Générations européennes : Le serf blanc et les rois chamitiques

Pendant une grande partie du Moyen-Âge occidental, Cham apparaît comme partagé entre deux traditions exégétiques en apparence disjointes. La fin du chapitre 9 de la Genèse est utilisé selon une tradition largement augustinienne liant de façon autant pratique que symbolique l’esclavage au péché ; se délivrer du péché constitue le seul remède à la servitude. Parallèlement un tradition plus cosmographique, largement liée à Isidore et s’appuyant sur la Table des peuples (Chap. X) place la descendance de Cham en grande partie en Afrique et lui associe – en particulier pour Cush et l’Ethiopie – la couleur de peau noire, sans pour autant faire le moindre lien avec la malédiction du chapitre IX1.

Cham, père des serfs

Au tournant des XIe et XIIe s. apparaît avec Honoré d’Autun (c. 1080-c. 1157) une interprétation nouvelle reliant les deux traditions, non, toutefois, pour justifier de l’esclavage des populations noires africaines, mais pour défendre la pratique du servage en Europe et la tripartition de la société médiévale2:

« Huius tempore divisium est genus humanum in tria : in liberos, in milites, in servos. Liberi de Sem, milites de Iaphet, servi de Cham ».

Si Honoré d’Autun n’a vraisemblablement pas inventé cette origine chamitique du servage, la diffusion de son œuvre explique, selon David Whitford, l’influence relative de cet usage de la malédiction de Cham qui se perpétue jusqu’au début du XVIe siècle3 et trouve même quelques expressions dans les actes de la pratique comme le relève Paul Freedman dans son étude sur les représentations du paysan à l’époque médiévale4. Honoré d’Autun est ainsi cité, un demi-siècle plus tard, par l’auteur allemand anonyme du Lucidarius, écrit sous la protection du duc de Bavière Henri XII le Lion. La tradition est solidement implantée a minima dans les territoires germaniques pour que, d’une part, un juriste allemand du XIIIe siècle – Eike von Repgau (1180-1233) – tente dans son Sachsenspeigel de la réfuter et que, d’autre part, les gloses de son œuvre le contredisent aussitôt. Jansen Enikel la reprend également dans sa Chronique universelle écrite à la fin du XIIIe siècle5, et on la retrouve ensuite mentionnée dans des œuvres de natures diverses : le poème de Hugo von Trimberg, Der Renner (ca. 1300), l’allégorie des échecs de Konrad von Ammenhausen – remaniement en allemand de l’œuvre de Jacobus de Cessolis – finalisée en 1337, la diatribe anti-paysanne de Felix Hemmerli au milieu du XVe siècle ou encore la satyre de Pamphilius Gengenbach (XVIe siècle)6.

Si elle est absente en Italie, en Espagne et rare en France à l’exception des Mistères du viel testament au XVe siècle, cette association Cham-Servage-Europe semble être solidement ancrée en Angleterre autour d’une tradition peut-être antérieure à Honoré d’Autun. Un texte anonyme, présent dans le manuscrit Cotton A. III de la British Library, généralement daté du milieu du XIe siècle, mélange ainsi description de la descendance de Noé et relation de la faute de Cham. Il se conclut ainsi :

« And without doubt [it is] from these three men, Noe’s sons, that all this earth became populated again — though the Lord parted them into three and so parted three races of relationship because of the mockery with which they mocked their father Noe. And he [God] cast those races into three parts — one was servile, and [the other] the free race and [the third] the noble race. For these offenses which we have now heard were these kinsmen thus parted »7.

On retrouve ensuite régulièrement cette tradition mentionnée en Angleterre, en particulier chez l’auteur du poème Cursor Mundi, rédigé au début du XIVe siècle8, chez celui du dialogue Dives and Pauper, daté du début du XVe siècle ou encore chez Juliana Berners. On attribue à cette dernière, une religieuse anglaise, prieuse du couvent de Sopwell près de St Albans la rédaction du Boke of Seynt Albans, imprimé en 1486. Dans cet ouvrage pourtant largement consacré à l’art de la chasse – en particulier au faucon – de la pêche et à l’héraldique, Julianna Berners présente l’origine des gentilshommes. Elle retourne au chapitre IX de la Genèse et dresse une nouvelle généalogie. De Sem et de Japhet descendent des gentilshommes alors que de Cham proviennent les rustres (churl).

A partir du XIVe et au XVe siècle le récit se diffuse hors des seuls cercles cléricaux et se complexifie en se mariant – sans doute par le truchement des troubadours – avec d’autres traditions, notamment celle liée à Chrysostome qui affirme que la malédiction de Noé contre Canaan est la conséquence du refus de Cham – son père – d’observer l’abstinence sexuelle dans l’Arche. Le récit apparait ainsi indirectement dans le conte du meunier de Geoffrey Chaucer (fin XIVsiècle)9. John Mirk dans son Livre des Festivals (XVe siècle) évoque quant à lui l’interdiction des relations sexuelles sans cependant narrer une quelconque faute de Cham10.

David Whitford en conclut que la malédiction de Cham classique associant descendance de Cham, esclavage, peau noire et Afrique, qu’il nomme the heavy curse, est très loin de tirer ses sources de l’occident médiéval et rappelle ainsi qu’il existât un Cham serf et blanc11.

Cham, père des rois

Père des serfs, Cham devient subitement père de rois par l’entremise d’Annius de Viterbe (1432-1502) dont les Antiquitatum variarum publiés en 1498 connaissent un succès immense en Europe et ce même après que sa forgerie eût été démontrée dans la seconde moitié du XVIe siècle. Né Giovanni Nanni en 1432, il entre chez les dominicains en 1448 où il témoigne à la fois de son intérêt pour l’antiquité et de son attrait pour le pouvoir et les familles princières. En 1480, il publie un traité sur les Turcs (Tractatus de imperio Turcorum), dédicacé au cardinal Alexandre Borgia, ce qui lui confère une certaine notoriété. De retour à Viterbe à la fin des années 1480, il y travaille à une histoire de la ville qu’il publie en 1491. Annius y témoigne de son égyptomanie en affirmant notamment que la fondation de la ville est due à Osiris Aegyptus accompagné de son fils Libyus-Hercules et de son neveu Italus ; autant de personnages qui se retrouvent quelques années plus tard dans ses Antiquités. Non content de cette publication, Annius annonce peu après avoir retrouvé des tablettes près de Viterbe. Ses tablettes malheureusement annoncées comme détruites lors de leur restauration par Annius indiquaient une autre version de la fondation de la ville recoupant et validant partiellement le premier récit d’Annius. Viterbe y était cette fois fondée par Noé appelé Janus et son fils Cham-Cameses, mais ses remparts étaient l’œuvre de Libyus-Hercules fils de Cham.

Anonyme, Annio da Viterbo, XVIIIe s.,
museo civico Viterbo

Engagé par le pape Alexandre VI Borgia, qui le tenait en haute estime, pour conseiller Pinturucchio chargé de produire une fresque relatant l’histoire d’Isis, d’Osiris et du taureau Apis sur le plafond de ses appartements, Annius intègre les cercles restreints de la papauté. Sous le patronage papal, il commence la rédaction de ses commentaires sur les Antiquitatum variarum un assemblage de 17 auteurs de l’Antiquité dont les œuvres étaient réputées perdues. Parmi ceux-ci se trouve Bérose le Chaldéen, connu pour avoir rédigé, à la demande des souverains séleucides, une histoire de la Babylonie, à l’image de l’œuvre de Manéthon en Egypte réalisée pour les souverains lagides. Citée par plusieurs auteurs de l’Antiquité, en particulier Flavius Josèphe lorsque ce dernier produit son récit du déluge, l’œuvre de Bérose était cependant réputée perdue avant qu’Annius prétende la reconstituer dans son œuvre, à partir d’un papyrus issu de ses trouvailles12.

Le pseudo-Bérose d’Annius est composé de cinq livres. Le premier traite de l’histoire antédiluvienne, le second du déluge, les trois suivants parlent du repeuplement de la terre, de la fondation de nouvelles dynasties et des nombreuses guerres qui s’ensuivirent. Le monde antédiluvien est décrit comme peuplé de géants méprisant les Dieux à l’exception de l’un d’entre eux, Noé. Ce dernier, ayant appris à lire les étoiles, prédit le déluge et construit une arche pour y échapper. A la descente de l’arche, Noé plante une vigne et y gagne le surnom de Janus censé signifier en araméen « celui qui offre le vin ». Comme dans la Bible, Noé s’enivre et se dénude, surpris – à l’image de l’exégèse encore couramment admise à la fin du XVe siècle – par le pouvoir de l’alcool. Cham, son dernier fils, le découvre et s’empare des parties génitales de son père, leur jetant un sort pour prévenir la naissance d’un quatrième fils. En produisant ce récit, Annius se saisit d’une série de traditions déjà exposées : le caractère sexuel du crime et la maîtrise de la sorcellerie par Cham. Dans la glose de ce passage, Annius confirme qu’il met en parallèle son récit avec la castration d’Uranus par Saturne connectant ainsi plusieurs mythologies, un aspect de son œuvre appelé à être couramment exploité par la suite.

Pour son crime Cham est exilé en Egypte ; il n’est nulle part question d’un quelconque Canaan dans le pseudo-Bérose. Sur place il y réintroduit la débauche qui avait cours avant le déluge. Cette partie du récit reproduite et amplifiée par Johann Boehme dans son Omnium Gentium Mores, Leges et Ritus (1520) séduit apparemment de nombreux lecteurs et contribue par la suite à forger l’hyper-sexualisation des populations africaines. Cham développe également ses arts magiques ce qui conduit le pseudo-Bérose à le dénommer « le corrupteur de l’humanité ». Peu après Cham conquiert l’Italie, puis l’ensemble de l’Europe et la corrompt également. Finalement chassé d’Europe par son père, Cham retrouve l’Egypte. Il en est expulsé par Dionysos, fils adultérin d’Hammon – mari de la sœur de Cham, Rhéa – qui adopte les deux enfants de Cham : Osiris et Isis lesquels se marient et éradiquent le mal implanté par leur père en Egypte. Cham trouve refuge en Crète puis en Perse dont il corrompt alors les habitants. Il envahit l’Assyrie et trouve sa perte face à Ninus fondateur de Ninive. Osiris et Isis poursuivent leur œuvre de rédemption hors d’Egypte avec l’aide de leurs fils Hercule et Macedon. Le premier en particulier expurge définitivement d’Italie, d’Espagne et de Grèce toute trace du mal laissé par son grand-père. Parmi ses enfants se trouvent notamment les fondateurs de Rome et de Troie.

Comme le conclut David Whitford, si le lignage de Cham comporte, outre Cham lui-même quelques figures peu recommandables, il intègre également les principaux héros du récit. Il est donc aisé de comprendre, en raison de l’immense succès de l’œuvre d’Annius que de nombreuses généalogies de souverains européens soient reconsidérées à cette aune. En 1503 Joannes Stabius produit un nouvel arbre généalogique pour l’empereur Maximilien faisant de lui un descendant de Cham, mais aussi donc d’Osiris et d’Hercule par la branche troyenne. De la même manière alors que les précédentes généalogies royales anglaises raccrochaient les souverains au lignage de Sem, celle produite par Arthur Kelton en 1547 pour Henri VIII et Edouard VI reprend la geste du pseudo-Bérose et rattache les Tudor à la lignée de Cham13. Quelques années plus tard, Gyles Godet en offre une version richement illustrée de Noé jusque Elisabeth. La plupart des monarchies européennes font de même au cours de la première moitié du XVIe siècle à l’exception du généalogiste de Gustave Adolphe de Suède, Anders Bure qui continue de rattacher la monarchie suédoise à la lignée de Japhet14.

Gyles Godet, Brief Abstract of the Genealogie of all the Kynges of England, Londres, Gyles Godet, 1560

La forgerie d’Annius offre ici des usages du lignage de Cham à nouveau très éloignés de la malédiction de Cham classique. Pourtant ce n’est pas à un renouveau du portrait de Cham que l’on doit cet attrait mais aux figures positives de ses enfants. Le Cham d’Annius synthétise de nombreuses traditions : lubricité, impiété, irrespect filial, sorcellerie et contribue à les relancer. L’association de ces traits aux populations noires à partir de la fin du XVIIe siècle dans le cadre européen devait produire des effets autant pérennes que redoutables.


1. Une grande partie de cette notice repose sur les chapitres 2 et 3 de l’ouvrage de David Whitford, The Curse of Ham in the Early Modern Era: The Bible and the Justifications for Slavery, Londres Routledge, 2009.

2. Une autre tradition antérieure et également très féconde associe l’origine du servage à la marque de Caïn. Elle sera présentée dans une série de publications ultérieures.

3. David Whitford, The Curse of Ham…, op. cit, p. 32-33

4. Une charte de Saint Maur des Fossés en 1123, repérée par Marc Bloch en ferait mention de même qu’un document d’affranchissement de 1301 à Berne, mentionné par Walter Müller, voir Paul Freedman, Images of the Medieval Peasant, Stanford [Calif.], Stanford University Press, 1999, p. 99 et note 80 p. 337.

5. Cité par Thomas D. Hill, « Rigspula : Some Medieval Christian Analogues », Speculum 61 (1), 1986, p. 79-89.

6. Paul Freedman, Images of the Medieval Peasant, op. cit., p. 100-101.

7. La traduction est due à Thomas D. Hill. Celui-ci, dans son article dédié au récit islandais Rigspula offrant une explication mythologique à la séparation des hommes entres nobles, hommes libres et esclaves, propose une série d’équivalents chrétiens à ce récit dont le texte ici cité. Thomas D. Hill, « Rigspula…, op. cit., p. 82-83.

8. Cité par ibid., p. 84 et également par Paul Freedman, Images of the Medieval Peasant, op. cit., p. 99-100.

9. Tout en faisant des références directes à l’épisode biblique, Chaucer transpose Noé dans le personnage du vieux charpentier et Cham dans Nicolas qui a des relations sexuelles avec la femme du vieux charpentier. David Whitford, The Curse of Ham…, op. cit, p. 42, note 35.

10. Ibid., p. 25 et p. 42, note 32.

11. Ibid., p. 35.

12. Ibid., p. 44-47.

13. Gyles Godet, Brief Abstract of the Genealogie of all the Kynges of England, Londres, Gyles Godet, 1560.

14. David Whitford, The Curse of Ham…, op. cit., p. 72.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Vincent Vilmain (31 mars 2022). Générations européennes : Le serf blanc et les rois chamitiques. ReLRace - Religions, lignages et « race ». Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tl7z


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search