Quelle marque porte Caïn ?

Si la nature de la marque de Caïn a fait couler beaucoup d’encre, elle n’est – à l’origine du moins – pas considérée comme une sanction en soi mais plutôt comme faisant partie de la sanction. Progressivement cependant, la littérature exégétique se fixe plus particulièrement sur la question de la nature de la marque. Certaines propositions sont très originales et se retrouvent plus spécifiquement dans telle ou telle religion. Cependant, globalement, les productions des rabbins ou des pères de l’Eglise à ce sujet témoignent, là encore, des nombreuses circulations à l’œuvre.

Ainsi, dans sa lettre à l’évêque Optimus, souvent datée en 377, Basile de Césarée liste d’abord les sept péchés dont Caïn s’est rendu coupable1, puis il imagine autant de sanctions. Selon Basile, la terre est maudite pour Caïn (1) mais ce dernier doit pourtant la labourer (2) sans succès (3). Caïn est condamné à grogner (4) et à trembler (5). Il est séparé de Dieu (6) et marqué (7) pour afficher sa honte2.

Parallèlement, le Midrash Bereshit Rabbah, compilé à partir du Ve siècle mais rassemblant des traditions vraisemblablement plus anciennes, liste différents avis, souvent divergents :

« Et Dieu apposa une marque sur Caïn (Gen. 4:15) (…)  Rabbi Yehudah dit : « il a fait briller le soleil sur lui ». Ce à quoi répond Rabbi Nechemiah : “sur ce pécheur Dieu aurait fait briller le soleil ? Il a plutôt fait briller la lèpre (tzara’at) sur lui ! (…) Un sage a dit : “il lui a donné un chien”. Aba Yosi ben Keisari dit : “il a fait pousser une corne sur lui »

Midrash Bereshit Rabbah 22: 12.

Ce Midrash comme la lettre de Basile de Césarée offrent déjà une belle gamme de marques potentielles. De nombreuses autres propositions coexistent et on peut les distinguer en trois catégories. Pour certains auteurs la marque est un signe apposé sur le corps de Caïn, pour d’autres c’est le corps tout entier de Caïn qui constitue la marque, pour quelques-uns enfin c’est une déformation du corps du fratricide qui est à l’œuvre.

Un marquage corporel

L’idée selon laquelle le signe que porte Caïn serait une marque corporelle constitue un poncif dans la littérature contemporaine reflété par de nombreuses encyclopédies, y compris religieuses3. Une telle unanimité est sans doute la conséquence des pratiques de marquage des criminels ou des indésirables, fréquentes en Occident depuis l’époque moderne. Cependant, le marquage corporel n’a pas toujours été un signe d’infamie. La Bible elle-même témoigne de cette ambivalence. Dans le livre d’Ezéchiel (9 :4-6) ceux qui protestent contre le péché sont protégés par une marque sur le front. Il en est de même dans l’Apocalypse (7 :3) où ce sont les serviteurs de Dieu qui sont marqués au front. Mais l’inverse est également possible ; dans le même livre de l’Apocalypse un peu plus loin (14 :9-11), ce sont cette fois les adorateurs de la « bête » qui sont marqués.

La première mention explicite d’une marque corporelle apposée sur Caïn figure dans le Targum Jonathan (VIIIe-XIIe siècle), traduction et augmentation de la Bible en araméen :

« Le Seigneur lui dit : Voici, quiconque tuera Kaïn sera vengé jusqu’à sept générations. L’Éternel apposa sur le visage de Kaïn la marque du Nom grand et honorable, afin que quiconque le trouverait ne le tuât pas en la voyant sur lui » (4 :15)

Il n’y a cependant pas d’unanimité, y compris pour les traditions optant pour une marque corporelle, quant à la nature et à la localisation de la marque. Dans les Pirkei de Rabbi Eliezer (VIIIe-IXe siècle), la marque de Caïn n’est constituée que d’une seule lettre apposée sur le bras (21 :10). Le Zohar (XIIIe siècle) reprend cette tradition (I 36 b). Rashi (c. 1040-1105) mélange lui les traditions en expliquant que la marque est une des lettres du nom de Dieu apposé sur le front de Caïn4.

Cette idée d’une marque corporelle se retrouve également dans diverses traditions chrétiennes. Elle est évoquée dans la Vie d’Abel (Ve-VIe siècle) un texte syriaque où Caïn tremble et porte un signe si terrible sur son front que sa propre mère se lamente non seulement pour Abel mais également pour Caïn5. Ce motif percole au travers des âges et Ruth Mellinkoff le repère aussi bien dans l’Angleterre du Moyen Âge au sein du Beowulf ou dans le Cursor Mundi, qu’en France au XVe siècle dans le Mystère de la Passion d’Arnoul Greban. Sur le plan iconographique, elle cite deux exemples le psautier anglais Bohun daté de 1370 et la fresque de Camposanto de Pise postérieure d’une vingtaine d’années6. Dans l’ensemble, l’option d’un marquage corporel n’est pas la principale privilégiée dans l’Occident chrétien au Moyen Âge et c’est seulement à la fin de l’époque moderne et au travers des arts profanes que l’idée se généralise.

Un mouvement dans le corps de Caïn

L’idée d’une marque sur le corps de Caïn n’est donc pas l’interprétation la plus fréquente. On trouve beaucoup plus souvent l’idée que c’est l’ensemble du corps de Caïn qui est affecté. Ces vues sont largement supportées par la traduction erronée que donne la Septante au verset 12 du chapitre 4 où à la place du texte hébraïque disant que Caïn sera un éternel vagabond sur une terre infertile, la Septante traduit  « tu seras gémissant et tremblant sur la terre »7. On trouve mention de cette sanction dans la liste des châtiments de Caïn dressée par Basile de Césarée (329-c. 379) même si celui-ci imagine aussi une marque sans doute corporelle. Mention en est également faite chez Jérôme de Stridon (c. 347-420) ou tremblements et cris sont le résultat d’un état mental dégradé lesquels signalent la faute terrible de Caïn. Chez Procope de Césarée (c. 500-c.565), les mugissements proviennent de la tristesse de Caïn et les tremblements de sa peur. Cette tradition se retrouve également en Ethiopie dans la version locale du Livre d’Adam (Ve-VIe siècle) où tremblements et mugissements sont tout autant un châtiment que la marque du crime de Caïn.

L’idée que tremblements et mugissements constituent la marque de Caïn s’impose progressivement en Occident. Bède le vénérable (672/3-735) par exemple combine la traduction de la Septante et de la Vulgate et Caïn est donc tout à la fois vagabond, tremblant et gémissant ! Le propos de Bède se retrouve repris chez Alcuin (735-804) et Raban Maur (c. 780-856) et ainsi diffusé l’Europe du haut Moyen Âge. Dans tous les cas, la plupart des commentateurs s’accordent pour dire que cet état le handicapait pour travailler et pour s’exprimer. Seules quelques voix discordantes apparaissent comme celle d’Angélome de Luxeuil (c.780-c. 855) qui remarque l’incohérence entre un Caïn errant, tremblant et mugissant et un Caïn pourtant bâtisseur de cité dans la Bible8.

Néanmoins le motif continue de se répéter au cours du Moyen Âge. On le retrouve dans l’Aurora de Pierre de Riga (1140-1209) un des ouvrages les plus répandus à l’époque ou chez Pierre le Mangeur (c. 1100-1179) dont l’Histoire scholastique est tout aussi diffusée dans les siècles qui suivent. Rares sont les contestations comme chez Rupert de Deutz (c. 1070-1129) pour qui Caïn, dans son ensemble est le signe. Pour autant, l’idée que ces mouvements dans le corps de Caïn soient le signe apposé par Dieu restent une explication acceptable au cours de l’époque moderne aussi bien chez les catholiques que chez les protestants et on la retrouve assez fréquemment largement diffusée par des œuvres populaires comme l’ensemble de pièces de théâtre Le Mystère du Vieil Testament, composé à la fin du Moyen-Âge et souvent joué en place publique :

DIEU

Pourtant, comme tel malfaicteur

Par my la terre vaqueras

Et signe sur toy porteras

De ton grant peché caractère

Pour que tu as tué ton frère

Toute ta vie trembleras

Par ce signe congneu seras

Afin que aucun ne te mefface

(…)

CALMANA (une sœur de Caïn)

Comment Cayn ? Il vient tremblant

(…)

DELBORA (une sœur de Caïn)

Cayn l’a de sa propre main

Tué, ainsi qu’il nous a dit

Et pour ce cas l’a Dieu mauldit

Tout son corps tremble pour ce point

(…)

Le Mistère du Vieil Testament
Une déformation physique

La nature de la marque de Caïn a fait l’objet de plusieurs autres hypothèses que l’on peut rassembler sous une troisième catégorie, celle d’une déformation physique. Quelques une de ces hypothèses sont des plus originales. Le midrash Bereshit Rabbah rapporte ainsi l’avis de Rabbi Nehemiah affirmant que la marque de Caïn serait la lèpre, proposition peu reprise jusqu’à l’époque contemporaine et aux contre généalogies africaines-américaines associant lèpre et couleur blanche de la peau. Plusieurs siècles plus tard, le Lebor Gabala Erenn (litt. Le Livre de la conquête de L’Irlande), cosmogonie irlandaise mêlant Bible et tradition celtique élabore une rare proposition d’imberbité pour la marque apposée par Dieu sur Caïn ! L’ouvrage indique que Seth serait lui barbu comme Adam alors qu’Abel n’avait pas pu l’être. L’imberbité de Caïn serait donc un rappel du mal commis et la barbe, quant à elle, tout à la fois un signe d’humanité et de masculinité9. Cette interprétation est cependant rare et très spécifique au contexte irlandais. Caïn est en effet plutôt représenté comme velu pour signaler son caractère bestial, ses cheveux et sa barbe pouvant même dans certaines représentations prendre la forme de flammes pour caractériser à nouveau son passé de meurtrier.

Parmi les déformations physiques associées à la marque de Caïn c’est d’ailleurs une proposition associée à la bestialité qui a connu le plus de succès : celle des cornes de Caïn. Si les cornes sont plutôt associées à des traits positifs dans l’antiquité : gloire, fortune et force, elles sont ici clairement une marque d’avilissement. Elles font partie des propositions recensées dans le Midrash Bereshit Rabbah à travers l’avis du rabbin Aba Yosi ben Keisari. Le succès des cornes de Caïn est en partie liée aussi aux mystères entourant sa mort. Certains textes évoquent sa disparition sous sa maison effondrée, d’autres au moment du déluge mais le principal récit associe la mort de Caïn à Lamech son arrière-arrière-arrière-petit-fils en s’appuyant sur les versets 23 et 24 du chapitre 4 de la Genèse pourtant fort énigmatiques :

« 23 Lémec dit à ses femmes: Ada et Tsilla, écoutez ma voix! Femmes de Lémec, écoutez ma parole! J’ai tué un homme pour ma blessure, Et un jeune homme pour ma meurtrissure.24 Caïn sera vengé sept fois, Et Lémec soixante-dix-sept fois.  ».

Gn 4:23-24 (trad. Segond)

Ces deux versets ont fait l’objet de nombreux commentaires et aussi bien dans le judaïsme que dans le christianisme l’exégèse s’appuyant sur le parallèle entre la vengeance au septuple contre quiconque s’en prendrait à Caïn et celle au septanto-septuple contre Lamech en sont venus à affirmer que Lamech avait tué Caïn. Le Midrash Tanhuma (Ve s.) est en emblématique et introduit dans son récit les cornes portées par Caïn comme facteur explicatif :

« Comment Caïn a-t-il été tué ? Pendant cent trente ans, Caïn devint un ange de la mort, errant et vagabondant, maudit. Lamech, son descendant à la septième génération, qui était aveugle, partait à la chasse guidé par son jeune fils. Lorsqu’il apercevait du gibier, le jeune garçon informait son père de l’endroit où il se trouvait. Une fois, le jeune garçon dit à son père : “Je vois une sorte de bête au loin.” Lamech envoya sa flèche dans cette direction, et Caïn fut tué. En s’approchant du cadavre, le garçon vit une corne qui sortait du front de la créature tuée, et il dit à son père : “Ce cadavre ressemble à un homme, mais une corne sort de son front. Lamech s’écria alors : “Malheur à moi, c’est mon grand-père.” Dans sa douleur, il joignit les mains et frappa accidentellement la tête de l’enfant, le tuant. Comme il est dit : “Je peux tuer un homme d’un coup de poing : Je peux tuer un homme par une de mes blessures et un enfant par un de mes coups (Gen. 4:23). »

Midrash Tanhuma (Ve s.)

Ce thème selon tout apparence initialement juif apparaît cependant fécond dans le cadre chrétien. Il apparait dans des sources arméniennes notamment le Livre d’Adam et devient quasi-canonique dans l’Occident chrétien, suscitant plusieurs représentations aujourd’hui recensées On retrouve ainsi la légende de Lamech tuant un Caïn cornu dans plusieurs chapiteaux des églises d’Autun et de Vezelay. Les cornes de Caïn apparaissent parfois aussi hors du récit de sa mort comme dans ce psautier anglais du XIVe siècle.

Le démenti de Rupert de Deutz au début du XIIe siècle sur les cornes comme Marque de Caïn – en parallèle de son autre démenti à propos des tremblements et des mugissements – signale sa probable fréquence d’emploi. Le motif semble progressivement disparaître et est rare sinon inexistant en Occident à l’époque moderne notamment dans les pièces de théâtre sacrées qui lui préfèrent d’autres formes de marque.

Ainsi, si les référents culturels divergent, il apparaît que les différentes marques de Caïn imaginées au travers des siècles renvoient toujours à une forme de dégradation. Nul doute par conséquent qu’apparenter un individu ou un groupe au lignage caïnite apparaisse clairement comme un opprobre.


1. Les sept péchés sont la jalousie, la tromperie, le meurtre, le fratricide (ce qui rend encore le meurtre plus grand), le premier homicide de l’histoire, le deuil qu’il inflige à ses parents et le mensonge. Basile de Césarée, éd. et tr. par Yves Courtonne, Correspondance. Tome 3, Lettres CCXIX-CCCLXIV., Paris, Les Belles Lettres, coll. « Universités de France », 1961.

2. Ibid.

3. Ruth Mellinkoff, The Mark of Cain, Berkeley, University of California Press, 1981, p. 22-23.

4. Commentaire de Rashi sur le Genèse, Chap. 4, verset 15.

5. Sebastian P. Brock, « A Syriac Life of Abel », Le Muséon 87, 1974, p. 467-492, cité par Ruth Mellinkoff, The Mark of Cain, op. cit., p. 31.

6. Cette fresque a malheureusement été partiellement détruite pendant la Seconde Guerre mondiale. On ne dispose désormais que de clichés anciens pour l’étudier.

7. Cette traduction de la Septante est abandonnée ensuite par la Vulgate qui propose une version plus proche de l’hébreu : « Tu seras errant et vagabond sur la Terre » (trad. Segond)

8. Ruth Mellinkoff, The Mark of Cain, op. cit., p. 40 sqq.

9. Ibid., p. 57-58.



OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Vincent Vilmain (7 septembre 2023). Quelle marque porte Caïn ? ReLRace - Religions, lignages et « race ». Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tl9i


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search