Jahiz et les Noirs (II) : mérites et supériorité

Tout d’abord, avant d’aller plus loin, arrêtons-nous un instant sur le titre de l’épître qui nous intéresse et plus particulièrement sur le terme sūdān qui a pour singulier aswad. La racine trilitère de ce mot qui est sīn, wāw et dāl suppose deux orientations sémantiques : la couleur noire et l’autorité (pouvoir, souveraineté).

L’on peut répartir les grands thèmes du Fakhr al-sūdān en cinq grandes parties : a) l’éloquence des Noirs, b) leur courage au combat, c) leurs qualités anthropologiques, d) la couleur noire dans ses diverses déclinaisons et e) la supériorité numérique des Noirs. Il faudrait en réalité ajouter à cela trois thèmes que l’auteur expose plus brièvement, mais qui ont leur importance dans ce plaidoyer en faveur des Noirs : les liens anciens qui existent entre les Noirs et l’islam, les inventions des Noirs et les femmes noires.

a) L’éloquence des Noirs

Ce n’est probablement pas un hasard si un intellectuel aussi productif qu’al-Jāḥiẓ, qui n’en est pas à son premier écrit, et si attaché aux questions linguistiques, ouvre son épître en mettant en exergue l’éloquence1 (faṣāḥa) des Noirs et leur maîtrise de la langue arabe. Rappelons que notre auteur est l’un des fondateurs de la rhétorique arabe et que, loin d’être un simple moyen conçu afin de persuader, celle-ci est éminemment liée à la théologie à travers deux thèmes principaux : les attributs2 (ṣifāt) divins et l’inimitabilité (i‘jāz) du Coran3. Pour lever toute équivoque, il rapporte plusieurs anecdotes sur l’éloquence des Noirs. Suite à son avant-propos, c’est un esclave très probablement du Sind4 prénommé al-Fizr, qui s’adressant à son informateur al-Aṣma‘ī5, lui enseigne que la concorde6 (al-wi’ām) peut se développer rapidement chez tous les humains, peu importe leur origine. La leçon est donc double : c’est d’un informateur noir que l’un des plus grands philologues arabes tire ses informations linguistiques et cet informateur lui apprend que tous les hommes peuvent vivre ensemble sans distinction de couleur. Par la suite, il rapporte un échange entre un expert de l’éloquence et une femme esclave noire du désert, qui le réduit au silence. Il n’est assurément pas anodin que les deux personnes noires précitées soient des esclaves et viennent du désert, domaine par excellence de la faṣāḥa (pureté de la langue). Parmi les autres célébrités noires éloquentes Jāḥiẓ cite : les poètes al-Ḥayquṭān, Sanīḥ b. Rabāḥ (dans l’épître celui-ci tourne en dérision Jarīr7, ‘Ukaym l’Abyssin qui enseigna la langue arabe aux savants du Chām (Syrie) et al-Muntaji‘ à ceux d’Iraq. Dans le même esprit toujours :

« Nul peuple sur terre n’a de voix plus harmonieuse, nul peuple n’a de langue plus plus agréable à parler que la leur et nul peuple ne tient de propos plus incisifs et n’appuie moins sur les mots. À l’exception des Zanj, il n’y a sur terre de peuple où l’on ne rencontre des gens qui bégayent, zézayent, balbutient et un défaut d’élocution »8.

Dans un autre de ses écrits Jāḥiẓ est bien moins amène avec les Noirs :

« Ils — les Shu‘ūbiyya — soutiennent que l’éloquence a toujours été appréciée par les hommes de toutes les sociétés ; même les Zanj, malgré leur obscurantisme, leur stupidité sans bornes, leur esprit obtus, leur sensibilité grossière et leurs prédispositions malignes, font de longs discours »9.

b) Le courage des Noirs au combat

Jāḥiẓ cite les célèbres combattants suivants : Mihja‘10, qui est le premier musulman à avoir trouvé la mort lors de la bataille de Badr et al-Miqdād11, qui est le premier musulman à avoir combattu à dos de cheval. Il mentionne aussi un autre combattant vaillant, Julaybīb. Lors d’un combat, le Prophète demanda à ses Compagnons de le rechercher ; ils le trouvèrent gisant au milieu de sept personnes qu’il avait tuées. Le Prophète dit :

« Il a tué sept [personnes] et ils l’ont tué. Cet homme-là est de moi et moi de lui »12.

Julaybīb demeura dans les bras du Prophète jusqu’à ce que sa tombe soit creusée. Ce que le Prophète dit à son sujet est très rare puisque l’on en trouve qu’une autre occurence, concernant sa fille : « Fatima est une partie de moi-même »13. Ce qui l’élève au rang de proche intime. Jāḥiẓ ne manque pas de rappeler que les Noirs venus d’Abyssinie dominèrent une partie de l’Arabie14, jusqu’aux abords de la Mecque, au 6e siècle15, mettant en déroute le célèbre roi du Yémen Dhū Nuwās.

c) Les qualités anthropologiques des Noirs

Parmi les qualités des Noirs, Jāḥiẓ évoque la piété au travers de deux célèbres compagnons (ṣaḥāba) : Sa‘īd b. Jubayr et Bilāl16. Les dix enfants de ’Abd al-Muṭṭalib, grand-père du Prophète, étaient tous très noirs17. De même, ’Abd Allāh b. ’Abbās le cousin paternel du Prophète était très noir18. Il mentionne également la piété et l’impartialité du poseur de ventouses (ḥajjām), Faraj. On compte parmi leurs autres qualités : la générosité (sakhā’), leur qualité d‘élocution (ils peuvent prêcher du lever au coucher du soleil), la robustesse (shiddat al-abdān), le bon caractère (ḥusn al-khuluq), la danse (raqṣ) rythmée. Jāḥiẓ confère à ce dernier attribut une valeure positive, contrairement à d’autres savants, tel Ibn Khaldūn19, par exemple. Ils sont de plus les plus tendres avec leurs épouses (et inversement). Ils ont également : une haleine parfumée (nakha), une belle voix (jawdat al-ṣawt), la meilleure cuisine (ṭabkh). Ce sont de même des changeurs (ṣayārifa) hors pairs dignes de confiance20.

Les femmes noires sont plus fertiles et plus belles que les autres. D’ailleurs le célèbre poète arabe al-Farazdaq, qui avait pu apprécier les charmes des femmes de tous les peuples avait une inclination particulière pour son épouse zanj, Umm Makkiyya.

d) La couleur noire dans ses diverses déclinaisons

La couleur noire dans ses diverses déclinaisons occupe une place non négligeable dans le Fakhr al-sūdān. Il estime que ce sont les Noirs, en raison de la couleur de leur peau, qui inspirent le plus la crainte, tout comme les étendards noirs lors des combats. Les animaux noirs sont ceux dont ont tire le plus de bénéfices. Les pierres et les montagnes noires sont les plus dures. Les dattes les plus appréciées sont les noires. Le meilleur bois est celui d’ébène. Le foie et la bile qui sont utiles à l’homme sont noirs. Plus les lèvres et les cheveux sont noirs plus ils sont beaux. Les parfums les plus précieux sont le musc et l’ambre qui sont noirs. Et il ne faut pas oublier que pour les musulmans la Pierre Noire vient du Paradis. En définitive, la couleur au caractère et à la beauté la plus stable est le noir.

Quant à l’origine de cette couleur, laissons parler notre auteur :

« Nous pensons que ce n’est pas Dieu qui nous a créé noirs pour enlaidir (tashwīh) notre nature, mais c’est le pays qui nous a rendus tels. La preuve en est que les Arabes comptent des tribus noires… Les couleurs blanche et noire n’ont pour origine que les caractères de la région21 et la nature dont Dieu a doté l’eau et la terre (turba), la proximité ou l’éloignement du soleil, l’intensité ou la modération de sa chaleur. Elles ne sont l’effet ni d’une déformation (maskh), ni d’une punition (‘uqūba), ni d’un enlaidissement, ni d’une infériorité (taqṣīr) »22.

Pour al-Jāḥiẓ, le rôle du territoire géographique est déterminant. Les facteurs écologiques et climatiques jouent un rôle important dans les caractéristiques physiques des êtres vivants23. Notre auteur est en cela un digne héritier de la théorie des climats des penseurs grecs24.

Signalons que nous trouvons, ailleurs, sous la plume de Jāḥiẓ les préjugés mentionnés dans l’extrait ci-dessus, qu’il semble pourtant critiquer :

« Nous savons que les Zanj sont les êtres les moins intelligents, les moins judicieux des êtres humains et les moins capables de mesurer les conséquences de leurs actes »25.

« Parmi les hommes, ce sont les Zanj qui ressemblent le plus aux corbeaux car ils sont à la fois les pires et les plus vicieux par leur caractère autant que par leur tempérament »26.

e) La supériorité numérique des Noirs

Parmi les autres arguments avancés par Jāḥiẓ il y a la supériorité numérique des Noirs. Reprenant la célèbre tradition (ḥadīth) « J’ai été envoyé aux Rouges et aux Noirs », il précise que par le terme « noirs » le Prophète fait entre autres références aux Arabes. Car si ces derniers appartenaient aux Rouges27, on les compterait au nombre des Byzantins, des Slaves et des Perses. Or, les Arabes rentrent dans la catégorie des Noirs et leur dénomination se rapporte à la leur. Ainsi, les Noirs sont les noirs purs (al-sūdān al-khullaṣ) et les Arabes leur simulacre. En d’autres termes, ils ne sont noirs que secondairement. Il faut compter parmi les noirs les : Arabes, Lanjūya, Qanbalū, Abyssins, Nubiens, Fazzān, Maruwa, Zaghāwa, Berbères, Coptes, etc. Al-Jāḥiẓ considère également comme Noirs les habitants du Sind et de Chine, et aussi les Hind, dont il rappelle, non pas sans dessein, les connaissances en arithmétique, astronomie, médecine, etc. Il n’est pas fortuit que Jāḥiẓ convoque la civilisation de l’Inde pour prêter main-forte à son argumentation28. Il regarde les Indiens comme l’une des quatre nations civilisées (Arabes, Indiens, Persans et Grecs)29. Et il s’agit de rappeler à cette occasion les mérites intellectuels des populations noires. Il assure que Adam est descendu du Paradis en Inde. Par ailleurs, les confins de la planète habitée sont uniquement peuplés de Noirs. Jāḥiẓ ajoute que les périphéries de la planète sont plus peuplées que les régions centrales habitées par les Blancs, comme le contour de la meule est plus long que la circonférence de l’oeillard. Notons que l’argument de la supériorité numérique revient comme un leitmotiv à plusieurs reprises dans l’épître. Placé sur le planisphère le pays des Noirs occupe douze fois plus d’espace que celui des Arabes, selon ce que rapporte le géographe persan Ibn al-Faqīh (10e siècle) : « Le monde entier, dit-on, mesure 24 000 parasanges, dont 12 000 pour le pays des Noirs, 8 000 pour le pays des Rūm, 3 000 pour le Fārs, 1 000 pour le territoire des Arabes »30 et d’ajouter « [les Noirs] sont plus nombreux que les Blancs, et cela seul suffit comme [titre de] gloire »31.

Dans le troisième et dernier volet sur Jāḥiẓ et les Noirs, nous poursuivrons la présentation des mérites et de la supériorité des Noirs. Et nous clôturerons cette série en présentant les apories auxquelles se heurte l’analyse du Fakhr al-sūdān ‘alā l-bīḍān.

(Manuscrit : Jāḥiẓ, al-Bayān wa l-tabyīn, 
Millet Fayzullah, Istanbul, n° 1580)
(Manuscrit : Jāḥiẓ, al-Bayān wa l-tabyīn,
Millet Fayzullah, Istanbul, n° 1580)

1. Privilège ultime des Arabes. C’est donc ici un véritable compliment.

2. Michel Allard, Le problème des attributs divins dans la doctrine d’al-Ash‘arī et de ses premiers grands disciples, Beyrouth, Imprimerie Catholique, 1965.

3. Claude-France Audebert, al-Khaṭṭābī et l’inimitabilité du Coran. Traduction et introduction au Bayān I‘jāz al-Qur’ān, Damas, Institut Français de Damas, 1982.

4. Il a le lobe de l’oreille percé, ce qui est propre aux personnes originaires du Sind, au teint noir.

5. Un des premiers philologues arabes et l’un des trois principaux grammairiens arabes de l’école de Baṣra.

6. Dans le sens de mu‘āshara, vivre ensemble, rapports de société, commerce des hommes. Un proverbe arabe nous dit : lawlā l-wi’ām lahalaka l-anām, « s’il n’y avait pas de concorde, le genre humain périrait », Maydānī, Majma‘ al-amthāl, n° 3234.

7. Jarīr est l’un des trois plus importants poètes de hijā’ (satire) de la période omeyyade (les deux autres étant ses rivaux al-Akhtal et al-Farazdaq). Il peut être considéré comme l’un des plus grands poètes arabes de tous les temps.

8. Fakhr p. 195 et p. 39.

9. Jāḥiẓ, al-Bayān wa l-tabyīn, Le Caire, 1960, III p. 12-13.

10. Il est rapporté par al-Ḥākim dans son Mustadrak ‘alā l-Ṣaḥīḥayn et considéré comme authentique (ṣaḥīḥ) par al-Suyūṭī dans al-Jāmi‘ al-ṣaġīr que le Prophète a dit : « Les meilleurs des noirs sont trois : Bilāl, Luqmān et Mihja‘ ».

11. Il est l’une des premières personnes à avoir embrassé l’islam. Selon les commentateurs du Coran, le verset 54 de la sourate al-Aḥzāb aurait été révélé à son sujet.

12. Fakhr p. 181 et p. 9.

13. Tradition rapportée par Bukhārī et Muslim.

14. À l’époque de Jāḥiẓ, les arabes n’avaient encore conquis aucune partie de l’Afrique orientale.

15. Les Abyssins régnèrent sur le Yémen de 523 jusque vers 570, date à laquelle ils furent chassés par les Perses.

16. Considéré comme le premier muezzin, il est aussi à compter parmi les sept premières personnes qui ont manifesté publiquement leur islam.

17. Jāḥiẓ ajoute la famille d’Abū Ṭālib était plus ou moins noire. Abū Ṭālib est le père de ’Alī et également oncle du Prophète. C’est d’ailleurs lui qui le prendra en charge à la suite de la mort de sa mère Āmina.

18. Il est considéré par certains comme le père de l’exégèse coranique.

19. Ibn Khaldūn associe le rire et la danse à la légèreté et l’excentricité.

20. Selon la tradition, le Prophète nomma Bilāl gardien du Trésor public.

21. Sur les spécificités de chaque région, voir par exemple Guy Ducatez, « Extraits du Livre des Métropoles et des Pays », Revue des études islamiques, LXI-LXII, 1993-1994, p. 123-174.

22. Fakhr p. 219-220 et p. 45-46.

23. Meyssa Ben Saad, La Connaissance du Monde vivant chez le savant al-Djâhiz (776-868) : les sciences de la vie et le regard d’al-Djâhiz dans l’Histoire des Sciences arabes, Thèse de doctorat, Université Paris VII, 2010.

24. Plus précisément, le Traité d’Hippocrate des airs, des eaux et des lieux assorti du commentaire de Galien.

25. Jāḥiẓ, Livres des avares, Paris, G.P. Maisonneuve, 1951, p. 232.

26. Jāḥiẓ, Kitāb al-ḥayawān, Le Caire, 1938, II p. 314.

27. Selon certains lexicographes, le terme abyaḍ (blanc) serait réservé à la pureté. Dans le Fakhr al-sūdān les blancs comprennent les : Perses, les Byzantins, les Slaves, les Francs, les Avars, etc.

Dans son Lisān, le lexicographe Ibn Manẓūr (m. 1311) explique que dans le ḥadīth la couleur noire ferait référence à la couleur des Arabes et la rouge à celle des non-Arabes. Il ajoute que le teint qui prédomine chez les Arabes se situe le brun et le noir et celui des non-Arabes du blanc au rouge. Ainsi, le rouge dans cette tradition est assimilé au blanc. Enfin, le traditionniste al-Dhahabī (m. 1348) dans son commentaire d’un ḥadīth rapporté dans le Ṣaḥīḥ de Muslim précise que la couleur rouge (aḥmar) était celle des esclaves capturés parmi les chrétiens de Syrie, de Byzance ou de Perse.

28. Jāḥiẓ est conscient que si les Arabes ont beaucoup appris des Indiens, ils pourront encore en tirer profit pour enrichir leur culture générale. On notera toutefois que ses connaissances sur l’Inde sont rudimentaires et un auteur comme al-Mas‘ūdī (m. 956) est plus informé, car en trois quarts de siècle le savoir arabo-islamique s’est abondamment enrichi. Il faut ajouter que certains généalogistes classent les Hind parmi les descendants de Ḥām.

29. Pour Jāḥiẓ, la religion musulmane est héritière de ces quatre civilisations. Dans son Bayān, Jāḥiẓ qu’en dehors des quatre nations (Arabe, Perse, Hind, Rūm) les autres ne sont que des gens de la plus basse classe (hamaj), cf. Bayān I p. 137.

30. Ibn al-Faqīh al-Hamadhānī, Abrégé du Livre des Pays, Damas, Presses de l’Ifpo, 1973, p. 5.

31. Ibid, p. 119.



OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Farid Bouchiba (1 mars 2023). Jahiz et les Noirs (II) : mérites et supériorité. ReLRace - Religions, lignages et « race ». Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tl91


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search