Les cagots entre malédiction, normalisation et oubli

La fabrique, au XVIe siècle, de la malédiction des cagots « gézitains »

              Durant le XVe siècle on ne glane qu’une poignée de références à Giézi. L’accession au premier plan de ce thème est contemporain du moment où, autour de 1500, l’appellation crestian cède la place à celle de cagot ou agot. Le texte à la fois le plus précoce et le plus explicite est un argument figurant dans une pétition aux États de Navarre, en 1515, contre l’abolition de la discrimination des agots : […] Ziezi, criado del dicho profeta [] tomó los dichos dones [] por lo qual el dicho Ziezi fue maldicho del dicho profeta, él y todos los que de él deziendessen [] 1.

              Ce texte semble ouvrir un siècle qui fut, pour les cagots, crucial et paradoxal 2 . D’un côté, se multiplient les signes d’une normalisation de leur situation, d’émergence d’une élite sociale, avec l’amorce d’une prise de conscience et des manifestations revendicatives collectives. Déclarés sains par les examens médicaux les plus exigeants effectués à leur demande, les cagots sont en passe de devenir indistincts dans la société. Par opposition, se multiplient les recherches de justifications visant à renforcer la discrimination. D’illustres médecins identifient une pathologie imaginaire, la lèpre blanche, repérable seulement à travers des effets secondaires répugnants (température, haleine…). Des théologiens poussent fortement en avant l’idée que les cagots souffrent d’une inguérissable « lèpre de l’âme » provoquée par l’hérésie. Fleurit une littérature historique en quête d’une origine allogène (les cagots interprétés comme can-Goths, chiens de Goths)… Et, dans la mesure du possible, les étiologies allogène et pathogène sont combinées ( notamment les Goths porteurs de l’hérésie arienne…).

              L’instrumentalisation de la malédiction de Giézi prend place dans ce bouillonnement intellectuel. On saisit aisément le lien qui unit l’invention de la lèpre blanche et la malédiction d’Elisée qui rend « blanc comme neige ». En 1575, dans sa Cosmographie universelle , l’humaniste François de Belleforest, natif de la Gascogne, résume ainsi les diverses opinions ayant cours sur les origines des cagots à « l’haleine puante » : 1° ils sont de la race de Giézi, maudite à jamais par Élisée; 2° ils sont les restes des Goths ariens; 3° ils sont les reliques des hérétiques albigeois 3.

L’inégale diffusion du thème de Giézi du XVIIe au XIXe siècle

              En l’état actuel des recherches nous sommes dans l’incapacité de pister de façon précise, passé le XVIe siècle, la réception du thème de Giézi dans la population4 . Dans les décennies qui suivirent l’abolition royale de la discrimination (1683), celle-ci se poursuivit sous cape dans le cadre des communautés. Quelques sondages ont été récemment réalisés dans les registres de catholicité. Ils corroborent l’impression convergente formulée par Francisque Michel et le docteur Fay, qui pour les besoins de leur thèse respective, ont procédé, à un demi-siècle de distance, à un large balayage des archives locales. Il en ressort un fait largement assuré5 : la diffusion de l’appellation gésitain a été inégale. Elle fut particulièrement populaire dans la Chalosse, au sud des Landes, où elle a constitué le mode de désignation le plus habituel des cagots.

              Comment expliquer pareille hétérogénéité ? On peut avancer en première hypothèse qu’elle procède au départ d’une pastorale et donc des attitudes du clergé. Or, ces attitudes furent, surtout au XVIIIe siècle, très contrastées. Dans l’aire des cagots, certains évêques furent « abolitionnistes » ; d’autres de farouches défenseurs de la ségrégation. Dès lors que les curés ont refusé d’intégrer cet argument à leur prêche — ce que la chanson citée ci-dessous déplore —, le thème de Giézi s’est prolongé en s’hybridant dans la culture populaire sous forme de récits et de chansons. Le recueil qu’en a publié Francisque Michel en 1847 constitue le plus précieux des témoignages6 . Voici quelques courts extraits, traduits du gascon en français, d’une de ces chansons ayant cours en Chalosse, et dont le noyau premier remonte, peut-être, au XVIe siècle.

« D’où vient cette galimachie ?/ De cent mille lieues/ Au-delà de la Turquie/ Ils se sont multipliés/ Comme beaux chats/ [] /Leur généalogie est souvent demandée;/ Personne n’a su me dire/ Qui les avait engendrés. /Chez les curés des paroisses/ Je m’en suis informé; /Eux pour toute réponse/ M’ont tous hoché la tête/ [… Narration de la forfaiture de Giézi] « D’où viens-tu Giézi ? dit Elisée;/Malheureux ! Qu’es-tu allé faire ?/ En agissant de cette sorte/ Il est certain que Dieu te punira/ [Pour te punir dit le Seigneur/Je te laisse la lèpre de Naaman;/ A tes enfants passera/ Le mal honteux dont tu hérites [Telle est la cause/ Qui fait que nous avons des cagots./ Giézi étant couvert de lèpre,/ Sa peau devint blanche comme la neige [] ».

Le rôle paradoxal de Francisque Michel

              À l’arrivée, nous retrouvons donc l’historien Francisque Michel, point de départ de cette contribution. Il joue dans notre questionnement un rôle à la fois central et paradoxal. Baptiste Bonnefoy a montré par quel cheminement il a servi de référence aux États-Unis, dans la seconde moitié du XIXe siècle, dans la construction d’une contre généalogie biblique : la race humaine était noire avant qu’apparaissent les blancs issus de la malédiction de Giézi 7 . Le compte rendu de l’œuvre Francisque Michel paru en 1847 dans l’Edimburg Review est la source de cette instrumentalisation. Or, cette recension repose sur une lecture erronée du livre, peut-être induite du titre : Histoire des races maudites. En effet, ce titre est un trompe-l’œil. Alors que le mot « race » avait un contenu sémantique encore flottant, Francisque Michel réfute, comme on l’a souligné un peu plus haut, l’idée selon laquelle la malédiction de Giézi est à l’origine des gésitains. Il n’a donc guère prêté attention au mot clôturant le récit biblique : nix, la couleur neige que prend Giézi. Or, ce mot avait servi de point d’appui à l’imaginaire « lèpre blanche » des cagots à laquelle on a prêté foi entre 1500 et 1900.


Sur cette carte postale publiée en 1912, “La Fontaine des cagots”, à Hagetmau, dans les Landes, figurent les derniers habitants identifiés comme cagots.

La Fontaine des cagots, à Hagetmau, dans les Landes,
Carte postale, Histoire épisodique du vieux Lourdes. 1912,


1. Francisque Michel, op. cit., t. 1, p. 144-145.

2. Benoît Cursente, Les cagots. Histoire d’une ségrégation, Morlas, éd. Cairn, 2018, p. 111-148.

3. François de Belleforest, Cosmographie universelle…, Paris, Chez Nicolas Chesnau, 1575, p. 337 (Gallica).

4. Concernant l’histoire de la minorité discriminée  des cagots dans sa phase terminale, on attend l’aboutissement de la recherche doctorale engagée par Jacques Fonlupt après son Master 1 « De la race à la lèpre : les derniers cagots. Histoire de la disparition au XIXe siècle d’un phénomène discriminatoire français » (Université Paris-Saclay – Université Paris 1 Sorbonne, Juin 2021, dir. Philippe Boutry)

5. Francisque Michel, (François-Xavier Michel dit), op. cit.. tome 1, Chap. 1, (p. 59-132) ; Henri-Marcel Fay (Docteur), Histoire de la lèpre en France. Lépreux et cagots du Sud-Ouest, Paris, Honoré-Champion, 1910 (en ligne sur Gallica), p 534-702.

6. Francisque Michel, op. cit., t. 2, p. 96-99.

7. Baptiste Bonnefoy, “L’invention de la race blanche. Partie 2 : la malédiction de Guéhazi”



Citer ce billet
benoitcursente (2022, 16 juin). Les cagots entre malédiction, normalisation et oubli. ReLRace - Religions, lignages et « race ». Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tl8c

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search