La généalogie noachide dans la tradition arabo-musulmane 

Le nasab désigne chez les Arabes la généalogie remontant aux temps les plus anciens. Le nasab est censé offrir la validation historique de la parenté et de tout ce qu’il implique. Le nasab, qui est l’une des premières expressions de la conscience historique dans la péninsule Arabique, est une source importante de renseignements pour l’histoire des débuts de l’islam.

Comme le révèlent certaines sources arabes, la présentation des ouvrages généalogiques sous forme d’« arbres » se répandit assez largement comme une méthode efficace permettant de saisir aisément les relations généalogiques entre individus ou tribus. 

Arbre généalogique extrait de al-Shajara al-nabawiyya d’al-Maqdisī

Dans la péninsule Arabique, la généalogie se différenciait par sa forme tribale plutôt qu’individuelle. Toutefois, avec l’arrivée de l’islam et l’énorme accroissement des populations non-Arabes au détriment de la réduction progressive de l’élément bédouin, la valeur de la parenté changea et diminua. Cependant, elle demeura un principe important dans le monde musulman, pour des raisons telles que certains privilèges rattachés à la « noblesse » en fonction de l’origine tribale.

On ne cessa de s’interroger dans le monde musulman afin de savoir si la noblesse personnelle d’un individu devait se définir par son nasab, la noblesse ancestrale (et héritée), ou par son ḥasab, la noblesse acquise (la noblesse de caractère et de conduite).

À l’époque abbasside, la shu‘ūbiyya, qui est un mouvement interne à la société musulmane, déniait toute primauté aux Arabes. Ce mouvement fort hétérogène comprenait ceux qui appelaient à l’égalité entre non-Arabes (‘ajam) et Arabes – on les rencontre aussi sous le nom d’ahl al-taswiya -, mais encore ceux qui soutenaient la suprématie des non-Arabes et déniaient toute importance particulière aux Arabes dans le passé comme dans le présent. 

Dans son Kitāb al-‘Arab, le polygraphe Ibn Qutayba (m. 889) s’attache à examiner parallèlement les vertus des Persans et celles des Arabes, à commencer par leur généalogie respective. Ici apparaît une conception curieuse de la parenté généalogique entre Arabes et Persans d’une part, et « gens du Livre » d’autre part. Pour Ibn Qutayba — qui se réfère à Wahb b. Munabbih — les Persans descendent directement de La’ūdh b. Iram b. Sām b. Nūḥ. C’est à dire que si leur généalogie se sépare de celle des Arabes à partir de Sem, ils n’en sont pas moins d’authentiques « Sémites ». Toutefois, ils n’ont aucun titre à se réclamer de Sarah et d’Isaac. Les descendants d’Isaac sont les « gens du Livre », Israélites (Banū Isrā’īl) et Grecs (Rūm). On sait au reste que les Arabes sont descendants d’Ismaël et d’Agar.

La généalogie noachide dans la tradition arabo-musulmane 

Le Noé de la Bible, est un personnage qui jouit d’une faveur toute particulière dans le Coran et dans les sources musulmanes. Alors que la Bible ne le considère pas comme un prophète, les savants musulmans le placent à un rang remarquable parmi les prophètes. Selon le Coran, il est le rasūl amīn, « le fidèle envoyé de Dieu » (Coran XXVI, 107). Selon les récits les plus répandus, Noé (Nūḥ) est considéré comme le second père de l’humanité. L’exégèse coranique connaît par la Bible les noms des fils de Noé : Sem (Sām), Cham (Ḥām) et Japhet (Yāfith). Une tradition ajoute un quatrième fils Koush. 

Coran 11, 40

Si la littérature religieuse connaît assurément le récit biblique de Noé, elle s’en distingue sur de nombreux traits. Ainsi, Noé prend dans l’Arche le corps d’Adam, qui sert à séparer les femmes des hommes ; l’abstinence étant requise dans l’Arche aux hommes comme aux animaux. D’après certains récits, seul Cham parmi les hommes enfreint cet interdit, et il aurait donc été puni par la couleur noire de sa peau et la réduction en esclavage de sa descendance. 

Précisons que le Coran ne cite aucun des fils de Noé par leur nom, mais y fait allusion dans certains de ses versets (Coran VII, 64, X, 73, XI, 40, XXIII, 27 et XXVI, 119). Ce sont les exégètes qui apportent des précisions au sujet des fils de Noé (Ḥām, Sām et Yāfith). 

Arbre généalogique d’Adam jusqu’aux descendants de Noé
Silsile-name (Vienne, Autriche ; Austrian National Library (ANL) A. F. 17 ; date : 1104/1692)

Les traditions musulmanes font remonter les Perses et les Rūm (Romains et Byzantins) parfois à Sem, qui aurait reçu le milieu de la terre en héritage (Coran XXXVII, 77 ; l’historiographie islamique a conservé de la table des nations de Genèse X des notions conformes à la situation géographico-politique de l’époque), et parfois à Japhet. 

Les histoires bibliques (Genèse IX, 20-7) du péché et du châtiment de Cham et des bénédictions accordées à Sem et à Japhet sont connues d’après certains textes arabes. Alors que le vent avait dénudé Noé, Sem et Japhet le recouvrirent tandis que Cham se mit à rire.  Conséquemment, Noé proféra l’imprécation suivante : des prophètes naîtront de la descendance de Sem, des rois et des héros de Japhet et des esclaves noirs de Cham. Toutefois, les descendants de Cham se marièrent avec des membres de la famille de Japhet de telle façon que les Abyssins, ainsi que les habitants de Hind et de Sind naquirent de Koush fils de Cham, et les Coptes étaient les rejetons de l’union de Qūṭ fils de Cham et d’une descendante de Japhet.

Certaines traditions connaissent le récit biblique de la Genèse (IX, 18-27) selon lequel ce ne serait pas Cham, mais son fils Canaan qui aurait été maudit pour la faute commise par son père. Les péchés de Cham, tels l’acte de chair pratiqué dans l’Arche et l’offense faite à son père, sont différemment rapportés par les historiens musulmans qui relatent aussi que Cham, blanc de naissance, serait devenu noir à la suite de la malédiction de Noé. Toutefois, un texte rapporté par Ṭabarī adoucit la destinée de Cham, qui réduit à la condition d’esclave, bénéficierait de la magnanimité de ses frères.

Si, de façon générale, la paternité des Abyssins (Ḥabasha) ainsi que celles des gens de Sind et de Hind, sont attribuées à Cham, les Nubiens en revanche ne lui sont pas toujours rattachés. Dans l’une des généalogies transmise par al-Ṭabarī, sous l’autorité de Wahb b. Munabbih, c’est de Canaan (Kan‘ān), frère de Koush (Kūsh) et de son épouse, arrière petite-fille de Japhet, que descendent les Nubiens avec les populations du Fazzān, les Zanj et tous les Noirs. 

arbre généalogique représentant la descendance noachide tiré de : Sabā’ik al-dhahab d’al-Suwaydī

La descendance de Japhet est donnée de diverses manières, parfois selon la tradition biblique (al-Ṭabarī), et quelquefois avec des variantes (al-Kisā’ī). Japhet est le plus souvent considéré comme l’ancêtre de Gog et Magog (Ya’jūj et Ma’jūj), souvent celui des Turcs et des Khazars et parfois celui des Slaves (Ṣaqāliba). Rappelons que Gog et Magog sont les noms de peuples apocalyptiques connus de l’eschatologie biblique et coranique (Coran XXI, 96).

Les récits calomnient très rarement Japhet, sauf dans le Ta’rīkh al-Ṭabarī, où d’après un récit il est indiqué que rien de bon ne vient de Japhet. 

Les narrations sur Gog et Magog telles qu’on les rencontre dans les sources musulmanes sont très hétérogènes. Ils sont parfois considérés comme des enfants d’Adam mais pas d’Ève, parce qu’on dit qu’ils seraient nés de pertes séminales nocturnes d’Adam mêlées avec de la poussière (Ka‘b al-Aḥbār). On a également pu écrire, que seul Gog descendrait d’Adam, alors que Magog serait une progéniture du sang menstruel d’Ève. D’après Wahb b. al-Munabbih Gog et Magog ne sont ni ins (humain) ni jinn (Ṭabarī) ; cependant d’après d’autres traditions ils seraient les descendants de Japhet (Ṭabarī).

Présentation des enfants de Noé extrait de : Sabā’ik al-dhahab d’al-Suwaydī

Conclusion

Au total, d’après les versions arabes les plus répandues, Sem serait l’ancêtre des Arabes, Japhet celui des Rūm, et Cham celui des Noirs. Parmi ces derniers, la tradition accorde la précellence à Sem, Noé ayant invoqué en faveur de ce fils afin que Dieu le protège lui et ses descendants comme ce dernier avait protégé l’intimité de son père. Sem est donc le fils béni de Noé duquel descendent les Prophètes. 




Citer ce billet
Farid Bouchiba (2023, 14 décembre). La généalogie noachide dans la tradition arabo-musulmane . ReLRace - Religions, lignages et « race ». Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tl9v

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search