De l’inégalité entre races spirituelles

Nous avons précédemment décrit dans deux notices comment les principaux penseurs du catholicisme social convergeaient pour s’opposer à une conception matérialiste des races, à laquelle ils reprochent notamment son fatalisme et son déterminisme physiologique. Mais il ne faut surtout pas confondre cette critique avec l’abandon de toute conception de la race, ni même de toute idée d’inégalités organiques raciales et héréditaires retentissant sur les capacités intellectuelles et morales. La Mennais l’exprime très bien lorsqu’il distingue ceux qui, comme les matérialistes, voient dans l’organisme la « cause efficace » des phénomènes intellectuels et moraux et ceux qui, comme lui, reconnaissent qu’ils en sont la « condition ». Ce qui prime, ce sont les actes de la volonté libre et intelligente mais

modifiés selon l’usage que [l’homme] fait de ces facultés, les organes, à leur tour, déterminent et, en certains cas fatalement, l’usage primitivement libre de ces mêmes facultés […] C’est ainsi que, de proche en proche, en déclinant toujours, quelqu’un qui abuse de sa liberté l’affaiblit graduellement et passe sous l’empire de la nécessité. […] L’ordre moral […] ne saurait être troublé […] sans que la faute n’engendre sa punition ; et cette double perturbation intellectuelle et morale a pour effet inévitable une perturbation organique1.

Celle-ci à son tour en vient à limiter l’exercice de la liberté. Ce processus dialectique fait que les erreurs, les superstitions, le fanatisme sont pour La Mennais « des maladies mixtes, à la fois spirituelles et organiques, des maladies le plus souvent destructives de la liberté. Aussi ne se guérissent-elles que lentement dans les masses, par une influence exercée sur les générations successives »2. Cette thèse, qu’on retrouve développée au même moment chez Buchez, sera reprise et approfondie encore par Bénédict-Augustin Morel dans ses Etudes cliniques puis son Traité des dégénérescences3.

 De fait, cette dialectique des rapports entre physique et moral s’articule directement avec le principe de solidarité et de réversibilité des actes des ancêtres aux descendants à travers une théorie de l’hérédité progressive. Prenons là encore quelques exemples : selon Pecqueur, les

dissemblances et [les] infériorités choquantes [qui] peuvent se manifester entre les peuples et entre les classes d’un même peuple, les différences d’aptitudes et d’organisation qui nous frappent dans les prétendues races […] sont le résultat lentement produit de l’action prolongée et continue des divers états de civilisation, des diverses influences d’éducation […] Un homme, [une] génération qui se perfectionne ou se détériore intellectuellement, moralement ou physiquement, perfectionne ou détériore en proportion sa prochaine postérité, à tous égards : c’est ainsi que la Providence a établi entre les générations successives la plus intime solidarité, et qu’elle a voulu que le progrès humain fût l’ouvrage de la moralité de chacune et de tous, c’est-à-dire de leur volonté, de leur libre choix, de leur spontanéité4

Blanc Saint-Bonnet va exactement dans le même sens, tout comme Buchez qui appuie cette analyse sur une théorie de l’hérédité progressive fondée sur sa formation médicale. La médecine établit que des dispositions acquises par les ascendants passent à leurs descendants « en se prononçant à chaque génération ». « Les phénomènes d’hérédité […] constituent ce que […] l’on doit appeler une race maladive. Le mode de production des races que […] nous nommerons saines » repose sur le même principe5. Pour Buchez, tout part du fait qu’une succession d’individus – familles, peuples, etc. – se donnent un but commun d’activité, c’est-à-dire adoptent un certain nombre de règles et d’habitudes collectives, liées à des valeurs morales et spirituelles. Ces habitudes créent un milieu moral par lequel l’homme peut « modifier son organisme dans certaines limites […] par ses pensées et par ses actions. Ces modifications se transmettent aux enfants par voie de génération ». Mais le processus est évidemment ambivalent : « Ce pouvoir, il le possède pour le bien et pour le mal ; il peut perfectionner son organisme et il peut le dégrader […] De là des variétés dont les unes sont bonnes ou excellentes, les autres mauvaises, dangereuses ou maladives6 ». Tout dépend de la valeur des buts d’activités adoptés.

 Les races comme les nations présentent ainsi effectivement, pour Buchez, des différences fortes, y compris physiques et héréditaires. Mais, selon lui, les matérialistes « renversent la réalité » et « prennent l’effet pour la cause » quand ils croient que ce sont ces dispositions organiques qui sont premières et déterminantes. Elles sont, en fait, le résultat de modifications liées aux habitudes morales et au but commun d’activité, qui se sont transmises sur une longue suite de générations. Par exemple, dans le contexte du débat sur les nationalités et la définition de la nation, Buchez insiste sur le fait que « la nationalité est le résultat de la communauté de croyances, de traditions […] d’habitudes morales, intellectuelles et même physiques, dont un but commun a été le point de départ et le centre dans une fraction déterminée de l’espèce humaine, lorsque ce but a été poursuivi pendant une certaine suite de générations »7. L’unité raciale n’est donc pas la condition à l’origine de la nationalité ; par contre, elle en est le produit final : « une nationalité qui a une certaine durée engendre presque toujours une race8 ». Après un certain nombre de générations, « on s’aperçoit que le caractère physique de la population est changé. Elle a acquis […] des aptitudes particulières, un génie spécial et même un faciès propre […] c’est une race nouvelle qui s’est formée »9.

Victor Dumas, Annuaire de la Société d’Ethnographie de Paris (1877). Corpore diversi sed mentis lumine fratres, (Source BNF, Gallica).

Ce processus dynamique est, on l’a dit, fortement ambivalent : il dépend d’abord de la qualité des buts d’activités adoptés car « toute doctrine [n’est] pas propre à servir de but d’activité à l’humanité10 ». Selon Buchez, seuls les buts d’activités contenus dans la religion chrétienne telle qu’il l’entend (ie catholique et socialiste) sont des buts sains qui conviennent au développement plein de l’humanité. Cependant il établit une hiérarchie sur ce point : il y a « divers degrés d’obéissance et divers degrés de désobéissance à l’égard des lois fondamentales de l’humanité » ; or « le degré de la désobéissance ou de l’hérésie détermine le degré de la réversibilité en mal11 ». Il existe une gradation depuis la « réversibilité poussée à l’excès dans la voie du mal » qui constitue des races proprement maladives, comme sont les Papous pour Buchez, mais que Morel, par exemple, identifiera avec les anciens Mexicains et les « classes dangereuses » des villes européennes ; jusqu’à des degrés plus légers, comme ceux produits, par exemple, par l’hérésie protestante, en passant par « la dépravation remarquable de l’intelligence et de la force physique » causée par la « croyance erronée » qu’est le mahométisme. Cette dépravation est telle, selon Buchez, « qu’il suffira de quelques siècles pour que la race musulmane disparaisse complètement de la surface du globe12». Cette hiérarchie varie aussi selon la durée et le nombre de générations sur lequel s’est exercé tel but d’activité, car cette action, plus ou moins longue, induit nécessairement des effets et des modifications qui s’inscrivent au plus profond des corps et des aptitudes des peuples, et requiert, en conséquence, un temps plus ou moins long, un travail plus ou moins approfondi pour s’effacer.

Effacer la macule

Voyons précisément pour finir de quelles manières ces auteurs envisagent la possibilité d’effacer in fine cette macule héréditaire, au travers d’un renversement de la réversibilité tendue désormais vers le progrès, l’égalité et la vérité de la doctrine catholique. Une première condition, évidemment fondamentale, tient dans l’activité missionnaire, réservée aux missions catholiques, afin de porter le message évangélique. Il s’agit d’une activité tournée non simplement vers les diverses régions du monde, mais aussi vers les classes inférieures de la société. Chez Buchez comme chez Morel, cette activité missionnaire se double d’un accent mis sur l’éducation et la diffusion d’une forme d’hygiène physique et morale dans l’ensemble du corps social. De fait, dans la lignée des travaux de Buchez, se développe toute une réflexion médicale qui articule les conditions morales d’existence et les dégradations physiques héréditaires, qui va prendre sa forme la plus achevée dans le Traité des dégénérescences de Morel. Au-delà des seules lésions organiques observables dans les corps, Morel propose ainsi une définition extrêmement étendue de ce qu’il faut entendre comme lésion, et des dégénérescences de l’espèce humaine qui s’ensuivent. Pour lui, au-delà des lésions organiques, il faut intégrer l’ensemble des lésions de l’ordre intellectuel et moral qui empêchent l’homme de réaliser sa fonction, c’est-à-dire le fait « qu’il soit un esprit créé pour agir comme force libre et intelligente et auquel Dieu a consacré un organisme afin qu’il coopérât librement à l’œuvre de la création13 ». Il s’agit de s’attaquer à l’ensemble des obstacles d’ordre physique, intellectuel et moral qui empêchent le progrès humain et, en particulier, « l’obscurcissement de la conscience […] l’abrutissement de l’intelligence, [les] tendances dépravées » qui « représentent des lésions d’un ordre intellectuel et moral » qui produisent des « races dégénérées », y compris « au centre des civilisations les plus avancées14 ». Cette activité est d’autant plus nécessaire que Morel établit une interaction très forte entre les dégénérescences physiques, héréditaires et ces causes morales.

Docteur A. Morel, Traité des dégénérescences physiques, intellectuelles et morales de l’espèce humaine, et des causes qui produisent ces variétés maladives. (Source : BNF, Gallica)

 Il existe enfin un dernier élément essentiel dans cette panoplie de moyens visant à tirer progressivement des êtres héréditairement dégradés vers le progrès et l’égalité. Il s’agit du croisement des races. « L’élément le plus actif de la régénération dans l’espèce est le croisement des races. Cette loi ne souffre d’aucune exception […] il n’est aucune loi dont la nécessité soit aussi profondément gravée dans l’esprit et les sentiments de l’humanité15 ». Le croisement des races est, en particulier, mis en avant comme un moyen permettant de réaliser et d’égaliser les conditions organiques de la liberté. On l’a vu, même si ce qui prime, c’est la liberté et la spontanéité de l’esprit et de la volonté, il n’en reste pas moins que tous les auteurs s’accordent sur le fait que l’exercice de cette liberté est conditionné et limité par des dispositions organiques, lesquelles se dégradent ou se perfectionnent en fonction du progrès des civilisations et de l’adoption des bons ou des mauvais buts communs d’activité. Pour réaliser pleinement l’idéal d’égalité porté par le catholicisme et la révolution, il faut donc d’abord égaliser les conditions organiques permettant l’exercice plein de la liberté. Ce point est extrêmement net chez Pecqueur, qui estime que la réalisation pleine de la promesse d’égalité sociale présuppose comme préalable l’égalisation des conditions organiques des diverses races au travers des croisements. Comme il le note :

Pour que la distance effective soit moins grande entre des races physiologiquement inférieures à un moment donné, il faut que les alliances, les croisements rapprochent les intervalles que la nature, l’organisation (primitive ou de fait actuel) semblent avoir mis entre elles : sans cela, bien que la raison et le devoir veuillent absolument [que les peuples inférieurs] soient considérés comme frères et émancipés comme tels par toutes les voies d’éducation et d’instruction de la part des races supérieures, néanmoins ils ne pourraient toujours pas dépasser le degré de perfectionnement que leur organisation, livrée à une reproduction pure, semble avoir fatalement limité16.

Nous conclurons avec La Mennais. Ce dernier constate l’existence d’un parallélisme entre progrès intellectuel et moral et développement de l’organisation physique, qui fait qu’un peuple ayant progressé dans la civilisation présentera des « conditions physiologiques supérieures indéfiniment transmissibles ». Au contraire, chez tel peuple moins développé,

la génération produira des individus moins heureusement doués, privés des aptitudes naturelles de l’autre groupe, ayant […] une intelligence moins ouverte, un esprit moins actif, un sens moral moins délicat. Ils seront, en un mot, moins hommes, et l’éducation la plus puissante ne pourra compenser leur infériorité relative […] Pour que cette différence s’efface, il faudra que l’organisation se modifie progressivement, que la suite des générations offre une série continue de perfectionnements […] un changement total immédiat est de toutes manières impossible […] que si le groupe inférieur se mêle par le mariage au groupe supérieur, il n’est pas douteux que celui-ci n’en souffre d’abord, qu’il ne descende pour élever l’autre à soi : mais ce dernier montera beaucoup plus vite. Après quelques générations, les deux groupes se trouveront au même niveau […] ils se seront confondus dans une seule unité. Ce mélange des familles humaines […] est certainement une loi de la nature et l’indispensable progrès de l’espèce entière17.

On retrouve ici la logique du sacrifice et de la solidarité entre générations, que certains interpréteront dans le sens d’une œuvre de « rédemption » opérée par le sang blanc. Selon la formule de Ribot : « si la race blanche, après avoir éliminé les deux autres [par le croisement], ramène la race croisée à son propre type, elle aura accompli, à sa manière, œuvre de rédemption18 ».


1. Jean-Marie de La Mennais Esquisse d’une philosophie, Paris, Pagnerre, 1840, p. 413

2. Ibid., p. 412

3. Voir infra.

4. Constantin. Pecqueur, Economie sociale, Paris, Desessart, 1839, t. II, p. 520

5. Philippe-Joseph-Benjamin Buchez , Essai d’un traité complet de philosophie du point de vue du catholicisme et du progrès, Paris, Eveillard, 1840, t. III, p. 548

6. Philippe-Joseph-Benjamin Buchez, Traité de politique et de science sociale, Paris, Amyot, 1866, t I, p. 94

7. Ibid., p. 74

8. Ibid., p. 88

9. Ibid., p. 75-76

10. Philippe-Joseph-Benjamin Buchez , Introduction à la science de l’histoire, 2e éd., Paris, Guillaumin, t. II, p. 348

11. Ibid.

12. Ibid., p. 352-354

13. Bénédicte-Auguste Morel, Traité des dégénérescences physiques, intellectuelles et morales de l’espèce humaine, Paris, Baillère, 1857, p. 325.

14. Ibid., p. 330-331.

15. Ibid., p. 523

16. Op. Cit. p. 330-331

17. Jean-Marie de La Mennais Esquisse d’une philosophie, Paris, Pagnerre, 1840, p. 187-188

18. Théodule-Armand Ribot, L’hérédité psychologique, Paris, Baillère, 1882, p. 419



OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
colivierdoron (1 septembre 2022). De l’inégalité entre races spirituelles. ReLRace - Religions, lignages et « race ». Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tl8e


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search