Autour de Yakub :aux sources d’une diabolisation (Partie I)

La lecture du mythe de Yakub laisse généralement une étrange impression, en raison de la violence des propos tenus et des nombreuses incohérences rencontrées. Ces dernières sont en grande partie liées à l’amalgamation par Fard de multiples références, plus ou moins lointaines et plus ou moins explicites, que cette seconde série d’articles propose de documenter.

En premier lieu figure l’arrière-plan biblique qui ne pouvait échapper à un public africain-américain encore majoritairement protestant. Alors que, dans le récit de Fard, le maléfique Yakub fait émerger une humanité blanche contrefaite de l’humanité noire, la Genèse décrit le patriarche Jacob – reconnu comme prophète sous le nom de Yakub dans l’islam – changeant la couleur des moutons de son beau-père Laban du blanc vers le noir1. Bien qu’il ne s’agisse là, ni d’une transposition narrative, ni même d’une inversion à proprement parler, mais bien d’un détournement complet de la lettre de la Genèse, l’évocation de l’Ancien Testament produit un écho lointain dans l’esprit des fidèles, apte à renforcer le caractère prophétique revendiqué du récit de Fard.

En second lieu, l’universitaire et essayiste Michael Muhammad Knight évoque des ressemblances entre le récit de Fard et les enseignements de la Société de Théosophie au début du XXe siècle. Selon cette dernière, différentes races humaines se seraient succédées sur Terre, tout au long de cycles couvrant plusieurs milliers d’années. L’« Aryan race » serait la cinquième et dernière en date, décrite par les auteurs théosophes comme la plus développée à ce jour. Dans un ouvrage publié en 1913, les théosophes C.W. Leadbeater et Annie Beasant empruntent ainsi le personnage de Manu à la mythologie hindoue pour en faire le père de l’aryanité. Dans leur récit, ce dernier aurait soigneusement sélectionné les individus les mieux à même de donner naissance à cette population, « like looking over a flock of sheep, and choosing the most suitable 2». Comme les théosophes, Fard affirme que la survenue de la race blanche constitue un événement historique tardif. Cependant, alors que cette donnée constituait un gage de qualité et de perfectionnement chez Leadbeater et Beasant, la création de la race blanche s’apparente chez Fard à une expérience dégénérative de l’humanité noire originelle et constitue une profonde anomalie.

Le mythe de Yakub est par ailleurs porteur d’une troisième dimension nettement plus prégnante que les deux précédentes. L’historien Nathaniel Deutsch montre, en effet, comment Fard projette dans un passé très ancien l’eugénisme des années de l’Entre-deux-guerres, lequel compte alors de fervents partisans aux États-Unis, le plus souvent hostiles aux Noirs. Ainsi, en juin 1932, un numéro du magazine Birth Control Review – un périodique, publié depuis 1917 par Margaret Sanger, œuvrant à la promotion de la contraception dans la société américaine – est consacré aux Noirs Américains. Le numéro comprend un texte du sociologue et activiste afro-américain W.E.B. Du Bois, intitulé « Black Folk and Birth Control ». Le porte-parole de la NAACP qui combat la ségrégation et défend l’intégration des Noirs dans la société américaine tout en insistant sur le rôle majeur des élites noires, y valorise la contraception. Du Bois y affirme qu’une natalité africaine-américaine mieux contrôlée pourrait avoir des effets bénéfiques sur l’amélioration des conditions de vie socio-économiques de la communauté. Conscient des éventuelles réticences que cette politique pourrait rencontrer parmi les Africains-Américains, il affirme : « They must learn that among human races and groups, as among vegetables, quality and not mere quantity really counts3. » Ainsi, en parfaite conformité avec la ligne éditoriale défendue par Margaret Sanger, les propos de Du Bois flirtent avec la rhétorique de l’eugénisme. Aux yeux des nationalistes afro-américains, les propositions de Du Bois et plus globalement les vœux de Birth Control Review appelant à la limitation de la natalité des Noirs mettent en péril l’existence même des Africains-Américains et participent à entretenir un sentiment de persécution4.

Nathaniel Deutsch soutient que la publication de ce numéro aurait directement inspiré Fard qui choisit de cristalliser les peurs portant sur la survie des Noirs américains en construisant son récit de la création de la race blanche par Yakub. En effet, Fard y met en scène Yakub, tête pensante d’un projet qui fait intervenir médecins, infirmières et crémateurs  dans le but de sélectionner des nouveau-nés en fonction de la couleur de leur peau ; conservant les plus blancs et éliminant les plus noirs, autant d’éléments rappelant l’eugénisme5. Or, dans son récit, Fard désigne, sans doute sciemment, la sélection des nouveau-nés par le terme de « Birth Control » (contraception). Ce n’est pour Deutsch en rien anodin ; les Muslim Lessons comprenant le mythe de Yakub sont en effet composées à une date indéterminée au début des années 1930 rendant donc probable une influence directe du numéro de la Birth Control Review.

Le positionnement de Fard est en tout cas symptomatique du fossé entre les propositions du groupuscule radical qu’est la Nation of Islam et celles défendues par W.E.B. Du Bois et les défenseurs de l’intégration. Lorsque ce dernier publie son article dans la Birth Control Review, il adopte une posture élitiste de défenseur raisonnable des intérêts supposés des Noirs américains, affirmant que ces derniers doivent se conformer aux recommandations des partisans de la contraception s’ils veulent prospérer au sein de la société américaine. Il s’affiche ainsi comme un interlocuteur respectable, en conformité avec sa formation de sociologue à Harvard.

Au contraire, Fard représente la voix des ghettos, celle d’une partie des nationalistes refusant tout à la fois le Diktat des Blancs et celui des élites noires. Sa vision eschatologique ne suppose de toute façon la poursuite de la cohabitation que pour une période extrêmement brève. La croyance en l’imminence de l’Armageddon est en effet particulièrement prégnante chez ses fidèles entre 1933 et 1934. La vision des Noirs comme une minorité assiégée par des diables blancs conduit à un constat alarmiste. La scientificité malfaisante de Yakub est mise en parallèle de celle prêtée aux partisans de la contraception. Fard dénonce plus généralement la « mauvaise science » attribuée aux Blancs, conçue pour nuire, qu’il oppose à la science éternelle des Noirs, vertueuse dans ses intentions et en harmonie avec la nature6, incitant par la même ses partisans à n’accorder aucune confiance au corps social américain7.


1. Genèse, 30 :31-43. Ce récit est cependant absent du Coran.

2. C.W. Leadbeater, Annie Besant, Man: Whence, How and Whither, Londres, Theosophical Publishing House; 1913, cité par Michael Muhammad Knight, « I am sorry, Mr. White Man, these are secrets that you are not permitted to learn »: The Supreme Wisdom Lessons and Problem Book, Correspondences, n°1 (2019), p 182.

3. W.E.B. Du Bois, « Black Folk and Birth Control », Birth Control Review, vol. 16, n°6 (juin 1932), p 167. (https://credo.library.umass.edu/cgi-bin/pdf.cgi?id=scua:mums312-b208-i052)

4. Nathaniel Deutsch, Inventing America’s Worst Family: Eugenics, Islam and the Fall and Rise of the Tribe of Ishmael, University of California Press, 2009, p 153.

5. Sur cette question et sur son rapport aux questions raciales, voir Nell Irvin Painter, Histoire des Blancs, Max Milo, 2019.

6. Supreme 120 Lessons, The Department of Supreme Wisdom, Lulu.com, 2012, p 12.

7. Wakeel Allah, The History of the Nation of Islam, volume 1: The Pioneer years (1930-1950), A-Team Publishing, p. 151.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Nils Duranton (5 avril 2023). Autour de Yakub :aux sources d’une diabolisation (Partie I). ReLRace - Religions, lignages et « race ». Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tl95


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search