Cham l’alchimiste

Alors que certains auteurs, à partir du XIIIe siècle, lisent dans quelques extraits de la Bible, des références à l’alchimie, d’autres vont plus loin en cherchant à désigner, dans le récit biblique, le créateur de l’alchimie. Si les candidats sont nombreux1, Cham occupe le meilleur rang.

Dans son sens le plus commun, l’alchimie est à la fois l’art de la transmutation visant à convertir des métaux en argent et en or et la recherche de l’élixir de la vie éternelle. Dès le Moyen-Âge, l’alchimie devient davantage un art symbolique, mythique que scientifique.

A la recherche des origines de l’alchimie, les encyclopédistes de l’époque moderne relatent de multiples explications où s’enchevêtrent les cultures égyptienne, grecque et proche-orientale et leurs mythologies. Au côté de Cham, figurent donc différents initiateurs de l’alchimie : Thot, Isis, Horus pour l’Égypte, Vénus, Mercure, Saturne pour le monde gréco-romain qui parfois se confondent ou sont confondues. Il en résulte une grande cacophonie qui se retrouve également dans le champ étymologique.

Splendor solis, « Severing the head of a king’s dismembered body », 1582, British Library, Harley MS 3469, fol. 20v.

En effet, certains attribuent à l’alchimie une étymologie grecque, khyméia, signifiant « fusion », l’action de fondre l’or et l’argent. Ce sens est renforcé par la note que l’encyclopédie gréco-byzantine du Xe siècle, la Souda, donne. Il y est dit que Dioclétien fit détruire les livres en Egypte relatifs à la khyémia, soit à la « fusion » de l’or et de l’argent. Mais, d’autres sont plutôt partisans d’une étymologie arabe et par extension égyptienne et hébraïque. Pour ces derniers, le terme kīmyā, de la racine kemi, signifiant noir se rapportant alors à Cham.

Les dictionnaires et encyclopédies de l’époque moderne s’en font l’écho :

« Quelques Auteurs qui font Cham fils de Noé inventeur de la Chimie, tirent ce mot du nom de Cham, ils appuient leur opinion sur la signification du mot Cham, qui en hébreu veut dire chaleur, chaud, noir, tous mots qui ont rapport aux opérations de la Chimie ; mais, outre que l’on avance sans preuves que Cham est inventeur de la Chimie, il est visible que cette étymologie n’est pas naturelle »2

Au XVIIIe siècle, à l’instar du Dictionnaire de Trévoux cité ci-dessus, de nombreux encyclopédistes mentionnent, sans nécessairement les cautionner, les récits faisant de Cham, fils de Noé, l’inventeur de l’alchimie. Dans d’autre cas comme dans l’Encyclopédie, c’est l’Egypte, terre de Cham qui est le creuset de la science alchimique :

« Que l’alchimie doive sa naissance à l’Egypte cette mère commune des Sciences, & qu’elle ait été cultivée par les hiérophantes ou prêtres de la nation ; c’est un fait qu’on avoue unanimement. En voici les preuves les plus fortes : 1° l’étymologie la plus naturelle du mot Chimie, est tirée de celui que l’Egypte portoit en langue sacrée, Chemia, selon Plutarque. Des commentateurs prétendent à la vérité qu’il faut dire Chamia, terre de Cham premier fils de Noé, qui s’établit dans cette contrée après le déluge ; et les Septante l’appellent Cham (psal. 105.) du mot hébreu ham : mais on lit dans Bochart, que les Cophtes l’appellent encore aujourd’hui Chemi. »3

Si l’on suit le fil des références citées par les encyclopédistes au XVIIIe, on tombe inévitablement sur deux traités. Dans la première, l’Obeliscus Pamphilius (1650) de Athanasius Kircher (1602-1680) on trouve l’association de la magie à l’alchimie.

« Dicimus primo Zoroastrem illum famosem Magiae inventorem alium non fuisse, nisi Cham filium Noé, guisse autem ei hoc nomen impositum, obadmiranda, quae vi magica operabatur »4

C’est également le cas dans la seconde : la Geographia sacra cuius pars prior phaleg (1641) du cosmographe Samuel Bochart (1599-1607). David M. Whitford décrit l’œuvre de Bochart comme la référence clé, sur laquelle s’appuient les auteurs à partir de la seconde moitié du XVIIe siècle, plus particulièrement lors de la diffusion des dictionnaires du XVIIIe siècle. On y retrouve l’association non seulement de Cham à la magie et l’alchimie mais aussi l’idée qu’il s’agit là de pratiques maléfiques :

« Cham est à la source de la magie : également appelé Zoroastre, il aurait créé l’art magique de l’alchimie, nommée d’après lui. […] Cham aurait, qui plus est, pratiqué la nécromancie et se serait servi de la magie pour castrer son père. Dès la première ligne du chapitre consacré à Cham, Bochart l’associe également à l’Afrique et à la couleur noire. […] Bochart n’est pas le premier cosmographe à se servir d’Annius5[5] comme source, ni le premier à faire le lien entre Cham et la couleur noire […] Cependant, c’est son nom qui allait continuer à être donné comme référence dans les dictionnaires et commentaires bibliques pendant plus d’un siècle »6

L’association Cham-Alchimie-Magie au travers de Zoroastre est cependant encore plus ancienne… On la rencontre ainsi régulièrement à l’époque médiévale notamment à partir du XIIe siècle au moment où les traités alchimiques arabes commencent à être traduits.  Patrice Boudet, historien et spécialiste de la magie et de l’astrologie médiévales, donne comme exemple le manuel de Hugues de Saint-Victor composé vers 1130, le Didascalion. Il y dévoile la pseudo-assimilation entre Zoroastre et Cham :

« Le premier découvreur de la magie aurait été Zoroastre, roi des Bactriens, dont certains disent qu’il n’est autre que Cham, fils de Noé, dont le nom a été modifié »7

Pierre le Mangeur fait également de Cham le père de l’astrologie dans son Histoire scholastique.

Cependant, cette association est encore plus ancienne et ne circule pas uniquement par le truchement de la science arabe. On la retrouve ainsi dans l’Histoire des Francs de Grégoire de Tours au VIe siècle. Si l’on continue de tirer le fil l’on remonte ensuite d’une part aux Reconnaissances pseudo-clémentines (IIe-IIIe siècle) où là encore est proposée l’association entre Cham et Zoroastre et d’autre part au Corpus alchimique de Zosime de Panopolis, auteur et alchimiste de la fin du IIIe siècle, début du IVe siècle de notre ère. Reprenant le récit Livre d’Hénoch (7, 1)8, Zosime affirme ainsi ceci :

« Il est dit dans les Saintes Écritures, ô femme, qu’il existe une race de démons qui a commercé avec les femmes. […] Il est donc rapporté dans les antiques et divines Écritures que certains anges s’éprirent des femmes et qu’étant descendus du ciel, ils leur enseignèrent tous les arts de la nature. » 9

Il fait ainsi le lien avec Cham qui aurait reçu des anges déchus les enseignements maléfiques qu’aurait rassemblé dans un livre intitulé Chemeu, dont l’art prendrait alors le nom10.

Compilation alchimique, « Black Flask », 2nd moitié du XVe siècle, British Library, Sloane MS 2560, fol. 8

L’association de l’alchimie à Cham revêt donc deux aspects. Dans le premier cas il s’agit d’une simple association étymologique et lignagère entre Cham, l’Égypte : sa terre et l’alchimie : sa science sans connotation négative. Dans l’autre, largement véhiculée par les autorités chrétiennes, l’alchimie est une science maléfique ré-introduite par Cham le maudit au sein de l’humanité après le déluge.


1. Voir par exemple la pièce du dramaturge anglais Ben Jonson (1572-1637), « Was not all the knowledge /Of the Egyptians writ in mystic symbols? /Speak not the Scriptures, oft, in parables? » / « Will you believe antiquity? Records? /I’ll show you a book, where Moses, and his sister, /And Solomon have written, of the art /Ay, and a treatise penned by Adam » The Alchemist, London, Ernest Benn, coll. « New Mermaids », 1966 (1610), p. 49.

2. Article « Chimie », Dictionnaire universel françois et latin, vulgairement appelée Dictionnaire de Trévoux, contenant la signification et la définition des mots de l’une et de l’autre langue, tome II, Boulevart-Crayonneux, Paris, Compagnie des libraires associés, 1771, p. 542.

3. Paul-Jacques Malouin, « Chymie », Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, t. III, Cha-Conjonctif, Paris, Briasson, 1751-1765.

4. Athanasiis Kircheri, Obeliscus Pamphilius, Romae, Ludovici Griganini, 1650, p. 13.

5. Il est fait mention ici de Annius de Viterbe (1432-1502), dominicain. Il est l’auteur de l’ouvrage que l’on nomme le Pseudo-Bérose ou Antiquitatum variarum volumina XVII. Annius prétendait avoir retrouvé l’original des écrits de Bérose, prêtre et astronome chaldéen du – IVe siècle avant l’ère courante. Annius de Viterbe y traite notamment l’aspect de la sorcellerie pratiquée par Cham. Cette œuvre fut à de nombreuses reprises exploitée par divers auteurs, comme ici Samuel Bochart.

6. David M. Whitford, « La disparition de Canaan : la malédiction de Cham et justifications de l’esclavage à l’époque moderne », Revue d’histoire moderne & contemporaine, vol. 68-2, no.2, 2021, pp. 79-103 (p. 99)

7. Jerome Taylor, The Didascalion of Hugh of St. Victor. A medieval guide to the Arts. Translated from the Latin with an Introduction and Notes, London, Columbia University Press, 1961

8. Livre d’Hénoch, chapitre 7, 1 : « Et ils prirent pour eux des femmes : tous ils se choisirent des femmes et commencèrent à aller vers elles et à se souiller avec elles ; et ils leur apprirent la préparation des philtres et les incantations et les recettes pour couper les racines et leur montrèrent les simples. Elles, ayant conçu, mirent au mondes des géants de haute taille, [grands] de 3000 coudées » (p. 73), Le Livre d’Hénoch : fragments grecs découverts à Akhmïm (Haute-Egypte), trad. par Adolphe Lods, Paris, Ernest Leroux, 1892.

9. Cité dans André-Jean Festugière, La révélation d’Hermès Trismégiste, t. I, L’astrologie et les sciences occultes, Paris, Les Belles Lettres, coll. « Collection d’études anciennes », 1981 (2e éd.), p. 256. Les mots tirés ici sont plus exactement de Georges le Syncelle, chroniqueur et ecclésiastique byzantin – probablement du VIIIe siècle, qui reprend ici les propos de Zosime. 

10. Michèle Mertens, Les alchimistes grecs. Zosime de Panopolis : Mémoires authentiques, t. IV, 1er partie, Paris, Les Belles Lettres, coll. « Collection des universités de France », 1995, pp. XCIV-XCV


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Julie Chevallier (15 juin 2023). Cham l’alchimiste. ReLRace - Religions, lignages et « race ». Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tl9d


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search