Wallace Fard et la Nation of Islam

La Nation of Islam est un mouvement religieux afro-américain fondé à Detroit en 1930. Ses premiers membres résidaient dans le quartier de Paradise Valley, aujourd’hui disparu à la suite de projets de réaménagements qui furent adoptés à partir des années 1940. Sa population noire avait essentiellement gagné la métropole dans les années qui avaient suivi la Première Guerre mondiale, se déplaçant dans le cadre d’un phénomène connu des historiens sous le nom de Grande Migration. Entendant rompre avec la violence et la pauvreté des anciens États esclavagistes, ces familles ouvrières venaient chercher du travail dans les usines automobiles du Michigan. Paradise Valley s’affirma pendant les années 1920 comme le centre de la vie afro-américaine de Detroit : en raison de la richesse de sa scène culturelle, elle constituait le pendant local de Harlem. Paradise Valley abritait également des communautés d’origine allemande, italienne, irlandaise ainsi qu’une minorité juive importante. La vivacité de ce paysage urbain s’éteignit brusquement au lendemain du krach boursier d’octobre 1929 : le rythme de production des usines ralentit et le chômage devint un mal endémique, laissant des milliers de familles afro-américaines dans la misère et le désespoir1.

             

La Hastings Street à Black Bottom, quartier afro-américain dont le centre économique et culturel était Paradise Valley. Le premier lieu de culte acquis par la Nation of Islam était situé au premier étage d’un bâtiment de cette artère qui fut détruite dans les années 1950.
(https://blackwiki.org/index.php/Black_Bottom_and_Paradise_Valley_Neighborhood). 


C’est dans cette atmosphère pesante qu’un vendeur à domicile d’apparence méditerranéenne vient frapper aux portes des habitants noirs le 4 juillet 1930, jour de fête nationale. Après avoir été connu sous une multitude d’appellations, c’est celle de Wallace Dodd Fard Muhammad qui finit par prévaloir. Cet étranger mystérieux ne semble pas être lui-même afro-américain, et il laisse plutôt entendre qu’il est arabe. Charismatique et élégamment habillé, il propose à sa clientèle des imperméables et des foulards. Fard réussit à exercer une véritable fascination sur des interlocuteurs désorientés par un contexte socio-économique difficile : avec beaucoup d’adresse, il commence à évoquer le pays d’origine des Noirs américains, dont il prétend avoir une parfaite connaissance. Manifestant de la bienveillance à leur égard, il parvient à convaincre ses acheteurs qu’il incarne une forme d’autorité intellectuelle et qu’il est doté d’une solide formation en matière d’exégèse biblique2.

Portrait officiel de W.D. Fard Muhammad en usage dans la Nation of Islam depuis les années 1930
(Source : Wikimedia Commons).

Rapidement, Fard réunit un cercle régulier de fidèles au domicile de particuliers qui prêtent gracieusement leurs maisons pour ces événements. Son public est essentiellement composé d’ouvriers qui ont bénéficié d’une éducation sommaire pour subvenir, dès leur prime jeunesse, aux besoins de leurs familles.  Fard présente dans un premier temps la Bible comme la base de son enseignement, gagnant ainsi la confiance d’un public marqué par le protestantisme du Sud des Etats-Unis. Il s’affranchit toutefois rapidement de ce registre en commençant à critiquer les Blancs de manière virulente et à contester l’appartenance de ses fidèles au cadre national des Etats-Unis. En guise d’ultime étape, Fard finit par jeter violemment la Bible du haut de son pupitre, la présentant comme un instrument privilégié de la soumission des Noirs. Ce geste provoque agitation et stupeur dans l’assemblée. Au milieu des cris d’un auditoire choqué, Fard explique avec assurance que la seule religion naturelle de ses ouailles est une croyance qu’il désigne sous le nom d’islam, censé être le credo de leurs ancêtres les plus lointains3.

Le personnage s’auto-déclare prophète dès le début de sa mission, contredisant manifestement le critère traditionnel musulman de clôture de la prophétie avec Muhammad Ibn Abdullah (vers 570-632). Son discours se distingue également de la compréhension majoritaire de l’islam en accordant un statut particulier aux Noirs qu’il décrit comme une entité qui incarnerait collectivement la divinité4. Au contraire, Fard explique que les Blancs sont la matérialisation du diable évoqué dans les Écritures, êtres malveillants qui seraient profondément incapables de bonté à l’égard des Noirs et dont la cruauté serait chevillée au corps5. Fard décrit la Bible comme un texte sacré qui fut modifié par les Blancs dans le but de tromper les Noirs ; à l’inverse, il présente le Coran comme un livre absolument inaltérable. Fard ne permet cependant pas à son auditoire de le consulter de manière autonome : il remplit une fonction d’intermédiaire en prétendant pouvoir le lire en arabe et en interpréter le sens véritable6. Il est avéré que le fondateur de la Nation of Islam utilise alors une édition ordinaire du Coran et qu’il assure auprès de ses adeptes les plus méritants la popularisation de certains essais de traduction anglophones7.

Ce discours attire favorablement l’attention de fidèles récemment arrivés du Sud. Les prêches de Fard apportent une lueur d’espoir, en annonçant la fin du règne despotique des Blancs, présentée comme imminente. Seuls ceux qui rejoignent la prédication de Fard pourront survivre à l’Armageddon, en appliquant scrupuleusement les préceptes de sa compréhension de l’islam8.

Il est difficile de connaître avec précision le contenu de ces discours précoces en raison d’un manque d’écrits qui documenteraient les premiers mois du mouvement. Un effort de structuration doctrinale est entrepris quelques années plus tard dans un contexte de tension avec les autorités : à la suite d’un meurtre commis par un adepte, Fard est obligé de progressivement disparaître à partir du mois de novembre 1932, ne revenant à Detroit que de manière occasionnelle et avec discrétion9.

Bien qu’ayant été sommé de quitter la ville, il prend l’habitude de se jouer des forces de l’ordre en passant du temps parmi ses adeptes de Detroit. L’essentiel de ses efforts vise alors à établir des structures et des institutions qui pourront survivre en son absence10. Élément majeur du corpus doctrinal de la Nation of Islam, le texte des Lost-Found Muslim Lessons semble avoir été composé durant cette période de clandestinité en 1933 ou 1934. D’après cette interprétation, le texte aurait donc été rédigé peu avant sa disparition à Chicago le 30 juin 1934, laquelle surprit les services gouvernementaux et continue de troubler les historiens aujourd’hui11. Ces documents sont destinés à un usage interne : ils se présentent sous la forme d’une série de questions et de réponses où Fard communique des informations à un personnage, vraisemblablement son proche disciple, Elijah Muhammad12. Nous pouvons affirmer que la première publication des Muslim Lessons est au moins antérieure à 193813. En revanche, des doutes persistent quant à une éventuelle modification ultérieure de leur contenu, notamment dans les années qui suivent la Seconde Guerre mondiale14. Soulignons l’ambivalence de cet exposé : testament spirituel de Fard, il confère aussi une légitimité à Elijah Muhammad en l’érigeant comme héritier de sa pensée. Ce dernier assure effectivement la fonction de guide spirituel de la Nation of Islam après le départ de Fard, nourrissant à l’égard de son maître des attentes eschatologiques qui en font une figure divine et messianique promise à un retour dans la gloire15. Si Elijah Muhammad développe les enseignements de Fard jusqu’à son décès en 1975, il est remarquable que certains grands récits de la Nation demeurent inchangés, témoignant du talent de Fard pour l’élaboration d’une mythologie marquant durablement les esprits ainsi que de la capacité d’Elijah Muhammad à adapter ce corpus aux situations historiques successives.


1. Isabella Isaacs-Thomas, « How the razing of Detroit’s Black Bottom neighborhood shaped Michigan’s history », Michigan Radio, 11 février 2019.

2. E.D. Beynon, “The Voodoo Cult Among Negro Migrants in Detroit”, American Journal of Sociology, vol. 43, n°6, mai 1938, p. 895.

3. Ibid, p. 896-897.

4. Ibid., p. 896.

5. Ibid., p. 898.

6. Ibid., p. 900.

7. Wakeel Allah, The History of the Nation of Islam, vol. 1 : The Pioneer Years (1930-1950), A-Team Publishing, 2015, p 177.

8. E.D. Beynon, op. cit., p 895-898.

9. John Andrew Morrow, Finding W.D. Fard, Cambridge Scholars Publishing, 2019, p 219.

10. E.D. Beynon, op. cit., p 902.

11. Ibid., p 896.

12. « I am Sorry, Mr. White Man, These are Secrets that You are Not Permitted to Learn »: The Supreme Wisdom Lessons and Problem Book », Correspondences, n°1, p 169-171, 2019.

13. E.D. Beynon, op. cit., p 898 ; Knight, op. cit., p 170-171.

14. Michael A. Gomez, Black Crescent : The Experience and Legacy of African Muslims in the Americas, Cambridge University Press, 2005, p 310.  

15. E.D. Beynon, op. cit., p 906-907.



Citer ce billet
Nils Duranton (2023, 16 février). Wallace Fard et la Nation of Islam. ReLRace - Religions, lignages et « race ». Consulté le 22 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tl90

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search