L’héritage de Cham #2 – L’Egypte ancienne dans les premières théologies afro-américaines (1830-1900)

C’est dans les années 1830 que des pasteurs afro-américains ont commencé à défendre l’origine noire de l’Egypte ancienne. Tel fut le cas du méthodiste Hosea Easton, de l’African Methodist Episcopal Zion (AMEZ) Church1. En 1837, il écrivait :

Ham was the son of Noah, and founder of the African race […] Misraim, the son of Ham, founded the kingdom of Egypt […] Egypt in his time, it is said, was in all probability the most powerful kingdom upon earth […] The Egyptians alone have done more to cultivate such improvements as comports to the happiness of mankind, than all the descendants of Japhet put together2.

La même année, un journal récemment créé à New York par des pasteurs afro-américains, The Colored American, publiait un article qui affirmait que les Américains de couleur avaient « tous les prérequis pour devenir, en science et en réputation, ce que furent jadis les Egyptiens3 ». Ces deux textes inversaient le stigmate qui pesait sur les personnes de couleur en s’appuyant sur la notoriété de l’Egypte ancienne. Ils reprenaient ainsi à leur compte une thèse publiée un an plus tôt par l’historien afro-américain Robert B. Lewis4. Mais partant, ils reconnaissaient l’origine chamitique des Afro-Américains, une origine pourtant étroitement associée à la malédiction de Cham, et encore mobilisée à cette date pour justifier l’esclavage et les discriminations raciales aux Etats-Unis.

The Colored American, 8 avril 1837
Accessible Archives

Non seulement les pasteurs afro-américains du XIXe siècle ne cherchèrent jamais à prouver que les Noirs n’étaient pas les descendants de Cham, mais ils revendiquèrent largement cet héritage chamique. Dans un sermon de 1848, le pasteur presbytérien afro-américain Henry H. Garnet s’attaqua ainsi aux théories de Samuel G. Morton en défendant le lien biblique qui unit Cham, l’Egypte ancienne et les populations noires :

Ham was the first African. Egypt was settled by an immediate descendant of Ham, who, in sacred history, is called Mesraim, and in uninspired history he is known by the name of Menes. Yet in the face of this historical evidence, there are those who affirm that the ancient Egyptians were not of the pure African stock. The gigantic stature of the Phynx has the peculiar features of the children of Ham – one of the most celebrated queens of Egypt was Nitocris, an Ethiopian woman; yet these intellectual resurrectionists dig through a mountain of such evidence, and declare that these people were not negroes. We learn from Herodotus, that the ancient Egyptians were black, and had woolly hair. These people astonished the world with their arts and sciences, in which they reveled with unbounded prodigality. They became the masters of the East, and the lords of the Hebrews5.

Henry Highland Garnet, vers 1881
National Portrait Gallery, Smithsonian Institution
Lien vers la source

Quatre ans plus tard, un article du pasteur afro-américain J. G. Hood, publié dans The National Era, renchérissait ainsi :

Let me inquire where he finds the immediate degradation of the children of Ham. Is it in the fact that the first great empires, Egypt and Assyria, were founded by them? Or to the other fact, that the Egyptians and Phoenicians Greece owed her refinement? Athens was founded by a colony of Egyptians under Cecrops, and Thebes by Phoenicians, led by Cadmus, who introduced letters into Greece6.

Face à ces généalogies chamitiques, ce sont les théories suprémacistes blanches qui cherchèrent à démontrer que Cham, le père des Egyptiens (et donc de la civilisation occidentale), ne pouvait être noir, et que ces derniers étaient nécessairement les descendants de populations préadamites. Si Morton, qui avait déconnecté les Noirs de leur origine adamique, n’osa jamais se déclarer officiellement polygéniste, plusieurs de ses successeurs franchirent le pas à l’issue de la guerre de sécession, notamment dans les anciens Etats du Sud7. Tel fut le cas d’Alexander Winchell, professeur expulsé de l’Université Vanderbilt pour ses théories blasphématoires sur l’évolution des races, décrites dans son ouvrage Adamites and Preadamites (1878). En s’appuyant sur un manuscrit en latin du polygéniste Isaac La Peyrère (1596-1676), publié à Paris et conservé à l’Université de Syracuse, où il avait enseigné, Winchell prétendait qu’il existait une double création de l’homme dans la Bible, celle des gentils (préadamites) et celle des Juifs (adamites). Dès lors, seul les peuples d’Afrique du Nord (Egyptiens, Phéniciens, Etrusques) étaient hamites. Les Noirs, quant à eux, étaient présentés comme les descendants des préadamites, puisqu’il était impensable qu’une race inférieure fut à l’origine des monuments archéologiques découverts en Egypte et en Nubie8.

Cette fascination pour l’Egypte ancienne des milieux savants, politiques et religieux étatsuniens du XIXe siècle, y compris dans les cercles afro-américains, traduit la violence et la vitalité des débats sur l’esclavage et le préjugé de couleur qui traversent cette société9. Certes, la référence à l’Egypte biblique – notamment à l’Exode – est ancienne dans les églises afro-américaines. On la retrouve dès le début du XIXe siècle dans les sermons et les negro spirituals. Mais c’est avant tout la place centrale de l’Egypte ancienne dans les théories sur la hiérarchisation des races qui explique l’intérêt précoce des pasteurs et des savants afro-américains pour l’égyptologie, alors en plein développement10. Dès lors, il n’est guère surprenant que le premier Afro-Américain en mesure de déchiffrer les hiéroglyphes, Martin Robinson Delany, ait été instruit par un pasteur de l’A.M.E. Church.

Martin Robinson Delany, vers 1865
National Portrait Gallery, Smithsonian Institution
Lien vers la source

Dans The origin of races and color, publié en 1879, Delany s’attaqua aux théories du britannique George Campbell, duc d’Argyll, défendues dix ans plus tôt dans Primeval man. Ce-dernier avait réaffirmé l’hypothèse de Samuel George Morton sur l’origine caucasienne des anciens Égyptiens et sur la condition servile des Noirs d’Egypte. Il s’appuyait surtout sur une fresque du temple de Beit El-Wali (Nubie), reproduite d’après un moulage en plâtre conservé au British Museum (voir ci-dessous).

Fresque du temple de Beit El-Wali (Nubie) représentant une expédition militaire de Ramsès II
Moulage en plâtre de J. Bonomi, British Museum, salle 65

Campbell avait reproduit dans son livre la partie située à l’extrémité gauche de la fresque, qui représente trois hommes, celui du milieu étant soutenu par les deux autres, et faisant face à un quatrième personnage (voir ci-dessous). Campbell avait décrit ces hommes comme trois esclaves noirs s’agenouillant devant Séthi I, le père de Ramsès II. Delany, quant à lui, y voyait trois prêtres éthiopiens de haut rang représentant l’armée de Pharaon et implorant les Dieux avant une expédition militaire. Ils faisaient face à une prêtresse du culte d’Isis. Delany invoqua même une autre interprétation possible, et non contradictoire selon lui avec la première : l’homme du milieu représenterait Cham, et les deux hommes le soutenant seraient ses deux fils, Cush et Misraïm. Selon Delany, la fresque prouve ainsi la présence de nombreux « éthiopiens de race noire » parmi les élites de l’Egypte ancienne11.

Frontispice de l’ouvrage du duc d’Argyll
G. Campbell, Primeval man, New York, G. Routledge, 1869

La référence à l’Egypte s’impose alors comme la meilleure façon de mêler les espaces religieux, politique et savants dans la lutte contre l’esclavage et le préjugé de couleur aux Etats-Unis. Elle politise et légitime les sermons des pasteurs afro-américains, tout en annulant définitivement la malédiction de Cham. Elle apparaît enfin aux pasteurs comme la manière de sortir du caractère aliénant de la domination raciale, en bâtissant un équilibre subtil entre victimisation et inversion du stigmate, car avant d’être la victime de l’avidité et de la cupidité de l’homme blanc, l’homme noir fut le père de la civilisation. Au tournant du XXe siècle, cette idée était encore dominante au sein des églises afro-américaines, comme en témoigna le succès populaire des ouvrages The Cushites (1893), du pasteur baptiste Rufus L. Perry, et The black man the father of civilization (1910), du pasteur méthodiste James M. Webb12.


1. L’AMEZ Church est une église méthodiste afro-américaine organisée en 1821.

2. H. Easton, A treatise on the intellectual character, and civil and political condition of the colored people of the United States, Boston, Isaac Knapp, 1837, p. 8-12.

3. « Facts for Colored Americans », The Colored American, 6 mai 1837. Cité par Martin E. Dann, dans The Black press, 1827-1890: The quest for a national identity, New York, Putnam, 1971, p. 71.

4. R. B. Lewis, Light and Truth: From Ancient and Sacred History, Portland, D.C. Colesworthy, printer, 1836.

5. Henry Highland Garnet, « The Past and The Present Condition, and the Destiny of the Colored Race: A Discourse  », Discours prononcé à la Female Benevolent Society of Troy, NY, 14 février 1848 (DigitalCommons).

6. J. G. Hood, « Fletcher’s Studies on Slavery », The National Era, 4 novembre 1852, p. 1 (Chronicling America. Historic American Newspapers).

7. G. M. Fredrickson, The Black Image in the White Mind; the Debate on Afro-American Character and Destiny, 1817-1914, Middletown, Wesleyan University Press, 1987.

8. Alexander Winchell, Adamites and Preadamites, Syracuse, NY, John T. Roberts, 1878.

9. S. Trafton, Egypt Land: Race and Nineteenth-Century American Egyptomania, Durham, NC, Duke University Press, 2004.

10. J. G. Spady, « Dr. Cheikh Anta Diop and the background of scholarship on black interest in Egyptology and Nile valley civilizations », Présence Africaine, No. 149-150, 1989, p. 292-312.

11. M. R. Delany, Principia of ethnology, Philadelphia, Harper & brother, 1879, p. 74-78.

12. R. L. Perry, The Cushite; or, The descendants of Ham as found in the sacred Scriptures, Springfield, Mass., Willey & co., 1893 ; J. M. Webb, The black man the father of civilization proven from biblical history, Seattle, Wash., Acme press, printers, 1910.


Citer cet article : Baptiste Bonnefoy, « L’héritage de Cham #2 – L’Egypte ancienne dans les premières théologies afro-américaines (1830-1900) ». Publié sur ReLRace - Religions, lignages et « race », le 03/11/2020, https://relrace.hypotheses.org/668.

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search