Autour de Yakub : Aux sources d’une diabolisation – II : L’influence du garveyisme

Après avoir précédemment abordé la Bible, la théosophie et les polémiques sur l’eugénisme comme sources du mythe de Yakub, la présente notice explore les similitudes importantes de ce récit avec le discours du militant jamaïcain Marcus Garvey. Fondateur en 1914 en Jamaïque de l’UNIA (Universal Negro Improvement Association), ce dernier entendait créer une synergie entre les Noirs des quatre coins du globe et contribuer au retour des Afro-Américains sur leur continent ancestral. Installé aux États-Unis en 1916, il y fonde une section locale de l’UNIA, qui essaime dans tout le pays et connait un succès fulgurant. Après avoir été étroitement surveillé par les autorités américaines, Garvey finit par être condamné sur la base d’accusations fallacieuses. Il est emprisonné puis expulsé en Jamaïque en 1927. Son éloignement conduit à des fractures au sein de l’UNIA et à sa fragilisation1.

In this Aug. 1922 file photo, Marcus Garvey is shown in a military uniform as the “Provisional President of Africa” during a parade on the opening day of the annual Convention of the Negro Peoples of the World at Lenox Avenue in Harlem, New York City. (Wikimedia Commons)

Or, Marcus Garvey évoque à différentes reprises l’idée d’une malédiction héréditaire attachée à la peau blanche, soutenant notamment que Caïn aurait été l’ancêtre des Européens2. Ce faisant, il inverse le stigmate parfois attaché aux Noirs par le protestantisme américain du XIXe siècle. Selon Garvey, le premier meurtrier aurait pâli de frayeur en comprenant que frère était mort. Ses descendants, contraints à une vie des plus primitives, auraient entretenu un goût pour la violence et pour le conflit. Trois ans avant la fondation de la Nation of Islam, les écrits poétiques de Garvey témoignaient d’une articulation thématique qu’on retrouva ensuite dans le mythe de Yakub :

« From caves, dens, and holes, without any fame,  
Eating their dead’s flesh and sucking their blood,  
Relics of the Mediterranean flood (…)
3.»


Ce poème n’est pas un écrit isolé. L’idée d’une barbarie des Européens transparaissait également dans ses écrits théoriques, tel l’ouvrage Philosophy and Opinions of Marcus Garvey, publié en 1923 :

« When the great white race of today had no civilization of its own, when white men lived in caves and were counted as savages, this race of ours boasted of a wonderful civilization on the Banks of the Nile4. »

Si ces discours ne sont pas centraux dans le garveyisme, ils sont récupérés et placés au cœur de la cosmogonie de la Nation of Islam, structurée une décennie plus tard dans un contexte de déliquescence du garveyisme. Plusieurs disciples de Fard avaient en effet transité par les rangs de l’UNIA avant de rejoindre la Nation of Islam. C’est probablement le cas d’Elijah Muhammad à l’époque où il était un ouvrier de l’industrie automobile de Detroit récemment arrivé de Géorgie5, et c’est un fait avéré pour d’autres fidèles pour lesquels le garveyisme constitue une matrice politique6.

La proximité de W.D. Fard lui-même avec le garveyisme mérite d’être interrogée. Dès 1921, un certain George Farr attire l’attention des autorités de San Francisco en raison de ses opinions politiques. Farr prétend alors être afro-américain, bien que son apparence physique et son accent laissent plutôt supposer qu’il serait originaire du sous-continent indien. Le personnage se dit membre de l’UNIA tout en développant une compréhension assez personnelle de la pensée de Garvey : Farr prétend que la Bible n’est pas un livre relatant des faits passés, mais un texte prophétique prédisant la libération des Noirs américains. Il critique la domination blanche et notamment la mobilisation des Noirs dans les conflits armés des Etats-Unis. Certains historiens considèrent que George Farr et Wallace D. Fard ne font qu’un et que le fondateur de la Nation of Islam fut, en Californie, proche – à défaut d’être membre – de l’UNIA, alors au sommet de sa puissance, avant de s’installer à Detroit7.

Dans tous les cas, l’organe de l’UNIA – Negro World – est extrêmement diffusé dans les années 1920. Il joue un rôle majeur dans le développement du nationalisme africain-américain et participe de la construction intellectuelle de Wallace D. Fard. Le Negro World s’intéresse de près à l’actualité internationale, et incite les Africains-Américains à s’identifier au destin des peuples colonisés. Si l’actualité africaine y occupe une place importante, une attention plus générale est portée aux conséquences de la politique coloniale européenne, notamment britannique. Un parallèle entre la condition des Africains et celle des populations asiatiques est ainsi souvent présenté explicitement. Un article de 1926 évoque la manière dont les Britanniques s’appuient sur les structures politiques traditionnelles en Inde et en Afrique. Les rédacteurs de l’UNIA y défendent l’idée d’une identité de destin entre peuples non-blancs :

« The African and East Indian people have many problems to overcome in the effort to be free and independant of their European lords, but the problem of dealing with their Maharajahs and Paramound chiefs who are on the payrolls of the British or other European governments is one of the most difficult of them8» 

Negro World – Vol 32, n°1, 17-10-33, p. 4


Le journal disparait en octobre 1933. Dans ses dernières livraisons, le Negro World traite de l’émergence de l’Allemagne nazie. Le sujet est abordé de deux manières distinctes : la première se garde de commentaires, rapportant par exemple en octobre 1933 le témoignage des premières victimes du régime9. À l’inverse, la seconde approche est plus idéologique, consistant notamment à répondre au théoricien nazi Alfred Rosenberg. Celui-ci était décrit dès 1933 comme le partisan d’un suprématisme blanc que le Negro World considère comme promis à un échec planétaire :

« It aspires, he says, to repulse advancing Africa and attacking Asia. It is planned for Nazi Germany to be the pioneers in this battle, which will be long and drawn out. The foundation will consume a thousand years. (…) The tides of color rise slowly, but they rise, and will inevitably sweep white supremacy off the globe, despite Adolph Hitler, Alfred Rosenberg, Cole Blease, Tom Heflin and all others who are frightened at the thought10»

Le nazisme est ainsi rattaché au colonialisme, mais aussi aux activités de James Thomas Heflin (1869-1951) et de Coleman Livingston Blease (1869-1942), deux hommes politiques démocrates du Sud, francs partisans de la ségrégation et du suprématisme blanc11.

Les rédacteurs du Negro World défendent alors l’idée d’une internationale raciste européenne, avec l’Allemagne en tant que porte-drapeau, visant à nuire à l’ensemble des populations non-blanches sur l’ensemble de la planète. La résistance des darker races doit cependant défaire les tenants de cette idéologie et conduire à une meilleure compréhension entre les peuples.

Bien que certains éléments de la rhétorique de Fard semblent être influencés par la presse garveyiste, il existe une nette différence entre leurs idéologies. La religion de Fard prône l’autonomie communautaire et le séparatisme plutôt que la lutte pour l’intégration ou la reconnaissance des droits des Noirs. Alors que l’idée d’un retour sur le continent ancestral constitue une thématique incontournable dans la pensée de Marcus Garvey, elle est absente des discours de la Nation of Islam. Dans les années 1940 certains disciples d’Elijah Muhammad évoquent même leur souhait de vivre en Asie, sans aucun rapport avec un retour à une condition édénique. Par la suite l’émergence d’un discours sur l’Armageddon limite davantage la pertinence de discours sur l’exil, même si, au début des années 1970, Elijah Muhammad évoquait encore parfois l’éventualité d’un déplacement des fidèles dans les îles du Pacifique grâce au Mothership, en contradiction avec certains de ses discours apocalyptiques mais sans jamais mentionner l’Afrique12.


1. Amzat Boukari-Yabara, Africa United ! : Une histoire du panafricanisme, Paris, La Découverte, 2017, p 77-90.

2. A ce propos, voir également l’article de Baptiste Bonnefoy, “L’invention de la race blanche. Partie 1 : La marque de Caïn.”, Publié sur ReLRace – Religions, lignages et « race » le 19/04/2021, consulté le 16/02/2023, https://relrace.hypotheses.org/1179.

3. Marcus Garvey, « The tragedy of White injustice », in The Poetical Works of Marcus Garvey, cité in Nyasha Junior, « The Mark of Cain and White Violence », Journal of Biblical Literature, 139, n°4 (2020), p 668-669.

4. Marcus Garvey, Philosophy and Opinions of Marcus Garvey, p 18 (https://img1.wsimg.com/blobby/go/f6f72c6c-2abf-41af-a73b-2465a7fccb9a/downloads/philosophyandopinionsofmarcusgarvey.pdf?ver=1617313917182).

5. Karl Evanzz, The Messenger: The Rise and Fall of Elijah Muhammad, Vintage, 2011, p 57.

6. Rapport du FBI, DE 100-5549, Bureau de Detroit, 17 février 1960 (p 439).

7. Karl Evanzz, op. cit., p 403-404; FBI, Los Angeles, 100-43165-16, 5 mars 1955 (p. 3).

8. The Negro World, vol. XX, n°6, 20 mars 1926, p 4.

9. The Negro World, vol. XXXII, n°11, 17 octobre 1933, p 3.

10. The Negro World, vol. XXXII, n°10, 30 août 1933, p 4; p 8.

11. J. Mills Thornton III, « Alabama Politics, J. Thomas Heflin, and the Expulsion Movement of 1929 », Alabama Review, vol. 67, n°1, janvier 2014, p 21-22 ; Walter Edgar (dir.), The South Carolina Encyclopedia Guide to the Governors of South Carolina, University of South Carolina Press, 2012, p 17-19.

12. FBI, Detroit, 25-8786, 9 octobre 1943 (p 22); Elijah Muhammad, The Theology of time: The Secret of Time, Secretarius MEMPS Publications, Phoenix, Arizona, 2002, p 353.



Citer ce billet
Nils Duranton (2023, 4 mai). Autour de Yakub : Aux sources d’une diabolisation – II : L’influence du garveyisme. ReLRace - Religions, lignages et « race ». Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tl97

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search