L’héritage de Cham #1 – Les débats savants sur les origines de l’Egypte ancienne (1800-1850)

En 1827, le jeune afro-jamaïcain William George Smith publiait dans le Freedom’s Journal une première contre-généalogie raciale fondée sur la Table des peuples, où l’Egypte ancienne devenait le maillon prestigieux entre Cham et les Africains. Smith décrivait ainsi la civilisation égyptienne :

Tous les anciens auteurs s’accordent à dire que jadis l’Egypte fut le pays le plus riche et le plus heureux du monde, que les sciences y étaient approfondies longtemps avant le patriarche Abraham : car, comme le dit l’Evêque de Meaux et d’autres historiens, les Egyptiens parvinrent à un tel degré de perfection dans les arts et les sciences, même dans les temps les plus reculés, que Moïse y fut instruit, que Triptolème fondateur de l’agriculture y puisa les connaissances qu’il répandit au dehors ; que Bacchus que la postérité a déifié, et qui le premier enseigna l’art de convertir en vin le jus de raisin, vint de l’Egypte ou de la Libie (sic) qui l’avoisine ; que Pythagore et la plupart des savants grecs, suivant Hérodote, y voyagèrent pour y être instruits par ses prêtres : et c’est un fait avéré que la jeunesse grecque et romaine, d’une condition élevée, y complétaient leur éducation. Tellement était grande la supériorité de leurs connaissances sur celles de toutes les autres nations1.

Smith s’appuyait alors sur des récits de voyage en Egypte publiés dès la fin du XVIIIe siècle, et qu’il avait pu consulter en anglais dans les bibliothèques de New York, où il étudiait la médecine. Parmi ces ouvrages, il citait en particuliers celui de Volney, paru à Paris en 1787, puis à New York en 1798, dont voici un extrait :

Les anciens Egyptiens étaient de vrais Nègres de l’espèce de tous les naturels d’Afrique […] cette race d’hommes noirs, aujourd’hui notre esclave et l’objet de nos mépris, est celle-là même à qui nous devons nos arts, nos sciences et jusqu’à l’usage de la parole2.

Le Sphinx
Par Vivant Denon, 18023

Cette affirmation de Volney fit couler beaucoup d’encre. Elle fut à l’origine d’un interminable débat sur l’origine des anciens Egyptiens où se mêlèrent en permanence des considérations à la fois scientifiques, politiques et militantes4. Au XIXe siècle, les savants s’accordaient à dire que l’Egypte ancienne avait été le berceau des civilisations occidentales. Mais la question restait de savoir d’où ses premiers habitants avaient puisé ces inestimables connaissances. La civilisation égyptienne avait-t-elle descendu ou remonté le cours du Nil ? Venait-elle d’Asie ou d’Afrique ?

Dans la première moitié du XIXe siècle, les récits de voyage en Egypte, en Nubie ou en Ethiopie se sont multipliés et ont plaidé pour une origine africaine ou éthiopienne de la « race ancienne », comme ceux de Denon (1802), Bruce (1805), Gau (1822), Cailliaud (1823), Champollion jeune (1833), Rosellini (1833), Hoskins (1835), Pariset (1837), De Salle (1840) et Clot-Bey (1840), pour n’en citer que quelques-uns5. Ces ouvrages fondaient leur argumentation sur trois niveaux de preuves :

  • La place des Egyptiens et des Ethiopiens dans l’Ancien Testament. La Table des peuples les décrit ainsi comme descendants de Cham par Misraïm et Koush. L’antériorité de la civilisation éthiopienne est également affirmée en invoquant la puissance des premiers monarques éthiopiens, comme Shiskah et Zerah, dont les puissantes armées attaquèrent la Judée près de dix siècles avant Jésus Christ.
  • Les textes des Anciens, en particulier Hérodote, pour qui les Egyptiens avaient la peau noire et les cheveux crépus, mais aussi Diodore de Sicile ou Aristote. « Tous les anciens sont unanimes à dire que les Egyptiens étaient noirs et appartenaient, par conséquent, à la race de Cham », écrivait en 1855 le théologien allemand August Friedrich Gfroerer6.
  • L’art égyptien, soit par la comparaison des antiquités égyptiennes avec celles d’Asie et d’Afrique, notamment les pyramides, soit par l’étude des programmes iconographiques mis à jour dans les nécropoles et les temples de Basse et Haute Egypte.
Les habitants des quatre parties du Monde
Reproduit par l’égyptologue vénitien Giovanni Battista Belzoni, 18177

Dès le départ, ces discours furent mobilisés par les cercles abolitionistes, dont Volney lui-même faisait partie. En 1808, l’abbé Grégoire affirma ainsi que les anciens Egyptiens étaient Noirs8. Puis Victor Schœlcher s’empara à son tour du sujet dans un ouvrage sur l’Egypte paru en 18469. En s’appuyant sur les nombreux récits de voyage mentionnés précédemment, Schœlcher écrit :

« C’est le sang de la race cushite établie en Egypte, qui a été modifié par son alliance avec celui de la race caucasienne ; en d’autres termes, ces Egyptiens, nous en sommes bien fâché pour les aristocrates de la peau, ces Egyptiens qui nous ont tout appris sont des mulâtres10. »

Dans un article de 2007, le philosophe américain Robert Bernasconi s’est intéressé aux premiers détracteurs de Volney11. Or ces derniers ne s’attaquaient pas tant à l’origine éthiopienne des Egyptiens qu’à l’origine africaine des Ethiopiens. Dès la fin du XVIIIe siècle, le philosophe allemand Herder affirmait l’origine asiatique des Ethiopiens. Quant au voyageur britannique William G. Browne, qui avait fait le voyage d’Egypte, il insistait sur la mauvaise traduction d’Hérodote, selon lequel les Egyptiens ne seraient pas Noirs mais basanés. Bernasconi observe alors, à partir des années 1820, et dans les universités allemandes et britanniques, un glissement qui fait progressivement passer les anciens Egyptiens de la race noire à la race brune (brown), d’origine asiatique. Un tel glissement est également visible en France à partir des années 1840. En témoigne l’attaque de l’égyptologue Charles Lenormant contre Schœlcher lors d’une séance de la Société ethnologique de Paris : « Tout en admettant que la civilisation égyptienne est descendue dans la vallée du Nil par l’Ethiopie, nous n’en considérons pas moins cette civilisation comme essentiellement asiatique »12. Les Egyptiens et les Ethiopiens descendaient de Misraïm et Koush, mais parmi les fils de Cham, seuls Canaan et Pout appartenaient à la race noire, précisait-il.

Aux Etats-Unis, ce débat sur l’origine des Anciens Egyptiens prit une tournure plus militante, en lien avec les luttes acharnées entre esclavagistes et abolitionistes. Le théologien abolitioniste Calvin Ellis Stowe, dont l’épouse écrira La Case de l’Oncle Tom, expliquait en 1834 :

The descendant of Ham, though he has been for ages a servant of servants to his brethren, was the first to light the lamp of science to the world, and rear those stupendous works of art, the remains of which, after so many centuries, astonish even those who have been accustomed to all that Greek and Roman and modern art can achieve. The negro is not, in any respect, inferior to the white man, and in appropriate circumstances, he might again rise to the rank which he anciently held.13

Dix ans plus tard, la réponse d’un médecin influent de Philadelphie, Samuel George Morton, fit basculer pour la première fois les Anciens Egyptiens parmi les races blanches. Il y avait bien des Noirs en Egypte, dit-il, mais leur position sociale était la même qu’aujourd’hui, celle des domestiques et des esclaves14.

Les races humaines chez les anciens Égyptiens
D’après les ethnologues américains S. G. Morton, J. C. Nott et G. R. Gliddon, 185415

Dès les années 1840, les théories de Morton connurent un vif succès aux Etats-Unis et furent mobilisées par les partisans de l’institution esclavagiste. L’enjeu était de taille, comme en témoigne un article du Richmond Enquirer de 1846 : « S’il on parvenait à montrer que les anciens Egyptiens étaient des nègres, la race caucasienne devrait se taire pour toujours au sujet de l’infériorité de la race noire. En effet, les Noirs seraient reconnus comme nos prédécesseurs, et nous leurs débiteurs pour ce dont nous jouissons16 ».

C’est dans ce contexte distordu par le problème de l’esclavage que les pasteurs afro-américains se sont appropriés, depuis la théologie, la question de l’origine chamitique des Egyptiens.


1. W. G. Smith, « African Genealogy », Freedom’s Journal, New York, Vol. 1, No. 23-25, août 1827, p. 90, 94 et 97. L’article fut traduit en français par son épouse haïtienne Zelmire Inginac et publié dans le journal haïtien Le Républicain, Port-au-Prince, No. 1, 15 août 1836, p. 5. https://relrace.univ-lemans.fr/items/show/5

2. Volney, Voyage en Syrie et en Égypte, pendant les années 1783, 1784 et 1785, Paris, Desenne, 1787, p. 75-76.

3. D.-V. Denon, Voyage dans la Basse et la Haute Égypte, Paris, impr. P. Didot l’aîné, 1802, planche 7 (Heidelberger historische Bestände). Domaine public.

4. J. Leclant, « La modification d’un regard (1787-1826) : du Voyage en Syrie et en Égypte de Volney au Louvre de Champollion », Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Vol. 131, No. 4, 1987, p. 709-729.

5. D.-V. Denon, op. cit. ; J. Bruce, Travels to discover the source of the Nile, Edimbourg, Archibald Constable et al, 1805 ; F. Cailliaud, Voyage à Méroé…, Paris, impr. de Rignoux, 1823 ; J.-F. Champollion, Lettres écrites d’Égypte et de Nubie…, Paris, Firmin-Didot frères, 1833 ; I. Rosellini, I monumenti dell’Egitto e della Nubia, Pise, N. Capurro, 1833 ; G. A. Hoskins, Travels in Ethiopia…, Londres, Longman, Rees, Orme, Brown, Green and Longman, 1835, 367 p. ; E. Pariset, Mémoire sur les causes de la peste, et sur les moyens de la détruire, Paris, J.-B. Baillière, 1837 ; E. de Salle, Pérégrinations en Orient…, Paris, L. Curmer, 1840 ; A.-B. Clot, Aperçu général sur l’Egypte, Paris, Fortin, Masson, 1840.

6. A. F. Gfroerer, Histoire primitive du genre humain, Paris, P. Lethielleux, Tournai, H. Casterman, 1864, p. 82.

7. Reproduction par G. B. Belzoni d’une fresque de la tombe de Séthi Ier qu’il a découvert en 1817 dans la Vallée des Rois. Domaine public.

8. H. Grégoire, De la littérature des nègres…, Paris, chez Maradan, 1808. Voir A. Aly Dieng, « L’abbé Grégoire et l’Afrique noire aujourd’hui », Revue française d’histoire d’outre-mer, Vol. 87, No. 328-329, 2000, p. 75-88.

9. V. Schœlcher, L’Egypte en 1845, Paris, Pagnerre, 1846, en particulier le chapitre VIII : « Race des habitants de l’Egypte. Antériorité de la civilisation éthiopienne » (p. 269-293). Voir sur ce point C. Oudin-Bastide, « L’Afrique dans le discours abolitionniste de Victor Schœlcher : de la réfutation de l’infériorité native des Nègres au projet africain », Afrique & histoire, Vol. 4, No. 2, 2005, p. 149-173.

10. Ibid., p. 274-275.

11. Robert Bernasconi, « Black skin, white skulls: the nineteenth century debate over the racial identity of the ancient Egyptians », Parallax, Vol. 13, No. 2, 2007, p. 6-20.

12. J.-B.-B. Eyriès et C. Malte-Brun (dir.), Nouvelles annales des voyages, de la géographie et de l’histoire …, Paris, Arthus Bertrand, 1846, Tome 112, p. 347.

13. Calvin Ellis Stowe, Intervention lors d’une réunion de l’American Colonization Society, tenue dans la Second Presbyterian Church, Cincinnati, le 9 juin 1834. http://utc.iath.virginia.edu/abolitn/abescsat.html

14. R. Bernasconi, art. cit., p. 14.

15. S. G. Morton, J. C. Nott et G. R. Gliddon, Types of mankind, Philadelphia, Lippincott, Grambo & Co., 1854, p. 85.

16. W. B., « Color of the ancient Egyptians », Richmond Enquirer, 12 juin 1846, p. 2.


Citer cet article : Baptiste Bonnefoy, « L’héritage de Cham #1 – Les débats savants sur les origines de l’Egypte ancienne (1800-1850) ». Publié sur ReLRace - Religions, lignages et « race », le 02/11/2020, https://relrace.hypotheses.org/658.

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search