La malédiction de Giézi/Guehazi. Une justification biblique de la discrimination des cagots

          Cette contribution fait écho direct à la Journée d’Études ReLRace, « Effacer la macule ? Conflits d’appartenance et communautés de foi (XIIIe-XIXe) s.) », organisée à Nantes les 27 et 28 janvier de cette année 2022. Elle est issue plus précisément d’une conversation informelle avec Baptiste Bonnefoy qui m’avait informé des riches prolongements de l’œuvre de Francisque-Michel aux États-Unis dans le second XIXe siècle, dont j’ignorais tout. J’ai depuis lors pris connaissance de la publication en ligne correspondante1. Pour autant, cette contribution, écrite par un historien médiéviste, n’est pas une extension vers l’amont des processus mis au jour pour la période récente. Elle en est plutôt un contrepoint puisqu’elle illustre la façon dont l’instrumentalisation des récits bibliques a pu s’opérer dans des directions opposées selon les contextes. Je propose ici de faire le point sur ce qu’on sait des interférences entre le récit biblique de Giézi et le phénomène des cagots que j’ai récemment étudié dans la longue durée (Les cagots, Histoire d’une ségrégation2. Les deux termes de cette corrélation doivent être préalablement examinés tant dans leur forme verbale que dans leur sémantique.

Les cagots : un fait social d’exclusion et les mots pour le dire

            Le phénomène des cagots représente le cas de figure d’un maintien durable, au sein de l’Europe chrétienne , d’une minorité de baptisés dépréciée et marginalisée. Les personnes désignées par ce terme générique constituèrent en Gascogne et au nord de la Navarre, entre la fin du XIIIe et le début du XIXe siècle, une minorité de 2 à 30% de la population selon les lieux et les moments. Dans plusieurs territoires, cette discrimination a donné lieu à l’Époque moderne à une reconnaissance instituée. Après son abolition royale (1683) elle s’est prolongée sous cape localement jusqu’au XIXe siècle. En impliquant une séparation de l’habitat, des sépultures, des alliances, des lieux de sociabilité, elle a pris l’allure d’une ségrégation. Les attitudes discriminatoires, fortement intériorisées, sont légitimées par des discours qui invoquent une cause pathologique — la lèpre —, combinée de façon variable avec des fictions d’une origine allogène (wisigothique) et le recours à des arguments bibliques. Principalement, donc, la malédiction de Giézi.

Extension du phénomène cagot
Extension du phénomène cagot
( Source : B .Cursente, Les cagots…, p.18)

            C’est seulement à partir des années 1500 que le mot cagot, inusité au Moyen Âge, a pris une valeur générique, supplantant la désignation de christianus, crestian attestée depuis l’an mille et qui a cependant subsisté. Cagot a coexisté, en outre, avec d’autres modes de désignation : agots (en Espagne), gafos, gahets, capots, ladres, gésites (ou gésitains), etc. Ils sont les homologues des caqueux, caquins ou kakouz bretons. En situation de recherche, il importe de préciser si le mot cagot est une commodité de langage historien ou s’il est réellement en usage.

Giezi/ Guéhazi : le nom et l’histoire d’un personnage biblique

            Dans nos documents, le nom de ce personnage est la translittération en latin d’un texte biblique en hébreu puis en grec. Cette opération philologique a donné le jour à des formes multiples : Guehazi, Gehazi, Gézi, Giési, Giézi, Ziezi, etc, Nous avons ici retenu comme appellation générique Giézi parce que telle est la scripta utilisée dans les Bibles en latin, document-source unique dans notre enquête, puis la forme ordinaire des dérivés en langue romane dans l’aire des cagots.

            L’anecdote relative à Giézi figure dans le Livre des Rois (2 R 5). Naaman, chef de l’armée syrienne, atteint de lèpre, vient solliciter le prophète Élisée de le guérir. Une fois guéri et converti, Naaman avant de partir, offre à Élisée de riches présents que celui-ci refuse. Mais son serviteur Giézi, mû par la cupidité, rattrape Naaman et obtient pour lui-même une forte somme d’argent. À son retour Élisée le maudit en ces termes : « la lèpre de Naaman va s’attacher à toi et à ta descendance pour toujours. Giézi quitta Élisée atteint d’une lèpre blanche comme neige ». Soit dans le texte biblique en latin : sed et lepra Naaman adherebit tibi et semini tuo in sempiternum et egressus est ab eo leprosus quasi nix (mais que la lèpre de Naaman soit en toi et en ta descendance à jamais ; et (Giézi) devint un lépreux blanc comme neige).

De Giézi aux cagots : controverse, consensus, incertitudes

            L’idée selon laquelle les cagots-gézitains procèdent du Giézi du Livre de Rois n’a pas toujours fait consensus. Nul ne fait cas de l’opinion du dénommé Vanque de Belancour, selon qui les Gésites tirent leur appellation de Yézith grand émir des Sarrasins. Beaucoup plus lourde à contourner est celle de Francisque Michel, qui, dans sa thèse, estime que l’appellation de Gézitains est « une extension vicieuse du mot Gitans3 ». Pour donner crédit à sa démonstration, il lui fallait réfuter celle de Pierre de Marca, développée dans son Histoire de Béarn, une œuvre faisant encore autorité deux siècles après sa publication (1640), qui identifiait Giézi au serviteur d’Élisée, tout en y voyant la personnalisation des Syriens, majoritairement lépreux, qui s’étaient convertis4. Dans l’extrait ci-dessous, c’est ce remarquable précurseur de l’histoire scientifique, haut prélat qui finit archevêque de Paris, que Francisque Michel désigne comme le « clerc béarnais » avec une condescendance teintée d’anticléricalisme5.

Si les cagots furent appelés Gézitains (…) ce fut par suite d’une méprise et de l’assertion d’un clerc béarnais, qui, nourri de l’Ecriture-Sainte et plein de confiance dans l’accomplissement des prophéties, aura cru trouver la race de Giezi dans les Cagots dont il ne pouvait expliquer autrement l’état misérable. La découverte du clerc aura été d’autant mieux accueillie et propagée par le clergé, qu’elle fournissait une preuve de plus de la divine provenance des livres saints, et que probablement, à l’époque où elle eut lieu, les versions les plus contradictoires circulaient déjà au sujet de l’origine des cagots (…).

            Ceci étant rappelé, nul historien ne doute à présent que la référence à Giézi dérive du récit biblique du Livre de Rois6. L’instrumentalisation de la malédiction de Giézi dans la ségrégation des cagots laisse ouvertes trois questions principales : 1° celle des antécédents médiévaux; 2° celle du moment, autour de 1500, où ce thème s’est imposé comme une composante majeure de la discrimination ; 3° celle de sa diffusion populaire à l’Époque moderne jusqu’au XIXe siècle.

Quels antécédents médiévaux ?

              Concernant les antécédents médiévaux, dans l’attente de recherches méthodiques, apparaissent deux pistes principales : l’utilisation de la malédiction de Giézi dans les actes de la pratique, et la présentation qui en est faite dans la littérature exégétique et pastorale7.

              Dès 1754, l’abbé Venuti avait attiré l’attention sur le fait que les plus anciennes invocations de Giézi dans un acte social étaient à chercher dans les clauses comminatoires des actes vouant les éventuels transgresseurs aux mêmes châtiments divins que ceux qu’avaient subi Datan et Abiron, Ananie et Saphire, Judas, ou donc aussi Giézi8. En fait, dans les cartulaires de l’aire des cagots, Giézi est peu fréquemment invoqué et il n’existe pas de continuité de ces clauses avec la discrimination des cagots. Elles ne perdurent pas, ainsi que l’affirme Venuti, “depuis Charles Le Chauve jusqu’au XIVe siècle”, mais elles disparaissent à partir du XIIe siècle. Elles ne visaient du reste ni les lépreux ni les crestians /cagots mais avaient pour seules cibles les péchés de mensonge, de cupidité et, pour finir, de simonie 9.

              Dès les Ve et VIe siècles, l’anecdote de Giézi est interprétée dans les grandes œuvres exégétiques comme une allégorie de l’hérésie (Grégoire Le Grand , Isidore de Séville) et comme une préfiguration de la simonie (Césaire d’Arles)10. De là, je me suis efforcé de percevoir ce qu’il en était dans la littérature à vocation didactique et pastorale, paraphrasant la Bible, qui a pu directement inspirer sermons et prédications en pays des cagots. Dans la « Bible populaire » par excellence que fut l’Historia scholastica de Pierre Le Mangeur (1168-1175), l’auteur fait part de son doute sur le fait que Giézi et sa descendance aient effectivement pâti de la lèpre11. Ce faisant, il prend en compte — ce qui ne sera quasiment jamais le cas après lui — les occurrences bibliques qui, après cette fâcheuse affaire, montrent Giézi sous un jour positif (2 R,8 1-6). Pour finir, Pierre Le Mangeur livre la clé de son discours en orientant sa réflexion sur le péché de simonie. Dans la glose marginale d’un manuscrit (Bnf ms. Lat.9711), la faute de Giézi est, non pas assimilée à la simonie, mais mise en complément de celle-ci (Giezitanus proprie dicitur qui vult vendere spiritualia, simoniacus vero qui vult emere spiritualia).

Paraphrase glosée de l’épisode biblique Rois, 2,5 par Pierre le Mangeur dans le témoin conservé à la BNF, ms latins 9711, fol.81 r°

              L’important, pour notre propos, est de noter que cette œuvre était connue à la fin du Moyen Âge au pays des cagots. L’atteste la présence d’un ouvrage intitulé Ystorias scolasticas dans un catalogue de bibliothèque d’un curé de village béarnais, inséré dans son testament conservé dans une minute de notaire de 142412. En dérive par ailleurs une abondante littérature de « Bibles historiales » en langue vulgaire destinées aux laïcs. La plus célèbre est celle de Guiard des Moulins (vers 1320), d’abord diffusée en pays d’oïl13. Or, important encore pour notre propos, il en exista aussi en langue romane et on en conserve un témoin du XVe siècle en dialecte béarnais14.

              Pour l’heure, à notre connaissance, la plus ancienne attestation de Giézi venant confluer directement avec la question des cagots est un article des Constitutions synodales du diocèse de Dax traitant, en 1401, de la dévolution des biens des lépreux décédés (omnia jura et deberia leprosorum sive giesitarum )15. Ici, Gézitain est purement et simplement une autre façon de nommer un lépreux. Au bout du compte, le gézitain médiéval est avant tout un simoniaque et le gézitain moderne, qui émerge alors comme synonyme de cagot, est un présumé lépreux. Et cela au moment où la lèpre avait quasiment disparu de l’Europe chrétienne.

La source première de ce paradoxal changement nous échappe. Sous réserve d’une exploitation méthodique de cette littérature biblique, on peut simplement percevoir jusqu’au XVIe siècle le schéma d’évolution suivant ; 1° Giézi, péché de mensonge et de cupidité > lèpre ; 2° Giézi , péché de simonie > lèpre morale ; 3° Lépreux = giezitain ; 4° Giézitain = cagot.

Nous verrons dans une prochaine notice comment la malédiction des cagots s’est transformée et perpétuée par la suite.


1. Baptiste Bonnefoy,L’invention de la race blanche. Partie 2 : la malédiction de Guéhazi“.

2. Benoît Cursente, Les cagots. Histoire d’une ségrégation, Morlaàs, éd. Cairn, 2018.

3. Francisque Michel (François-Xavier Michel dit), Histoire des races maudites de la France et de l’Espagne, Bordeaux, 1847, 2 vol. (en ligne sur Gallica), tome 1, p. 211.

4. Pierre de Marca, Histoire de Béarn, Paris, 1640 (en ligne sur Gallica), L.1, chap.XVI, p.73. : “… La preuve de cette infection [la lèpre] pour les Syriens se tire aussi de l’histoire de Naaman de Syrie qui fut guéri de la lèpre par Elisée, mais Giézi en fut frappé pour le pris de son avarice. C’est pourquoi les anciens gascons, encore qu’ils donassent la vie aux Sarasins qui embrassoient la religion chrestienne, conserveront néaammoins cette opinion qu’ils estoient ladres comme estans du païs de Syrie qui est sujet à cette infection; et pour justifier leur sentiment animé de la haine publique, employaient la lèpre de Giezi, d’où vient la nomination de Gézites et Gézitains.”.

5. Francisque Michel, op.cit, t.1, p. 200-201. Voir la biographie critique de ce grand intellectuel de l’époque romantique de Didier Barrière, Francisque Michel, médiéviste et bibliomane, Bassac, Plein Champ, 2014 (Journals:openedittion.org.medievales).

6. Henri-Marcel Fay (Docteur), Histoire de la lèpre en France. Lépreux et cagots du Sud-Ouest, Paris, Honoré-Champion, 1910 (en ligne sur Gallica); Saul Nathaniel Brody, The disease of the Soul. Leprosy in Medieval Litterature, Cornell University Press, 1974, Françoise Bériac, Des lépreux aux cagots. Recherches sur les sociétés marginalesd en Aquitaine médiévale, Bordeaux, FHSO,1990.

7. Très riche bibliographie ; nous renvoyons simplement ici à la commode synthèse de Guy Lobrichon, La Bible au Moyen Âge, Paris, Picard, 2003.

8. Filippo Venuti (abbé), Dissertation sur les anciens monumens de la ville de Bordeaux, sur les Gahets…, Bordeaux, 1754, p. 137.

9. Olivier Guyotjeannin, Jacques Pycke et Benoît-Michel Tock, Diplomatique médiévale, Brepols, 1993, p. 82.

10. Brody, op.cit., p. 124-129..

11. Pierre Le Mangeur (Petrus Comestor), Historia scholastica. Nombreux manuscrits conservés avec quelques variantes. Pour une vue d’ensemble, cf. IRHT-CNRS, Notices de Historia Scholastica dans Pascale Bourgain, Dominique Stutzmann, FAMA, œuvres latines médiévales à succès, 2019 (permalink://fama. irht.cnrs/œuvre/254330) ; art. consulté le 07/05/2022. Ont été consultés en ligne Bnf, Ms. Lat. 9711, fol. 81r (portail.biblissima.fr) ; Bnf Ms. Lat.16943, fol. 99v (Gallica).

12. Victor Lespy et Paul Raymond, éd., Récit d’histoires saintes en béarnais d’après un manuscrit du XVe siècle, Pau, 1876, t. 1, p. XXVIII (Gallica).

13. Eléonore Fournié, Les manuscrits de la Bible historiale. Présentation et catalogue raisonné d’une œuvre médiévale, 2009, L’Atelier du Centre de Recherches Historiques (en ligne). Consulté le 07 mai 2022.

14. Lespy et Raymond, op.cit..

15. Fay , op.cit., p. 346 (PJ 14).


Citer cet article : benoitcursente, "La malédiction de Giézi/Guehazi. Une justification biblique de la discrimination des cagots", Publié sur ReLRace - Religions, lignages et « race » le 31/05/2022, consulté le 09/08/2022, https://relrace.hypotheses.org/3579.

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search