibid.

18. Chronique de Ṭabarī, Paris, 1836, I p. 100.

19. Ibid, I p. 127.




Citer ce billet
Farid Bouchiba (2024, 1 février). La malédiction de Cham dans le kitāb al-‘ajā’ib attribué à Ibrāhīm ibn Waṣīf Shāh (III). Descendance noachide et mythe de fondation au Maghreb. ReLRace - Religions, lignages et « race ». Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vqbk

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search