Jahiz et les Noirs (III) : connaissance et apories

En plus de tous les arguments mentionnés dans la contribution précédente (Jahiz II), il y en a un que Jāḥiẓ a à coeur de glorifier, qui est l’argument religieux. Dans cette intention, il présente les témoignages suivants : le Prophète, qui se trouvait à Médine, a accompli la prière de l’absent sur le Négus (al-Najāshī1), qui lui se trouvait en Abyssinie ; ce qui représente une exception2. C’est encore le Négus qui donna en mariage au Prophète la fille d’Abū Sufyān, Umm Ḥabība et constitua au nom du Prophète un douaire (ṣadāq) de quatre cents dinars. Nous pouvons voir ici comment le Négus et plus généralement l’Abyssinie3 comptèrent pour le Prophète et permirent à l’islam de se développer suite à la première émigration (hijra).

Par ailleurs, les Zanj reprochent aux Arabes de ne plus pratiquer les intermariages avec eux depuis les débuts de l’islam, qui est pourtant venu avec la justice (’adl), alors qu’à l’époque préislamique (jāhiliyya) ceux-là étaient légions4.

Jāḥiẓ ajoute que les Noirs peuvent également se piquer de compter dans leur rang le Prophète Ismā‘īl, ancêtre des Arabes. C’est son père Ibrāhīm qui souhaitait avoir un enfant des Coptes (Jāḥiẓ les compte parmi les Noirs). En effet, Hajar l’épouse d’Ibrāhīm est réputée être copte5.

Enfin, Luqmān le sage (al-ḥakīm) dont la trente et unième sourate porte le nom, et qui est un exemple édifiant d’un père exhortant son fils à se conformer à de nombreux commandements et valeurs morales, est à compter parmi les Noirs.

De surcroît, ils sont à l’origine de trois inventions significatives : la galia (al-ghāliya), qui est un parfum composé de musc et d’ambre, le brancard mortuaire6 (al-na‘sh), qui permet de dérober aux regards la dépouille mortelle, et le livre relié (muṣḥaf7), qui protège mieux son contenu et l’embellit.

Dans les derniers développements de son épître, Jāḥiẓ morigène les Arabes en leur disant qu’ils n’ont jamais vu de vrais Zanj. En réalité, ils n’ont jamais vu que des captifs « formés de notre lie et de nos esclaves »8. Selon ses mots, si seulement ils avaient vu les habitants de Lanjūya, ils auraient pu admirer leur beauté et leur perfection9.

Les Noirs : peuples ou races ?

La représentation du monde est bien évidemment tributaire des diverses sources que l’empire islamique recueille en son patrimoine cosmopolite. De la Grèce à l’Inde, les influences s’entrecroisent. L’une de ces représentations est celle de la distribution des qualités et des faiblesses selon les groupes humains. Ce type de répartition très ancienne, aux origines de la géographie d’expression arabe, est à situer sous les auspices de Jāḥiẓ. Mais une question demeure. Sommes-nous en présence de races ou bien de peuples dans ces écrits ? Il semble que ce soit la seconde notion qui l’emporte. La constitution physique et morale des êtres vivants dépend de l’éloignement qui sépare leurs régions du soleil.

Celles-ci « ne sont l’effet ni d’une déformation, ni d’une punition, ni d’un enlaidissement, ni d’une infériorité ». Jāḥiẓ récuse donc ici vivement la théorie de la malédiction de Cham. (renvoi : https://relrace.hypotheses.org/1473 et https://relrace.hypotheses.org/2280)

En somme, pour al-Jāḥiẓ il appert que les caractères acquis ne sont pas héréditaires. Les facteurs géographique, climatique et écologique jouent un rôle décisif dans les particularités physiques des êtres vivants10. Il déclare que ces derniers s’adaptent aux régions dans lesquelles ils vivent. Ainsi, après trois générations les êtres qui vivent dans la région de la Ḥarra11 (désert de basalte) noircissent : « dans cette Ḥarra, on en arrive à un point tel que les gazelles et les autruches et les oiseaux [qui] y [vivent] sont tous noirs »12. Toutes ces transformations sont dues à des changements climatiques. Jāḥiẓ émet également l’hypothèse des effets de la « cuisson » du soleil sur l’embryon dans la matrice13. Plus la chaleur et le rayonnement sont élevés, plus l’enfant sera « foncé »14!

Voilà ce qui constitue en arrière-plan l’une des unités fondamentales de son jugement relatif aux couleurs des grands groupes humains de l’écoumène : le déterminisme territorial.

Connaissance et apories

L’épître de Jāḥiẓ donne l’impression d’avoir été rédigée à la hâte, en ne citant que les arguments favorables aux Noirs, qui lui venaient à l’esprit. Or, l’énigme demeure puisque dans d’autres de ses écrits — que nous avons cités — il se montre très caustique et lance des traits perçants en direction des sūdān. Malheureusement, le caractère décousu de son oeuvre ne nous permet pas d’expliquer cette différence de jugement. Il faut ajouter à cela les erreurs des copistes qui ont déplacé des passages de ses écrits d’une risāla (épître) à l’autre. De même, la reconstitution exacte de la chronologie de ses oeuvres est impossible pour le moment.

Nonobstant, une recherche plus poussée, nous permettrait de découvrir dans les premiers siècles de l’Islam une multitude de Noirs parmi les jurisconsultes, traditionnistes, poètes, grammairiens, qui contribuèrent, en conséquence, à l’élaboration de la civilisation musulmane. Il est en tous les cas significatif que le Fakhr al-sūdān nous soit parvenu alors que tant d’autres textes arabes sont définitivement perdus. Il est probable que cette apologie, fusse-t-elle imparfaite, et en dépit de ce que pensait vraiment Jāḥiẓ, ait offert aux musulmans noirs durant des siècles un sujet de satisfaction et un réconfort, parce que signé par le plus grand prosateur arabe.

Pour Jāḥiẓ ce ne sont pas les traits physiques mais plutôt les cultures qui distinguent les pays. Dans cette épître, la division fondamentale oppose les Noirs au reste de l’humanité. Et il ressort que c’est sur l’opposition des couleurs noire-rouge mentionnées dans un ḥadīth que Jāḥiẓ organise une démonstration astucieuse pour illustrer les mérites des sūdān, soit les Noirs.

Au total, le Fakhr al-sūdān ressemble sous certains aspects aux épîtres sur la shu‘ūbiyya et sur le fakhr (« jactance ») et il s’agit surtout de célébrer les Noirs en les classant dans l’arabité et également en rejetant les préjugés raciaux. En définitive, ce qui importe surtout à al-Jāḥiẓ est d’incorporer les Noirs dans la société arabo-musulmane de son époque (9e siècle), de la même façon que les Turcs, par exemple. Et ce qui est certain est que Jāḥiẓ, qui pouvait s’enorguellir d’être pétri comme personne d’arabité, ne désavoua jamais son origine noire.

La question noire s’est posée en terre d’Islam, parfois au motif de leur supposée origine servile et peut-être aussi en raison de la couleur de leur peau comme en témoignent les épîtres rédigées à la gloire des Noirs. Néanmoins, durant les siècles postérieurs à al-Jāḥiẓ, les ouvrages qui seront composés sur ce même thème ne focaliseront désormais plus sur l’arabité et les qualités anthropologiques qui les glorifient, mais plutôt sur les qualités religieuses ; il s’agira à présent de se conformer pleinement à l’éthos islamique.

(Manuscrit : Jāḥiẓ, Kitāb al-ḥayāwān)

1. Nom emprunté à l’éthiopien et employé en arabe pour désigner le souverain éthiopien au temps du Prophète et de l’Islam primitif.

2. Suite à ce précédent, certains savants musulmans ont prétendu qu’il est possible d’effectuer la prière de l’absent pour tout défunt musulman. Telle est l’opinion des Shāfi‘ites, d’Ibn Ḥazm et c’est l’un des avis d’Aḥmad b. Ḥanbal. D’autres jurisconsultes ont soutenu que la prière de l’absent n’est valable pour aucun défunt et cela, de façon absolue ; estimant que le ḥadīth d’Abū Hurayra, qui relate cet événement, ne s’applique qu’au Négus. C’est l’avis d’Abū Ḥanīfa, de Mālik et d’Aḥmad b. Ḥanbal selon l’un de ses avis. Un troisième groupe considère que la prière de l’absent pour l’homme vertueux qui décède dans un autre pays est permise (c’est un autre avis d’Aḥmad b. Ḥanbal). Enfin, un quatrième avis qui soutient que si un musulman absent décède dans un lieu où personne n’a prié sur lui, on effectuera alors pour lui la prière du défunt absent. Cet avis est attribué à Aḥmad b. Ḥanbal et c’est le choix d’Ibn Taymiyya et de son élève Ibn al-Qayyim.

3. Suite aux persécution que les Quraysh infligeaient aux musulmans, le Prophète invita ses Compagnons à émigrer en Abyssinie.

4. Bilāl, par exemple, épousa une arabe d’un clan important. La pratique des mariages exogamiques étaient nombreux avant la venue de l’islam. Durant le 6e siècle, les changements socio-économiques en Arabie firent du mariage endogamique la règle, afin de préserver le capital financier et symbolique. Dans le droit musulman (fiqh), la kafā’a (égalité, parité) désigne l’équivalence de condition sociale, de fortune, de profession (celle qu’exerce l’époux et celle de son beau-père), ainsi que la parité de naissance qui doivent exister entre les conjoints, à défaut de quoi le mariage est réputé non assorti, et en conséquence, susceptible d’être rompu.

5. Selon les historiens arabes, les Coptes descendent de Qūṭ fils de Ḥām fils de Noé ; ou selon une autre version de Miṣrām fils de Yanṣar fils de Ḥām fils de Noé.

6. Sorte de brancard qui porte le corps du défunt couvert par un tissu, afin de la mettre à l’abri des regards.

7. Mot d’origine guèze (langue éthiopienne).

8. Fakhr p. 211 et p. 39.

9. Malgré cette assertion, il est peu probable que Jāḥiẓ ait vu de ses yeux des habitants de Lanjūya.

10. Jāḥiẓ, Ḥayawān, IV p. 295 (ch. 1000).

11. Ces déserts de basalte se rencontrent surtout à l’Est du Ḥawrān et s’étendent de là jusque vers Médine.

12. Fakhr p. 219 et p. 45.

13. C’est l’utérus qui subit le rayonnement et la chaleur, qui stricto sensu colore le foetus.

14. Cet argument est présent dans le Fakhr al-sūdān et on le rencontre également dans Ḥayawān, III p. 244-245 et 251-252.




Citer ce billet
Farid Bouchiba (2023, 16 mars). Jahiz et les Noirs (III) : connaissance et apories. ReLRace - Religions, lignages et « race ». Consulté le 24 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tl94

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search