Caïn : crime et châtiments

A l’image de Cham, autre grande figure maudite, Caïn ne fait qu’une brève apparition dans le texte biblique, confiné dans quelques versets du chapitre 4 de la Genèse. Malgré tout, son crime fratricide et les incertitudes autour de son châtiment et de la marque qu’il porte font de son lignage, symbolique ou réel – il est théoriquement éteint avec le déluge –, un des plus commentés parmi ceux des personnages bibliques. Ancêtre des races monstrueuses, des nephilim ou encore des Juifs ou des populations noires, alter-ego ou préfiguration du Juif errant, Caïn devient même à l’époque contemporaine, sous la plume d’auteurs africains-américains et par un habile retournement du stigmate, le géniteur des populations blanches1.

Le meurtre d’Abel

Premier né d’Adam et Eve, Caïn est présenté dans la Bible comme un cultivateur alors que son frère puiné, Abel est désigné comme éleveur. Les deux frères apportent chacun à Dieu une offrande issue de leur travail, des produits de la terre pour Caïn, des sacrifices d’animaux pour Abel et c’est la seconde qui trouve grâce aux yeux de Dieu. Dieu parle ensuite à un Caïn dépité (litt. sa face ayant chu) et lui recommande de s’améliorer sans quoi le péché guette. Mais au verset suivant, Caïn tue Abel. Il se parjure ensuite devant Dieu qui s’enquière du sort d’Abel et se retrouve maudit et condamné à éternellement cultiver une terre inféconde et à errer dans le monde2.

Pierre-Paul Rubens, Caïn assassine Abel, huile sur chêne (131×94 cm), 1608-9, Londres, Institut Courtauld.

S’ensuit un dernier dialogue capital entre Dieu et Caïn. Ce dernier reconnaissant l’ampleur de son crime affirme que la première personne qui le rencontrera le tuera. Ce à quoi Dieu répond que quiconque le tuera sera puni au septuple et marque Caïn afin que celui-ci soit reconnu. Les deux derniers versets où apparaît Caïn indiquent d’une part qu’il s’installe dans le pays de Nod à l’est d’Eden, qu’il y trouve sa femme et qu’il y crée une ville du nom de son premier né Enoch, autant d’éléments intrigants pour les commentateurs. Caïn n’a-t-il pas été condamné à errer ? Qui est la femme de Caïn ?  Cependant ce sont deux autres questions qui vont nous occuper pour le moment : celle de l’éventuelle rédemption de Caïn et celle de la nature de la marque de Caïn.

Caïn est-il un pécheur rédimé ou un irrécupérable meurtrier ?

La Bible ne répond pas vraiment à cette question. Or, si Caïn apparaît aujourd’hui comme une grande figure du mal, des traditions parmi les plus anciennes et le plus souvent juives en donnent une vision beaucoup moins noire.

La littérature juive est en effet partagée. Les différents Targum (traduction et augmentation de la Bible en araméen) offrent plusieurs versions, pas toujours concordantes mais qui donnent dans l’ensemble l’image d’un Caïn repenti et d’une malédiction appelée à s’achever.

« Et Caïn dit devant l’Eternel : Mes péchés sont plus graves que ce que je peux supporter. Néanmoins tu as le pouvoir de m’absoudre et de me pardonner »

Targum Jerusalem 4 :16

« Pour Caïn qui a péché et s’est repenti, la protection s’étend sur sept générations ».

Targum Jonathan 4 :24

Alors que Flavius Josèphe hésite entre les deux traditions : un Caïn partiellement rédimé et un Caïn incarnant le vice, il choisit de les accoler3 :

« Cependant, il [Dieu] ne lui inflige pas la peine méritée par son meurtre, Caïn lui ayant offert un sacrifice et l’ayant supplié de ne pas lui faire sentir trop durement sa colère ; mais il le maudit et menace de punir ses descendants jusqu’à la septième génération ; puis, il le bannit de cette contrée avec sa femme. Comme Caïn craignait de devenir la proie des bêtes féroces et de périr ainsi, Dieu l’exhorte à ne pas baisser la tête d’un air morne pour un pareil motif : il n’aura rien à redouter des bêtes féroces et, par suite, il pourra errer sans crainte sur toute la terre. Dieu met un signe sur lui pour le faire reconnaître et lui enjoint de partir4».

Les auteurs plus tardifs du traité Sanhedrin5, du Midrash Rabbah au travers de l’opinion de R. Hanina6 et des Pirqei de Rabbi Eliezer7 présentent un Caïn, partiellement rédimé ou repentant et réconcilié avec Dieu. Il en est encore de même au XIIIe siècle dans le Zohar8. Cette figure d’un Caïn repentant et rédimé est beaucoup plus rare dans le christianisme, n’apparaissant pour l’essentiel que dans la Vie d’Abel, un texte syriaque du VIe s attribué à un Symmachus inconnu9.

William Blake, Cain Fleeing from the Wrath of God (The Body of Abel Found by Adam and Eve), c. 1805-1809, Aquarelle et encre noire sur graphite sur papier vélin crème (30.3 x 32.6 cm), Harvard Art Museums/Fogg Museum

La durée de la sanction

L’autre question qui se pose est celle de la durée de la punition pour lui et des descendants ? Glosant autour du texte biblique « Caïn sera vengé sept fois » plusieurs commentateurs introduisent l’idée d’une punition sur sept générations. C’est le cas dans le Targum Jonathan. On retrouve cette question chez Ambroise et Jérôme avec cependant des divergences d’interprétations. Pour Ambroise ces sept générations doivent donner à Caïn le temps de réfléchir et de s’amender10. Pour Jérôme en revanche, cette période est une période de tourment pour Caïn11. Pour de nombreux autres commentateurs non seulement la malédiction sur Caïn n’est pas levée mais elle se reflète sur son lignage pour toutes les générations jusqu’au déluge et pour certains au-delà.

Cependant repentant ou pas, puni éternellement ou non, Caïn est indubitablement marqué par Dieu et cette marque est d’abord vue comme un signe de protection pour Caïn. Les premiers commentateurs du récit : Philon, Flavius Josèphe, Ambroise, Jérôme, Basile, Augustin d’Hippone s’intéressent toutefois davantage au fondement de la marque qu’à la marque en elle-même12. La principale question étant de savoir si cette protection n’est là que pour allonger les tourments de Caïn ou pour que celle-ci permette à Caïn de témoigner de sa faute et de son éventuelle rédemption. Ce n’est que progressivement que se pose la question de la nature de la marque, avec des propositions extrêmement diverses que nous étudierons dans la suite de cette série.


1. Cette série sur Caïn s’appuie en particulier sur les références suivantes : Oliver F. Emerson, « Legends of Cain, Especially in Old and Middle English », PMLA 21 (4), 1906, p. 831-929 ; Vigdor Aptowitzer, Kain und Abel in der Agada, den Apokryphen, der hellenistischen, christlichen und muhammedanischen Literatur, Vienne Leipzig, R. Löwit, 1922 ; Ruth Mellinkoff, « Cain’s Monstrous Progeny in Beowulf. Part I, Noachic tradition », Anglo-Saxon England 8, 1979, p. 143-162 ; Newell Bringhurst, Saints, Slaves, and Blacks: The changing place of Black people within Mormonism, Greenwood Press, 1981 ; John block Friedman, The Monstrous Races in Medieval Art and Science (2nde éd.), Syracuse, Syracuse University Press, 2000 [1981] ; Ruth Mellinkoff, The Mark of Cain, Berkeley, University of California Press, 1981 ; id. « Cain’s Monstrous Progeny in Beowulf. Part II, post-diluvian survival », Anglo-Saxon England 9, 1981, p. 183-197 ; David M. Goldenberg, The Curse of Ham. Race And Slavery In Early Judaism, Christianity, And Islam, Princeton, Princeton University Press, 2003 ; Colin Kidd, The Forging of Races : Race and Scripture in the Protestant Atlantic World (1600–2000), Cambridge, Cambridge University Press, 2006 ; David M. Goldenberg, Black and Slave. The Origins and History of the Curse of Ham, Berlin/Boston, De Gruyter, 2017. ; Nyasha Junior, « The mark of Cain and white violence », Journal of Biblical Literature, Vol. 139, No. 4, 2020, p. 661-673.

2. La Septante traduit ce passage par « tu seras gémissant et tremblant sur la terre » ce qui a suscité de nombreuses interpolations par la suite dont nous reparlerons.

3. Ruth Mellinkoff, The Mark of Cain, Berkeley, University of California Press, 1981, p. 8-9

4. Flavius Josèphe, Œuvres complètes, trad. du grec par Julien Weill, sous la dir de T. Reinach, t. 1, Paris, Ernest Leroux, 1900.

5. TB, Sanhedrin 37b : 11-12.

6. Midrash Rabbah 22 : 11-12.

7. Pirqei de Rabbi Eliezer, 21: 10-11.

8. Zohar I 54b

9. Sebastian P. Brock, « A Syriac Life of Abel », Le Muséon 87, 1974, p. 467-492, cité par Ruth Mellinkoff, The Mark of Cain, op. cit.

10. Ambroise de Milan, « Caïn et Abel » dans PL XIV, Paris, Migne, 1845, c. 315-361, cité par ibid.

11. Saint Jérôme, Correspondance, t. 2, trad. et éd. par Jérôme Labourt, Paris, Belles Lettres, 1951, cité par ibid.

12. Ibid., p. 14.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Estelle Gratedoux et Vincent Vilmain (22 juin 2023). Caïn : crime et châtiments. ReLRace - Religions, lignages et « race ». Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tl9e


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search