Jahiz et les Noirs (I)

L’auteur de l’épître Fakhr al-sūdān ’alā l-bīḍān (De la supériorité des noirs sur les blancs1), qui nous intéresse ici, Abū ‘Uthmān ‘Amr b. Baḥr al-Kinānī, est le plus célèbre prosateur arabe, dit-on. Auteur d’ouvrages de littérature et de théologie mu‘tazilite2, il naquit à Baṣra (Iraq) vers 160/776 au sein d’une famille de mawālī3 (clients) des Banū Kināna4 et mourut en 254-55/868-69. Il était très certainement originaire d’Abyssinie5. Son surnom, al-Jāḥiẓ, est dû à une malformation de ses yeux (jāḥiẓ, c-à-d. qui a la cornée saillante). Sa vive intelligence lui permit d’intégrer les assemblées des savants où les discussions étaient parfois alimentées par les difficultés et les problèmes que rencontraient les musulmans. Parmi les questions d’actualité nous pouvons citer celle du califat, les querelles entre les sectes musulmanes, ou encore les revendications des non-Arabes. À cette époque, Baṣra6 comptait plusieurs populations allogènes : mawālī (anciens esclaves affranchis avant l’islam), iraniens (ou iranisés), Indiens et Sindiens7, Malais et Zanj8. Parmi ces derniers, al-Jāḥiẓ distingue deux catégories : Qanbalū/Qunbula (île de Pemba9) et Lanjūya (Unqūja10) — ou encore Naml (« fourmis11 ») et Kilāb12 (« chiens13 ») ; des Noirs qui avaient été importés en qualité d’esclaves de la côte orientale d’Afrique, à une date qui nous est inconnue. Ils étaient employés comme terrassiers afin de débarrasser la Basse-Mésopotamie14 de sa terre nitreuse qui la rendait impropre à l’agriculture.

Les nombreux ouvrages qui pouvaient circuler dans sa ville natale ainsi que son observation pénétrante de cette population hétéroclite lui donna précocement une ouverture sur le monde, et sa diversité.

À cette époque, tout montre que les Arabes, qui se regardaient comme purs, s’appliquaient, dans cette société « multiculturelle », qui commençait à les diluer, à préserver la pureté de leur lignage et par conséquent de leur sang. D’ailleurs, il semble que notre prosateur ait trouvé opportun de rédiger une épître sur les sang-mêlés15 (Kitāb al-ṣuraḥā’ wa l-hujanā’, c-à-d. Le livre des arabes de père et mère et des arabes de père et de mère étrangère), qui ne nous est pas parvenue. En raison des mariages mixtes et principalement du concubinage avec les femmes esclaves les métis devinrent de plus en plus nombreux. D’ailleurs, ce texte est mentionné dès les premières lignes du Fakhr al-sūdān :

« Tu as mentionné – qu’Allah soit ton refuge contre la déformation de la vérité ! – que tu as lu mon livre relatif aux arguments portés sur les métis par les gens de ‘race pure’, aux ripostes des métis, aux réponses des oncles maternels des métis ; et tu as mentionné que je n’y ai abordé rien au sujet des mérites des Noirs »16.

Jāḥiẓ ajoute d’autre part que cela est délibéré de sa part :

« Sache – qu’Allah te préserve ! – que j’ai différé cela intentionnellement. Tu as exprimé le désir que je t’expose les titres de gloire des Noirs, aussi vais-je t’exposer par écrit ceux de leurs titres de gloire qui me sont venus à l’esprit »17.

À la question du sang était étroitement corrélée celle de la faṣāḥa (la pureté de la langue arabe). À l’évidence, de tels changements ne pouvaient qu’inquiéter les descendants des anciennes familles arabes et encore plus les éléments allogènes qui, islamisés et arabisés réellement, avaient conscience du besoin de maintenir la précellence à la langue et la culture de ceux qui avaient reçu la révélation coranique. Rappelons, selon les mots d’Ibn Khaldūn, qu’une grande partie des grammairiens de la langue arabe étaient perses, et comme la majorité des savants, ils s’efforcèrent dès le 7e siècle à collecter et à conserver le patrimoine arabo-musulman18. D’ailleurs, al-Jāḥiẓ s’inscrit pleinement dans ce mouvement de compilation. Et dans son oeuvre, estimant que la religion musulmane était légataire des civilisations passées, il se montre enclin à intégrer les éléments culturels empruntés aux Grecs, Perses, Indiens, etc.

De façon générale, la prose d’al-Jāḥiẓ est caractérisée par une certaine forme de désordre, toutefois volontaire, et de nombreux excursus. La récurrence d’une même idée sous diverses formes, qui pourrait laisser croire à une certaine amplification, n’a d’autres buts que de convaincre son lecteur et également de déplacer la symétrie du vers dans la prose. Par ailleurs sa vaste culture et son sens de l’humour lui permettent d’éviter l’ennui et de rendre accessible au plus grand nombre des sujets parfois abscons et réputés impénétrables. Enfin, à un moment où la culture arabo-musulmane est en voie de formation, al-Jāḥiẓ réunit des éléments tirés du patrimoine arabe, qu’il défend intensément19, ou encore de la pensée grecque, en limitant l’immixtion d’éléments persans, jugés dangereux pour le devenir de l’Islam20. Il se fait le défenseur des Arabes, mais également des Noirs, à un moment où la société connait de profonds bouleversements culturels et sociaux. Jusqu’à cette époque le monde musulman était régenté pour partie par les règles de la bédouinité. Le développement d’une certaine urbanité donne progressivement naissance à une société où la richesse comme la puissance de certains groupes militaires organisent de plus en plus la hiérarchie du pouvoir, au détriment du prestige qui hiérarchisait la société auparavant. Ainsi, les kibār (« grands ») remplacent les ashrāf21 (« nobles ») et dans le sillage de la révolution abbasside22 (744-750) apparaissent en vedette des mawālī (« affranchis ou alliés ») d’origine perse, mais pas exclusivement. Les Persans contestent la suprématie des Arabes sur le plan linguistique, social et religieux.

Le Kitāb fakhr al-sūdān s’inscrit probablement dans cette rivalité de la shu‘ūbiyya (mouvement interne à la société islamique primitive qui déniait toute primauté aux Arabes), mais pas seulement. Sur ce sujet, Jāḥiẓ a d’ailleurs écrit deux opuscules malheureusement perdus : « Arabes et non-arabes » et « Arabes et mawālī ». Dans le dernier de ces deux textes l’auteur entend fixer certaines limites aux prétentions des mawālī (rencontrés parfois aussi sous le nom de ‘ajam23). Sa position est différente à l’endroit des Noirs pour lesquels il vante les mérites et même, parfois, leur supériorité. Rappelons que Jāḥiẓ a toujours été préoccupé par les menaces qui pouvaient mettre en péril l’arabité, et avait très peu d’inclination pour les Persans24.

Le sujet de l’épître qui nous intéresse ici est une défense d’un groupe humain qui se caractérise par sa carnation. Même s’il est très peu question des Perses dans cette épître, il est loin d’être improbable que ces derniers en soient les destinataires. D’aucuns ont pu soutenir que ce texte aurait été rédigé uniquement en raison de l’origine noire d’un de ses ascendants. Or, cet argument est partiellement réfuté dès lors que l’on sait qu’al-Jāḥiẓ a composé une épître sur les mérites des Turcs25, alors qu’il n’est pas d’origine turque.

Pour l’orientaliste allemand Gernot Rotter, il s’agit là uniquement d’un exercice littéraire26, en arguant à partir du Livre des animaux (Kitāb al-Ḥayawān) de ce même auteur, qui dépeint des noirs de manière peu flatteuse : « les plus mauvais des hommes et les pires créatures relativement à la complexion et au tempérament »27. Il est également peu probable que cette épître ait un quelconque lien avec la révolte des Zanj28. D’ailleurs, lorsque Jāḥiẓ présente ces Zanj des Baṭā’iḥ29 (« les marais »), il le fait de façon peu flatteuse. De plus, cette révolte menée par un chef de descendance alide ne débuta pas durant la vie de Jāḥiẓ mais l’année de sa mort.

De son côté, Bernard Lewis considère que c’est une parodie des écrits shu‘ūbī et il va même jusqu’à écrire que Jāḥiẓ « ne se faisait pas une très haute idée des Africains »30. Toutefois, une étude minutieuse nous oblige à ne pas tenir ce texte pour pur amusement et encore moins une parodie. Si Jāḥiẓ convoque fréquemment la plaisanterie dans ses écrits, le plus souvent en vue de faire passer un message, il n’en demeure pas moins un auteur extrêmement réfléchi.

La culture n’est plus un exposé théorique telle qu’on la connaissait selon l’ordre aristotélicien, préoccupée par des soucis d’organisation et de synthèse ; à présent, il s’agit avec Jāḥiẓ d’exalter l’esprit de curiosité, d’où l’effet de dispersion. Il faut rappeler que le Fakhr al-sūdān appartient à l’adab (« culture ») qui est un genre qui a pour but de renseigner le lecteur tout en l’amusant, en abordant une multitude de sujet sans trop approfondire ; ici l’abondance triomphe de la profondeur.

Dans son Fakhr al-sūdān, qui est très sérieux, il se fait l’interprète des Noirs mêlant troisième (qālū) et première personne du pluriel (qulnā). Contrairement au procédé employé dans ses autres épîtres, il ne critique pas les arguments qu’il développe dans le Fakhr al-sūdān31. Au contraire, il enrichit les arguments par des notes historiques et linguistiques et il donne clairement l’impression qu’il se sent directement impliqué par la défense d’un groupe auquel il appartient. Il s’agit de défendre les mérites et même, à l’occasion, la supériorité des Noirs. C’est ce que nous présenterons dans la seconde partie de cet article.

Timbre émis en hommage à al-Jahiz (Qatar, 1971)
(Source : Wikiwand )

1. L’épitre se trouve traduite dans : Guy Ducatez et Jacky Ducatez, al-Ǧāḥiẓ, « Kitāb faḫr as-Sūdān ‘alā’ l-biḍān », Traduction et annotations, Revue des Etudes Islamiques, 1983, vol. 51, p. 2-49. Tout au long de cet article, nous empruntons les traductions à cette référence. Néanmoins, lorsque cela était nécessaire nous avons apporté quelques modifications à la traduction proposée. L’édition de référence du texte arabe est : Rasā’il al-Jāḥiẓ, Le Caire, Maktabat al-Khanjī, 1964, I p. 177-226.

Le titre arabe peut être également traduit par : Des mérites des noirs en comparaison des blancs.

2. Mu‘tazila : nom donné à l’un des mouvements théologiques les plus importants de l’islam, fondé à Baṣra, par Wāṣil b. ‘Aṭā’ (m. 748), dans la première moitié du 8e siècle. L’appellation, dont le sens serait « ceux qui se séparent » remontrait à Wāṣīl ou bien à ‘Amr b. ‘Ubayd (m. 761), qui, sur le sort à réserver au musulman coupable d’une faute grave, se serait « séparé » d’al-Ḥasan al-Baṣrī. Pendant une vingtaine d’années les Mu‘tazilites ont bénéficié de la faveur des califes Abbasides de Bagdad, devenant ainsi en 827, sous al-Ma’mūn, la doctrine officielle du califat. La Mu‘tazila est la premières des écoles de théologie spéculative (kalām). Assez rapidement les Mu‘tazilites se constituèrent en deux écoles, celle de Baṣra et celle de Bagdad, avec en tout une vingtaine de sous-écoles. L’une de celle-ci est al-Jāḥiẓiyya fondée par Jāḥiẓ. Cf. Farid Bouchiba, « Un manuscrit inédit d’hérésiographie : le Mabḥath al-firaq (Recherche sur les sectes) du shaykh Aṭfayyash (m. 1914) », Francesca Ersilia (dir.), Ibadi Theology Rereading Sources and Sholarly Works, Zurich/New York, Georg Olms Verlag, 2015, p. 297-313 (voir p. 301).

3. Mawlā. (n. m., arabe, pl. mawālī). Personne liée à une autre personne par walā’ (proximité), qui est également mawlā. Si le mot peut s’appliquer à une relation égalitaire d’assistance mutuelle (parent, allié, confédéré, ami, etc.), celui-ci s’appliquera le plus souvent à un participant à une relation inégale d’assistance, un maître, un patron, un affranchisseur d’un coté, un protégé, un client, un affranchi de l’autre. Dans le droit ancien, le client (mawlā) était le plus souvent un affranchi non-arabe ou un converti intégrant la société musulmane. Les non-arabes ne pouvant entrer dans cette société qu’en tant que clients, le mot mawlā finit par devenir synonyme de « Musulman non-arabe ». Et c’est dans ce sens que la littérature secondaire emploie souvent ce terme.

4. Appartenant à la tribu arabe Kināna. La célèbre tribu Quraysh est une branche des Banū Kināna.

5. Certains de ses biographes soulignent que l’un de ses ancêtres était noir.

6. Charles Pellat, Le milieu baṣrien et la formation de Ǧāḥiẓ, Paris, Adrien-Maisonneuve, 1953 (p. 22-42).

7. Population originaire du Sind, région du Pakistan limitrophe de l’Inde.

8. Le terme zanj que l’on trouve dans la littérature arabe, ne semble pas d’origine arabe (zanj rappelle l’Azania antique, qui correspond aux populations proto-souahélies). Il désigne les peuples d’Afrique Noire, et, plus précisément, ceux avec qui les Arabes entrèrent en contact lors de leurs voyages et de leurs échanges commerciaux dans la partie occidentale de l’Océan Indien et qui vivaient dans les régions orientales de l’Afrique. On employait pour ces territoires l’expression de bilād al-zanj, pays des zanj.

9. Pemba (en arabe : al-jazīra al-khaḍrā’ c’est-à-dire « l’île verte ») est l’une des trois îles de l’archipel de Zanzibar en Tanzanie.

10. Ile principale de l’archipel de Zanzibar. On l’appelle également Zanzibar, ce qui crée une confusion avec l’archipel du même nom.

11. Selon al-Jāḥiẓ, appellation due à la capacité de ce peuple à se multiplier rapidement, cf. Al-Jāḥiẓ, al-Bayān wa l-tabyīn, VIII, p. 50-51.

12. Al-Jāhiẓ, al-Bayān wa l-tabyīn, III p. 36.

13. Selon al-Jāḥiẓ, appellation donnée à ce peuple en raison de sa force physique, cf. Al-Jāḥiẓ, al-Bayān wa l-tabyīn, VIII, p. 50-51. Jāḥiẓ précise que les noms Kilāb et Naml ont été choisis ces deux tribus.

14. Région située au Sud de l’Iraq, là où le Tigre et l’Euphrate se rapprochent.

15. Signalons que cette épître est mentionnée dès les premières lignes du Fakhr al-sūdān.

16. Fakhr p. 177 (texte arabe) et t p. 6 (traduction).

17. Ibid.

18. Ibn Khaldun, Discours sur l’histoire universelle, Paris, Sindbad, p. 950-952 : « Il est remarquable qu’à quelques exceptions près, la plupart des savants musulmans, tant en matière religieuse que scientifique, aient été des non-Arabes (‘ajam)… Ce qui fait que les fondateurs de la grammaire arabe furent Sîbawayh, puis al-Fârisî et az-Zajjâj, tous d’origine perse ». Ibn Khaldūn ajoute que les grands juristes et traditionnistes étaient également perses.

19. La langue arabe, rappelons-le, est le vecteur du verbe divin.

20. La Perse voisine apparait plus dangereuse à Jāḥiẓ que la Grèce, éloignée et éteinte. Le patrimoine grec peut ainsi offrir un système de connaissances et de pensée, sans mettre en péril l’arabité. Il s’agit de s’ouvrir sur le plan du savoir tout en défendant les valeurs arabes.

21. Sharaf, élévation, noblesse. Le sharīf est une personne qui se situe au-dessus des personnes de son entourage de par son origine noble illustre.

22. Abbassides. Deuxième dynastie de califes qui, depuis l’Irak, gouverna l’ensemble du monde musulman de 749 à 1258.

23. ‘Ajam (n. m., arabe) : terme désignant les « gens affecté de ‘ujma », manière de parler obsure et confuse, dans la prononciation et le langage. La ‘ujma étant le contraire de la faṣāḥa l’« éloquence ». Les ‘ajam sont les non-arabes, et le terme désigne souvent dans les sources les perses.

24. Ce sont eux qui se cachent le plus souvent sous les termes ‘ajam et mawālī.

25. Al-Jāḥiẓ, Manāqib al-turk, éd. ’Abd al-Salām Hārūn, in Rasā’il al-Jāḥiẓ, 1968. Il n’est pas improbable que ce livre soit une commande du pouvoir afin de légitimer le recours de plus en plus important de mercenaires turcs.

26. Gernot Rotter, Die Stellung des Negers, Rheinische Friedrich-Wilhelms-Univ., 1967, p. 101. Voir également Bernard Lewis, Race et couleur en pays d’Islam, Paris, Payot, p. 36-37.

27. Al-Jāḥiẓ, Kitāb al-Ḥayāwān, II p. 314.

28. Alexandre Popovic, La révolte des esclaves en Iraq au IIIe, IXe siècle, Paris, FeniXX, 1976.

29. Nom donné par les auteurs arabes de l’époque abbasside à la vaste région marécageuse du cours inférieur de l’Euphrate et du Tigre entre Kūfa et Wāsiṭ au Nord et Baṣra au Sud.

30. Bernard Lewis, Race et couleur en pays d’Islam, Paris, Payot, 1982, p. 37.

31. Dans ses épîtres sur la shu‘ūbiyya, par exemple, il présente les arguments des shu‘ūbites pour mieux s’élever aussitôt contre leurs ambitions.



Citer ce billet
Farid Bouchiba (2023, 8 février). Jahiz et les Noirs (I). ReLRace - Religions, lignages et « race ». Consulté le 22 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tl8x

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search