La malédiction de Cham dans le kitāb al-‘ajā’ib attribué à Ibrāhīm ibn Waṣīf Shāh (I) : présentation de l’auteur et de l’oeuvre

Parmi les sources qui mentionnent la malédiction de Cham, le Kitāb al-‘Ajā’ib attribué à un auteur du 10e siècle est intéressant à plusieurs titres. Tout d’abord, l’originalité de la tradition littéraire dans laquelle il s’inscrit, celle des merveilles (‘ajā’ib), offre une autre perspective que celle de la littérature généalogique (ansāb) par exemple. De même, les détails apportés autour de ce mythe hamitique que l’on ne rencontre pas dans toutes les sources arabes en font un ouvrage digne d’intérêt.

Cette étude, qui comporte deux volets, présentera dans une première partie l’auteur du Kitāb al-‘ajā’ib ainsi que son œuvre et le genre auquel elle appartient. Quant à la deuxième partie, celle-ci sera consacrée à la malédiction de Cham telle qu’elle est présentée dans cet ouvrage.

Aspects biographiques

En préambule, signalons que l’éditeur du texte arabe ainsi que son traducteur en langue française ont essayé vainement de réunir quelques informations biographiques sur Ibn Waṣīf. D’autres chercheurs ont éprouvé la même déception, et, de la même manière, nos recherches n’ont pas été plus fructeuses.

C’est donc naturellement chez prédécesseurs que j’ai glané les éléments biographiques qui vont suivre.

Ibrāhīm b. Waṣīf Shāh ou Ibn Waṣīf ou encore al-Waṣīfī est un savant régulièrement cité par les chroniqueurs arabes à partir de la fin de la première moitié du dixième siècle (330/941-2) pour toute une série de renseignements, absents des autres sources, sur l’histoire de l’ancienne Egypte depuis les premières implantations sédentaires jusqu’à l’époque du Pharaon de Moïse1.

Ibrāhīm b. Waṣīf Shāh est souvent présenté comme l’auteur du Kitāb al-‘Ajā’ib al-kabīr… fī ‘ajā’ib al-arḍ wa l-biḥār. En s’aidant d’autres manuscrits de la Bibliothèque Nationale de Paris, à l’occasion attribués à al-Mas‘ūdī (m. 345/956), le baron Carra de Vaux en offrit une traduction qu’il publia à Paris en 1898, L’Abrégé des merveilles. ‘Abd Allāh al-Ṣāwī proposa une édition arabe au Caire en 1938 qui a pour titre Akhbār al-zamān. Elle est citée le plus souvent comme « pseudo-Mas‘ūdī » pour la raison que l’attribution de cette œuvre à Ibrāhīm b. Waṣīf Shāh ainsi que l’identité de ce dernier, posent des problèmes qui n’ont pas encore été résolus. Nous retrouvons cet auteur sous cette forme de nom chez al-Maqrīzī (m. 845/1442) et Ibn Iyās (m. 930/1524) et sous la forme al-Waṣīfī chez Ṣā‘id al-Andalusī (m. 462/1070) et al-Nuwayrī (m. 733/1333).

Couverture de l’édition arabe du Caire (1938) du Akhbār al-zamān (« pseudo-Mas‘ūdī »)

Les jugements sur les mérites de l’ouvrage et l’identification de son auteur ont fortement divergé durant les dernières décennies. D’aucuns considèrent que c’est une « Histoire hermétique » où le « pittoresque Ibrāhīm b. Waṣīf Shāh » est soupçonné d’être en réalité « une transformation fantaisiste du plus prosaïque Waṣīfī »2. Pour l’historien allemand Ulrich Haarmann l’historicité même de cette autorité est sujette à interrogation3 considérant que les Akhbār al-zamān seraient une mystification, qui trouverait son origine en péninsule Ibérique, inventée volontairement vers l’an 10004.

Il est également probable que le prénom Ibrāhīm provienne d’un certain Ibrāhīm b. al-Qāsim al-Qātib (mort après 418/1027-8), qui composa un abrégé (mukhtaṣar) du Kitāb al-‘Ajā’ib al-kabīr d’Ibrāhīm b. Waṣīf Shāh, cité dans la Nihāyat al-arab de l’encyclopédiste al-Nuwayrī (m. 733/1333), qui cite de longs passages provenant de cet ouvrage. Le vrai nom de ce savant est très certainement Ibn Waṣīf.

Le géographe al-Bakrī (m. 487/1094) mentionne ce personnage dans al-Masālik wa l-mamālik au sujet de ses visites en Egypte5.Un autre géographe plus tardif al-Idrīsī (m. 649/1251) écrit qu’al-Waṣīfī était un célèbre physicien et un historien qui procéda à des investigations sur les secrets des temples et les connaissances des anciens physiciens égyptiens6. D’ailleurs, un passage d’Ibn Waṣīf tiré du Kitāb al-Maṭālāṭīs de Kīnās al-Ḥakīm aborde le sujet des talismans.

Fragment de l’ouvrage intitulé Al-Masālik wa-al-mamālik « Routes et royaumes », par ʿAbd Allāh ibn ʿAbd al-ʿAzīz Abū ʿUbayd al-Bakrī.
Titre : . عبد الله اين عبد العزيز ابو عبيد البكري
. المسالك و الممالك (Manuscrit Arabe n° 2218, BNF, Paris)

Il est très probable qu’un lettré s’intéressant à ce genre de sujets soit vraisemblablement d’origine sabéenne7, attendu que pour eux l’Egypte avait toujours une signification religieuse même après la conquête musulmane8. L’auteure de la notice biographique, qui lui est consacrée dans l’Encyclopédie de l’islam, abonde dans ce sens lorsqu’elle écrit :

« Etant l’époque probable où vécut notre auteur, il semble raisonnable de l’identifier avec l’ophtalmologiste de Bagdad (Aḥmad?) Ibn Waṣīf al-Ṣābi’ (le sabéen), qui exerça jusques après le milieu du IVe s. de l’hégire (970 ap. J.-C. au plus tard). Entre 330/941-2 et 340/951-2, il enseigna aux étudiants d’origine ḥarrānienne9 venant d’Espagne. C’est pour cette raison qu’il devint célèbre en Espagne, dès une époque ancienne, en tant que médecin sous le nom d’Ibn Waṣīf, et en tant que savant sur l’ancienne Egypte, appelé al-Waṣīfī. Il est cité sans attribution par l’auteur du Picatrix10 (composé entre 443/1051-2 et 448/1056) »11.

Fort malheureusement, nous ignorons les titres précis des œuvres d’Ibn Waṣīf et ses ouvrages n’ont pas été conservés en entier.

Les manuscrits qui nous sont parvenus peuvent être classés en deux catégories : une version longue formée de deux ensembles du Kitāb al-Awsaṭ12 (rédigé avant 332/943) d’al-Mas‘ūdī, qui reprit de longs passages au sujet de l’Egypte ancienne, d’Ibn Waṣīf ; une version brève (mukhtaṣar) aussi d’al-Mas‘ūdī, qui a pour titre Kitāb al-‘Ajā’ib13. La traduction proposée à la fin du 19e siècle par Carra de Vaux14, à partir de cinq manuscrits15, comprend des extraits des deux versions16. Les copies de la Bibliothèque Nationale porte les titres de : Akhbār al-zamān wa ‘ajā’ib al-buldān, ou de Mukhtaṣar al-‘ajā’ib17.

Folio 72 mentionnant Cham extrait du manuscrit arabe 1470, BNF, Paris [IBRĀHĪM IBN WAṢĪF ŠĀH], Akhbār al-zamān wa gharāʾib al-baḥr wa l-ʿumrān, attribué à [ʿALĪ IBN AL-ḤUSAYN] AL-MASʿŪDĪ.
Titre : [إبراهيم بن وصيف شاه].أخبار الزمان و ما أباده الحدثان و عجائب البلدان و غامر بالماء و العمران، منسوب إلى علي بن الحسين المسعودي

Comme nous avons pu le voir, l’attribution de l’ouvrage à Ibrāhīm b. Waṣīf Shāh n’est pas certaine. D’aucuns l’attribuent au chroniqueur Mas‘ūdī auteur des Prairies d’or18.

Les prairies d’or / Murūj al-dhahab d’al-Mas‘ūdī

Après ce détour biographique, le titre du livre conduit naturellement notre réflexion vers l’analyse du terme ‘ajā’ib. En langue arabe, il désigne ce qui étonne, surprend, déconcerte. On considère ‘ajā’ib ce qui est extraordinaire et surnaturel et par conséquent qui se dérobe à la raison (ma‘qūl) humaine, appartenant à l’espace de l’inintelligible.

Les merveilles du monde dans la tradition arabe

Le genre du livre qui nous intéresse ici s’inscrit dans une tradition littéraire très précise. Les ‘ajā’ib, ou merveilles, qui s’inspirent de la géographie merveilleuse des Grecs du quatrième siècle avant J.-C., apparaissent dans la littérature arabe au 9e siècle.

Les ouvrages de ‘ajā’ib19 répertorient les beautés de la création divine dans les cieux et sur la terre et ils recensent également les phénomènes extraordinaires rapportés ainsi que les rencontres merveilleuses transmises par les voyageurs lors de leurs expéditions aux confins du monde20. D’accès difficile, voire impossible, ces zones les plus éloignées sont assurément l’objet de fantasmes et d’imagination, attendu qu’il est presque inconcevable de s’assurer de l’exactitude des informations.

Il n’est certainement pas fortuit que le plus souvent les ‘ajā’ib se situent aux frontières ou en dehors des terres anthropisées, et plus spécifiquement, encore, de celles du monde musulman. Chaque peuple ayant tendance à se considérer comme le centre du monde (omphalos).

En Orient, la cosmographie21, qui se développe à partir du 12e siècle, est une description du monde qui appartient au registre pseudo-scientifique censée instruire le lecteur et le faire voyager. Néanmoins, elle s’enracine aussi dans le réel en présentant l’ensemble des connaissances d’une époque donnée. Le caractère bigarré des textes22 (légendes, récits de voyageurs, textes scientifiques et pseudo-scientifiques, etc.) confère à ces ouvrages un caractère baroque et pittoresque.

Présentation de L’abrégé des merveilles

Après avoir présenté le genre auquel appartient le livre qui nous intéresse ici, rappelons brièvement la division de L’abrégé des merveilles attribué de façon conjecturale à Ibrāhīm b. Waṣīf Shāh.

L’ouvrage débute par certaines légendes cosmogoniques mentionnant, selon la tradition musulmane, l’ordre dans lequel auraient été créées les différentes parties de l’univers (trône supérieur, trône inférieur, tablette, calame, anges, cieux). Puis, viennent les descriptions des nations créées avant Adam, dont les génies et leur histoire. Selon ce que rapporte l’auteur Dieu aurait créé vingt-huit nations toutes plus surprenantes les unes que les autres :

« il y a une race où les individus sont de haute taille et très agiles, avec des yeux et des ailes, et où le langage est constitué par le claquement des doigts. Dans une autre race, les individus ont des corps de lion et des têtes d’oiseaux, avec des poils et de longues queues, et leur langage est un bourdonnement. Dans une autre, ils ont deux visages, l’un devant, l’autre derrière, et plusieurs pieds ; leur langage est semblable à celui des oiseaux »23.

Dans la mer « Verte », une île est habitée par les descendants du peuple des Nasnās/Nisnās, des hommes possédant une main et un pied et se déplaçant par bond24.

Un chameau et trois étranges créatures solitaires et unijambistes (Nasnās/Nisnās)
Auteur : Zakariyyā ibn Muḥammad Qazwīnī (vers 1203-1283)
Scribe : Muḥammad ibn Muḥammad Shākir Ruzmah-’ī Nathanī
Date : 1121/1717 (ottoman)
folio du manuscrit W.659 de Walters Art Museum, Baltimore

La suite de l’ouvrage est occupée par la présentation de la terre et ce qu’elle renferme, en particulier deux villes mystérieuses situées en dehors du monde : l’une à l’Orient l’autre à l’Occident. Elles sont, écrit-il éclairées par une lumière autre que celle du soleil ou de la lune. Les hommes qui y habitent vivent à peu près 7 000 ans. Puis l’auteur présente les mers et les îles qu’elles renferment. Parmi les récits fantastiques, citons le suivant :

« [la] race merveilleuse est celle des femmes marines que l’on appelle les filles d’eau. Elles ont l’aspect de belles femmes aux cheveux flottants ; elles sont pourvues d’organes sexuels développés et de mamelles, et elles parlent un langage incompréhensible accompagné d’éclats de rire »25.

Après ce chapitre, le Mukhtaṣar al-‘ajā’ib traite de l’histoire depuis Adam, puis des nations principales en dressant leur origine à partir de Noé. On y trouve mentionné l’histoire de Cham qui nous intéresse ici plus particulièrement et que nous présenterons dans la seconde partie de cet article. À l’instar de la table des nations de la Bible, l’auteur classe parmi les descendants de Japhet : les peuples de Gog et Magog, les Grecs anciens, les Slaves, les Byzantins, les Perses, les Turcs, les Chinois, les Lombards, les Romains, les Espagnols et les Francs. Il poursuit en ajoutant que :

« C’est à la race de Sem que Dieu donna la suprématie, les livres révélés, les prophètes. Noé établit Sem avec sa race en une place éminente parmi ses frères »26.

Enfin, le morceau qui clôt ce livre, le plus long d’ailleurs (plus de la moitié de l’ouvrage), est celui qui renferme l’histoire légendaire de l’Egypte, depuis le commencement du monde jusqu’au pharaon de Moïse.

Conclusion

En conclusion, nous aimerions insister sur deux points importants. Tout d’abord, l’importance du genre littéraire auquel appartient l’ouvrage, à savoir le merveilleux, où se côtoient des récits historiques très sérieux et des récits imaginaires les plus fantaisistes. Avide des choses extraordinaires et des phénomènes surnaturels Ibrāhīm ibn Waṣīf Shāh se montre assez souvent plus crédule que certains de ses prédécesseurs27.

En outre, au-delà de l’aspect hétérogène de cet écrit, se pose la question de la paternité incertaine de l’ouvrage comme nous l’avons mentionné plus haut, qui n’est pas sans soulever un certain nombre de difficultés d’appréciation. Néanmoins, malgré toutes ces réserves, l’ouvrage n’est pas dénué d’intérêt dans la mesure ou il nous renseigne sur certains récits et mythes qui pouvaient circuler en Orient au Moyen Âge.

Ces remarques préliminaires, nécessaires, nous permettront de mieux circonscrire, dans la seconde partie de cet article, la malédiction de Cham telle qu’elle est présentée dans le Mukhtaṣar al-‘ajā’ib/L’Abrégé des merveilles.


1. Les éléments biographiques présentés ici sont principalement empruntés à l’article « al-Waṣīfī » de l’Encyclopédie de l’islam, Leyde, Brill, 2005, XI, p. 178-179. On consultera également avec intérêt l’article suivant : Berthelot, M., « Les merveilles de l’Égypte et les savants alexandrins », Journal des savants, 1899, p. 242-253 et 271-277.

2. Cook, Michael, « Pharaonic history in medieval Egypt », Studia Islamica, 57, 1983, p. 67-103 ; Schoeler, Gregor, Verzeichnis der orientalischen Handschriften in Deutschland, Band XVII, Reihe B. Arabische Handschriften, Teil II, Stuttgart, 1990, p. 364-370 ; Encyclopédie de l’islam, Leyde, Brill, 2005, XI, p. 178.

3. Haarmann, Ulrich, Das Pyramidenbuch des Abū Ǧa‘far al-Idrāsī, Beyrouth, 1991 (p. VII).

4. Haarmann, Ulrich, « Das pharaonische Āgypten bei islamischen Autorendes Mittelalters », Orbis Biblicus et Orientalis, XLV, 1990 (p. 48).

5. Al-Bakrī, al-Masālik wa l-mamālik, édition A. P. van Leeuwen et A. Ferré, Tunis, 1992 (paragraphes 895, 905-6, 908-13).

6. Haarmann, Das Pyramidenbuch, p. 99 (texte arabe).

7. Courant religieux judéo-chrétien mal connu, attesté de façon indirecte pour la première fois dans le Coran,

8. Chwolsohn, Daniil Avraamovich, Die Ssabier und der Ssabismus, Saint Petersbourg, 1856.

9. Les Sabéens de la ville de Ḥarrān ont joué un rôle important dans la traduction en arabe des ouvrages issus de l’Empire byzantin.

10. Le Picatrix est le nom latin d’un traité de magie et d’hermétisme médiéval. En réalité, il s’agit de la traduction du traité arabe Ghāyat al-ḥakīm (Le but du sage).

11. « al-Waṣīfī », Encyclopédie de l’islam, Leyde, Brill, 2005, XI p. 179.

12. Intitulé également Kitāb Akhbār al-zamān wa ‘ajā’ib al-buldān.

13. Version publiée par al-Ṣāwī.

14. L’ouvrage a été traduit à la fin du XIXe siècle par le Baron Carra de Vaux, L’abrégé des merveilles (traduit de l’arabe d’après les manuscrits de la Bibliothèque Nationale de Paris), Paris, Librairie C. Klincksieck, 1898.

15. La Bibliothèque Nationale de Paris en possédait plusieurs copies. Carra de Vaux qui a utilisé une grande partie de ces manuscrits a toutefois négligé les copies 1473, 1474 et 1475.

16. Sezgin, Ursula, « Al-Mas‘ūdī, Ibrāhīm b. Waṣīfšāh und das Kitāb Al-‘Ajā’ib », Zeitschrift für Geschichte der Arabisch-Islamischen Wissenchaften (ZGAIW), VIII, 1993, p. 1-70 et Sezgin, Ursula, « Pharaonische Wunderwerke bei Ibn Waṣīf aṣ-Ṣābi’ und al-Mas‘ūdī, I », ZGAIW, IX, 1994, p. 229-243..

17. Carra de Vaux, « Note sur un ouvrage attribué à Maçoudi », Journal Asiatique, tome VII, 1896, p. 133-144 (p. 133).

18. Ibidem et Carra de Vaux, L’abrégé des merveilles, p. XXXII-XXXV.

19. L’ouvrage attribué à Jāḥiẓ, le Kitāb al-‘ibar wa l-i‘tibār est peut-être le premier livre qui énumère les merveilles du monde, qui seraient le témoignage de la sagesse de Dieu. Il débute son ouvrage en citant des sources syriaques et une source pehlevi.

20. Rappelons qu’à cette époque on se représente le monde ceint par une mer. Les îles se trouvant à l’extrémité du monde étant ainsi source d’une imagination sans bornes.

21. Sur les sources d’inspiration de ce genre voir Jean-Charles Ducène, « Introduction » (au dossier) Merveilles, géographie et sciences naturelles au Proche-Orient médiéval, Annales islamologiques [En ligne], 51, 2017, paragraphes 13 et 14.

22. Quant aux sources de ces textes, celles-ci sont soient des témoignages oraux ou des sources écrites.

23. L’abrégé des merveilles, p. 16.

24. L’abrégé des merveilles, p. 16 et 25.

25. L’abrégé des merveilles, p. 27.

26. L’abrégé des merveilles, p. 130.

27. « Ce développement dans le discours géographique arabe est perceptible à la fin du IVe/Xe siècle dans l’Abrégé des merveilles d’Ibrāhīm ibn Waṣīf Šāh, car celui-ci concentre son attention dans la description des mers sur les animaux ou les créatures étranges qui les peupleraient. Cependant, tous les auteurs ne font pas preuve d’une même crédulité, et si al-Ǧāḥiẓ est sceptique par rapport à la gouaillerie des marins, al-Bīrūnīne donne guère de crédit à l’information rapportée par al-Ǧayhānī », Jean-Charles Ducène, « Introduction » (au dossier) Merveilles, géographie et sciences naturelles au Proche-Orient médiéval, Annales islamologiques [En ligne], 51, 2017, paragraphes 10 et 11.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Farid Bouchiba (7 décembre 2023). La malédiction de Cham dans le kitāb al-‘ajā’ib attribué à Ibrāhīm ibn Waṣīf Shāh (I) : présentation de l’auteur et de l’oeuvre. ReLRace - Religions, lignages et « race ». Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tl9u


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search