Tabari et la malédiction de Cham (I)

Pour peu qu’on lise quelques travaux sur la question raciale en islam, il est très difficile d’ignorer la référence à un récit selon lequel Cham, ancêtre des Noirs, aurait été maudit par son père Noé. Certains auteurs ont essayé d’apporter différentes explications concernant l’origine de ce récit. Mais nous sommes bien loin de croire que ce sujet ait été épuisé par ces différentes recherches, et pour cette raison nous proposons d’y revenir en offrant un nouvel éclairage. En effet, la croyance qui fait des Noirs les descendants d’un père maudit, qui auraient hérité de sa malédiction est une de ces croyances à la fois scientifiquement erronées et socialement désastreuses. Lorsqu’on analyse plus précisément la nature de cette supposée malédiction nous rencontrons beaucoup de divergences. Pour les uns, c’est la servitude séculaire qui serait le résultat de l’anathème. Pour les autres, c’est la couleur noire qui serait la marque sensible de l’imprécation. Et les descendants de Cham auraient reçu cette marque d’infamie. D’autres considèrent que la servitude et la couleur seraient toutes deux l’effet de cette malédiction.  Par voie de conséquence, cette malédiction est imprécise dans son essence et elle n’est pas plus caractérisée dans sa géographie. Or plusieurs travaux affirment que contrairement à la version biblique ou aux exégèses rabbiniques, les versions musulmanes soutiendraient que la malédiction de Noé aurait consisté à la fois au noircissement de la peau des descendants de Cham et à leur condamnation à l’esclavage1. D’autres travaux attribuent plus spécifiquement à Ṭabarī la responsabilité de ce récit, ajoutant que la traite négrière aux Amériques trouverait ensuite une justification dans cette version révisée du récit biblique2 !

Cette contribution vise donc à présenter et analyser les versions de la « malédiction de Cham » rapportées dans le Ta’rīkh al-rusūl wa l-mulūk (Histoire des prophètes et des rois) de Ṭabarī (m. 310/923). Cette étude sera menée en deux temps. Nous présenterons dans une première partie Ṭabarī, ainsi que les occurrences de la malédiction de Cham rencontrées dans son Ta’rīkh . Dans un second volet nous analyserons ces textes, ce qui nous permettra alors de résumer en conclusion la véritable pensée de Ṭabarī sur cette malédiction présumée.

Abū Ja‘far Muḥammad b. Jarīr al-Ṭabarī (224/839-310/923, Bagdad) est un esprit dont les compétences englobent la tradition (sunna), le droit (fiqh), les lectures du Coran, mais qui est surtout connu pour avoir été l’historien universel par excellence et le commentateur du Coran des trois ou quatre premiers siècles de l’Islam. Les ouvrages d’al-Ṭabarī qui nous sont parvenus offrent très peu d’informations biographiques, même s’ils nous mettent souvent sur la voie de ses professeurs et de personnes faisant autorité, contribuant ainsi à l’évaluation de sa personnalité et de ses positions intellectuelles. Al-Ṭabarī est originaire d’Amul au Ṭabaristān (Iran) où son père Jarīr était très vraisemblablement un propriétaire terrien assez riche. Sa fortune lui permit d’offrir à son fils des revenus stables pendant sa jeunesse, et après le décès de son père Ṭabarī hérita d’une portion de son domaine. Ce qui lui donna le moyen d’être indépendant et de ne pas aller à la recherche d’un mécène3.

Ta’rīkh de Ṭabarī, éd. De Goeje, Brill, 1881

1) Présentation biographique

Élève précoce, il mémorise le Coran à l’âge de sept ans, dit-on. À douze ans il commence son voyage fī ṭalab al-‘ilm (en quête de science) et se rend à Rayy (Iran) où il reste cinq ans. À dix-sept ans il quitte Rayy pour Bagdad, capitale du califat avec l’objectif d’étudier auprès du très célèbre traditionniste Aḥmad b. Ḥanbal (m. 241/855), mais ce dernier meurt avant leur rencontre. Après quelques années, il se dirige vers la Syrie, la Palestine et l’Égypte. Il excellait dans un grand nombre de science : lecture et exégèse coraniques, ḥadīth, histoire, fiqh (droit), poésie, etc. L’un des éléments les plus saillants dans son approche des sciences est son emphase pour la compilation. Dans ses livres, après avoir cité ses sources, il ne procède pas systématiquement au tarjīḥ4, opération qui consiste à faire prévaloir un avis sur les autres. C’est d’ailleurs ce qui amène nombre de chercheurs modernes un peu hâtifs à de graves méprises en attribuant à ce savant des propos qu’il ne fait que relater.

2) La malédiction de Cham dans le Ta’rīkh de Ṭabarī

Plusieurs sources arabes rapportent une étiologie de l’esclavage des populations noires fondées sur le récit de la malédiction de Cham alors même que le Coran n’évoque nullement cette malédiction. Le Coran mentionne de manière elliptique la vie du Prophète Noé (une quarantaine d’occurrences et dix péricopes). Toutefois, le Coran ne fait nullement mention des enfants de Noé. Les savants musulmans ont le plus souvent compensé ce vide narratif à partir de récits extra-coraniques, les fameuses isrā’īliyyāt. Ce terme désigne les références empruntées à la littérature judéo-chrétienne (les écritures canoniques, apocryphes et leurs commentaires), abordant les sujets suivants : cosmogonie, histoire des patriarches et des prophètes relatifs aux Fils d’Israël (Banū Isrā’īl). Ṭabarī ne fait pas exception à la règle. En effet, sa chronique rapporte la vie de Noé en l’augmentant de moult détails eu égard au texte coranique. Il fait également mention à plusieurs reprises des enfants de Noé et transmet différentes versions de la malédiction de Cham.

Avant d’aller plus avant, voyons de quelle manière la malédiction de Cham (Ḥām) apparaît dans les écrits de cet historien.

Voici traduit en français les différents textes où Cham apparaît dans le Ta’rīkh de Ṭabarī, afin de se faire une idée précise sur ladite malédiction ainsi que sur la généalogie noachide. Lisons ces textes rapportés par Ṭabarī sur le sujet qui nous intéresse ici, ils suffiront pour situer le problème.

Tous ces extraits, cités par ordre d’apparition dans le Ta’rīkh, se trouvent dans le premier volume consacré aux histoires des Prophètes (Qiṣaṣ al-anbiyā’), plus précisément au chapitre suivant : « Mention des événements qui se sont déroulés à l’époque de Noé, sur lui la paix » (Dhikr al-aḥdāth allatī kānat fī ‘ahd Nūḥ ‘alayhi al-salām).

1. « al-Qāsim nous a rapporté (ḥaddathanā), il a dit : al-Ḥusayn nous a rapporté, il a dit : Ḥajjāj m’a rapporté, il a dit : Ibn Jurayḥ a dit : il m’a été rapporté que Noé emmena avec lui [dans l’arche] ses trois fils et leurs trois épouses, ainsi que la femme de Noé. Ils étaient huit avec leurs épouses. Voici les noms de ses enfants : Japhet (Yāfith), Cham (Ḥām) et Sem (Sām). Ḥām eut un rapport sexuel avec sa femme dans l’arche (safīna)5. Noé invoqua afin que sa semence fût altérée. Ainsi, il eut une descendance noire (al-sūdān) ».

2. « Al-Ḥārith nous a rapporté, il a dit : Ibn Sa‘d nous a rapporté, il a dit : Hishām m’a informé (akhbaranī), il a dit : mon père m’a informé [qu’il tenait] de Abū Ṣāliḥ d’Ibn ‘Abbās ; [ce dernier] a dit : Noé eut [plusieurs] enfants : Sem (Sām) dont les enfants/descendants sont blancs (bayāḍ) et bruns (udma), Cham (Ḥām) dont les enfants/descendants sont noirs (sawād) et peu blancs (bayāḍ qalīl) et Japhet (Yāfith) [dont les descendants ont le] teint vermeil (shuqra) et rougeâtre (ḥumra). C’est Kan‘ān qui s’est noyé. Les Arabes l’appellent Yām ».

3. « Canaan (Kan‘ān) fils de Cham (Ḥām) fils de Nawḥal se maria à Artīl fille de Batāwīl fils de Turs fils de Japhet (Yāfith) fils de Noé. Elle enfanta de lui les Noirs (al-aswād) : Nūba, Fazzān, Zanj, Zaghāwa et tous les groupes noirs (ajnās al-sūdān). 

Ibn Ḥumayd nous a rapporté, il a dit : Salama nous a rapporté d’Ibn Isḥāq dans une tradition. Il a dit : le peuple de la Torah prétend (yaz‘umu) que cela se réalisa suite à l’imprécation de Noé contre son fils Cham (Ḥām). En effet, alors que Noé s’était endormi sa ‘awra6 (pudenda) fut découverte. Cham qui vit sa ‘awra ne la recouvrit pas. Sem et Japhet qui virent sa nudité jetèrent un vêtement/tissu afin de la couvrir. Lorsque Noé se réveilla, il apprit ce que Cham, Sem et Japhet avaient fait. Il dit : maudit soit Canaan fils de Cham. Qu’ils soient7 les esclaves de ses frères. Il ajouta : que Dieu mon Seigneur apporte Ses bénédictions à Sem. Et que Cham soit l’esclave de ses frères. Et que Dieu récompense Japhet. Qu’il occupe les habitations de Cham et que Canaan soit leur esclave ».

4. « D’autres qu’Ibn Isḥāq ont dit : Noé invoqua en faveur de Sem afin que les Prophètes (anbiyā’) et les Messagers (rusul) appartiennent à sa descendance. Il invoqua en faveur de Japhet afin que les rois (mulūk) appartiennent à sa descendance. Il débuta par l’invocation pour Japhet qu’il fit avant celle pour Sem. Et il invoqua contre Cham afin que sa couleur soit altérée et que ses descendants soient les esclaves de Sem et Japhet ».

5. « Il a dit : il est mentionné dans les livres (al-kutub) qu’il (Noé) s’attendrit à l’égard de Cham après cela8. Ainsi, il invoqua en sa faveur afin que ses frères aient de la bienveillance (ra’fa) pour lui. Il invoqua en faveur de ses petits-enfants, Kūsh fils de Cham et Jāmir fils de Japhet fils de Noé. Et cela car beaucoup de ses petits-enfants rejoignirent Noé et le servirent, comme ses propres enfants le firent. Ainsi, il invoqua en faveur de beaucoup parmi eux ».

6. « Il a dit : les enfants de Cham fils de Noé sont : al-Nūba, al-Ḥabasha, Fazzān, al-Hind et al-Sind, et les peuples des côtes (sawāḥil) orientales et occidentales ».

7. « Les descendants de Cham s’établirent en direction du sud et du vent d’ouest (al-dabūr), on appelle cette région al-Dārūm9. Dieu a placé en eux la couleur basanée (udma) et un peu de blanc ».

8. « Aḥmad fils de Bashīr fils d’Abū ‘Abd Allāh al-Warrāq m’a rapporté, il a dit : Yazīd fils de Zuray‘ nous a rapporté de Sa‘īd de Qatāda d’al-Ḥasan de Samura qui a dit : le Messager de Dieu a dit : Sem est le père des Arabes, Japhet le père des Rūms et Cham le père des Ḥabash ».

9. « al-Qāsim fils de Bishr fils de Ma‘rūf a dit : Rawḥ nous a rapporté, il a dit : Sa‘īd fils de Abū ’Arūba nous a rapporté de Qatāda d’al-Ḥasan de Samura fils de Jundub du Prophète qui a dit : les enfants de Noé sont [au nombre] de trois : Sem, Cham et Japhet. Sem est le père des Arabes, Cham le père des Zanj et Japhet le père des Rūms ».

10. « Abū Kurayb nous a rapporté, il a dit : ‘Uthmān fils de Sa‘īd nous a rapporté, il a dit : ‘Abbād fils d’al-‘Awwām nous a rapporté de Sa‘īd de Qatāda d’al-Ḥasan de Samura qui a dit : le Messager de Dieu a dit : Sem est le père des Arabes, Japhet le père des Rūms et Cham le père des Ḥabash ».

11. « ‘Abd Allāh fils d’Abū Ziyād m’a rapporté, il a dit : Rawḥ m’a rapporté, il a dit : Sa‘īd fils de Abū ’Arūba nous a rapporté de Qatāda d’al-Ḥasan de Samura du Prophète qui a dit : les enfants de Noé sont : Sem, Cham et Japhet. ‘Abd Allāh a dit, Rawḥ a dit j’ai retenu [le nom de] Yāfith (Japhet) et j’ai entendu une fois Yāfit (Japhet).

Ce ḥadīth est transmis de ‘Abd al-A‘lā fils de ‘Abd al-A‘lā de Sa‘īd de Qatāda d’al-Ḥasan de Samura de ‘Imrān fils de Ḥuṣayn du Prophète ».

12. « ‘Imrān fils de Bakkār al-Kalā‘ī m’a rapporté, il a dit : Abū al-Yamān nous a rapporté, il a dit : Ismā‘īl fils de ‘Ayyāsh nous a rapporté de Yaḥyā fils de Sa‘īd qui a dit : j’ai entendu Sa‘īd fils d’al-Musayyib dire : les enfants de Noé sont trois et chacun a eu trois enfants : Sem, Cham, Japhet. Les enfants de Sem sont les Arabes, les Perses et les Rūms. Dans chacun de ceux-là se trouve un bien. Les enfants de Japhet sont les Turcs, les Slaves (Saqāliba) et Gog et Magog (Ya’jūj wa Ma’jūj). Il ne se trouve aucun bien chez aucun de ces derniers. Les enfants de Cham sont les Coptes (Qibṭ), les Sūdān et les Berbères ».

13. « Il a été rapporté de Ḍamra fils de Rabi‘a d’Ibn ‘Aṭā’ de son père qui a dit : les enfants de Cham sont tous ceux qui sont noirs aux cheveux crépus (ja‘d) ; les enfants de Japhet sont ceux qui ont un grand visage et des petits yeux ; les enfants de Sem sont tous ceux qui ont un beau visage et de beau cheveux. Il a dit : Noé invoqua afin que les cheveux des enfants de Cham ne dépassent pas leurs oreilles et que chaque fois que ses descendants rencontreront les descendants de Sem, [ces derniers] les réduiront en esclavage ».

Voici donc présentés les treize occurrences de Cham dans le chapitre relatif aux histoires des Prophètes (Qiṣaṣ al-anbiyā’), du Ta’rīkh de Ṭabarī.

Dans la contribution suivante, nous analyserons les textes mentionnés ici et nous présenterons la position de ce savant au sujet de la malédiction de Cham.

Nous montrerons plus particulièrement que ces textes doivent être lus à l’aide de la critique interne afin d’évaluer la validité de ces sources.


1. Lewis, Bernard, Race and Slavery in the Middle East: An Historical Enquiry, Oxford, Oxford University Press, 1990 : « These Islamic versions depart in two significant respects from the biblical and rabbinic versions: first, that Ham, who is stricken by the curse, is presented primarily as the ancestor of the dark-skinned peoples; second, that the curse consists of the double burden of servitude and blackness… For the sellers and buyers of black slaves, the curse of Ham provided both an explanation and a justification. When sugar and cotton and the black slave to cultivate them were transplanted, via the Iberian Peninsula and the Atlantic islands, to the new lands in the Americas, the moral problem and the mythical solution came with them, and Christian defenders of black slavery found justification in this amended version of the biblical tale. » (p. 125) ; Goldenberg, David, « The Curse of Ham: A Case of Rabbinic Racism? », in Salzman, Jack and West, Cornel, Struggles in the Promised Land: Towards a History of Black-Jewish Relations in the United States, Oxford, Oxford University Press, 1997, p. 21-51 : « From the seventh century onwards the concept appears as a recurring theme among Islamic writers who tightly link blackness and slavery. In some, blackness is added to the biblical story of the curse of slavery; in others, blackness and slavery occur together as curses in an extrabiblical framework… The persistence of this linkage of slavery with blackness in the Islamic world is explained by Islam’s long history of enslaving black Africans… In Islamic history, it was not Canaan who was enslaved, but black Africa. The biblical curse story was then reinterpreted to embrace both slavery and blackness — Islam’s own etiological myth. The same mythic justification was then adopted from Islam by other societies in which the Black became the slave. Christian Europe, after its discovery and enslavement of black Africa, and antebellum America commonly relied upon the Curse of Ham to maintain the existing order ». (p. 34-35) et Goldenberg, David, The Curse of Ham: Race and Slavery in Early Judaism, Christianity, and Islam, Princeton, Princeton University Press, 2003, p. 104 et 170 ; Firestone, Reuven, « Early Islamic Exegesis on the so-called ‘Hamitic-Myth’ », in Tzvi Langerman (ed), Adaptations and Innovations: Studies on the Interaction between Jewish and Islamic Thought and Literature from the early Middle Ages to the late Twentieth Century, dedicated to Professor Joel L. Kraemer, Leuven, Peeters, 2008, p. 51-66 : « There is no association, according to Goldenberg, between black skin color and slavery at the biblical or rabbinic level. That association would come only later with the Islamic and then later Christian interpretive layers, when the curse of slavery and blackness are joined together in order to provide authoritative justification for enslaving Africans Under Muslim and Christian slavers » (p. 53). Trigano, Shmuel, « La figure biblique de Ham : Un essai de clarification », Pardès 1, 2008, p. 9-16 : « L’islam fera un usage immodéré de la malédiction de Ham pour asseoir la légitimité de l’esclavage africain que la conquête islamique allait considérablement développer » (p. 14), « Le début de l’islam verra le développement de l’esclavage des Noirs, dû à la proximité de l’Arabie et de l’Éthiopie. Dans les écrits de l’islam du VIIe siècle, quand l’Afrique fut conquise, le lien entre Noir, esclavage et malédiction se constitua et est avéré dans les textes… Le commerce des esclaves se développa et s’étendit à l’Afrique du Nord et de l’Ouest… L’islam considéra que l’esclavage était une propédeutique de l’islam pour les païens. La catégorie « noir » commença alors à désigner des groupes ethniques spécifiquement référés à la couleur et donc à la race et plus tellement au récit biblique. Cette dimension par contre n’existait pour ainsi dire pas dans la Bible et le judaïsme rabbinique » (p. 15-16) ; « jusqu’aux environs de l’An Mil, le propos d’Origène ne suscite pas d’intérêt particulier. « Ce sont les musulmans qui, les premiers, s’en sont servis afin de légitimer l’esclavage des Noirs. Il suffisait pour cela d’indiquer qu’ils descendaient directement de Cham », note Olivier Grenouilleau (Traites négrières, Gallimard 2004). L’idée est formulée par l’érudit arabe Al-Tabari au Xe siècle. Il suggère que la malédiction biblique eut pour effet d’entraîner le noircissement des descendants de Cham et aussi de les condamner à l’esclavage. », « Cham, malédiction de Cham », Le dictionnaire de l’Histoire https://www.herodote.net/Cham_malediction_de_Cham-mot-435.php

2. Sweet, James H., « The Iberian Roots of American Racist Thought », The William and Mary Quarterly, vol. 54, no. 1, 1997, p. 143-66 (plus particulièrement « Muslim Antecedents », p. 145-150) : « Islamic interpretations of Noah’s curse varied, but a tenth-century Persian historian, Tabari, presented a typically racial response. In what is considered the major Arabic historical work of the period, Tabari wrote: « Ham begot all blacks and people with crinkly hair. Yafit [Japheth] all who have broad faces and small eyes (that is, the Turkic peoples) and Sam [also called « Shem » or « Sem, » the mythical ancestor of the « Semites »] all who have beautiful faces and beautiful hair (that is, the Arabs and Persians); Noah put a curse on Ham, according to which the hair of his descendants would not extend over their ears and they would be enslaved wherever they were encountered ». In Muslim cosmology, the sub-Saharan African emerged as the son of Ham, destined to perpetual servitude. The Hamitic curse provided a justification for the increasing debasement of sub-Saharan Africans. Muslim vilification of blacks was constantly being refined as blackness and slavery came to be regarded as synonymous. Muslims came to view slavery as the condition that best suited sub-Saharan Africans. It had been an integral part of Islamic society since the religion’s beginnings… Blackness quickly became a metaphor for servitude, and the curse of Ham legitimized the continued su jugation of black Africans. Over time, Iberian Christians became acquainted with the Muslim system of black slavery and adopted the same sets of symbols and myths, with additional arguments » (p. 148-149).

3. Voir « Ṭabarī », Encyclopédie de l’Islam2, Leyde, Brill, 2002, X p. 11-16 (C.E. Bosworth) et Ṭabarī, The History of al-Tabari Vol. 1: General Introduction and From the Creation to the Flood, translated by Franz Rosenthal, Albany, State University of New York Press, (« The Life and Works of al-Ṭabarī », p. 5-134).

4. Les études sur Ṭabarī exagèrent assez souvent en soutenant qu’il procédait toujours au tarjīḥ. La seule lecture de son Ta’rīkh démontre le contraire.

5. La translation anglaise fautive propose la traduction suivante : « Ham attacked his wife (sexually) in the ark… » (The History of al-Tabari, I p. 365). Le verbe aṣāba, qui littéralement veut dire atteindre le but, signifie ici avoir un rapport sexuel et aucunement attaquer sexuellement une personne.

6. Il est notoire que pour l’ensemble des juristes il est interdit de regarder la ‘awra d’une tierce personne. La ‘awra est la partie du corps qu’on ne peut montrer à une personne étrangère. À l’évidence, les divergences qui sont nombreuses au sujet de la ‘awra ne sont pas rapportées ici. Voir Chaumont, Éric, « La notion de ‘awra selon Abū 1-Ḥasan ‘Alī b. Muḥammad b. al-Qaṭṭān al-Fāsī (m. 628/1231) », Revue du monde musulman et de la Méditerranée, 2006, n° 113-14, p. 109-123.

7. C’est-à-dire les descendants de Cham.

8. C’est-à-dire après avoir lancé ses imprécations contre Cham.

9. En hébreu darōm veut dire sud.



OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Farid Bouchiba (28 septembre 2023). Tabari et la malédiction de Cham (I). ReLRace - Religions, lignages et « race ». Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tl9l


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search