La malédiction de Cham dans le kitāb al-‘ajā’ib attribué à Ibrāhīm ibn Waṣīf Shāh (II). Le mythe hamitique

Dans la première partie de cet article nous avons présenté, en guise de liminaire à notre étude, l’auteur et son ouvrage intitulé Mukhtaṣar al-‘ajā’ib (L’abrégé des merveilles) ainsi que le genre merveilleux dans lequel il s’inscrit.

Dans cette seconde partie, voici comment l’auteur présumé, Ibrāhīm b. Waṣīf Shāh, dépeint le récit de Noé avant d’exposer l’histoire de ses descendants et leur dispersion sur terre.

Récit de Noé et de l’arche

L’abrégé rapporte tout d’abord que c’est à l’âge de 500 ans que Noé engendra Sem. Après ce dernier, il donna naissance successivement à Cham, Yam1 puis Japhet. Tous avaient la même mère, Nounaḥ fille d’Enoch fils de Hénokh. Puis, trois générations se suivirent que Noé ne cessait d’appeler à la religion en vain. Il reçut donc l’ordre de construire l’arche. Cette source prétend que ne sachant pas selon quel modèle construire l’arche, l’ange Gabriel lui fut envoyé, et il lui suggéra de lui donner la forme d’une poule2. À cette même époque, la génération pris fin parmi les humains. Il s’écoula, dit-on, 2 256 années entre la chute d’Adam et le déluge. Dieu ordonna à Noé d’introduire dans l’arche deux animaux de chaque espèce, une femelle et un mâle. Le niveau inférieur contenait les animaux. Le deuxième était réservé aux nourritures et aux boissons. Et le troisième niveau comprenait les humains, 80 au total : Noé, ses fils, Sem, Cham et Japhet, et sa famille.

L’arche de Noé et le Déluge
Zubdat-al Tawarikh (Manuscrit illustré), 1583, par l’historien Seyyid Loqman Ashuri
(Turkish and Islamic Art Museum Istanbul)

L’abrégé ajoute que les immondices s’étant accumulées dans l’arche, Noé frotta l’éléphant, qui éternua et cracha un cochon. Le cochon mangea toutes les immondices. Les rats s’étant multipliés dans le navire, Noé frotta le lion, qui éternua et cracha un chat3.

Par ailleurs, les anges auraient apporté dans l’arche le cercueil qui contenait le corps d’Adam.

Cette source rapporte également que l’arche demeura sur l’eau 150 jours ou 11 mois, ce qui est en accord avec plusieurs versets de la Genèse :

« Les eaux furent grosses sur la terre pendant cent cinquante jours » (Genèse 7, 24) ; « Les eaux se retirèrent de dessus la terre, s’en allant et s’éloignant, et les eaux diminuèrent au bout de cent cinquante jours » (Genèse 8, 3) ; « L’an six cent un, le premier mois, le premier jour du mois, les eaux avaient séché sur la terre. Noé ôta la couverture de l’arche : il regardait, et voici, la surface de la terre avait séché. Le deuxième mois, le vingt-septième jour du mois, la terre fut sèche », soit 11 mois (Genèse 8, 13-14).

Cela correspond également à ce que rapporte le chroniqueur Mas‘ūdī, qui emprunte régulièrement aux récits bibliques, dans Les prairies d’or :

« En vain Noé chercha à les ramener vers Dieu ; ils persévérèrent dans leur révolte et leur infidélité. Dieu les maudit et ordonna à Noé de se construire un vaisseau, et, quant il fut terminé, Gabriel lui apporta le cercueil qui renfermait les ossements d’Adam. Noé et ses compagnons entrèrent le vendredi, 19 du mois de mars, dans ce vaisseau, qui flotta sur la surface des eaux, tandis que la terre fut submergée pendant cinq mois »4.

Mas‘ūdī, Prairies d’or, Paris, Société asiatique, 1861, vol. 1

Suite à cela, Noé quitta l’arche avec ses quatre fils (Sem, Cham, Yam, Japhet), qui survécurent pareillement au Déluge. Après s’être multipliés, Noé partagea la terre entre ses enfants. Cependant, le diable sema la haine et la discorde entre eux, suggérant ce penser suborneur aux fils de Japhet et de Cham :

« Votre père à donné à Sem et à ses descendants le meilleur de la terre, et il vous en a privés ; il les a préféré à vous »5.

Comme nous pouvons le constater, le récit de la construction de l’arche et du déluge, tels qu’ils sont rapportés dans L’abrégé, diffèrent assez peu d’avec ce que l’on rencontre dans la tradition biblique.

Après avoir exposé le récit du Déluge et le temps passé dans l’arche, attardons nous désormais sur la malédiction proférée à l’encontre de Cham et de sa descendance.

La malédiction de Cham dans L’abrégé

Dans le Kitāb al-‘ajā’ib, un chapitre est consacré à la descendance de Noé. Sont présentés en premier lieu les enfants de Cham. D’après l’auteur, les traditionnistes (ahl al-athar6) soutiennent que Noé aurait appelé la malédiction contre son fils Cham, demandant à Dieu que son visage soit laid et noir7 et que ses descendants deviennent les esclaves des descendants de Sem. Nous pouvons ici nous interroger sur l’usage de l’expression « traditionniste » (ahl al-athar) ; l’auteur désigne-t-il par celle-ci les spécialistes des traditions prophétiques, ou bien les historiens s’intéressant aux récits ? En considérant les textes contenus dans l’ouvrage, il semble plutôt que ce soit la deuxième catégorie qui soit ici visée.

Voilà comment cette malédiction est rapportée dans ce livre :

« Les traditionnistes disent que Noé maudit Cham en demandant à Dieu que ses descendants devinssent affreux et noirs, et qu’ils fussent assujettis à servir ceux de Sem. Il eut pour fils, après Kana‘ân, Kouch, qui était noir ; il désira s’approcher de sa femme ; Sem tâcha de l’en empêcher en lui rappelant la malédiction de son père qui pesait sur lui. Cham se fâcha. Satan mit la discorde entre les deux frères, et les jeta l’un contre l’autre. À la fin, Cham dut s’enfuir en Egypte ; ses enfants se dispersèrent ; lui-même poursuivit sa route vers l’occident, jusqu’à ce qu’il atteignit dans le Sous-el-Aksa, le lieu dit aujourd’hui Aṣîlâ ; c’est le dernier port de la mer d’Espagne auquel parviennent les vaisseaux, dans la direction de la Kiblah (la Mecque) ; on ne peut passer au-delà »8.

La double malédiction, telle qu’elle est exprimée dans le Kitāb al-‘ajā’ib, condamne les descendants de Cham à avoir le visage hideux et noir — et non pas tout le corps ! — et à un état de servitude sans discontinuer. Néanmoins, on ne trouve pas dans cet ouvrage de lien manifeste ou latent entre macule et esclavage.

Dans ce texte, c’est Kouch fils de Cham et puîné de Canaan qui naquit noir ; alors que dans la Bible la malédiction semble s’abattre sur Canaan, le plus jeune fils de Cham, en le condamnant à devenir l’esclave de ses frères (Genèse 9, 25).

On soulignera le rôle positif joué par Sem, représentant la voix de la raison, qui essaie de dissuader son frère Cham de s’approcher de son épouse afin que la malédiction de leur père ne se réalise pas.

De même, il n’est certainement pas anodin que la descendance de Cham ait fui vers le ponant et se soit installée au point le plus extrême du monde connu à cette époque. Le centre du monde (omphalos) étant habitée par la descendance vertueuse de Noé.

Mukhtaṣar al-‘ajā’ib attribué à Ibn Waṣīf Shāh, folio 44 (BNF, Département des Manuscrits, 1470)

Chez le chroniqueur Mas‘ūdī, qui tire une partie de ses informations de la Bible, ce sont les enfants de Cham, et non pas ce dernier, qui se dirigèrent vers l’ouest :

« Quant aux fils de Cham, ils prirent la direction de l’Ifrikiyah (la partie de l’Afrique qui confine à l’Egypte) et de Tanger dans le Maghreb, et s’y installèrent »9.

On retrouve également dans Les prairies d’or la malédiction de Cham :

« Noé partagea la terre entre ses fils, et assigna à chacun sa propriété. Il maudit Cham à cause de l’injure qu’il reçu de ce fils, ainsi qu’on le sait, et s’écria, ‘Maudit soit Cham ! Puisse-t-il être l’esclave de ses frères !’ et il ajouta : ‘Je bénis Sem ; que Dieu augmente (la famille de) Japhet, et qu’il habite dans le pays de Sem !’ » (Genèse IX, 25-27). J’ai lu dans la Bible que Noé vécut encore trois cent cinquante ans après le déluge »10.

Dans cette version transmise par Mas‘ūdī la malédiction n’est pas double et elle n’est pas prononcée contre les descendants de Cham. C’est seulement ce dernier qui est maudit et condamné à être l’esclave de ses frères.

Dans un autre chapitre des Prairies d’or la descendance de Cham est explicitement identifiée aux populations africaines :

« Lorsque la postérité de Noé se répandit sur la terre, les fils de Kouch, fils de Canaan, se dirigèrent vers l’occident et traversèrent le Nil. Là, ils se partagèrent : les uns, c’est-à-dire les Nubiens, les Bedjah et les Zendjes, tournèrent à droite, entre l’orient et l’occident; les autres, en très-grand nombre, marchèrent vers le couchant, dans la direction de Zagawah, de Kanem, de Markah, de Rawkaw, de Ganah et d’autres parties du pays des Noirs et des Demdemeh. Ceux qui s’étaient dirigés sur la droite, entre l’est et l’ouest, se disséminèrent à leur tour, et formèrent plusieurs nations : les Mékir, les Mechkir, les Berbera et d’autres tribus des Zendjes »11.

Les noms mentionnés ici, rassemblés autour de quelques régions, désignent les peuples de l’Afrique de l’Est et de l’Afrique de l’Ouest. Ce semblant d’unité africaine sera avec le temps confirmée avec les écrits sur la généalogie de la race noire.

Carte de l’Afrique (André Miquel) https://doi.org/10.4000/books.editionsehess.308.

D’après L’abrégé, Canaan eut un fils du nom de Sūdān duquel « sont issues plusieurs nations »12 : Echbān, Zanj, Kūkū, les royaumes de Ghana, de Demdem, de Zaghawah, de Fazzān, de Nubie (qui comprend les Coptes, descendants de Cham), de Bodjah. Tous ces peuples ont pour voisins les Abyssins qui descendent de Ḥabash fils de Kūsh, fils de Cham. Les Zanj qui sont leurs voisins sont les descendants de Sūdān fils de Canaan, fils de Cham. Les Zanj se subdivisent en plusieurs groupes : les Kerk (descendants de Sūdān fils de Canaan fils de Cham), les Sind (descendant de Toukir fils de Yaqtan fils de Cham), les Bend (fils de Kūsh), le Kandahar (qui fait partie des Sind), les tribus des Berbères (certains les font descendre de Qibṭ/Qubṭ fils de Cham, d’autres disent qu’ils ont pour ancêtre Fāriq fils de Bayṣar), les rois d’Egypte13.

Rappelons, que les populations noires occupent la plus mauvaise part de la terre, dans les climats les plus bas. Selon le géographe Ibn al-Faqīh (9e siècle), « la figure du monde d’ici-bas se divise en cinq : c’est comme la tête de l’oiseau, les deux ailes, la poitrine, la queue… la poitrine du monde, c’est La Mecque, le Hedjaz, la Syrie, l’Irak et l’Égypte »14.

L’Afrique, de son côté, se trouvent dans la queue, qui est la plus mauvaise partie de l’oiseau, comme à la traîne du reste du monde.

Conclusion

Comme nous avons pu le découvrir dans la première partie de cet article, il demeure beaucoup de zones d’ombre autour de l’identité de l’auteur de L’abrégé. Néanmoins, malgré toutes ces réserves, l’ouvrage n’est pas dénué d’intérêt dans la mesure ou il nous renseigne sur certains récits et mythes qui pouvaient circuler en Orient au Moyen Âge. A travers le récit du déluge, le kitāb al-‘ajā’ib relate comment les descendants de Cham sont frappés d’une double malédiction qui les condamne à avoir le visage hideux et noir et à un état de servitude continu.

Au total, cet écrit est bien la preuve que l’on voit réapparaitre la malédiction de Cham tout au long du Moyen Age dans certaines sources arabes.


1. La tradition musulmane connaît le récit biblique de la Genèse (IX, 18-27) selon lequel ce n’est pas Cham (Ḥām), mais son fils Canaan (Kan‘ān) qui fut maudit pour la faute commise par son père. Le récit du Coran combiné avec ces données exigeant un quatrième fils de Noé, c’est Canaan ou un fils inventé de toutes pièces et dénommé Yām qui remplit ce rôle.

2. On rencontre également cette description dans d’autres sources musulmanes : « l’arche, de 1 200 coudées de long sur 600 de large, présentait la forme d’un oiseau ayant la tête d’un paon, les yeux d’un aigle, la poitrine d’une colombe, la queue d’un coq », Mirkhond, Rauzat-us-safa (jardin de pureté). Bible de l’islam ou L’histoire sainte suivant la foi musulmane (trad. E. Lemairesse), Paris Georges Carré, 1894, p. 22.

Les dimensions de l’arche d’après la Genèse sont les suivantes : 300 coudées de longueur, 50 coudées de largeur et 30 coudées de hauteur (Genèse 6,15).

3. Voici comment cette histoire est rapportée dans le Ta’rīkh de Ṭabarī : « On vit sortir de l’arche deux espèces d’animaux qui n’y étaient point entrés ; c’étaient le porc et le chat. Ces animaux n’existaient point sur la terre avant le déluge, et le Dieu très-haut les créa dans l’arche, parce qu’elle était remplie d’ordures et d’excréments humains qui répandaient une grande puanteur. Les personnes qui étaient dans l’arche, n’ayant pas la force de supporter cette puanteur, se plaignirent à Noé ; alors Noé (que la paix soit sur lui !) passa sa main sur le dos de l’éléphant, et le porc sortit de l’anus de cet animal. Le porc mangea toutes les ordures qui étaient dans l’arche, et la puanteur disparut.

Quelque temps après, les rats se trouvèrent en grande quantité dans l’arche. Ils mangèrent la nourriture des hommes et la remplirent d’ordures. Alors les personnes qui étaient avec Noé allèrent le trouver, et lui dirent : Tu nous as délivrés d’un premier mal ; mais maintenant nous sommes tourmentés par les rats qui rongent nos vêtements, mangent notre nourriture et la remplissent d’ordures. Alors Noé (que la paix soit sur lui !) passa sa main sur le dos du lion, qui éternua, et le chat sortit du nez de cet animal. Le chat se mit à manger les rats », Chronique de Ṭabarī, Paris, 1836, I p. 105.

4. Mas‘ūdī, Les prairies d’or, I p. 74.

5. L’abrégé des merveilles, p. 99.

6. « Khabar [(information)] et athar sont des termes plus généraux pour désigner tout énoncé ou trace qui procure une information ; toute information, récit, nouvelle peut être désigné par khabar, ou athar ; voilà pourquoi, les deux termes s’appliquent aussi bien aux informations profanes en histoire et en littérature (adab) qu’aux traditions religieuses touchant le Coran et le Ḥadīth notamment. », Arkoun, Mohammed, « Chapitre VI. L’Islam actuel devant sa Tradition », in Berque, Jacques et al., Aspects de la foi de l’Islam, Bruxelles, Presses de l’Université Saint-Louis, 1985, p. 154.

7. Dans certaines versions manuscrites la malédiction est prononcée non pas contre Cham mais contre sa descendance.

8. L’abrégé des merveilles, p. 99-100.

9. Mas‘ūdī, Les prairies d’or, III p. 293.

10. Ibid, III p. 70.

11. Mas‘ūdī, Les prairies d’or, III p. 1-2.

12. L’abrégé des merveilles, p. 101.

13. Voici la descendance de Cham chez Mirkhond : « Cham eut neuf fils : Hind, Sind. Zanj, Nuba, Kanaan, Kush, Gabat, Berber et Habsh, desquels sont issus les nègres d’Afrique et les peuples de l’Abyssinie, de Zanzibar et de l’Inde », Mirkhond, Rauzat-us-safa (jardin de pureté). Bible de l’islam ou L’histoire sainte suivant la foi musulmane (trad. E. Lemairesse), Paris Georges Carré, 1894, p. p. 27-28.

14. Ibn al-Faqīh al-Hamadhānī, Abrégé du Livre des Pays, Damas, Presses de l’Ifpo, 1973.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Farid Bouchiba (11 janvier 2024). La malédiction de Cham dans le kitāb al-‘ajā’ib attribué à Ibrāhīm ibn Waṣīf Shāh (II). Le mythe hamitique. ReLRace - Religions, lignages et « race ». Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vkjm


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search