L’invention de la race blanche. Partie 2 : La malédiction de Guéhazi

Catéchisme en images, vers 1900
MUCEM, Marseille

Nous avons analysé dans d’autres notices la matrice religieuse du « nationalisme noir » aux Etats-Unis. En témoigne l’invention de l’expression darkers races au sein du méthodisme afro-américain à la fin du XIXe siècle, en lien avec le développement des activités missionnaires de l’A.M.E. Church. Pour inverser le stigmate qui pesait sur les personnes de couleur, l’afro-méthodisme développa d’influentes contre-généalogies bibliques qui associaient l’invention de la race blanche à une malédiction divine, sur le modèle de la malédiction de Canaan. La question de l’origine de la race blanche se posa progressivement après la diffusion des premières théories évolutionnistes, et s’imposa après les prises de position des théologiens afro-américains au sujet de l’origine des premiers hommes. Car si Adam était rouge, ou encore jaune, ou si Adam et Eve étaient noirs, comme l’affirmait l’évêque de l’A.M.E. Church Henry McNeal Turner en 1893, alors à quel moment les Blancs sont-ils apparus dans le récit biblique ?

Au cours du XIXe siècle, le méthodisme sierra-léonais, introduit par d’anciens vétérans loyalistes noirs de la guerre d’Indépendance américaine, invoqua ainsi la malédiction de Caïn comme origine de la race blanche. Aux Etats-Unis, la malédiction de Miryam (Nom 12:10), la sœur de Moïse, fut aussi mobilisée par les pasteurs afro-américains. Miryam et Aaron s’étaient retournés contre leur frère Moïse pour avoir épouser une femme éthiopienne (koushite), et « la colère de l’Éternel éclata ainsi contre eux […] La nuée ayant disparu de dessus la tente, Miryam se trouva couverte de lèpre, blanche comme la neige. Aaron se tourna vers Miryam, et la vit lépreuse ». Pour des pasteurs afro-américains comme le presbytérien Henry H. Garnet (1848) ou J. G. Hood (1852)1, ce récit avait l’avantage d’associer l’invention de la race blanche à celle du préjugé de couleur. Il avait toutefois un inconvénient de taille, puisque dans la Bible Miryam semble retrouver sa couleur originale après avoir été bannie sept jours : « Miryam fut séquestrée hors du camp pendant sept jours ; et le peuple ne partit que lorsque Miryam eut été réintégrée ».

La malédiction de Miryam a donc peu fonctionné aux Etats-Unis, contrairement à celle de Guéhazi qui fait l’objet de la présente notice. Le récit de Guéhazi a probablement constitué le principal fondement religieux des suprémacismes noirs apparus au XXe siècle à partir d’une conception racialisée de l’élection (mouvements des prophètes W. Christian et W.S. Crowdy, black hebrews, Moorish Temple of America, Nation of Islam, rastafarisme).

Ces miniatures de la fin du XIIe siècle illustrent le récit de Guéhazi dans le Deuxième Livre des Rois (5:1-27). Elles sont issues de la Bible de Pampelune, conservée à la Bibliothèque municipale d’Amiens (Ms. 108, f. 128r-v.). Guéhazi était le serviteur du prophète Elisée (II Rois 5:1-27). Après avoir guéri le général syrien Naaman de la lèpre, Elisée refusa d’être payé en retour. Naaman reprit sa route, mais Guéhazi le rattrapa et lui demanda de l’argent au nom de son maître. Elisée, qui se rendit compte de la supercherie, le maudit : « La lèpre de Naaman s’attachera à toi et à ta postérité à jamais. » Puis Guéhazi se retira « lépreux comme neige ». Encore une fois la lèpre, associée à la couleur blanche, permettait aux pasteurs méthodistes afro-américains d’inverser le récit de Cham sur l’origine de la race noire.

Le récit fut mentionné pour la première fois dans l’un des premiers numéros du journal abolitionniste The Liberator, en août 1831, sous la plume d’un certain Euthymus. Après avoir dénoncé le préjugé de couleur de Miryam et Aaron, il écrivait : « The first white man that we have an account of, became white for forging a falsehood. »2 En 1849, un article du même journal mettait en parallèle la malédiction de Canaan pesant sur les Africains et celle de Guéhazi utilisée en Europe pour exclure les cagots. Il s’appuyait sur un compte-rendu de l’Histoire des races maudites de la France et de l’Espagne de Francisque Michel (Paris, A. Franck, 1847) paru en avril 1848 dans l’Edimburgh Review3.

En 1857, un pasteur de l’A.M.E. Church âgé de 46 ans, l’affranchi William J. Anderson, avouait dans son autobiographie avoir prêché des milliers de fois la malédiction de Guéhazi auprès de théologiens ou de ses paroissiens. Il écrivait :

Lisez le 2nd chapitre de la Genèse, septième verset. Il est dit : « L’Éternel Dieu forma l’homme de la poussière de la terre, il souffla dans ses narines un souffle de vie et l’homme devint un être vivant. » Cette terre ou ce lieu où l’homme a été formé était dans le jardin d’Eden ou à proximité, où le sol était tout à fait noir ou sombre ; personne ne croit qu’il était blanc, et par conséquent le premier homme était noir. Le lecteur peut être en désaccord avec moi sur ce point, mais nous avons tous deux droit à nos opinions en ces temps de libre pensée.4

Anderson poursuivait avec la malédiction de Guéhazi : « effrayé, il devint blanc comme neige. Nous nous apercevons qu’il y a eu des Blancs depuis cette époque. » Pourtant, Anderson ne croyait pas sincèrement en la malédiction. Comme pour la plupart des pasteurs afro-américains, le seul objectif du récit était de neutraliser la malédiction de Cham. Pour lutter contre le préjugé de couleur, les pasteurs de l’A.M.E. Church invoquaient la rémission des péchés. Le Christ s’est sacrifié pour les péchés de tous, Noirs comme Blancs. Aussi Anderson concluait-il :

Vous, ami lecteur, examinez de près les Écritures, vous trouverez une bonne logique dans ce que j’ai dit. […] Mais nous sommes tous faits de la poussière de la terre, et le Christ est mort pour tous […]. Il est vrai que l’on a beaucoup parlé des couleurs et de leur origine, mais aucun d’entre nous n’était présent lorsque l’homme fut créé […]5

Heures à l’usage des Carmes, 1516, f. 75v (Guéhazi apparaît agenouillé en bas à gauche)
Bibliothèque centrale de l’Université Catholique de l’Ouest, Angers / Initiale

Pendant la seconde moitié du XIXe siècle, le récit de la malédiction de Guéhazi s’est largement répandu au sein des communautés religieuses afro-américaines, en particulier méthodistes. Elle prend de plus en plus un tournant militant, qui penche parfois vers des formes de suprémacisme noir. En témoigne cette nouvelle de l’écrivain réaliste William Dean Howells, « Mrs. Johnson », publiée en 1868 et dédiée à la cuisinière afro-américaine qui travaillait chez lui, près de Boston :

Feu Mr Johnson, qui est mort aux Antilles, où il avait voyagé pour sa santé en tant que cuisinier sur une goélette Down-East, était un homme de lettres, et il avait écrit un livre pour montrer la supériorité des branches noires de la famille humaine sur les branches blanches. […] Mrs Johnson ne pouvait pas nous montrer l’ouvrage de son mari (l’unique exemplaire, conservé dans la bibliothèque d’un gentleman anglais à Port-au-Prince, n’est pas à vendre) mais […] un jour, avec beaucoup d’hésitation, et répétant qu’il ne s’agissait pas d’un affront personnel, [elle] laissa échapper le fait que M. Johnson croyait que la race blanche descendait de Guéhazi le lépreux, sur qui la lèpre de Naaman tomba lorsque ce dernier retourna par la faveur divine à sa noirceur originelle. « Et il sortit de sa présence un lépreux aussi blanc que la neige », dit Mme Johnson, citant des Écritures irréfutables. « La lèpre, la lèpre, ajouta-t-elle pensivement, c’est la lèpre qui vous blanchit ».6

William Dean Howells
The New York Public Library

La nouvelle de Howells fait référence à John H. Johnson, un afro-américain de Philadelphie qui donna le 3 mars 1851, au Franklin Hall, une conférence sur « The Ancient Black Egyptians : Originators of the Arts and the Sciences »7. La presse locale décrivait ainsi le jeune Johnson : « Il a consacré beaucoup de temps et de travail à ses recherches sur le sujet et sur les différentes races d’hommes. Devant un auditoire nombreux et intelligent, il a prouvé […] par des preuves géographiques et les témoignages historiques les plus anciens que la race éthiopienne, que les Espagnols ont depuis appelé Nègres, a inventé les arts et les sciences, alors que le reste de l’humanité était dans un état grossier et sauvage. »8 Comme l’affirmait son épouse, J.H. Johnson était bien l’auteur d’un manuscrit, Argumentative Observations on the Ancient Civilization of the Ethiopian or African Race, acheté en 1859 par l’Institut Banneker dont il était un membre actif, mais qui ne fut jamais publié9. Comme la plupart des contre-généalogies produites au sein du méthodisme afro-américain, le récit de la malédiction de Guéhazi connut une large diffusion dans les communautés noires des Etats-Unis, bien au-delà des seuls milieux intellectuels ou des cercles de théologiens. Après que Howells l’eut mis dans la bouche d’une humble cuisinière de la banlieue de Boston, le récit réapparaît d’ailleurs sous la plume de William Stallings, un vieil ouvrier noir de Portsmouth (Virginie). Membre actif de l’A.M.E. Church depuis 1844, Stallings publia The African Triumph en 1892, présenté en introduction comme un essai pour réhabiliter Cham et ses descendants10.

William Stallings
The African Triumph (1892) / Google Books

La malédiction de Guéhazi apparaît pour la première fois dans une revue officielle de l’A.M.E. Church en 1893. L’auteur de l’article, le pasteur méthodiste George Wilson Brent, est alors très influent au sein de l’église afro-méthodiste, ayant contribué pendant trente ans à ses principales publications (A.M.E. Church Review, Christian Recorder, Southern Recorder). Il est aussi une figure pionnière du premier réseau des YMCA de couleur de la côte Est. Dans son article, Brent affirme qu’aucun des trois fils de Noé n’était blanc : Japhet était jaune, Sem basané (brown) et Cham noir11. Guéhazi était donc le premier blanc :

Guéhazi était le géniteur de la race caucasienne ou blanche […]

Premièrement, par les caractéristiques raciales des cheveux, de la peau, etc. […]

Deuxièmement, par des instincts sociaux. « Je vais courir après lui. » Les Blancs sont les plus grands voyageurs de la terre. Toutes leurs inventions modernes tendent vers un seul but, celui de se hâter […]

Troisièmement, par des caractéristiques morales. « Et j’en obtiendrai quelque chose » Les Blancs ont d’abord envahi l’Europe […] L’Amérique, patrie originelle de l’homme rouge dont l’extinction n’est qu’une question de temps, est presque leur ; en Asie, patrie de l’homme jaune, et en Afrique, le pays des Noirs, [l’homme blanc] travaille au même plan – pour obtenir quelque chose. Il a pris sa religion aux Juifs, le droit aux Romains, la littérature aux Grecs, la musique aux Italiens, l’histoire aux Égyptiens, l’astronomie aux Chinois, les mathématiques à l’Arabie ; et en fait, toutes les sciences, sauf celle de la vitesse accrue – représentée par la locomotive, le télégraphe et le bateau à vapeur, l’électricité et l’infidélité – sont empruntées ou obtenues frauduleusement des autres races […]

Quatrièmement, par les caractéristiques religieuses. « L’Éternel est vivant ! ». Guéhazi […] osa délibérément tromper le maître par un mensonge, et après avoir été disgracié et chassé, il conserva le titre de « serviteur de l’homme de Dieu. » Et c’est ainsi qu’aujourd’hui la race blanche construit des églises et tente d’évangéliser le monde entier pour le Christ ; mais sa religion, dans son ensemble, est intellectuelle, et non émotionnelle ou spirituelle ; elle croit au destin, ou plutôt, que « l’esprit est supérieur à la matière », que « l’évolution est la cause de la création », et qu’il n’existe aucune preuve concluante d’une vie au-delà de la tombe. » C’est la seule race sur terre qui produit des infidèles, qui croient qu’il n’y a pas de Dieu. […]

Cinquièmement, par l’antipathie raciale. Il y a toujours un choc physique vécu des deux côtés lorsque la race blanche rencontre pour la première fois l’une des autres races, qu’elle soit jaune, noire ou rouge. Il existe aussi une aversion presque insurmontable entre la race blanche et la race noire, parce que la race blanche mêle volontiers son sang à celui des autres, mais refuse obstinément le mariage interracial. […]12

Le pasteur George W. Brent
Internet Archives

Fidèle à la théologie méthodiste, le pasteur Brent ne cherche pourtant pas à poser les bases d’un suprémacisme noir. Il tente au contraire d’insérer le récit sur la malédiction de Guéhazi au sein d’une théorie raciale plus complexe dont l’objectif est de prédire l’avènement d’une l’harmonie raciale :

« Les derniers seront les premiers, et les premiers seront les derniers. » La race jaune a eu son heure de gloire, depuis Adam jusqu’au déluge. Les Noirs ont eu la leur depuis la construction de Babel jusqu’à la chute de Ninive et de Babylone. L’homme rouge a eu le sien de la migration d’Ésaü à sa rencontre avec la race blanche. La race blanche connaît aujourd’hui son heure de gloire ; le tour de l’homme brun viendra ensuite, et la prophétie d’unité et d’harmonie dans la vie raciale, religieuse et sociale, faite par Noé, s’accomplira (voir Gen. 9:26-27) ; car Sem était le dernier des enfants de Noé, et le christianisme est la dernière de toutes les religions révélées, et le Christ est de la race brune, étant un Juif, un descendant d’Abraham.13

L’article du pasteur Brent a connu une très large diffusion. Deux ans plus tard, il fut repris mot pour mot par le pasteur de l’A.M.E. Church Wilbur T. B. Harwood dans un sermon délivré dans une petite ville de l’Etat de Washington14.

Malgré les intentions inclusives des pasteurs, le récit de la malédiction de Guéhazi fut mobilisé dès la fin du XIXe siècle pour alimenter des discours militants radicaux qui penchaient vers des formes de suprémacisme noir. On le retrouve dans les nouveaux cultes afro-américains qui se développèrent jusque dans les années 1930 en marge des églises traditionnelles méthodistes et baptistes, plus radicaux et/ou plus militants sur la question de la colorline. Le prophète Cherry prétendait ainsi dans les années 1930 que les Noirs étaient issus de Jacob, les amérindiens de son frère Esaü. Puis vinrent les Blancs, issus de Guéhazi, et la « race jaune », issue du métissage entre Blancs et Noirs.15 Pour Cherry, les Noirs sont donc les seuls vrais juifs, le seul peuple élu.

Aujourd’hui encore, le récit de la malédiction de Guéhazi continue de circuler, véhiculé par des ouvrages de pasteurs afro-américains, ou sur les réseaux sociaux. Un pasteur de Monrovia (Ca.), William Larue Dillard, a même tenté de concilier, en 1989, les deux récits de Japhet et Guéhazi sur l’origine de la race blanche en distinguant les Caucasiens descendants de Japhet des Sémites blancs descendants de Guéhazi16.


1. H. H. Garnet, « The Past and The Present Condition, and the Destiny of the Colored Race: A Discourse », Discours prononcé à la Female Benevolent Society of Troy, NY, 14 février 1848 (DigitalCommons) ; J. G. Hood, « Fletcher’s Studies on Slavery », The National Era, 4 novembre 1852, p. 1 (Chronicling America. Historic American Newspapers).

2. Euthymus, « Thoughts on color », The Liberator, Vol. 1, No. 35, 27 août 1831, p. 138. Transcrit dans « Letters to Antislavery Workers and Agencies [Part 3] », The Journal of Negro History, Vol. 10, No. 3, 1925, p. 416-418 (394-418). Le même Euthymus écrit un autre article dans The Liberator du 12 mai 1832 (« An appeal for the Slaves », Vol. 2, No. 19, p. 73).

3. « The Prejudice of Caste – Proscribed Races of Spain and France », The Liberator, Vol. 19, No. 3, 19 janvier 1849, p. 9.

4. William J. Anderson, « Appendix. Chapter II. Scriptural views of colors, etc. – How the first black and white man came », Life and Narrative of William J. Anderson, Twenty-Four Years a Slave, Chicago : Daily Tribune Book and Job Printing Office, 1857, p. 61-62. Sur Anderson et la malédiction de Guéhazi, voir Emerson B. Powery, « The Origins of Whiteness and the Black (Biblical) Imagination. The Bible in the “Slave Narrative” Tradition », in Philip Goff, Arthur Farnsley, and Peter Thuesen, The Bible in American Life, Oxford : Oxford University Press, 2017, p. 81-88.

5. Ibid.

6. William Dean Howells, « Mrs. Johnson », Suburban Sketches, Boston : James R. Osgood and Company, 1872 [1868], p. 24-25.

7. James G. Spady, « Dr. Cheikh Anta Diop and the background of scholarship on black interest in Egyptology and Nile valley civilizations », Présence Africaine, No. 149-150, 1989, p. 292-312.

8. “He has devoted considerable time and labor to researches into the subject, and into the various races of men. An to a numerous and intelligent audience he has already proved […] by geographical evidence as well as the most ancient historical testimony that the Ethiopian race, which the Spaniards have since termed the Negro, founded the arts and sciences, while the rest of mankind were in a rude and savage condition”, dans « The African Race or the Negroes », Public Ledger, Philaldelphie, Penn., 15 mars 1851, p. 2.

9. Tony Martin, « The Banneker Literary Institute of Philadelphia : African American intellectual activism before the War of the Slaveholders’ Rebellion », The Journal of African American History, Vol. 87, 2002, p. 310.

10. William Stallings, The African Triumph, Hampton, Va., N.S. press, 1892.

11. George W. Brent , « Origin of the White Race », African Methodist Episcopal Church Review, Vol. 10, Janvier 1893, p. 278-288. Texte reproduit dans Stephen W. Angell, Anthony B. Pinn (eds.), Social Protest Thought in the African Methodist Episcopal Church, 1862-1939, University of Tennessee Press, 2000, p. 150-152.

12. “Gehazi was the progenitor of the Caucasian or white race. First, by racial characteristics as to hair, skin, etc. […] Second, by social instincts. ‘I will run after him.’ The white men are the greatest travelers on earth. All of their modern inventions tend to one end, and that is to make haste […] Third, by moral characteristics. ‘I will take somewhat of him.’ The white men first overran Europe […] America, the red man’s original home, is almost theirs, and their extinction is merely a matter of time; in Asia, the yellow man’s home, and in Africa, the country of the blacks, he is working on the same plan – to get something. He has taken his religion from the Jews, law from the Romans, literature from the Greeks, music from the Italians, history from the Egyptians, astronomy from the Chinese, mathematics from Arabia; and indeed every science, save that of increased speed – as represented by the locomotive, telegraph and steamship, the electric light and infidelity – is borrowed or attained by fraud from other races […] Fourth, by religious characteristics. ‘As the Lord liveth’ etc. Gehazi […] willfully dared to hoodwink the master with a lie, and after being disgraced and driven off, held on to the title as ‘servant of the man of God.’ And so today the white race builds churches and attempts to evangelize the whole world for Christ; but its religion, as a whole, is intellectual, not emotional or spiritual; it believes in destiny, or rather, that ‘mind is superior to matter,’ that ‘evolution is the cause of creation,’ and that ‘there is no conclusive evidence of a life beyond the grave.’ It is the only race on earth that produces infidels, who believe there is no God. […] Fifth, by racial antipathy. There is always a physical shock experienced on both sides whenever the white race for the first time meets with any of the other races, be they yellow, black or red. There is, also, an almost unconquerable aversion existing between the white and black races, because the white race willingly mingles its blood with the others, but stubbornly refuses to allow intermarriage with its own.”, Ibid.

13. “The first shall be last and the last first.” The yellow race had its day from Adam to the flood. The blacks had their day from the building of Babel to the fall of Nineveh and Babylon. The red man has had his day from Esau’s migration until his acquaintance with the white race. The white race is now havinh its; next will come the brown man’s turn, and the prophecy of unity and harmony in racial religion and social life, by Noah, will be fulfilled (see Gen. 9:26, 27); for Shem was the last of Noah’s children, and Christianity is the last of all revealed religion, and Christ is of the brown race, being a Jew, a descendant of Abraham…”, Ibid.

14. Wilbur T. B. Harwood, « Origin of races », The Spokesman Review, Spokane, Washington, 27 mai 1895, p. 3. Né d’un père antillais et d’une mère bengali, docteur de l’Université de Cambridge, le pasteur W. T. B. Harwood était un ancien missionnaire anglican en Afrique et dans la Caraïbe.

15. A. H. Fauset, Black Gods of the metropolis, a dissertation in anthropology, Philadelphia, Publications of the Philadelphia anthropological society, 1944, p. 34.

16. William Larue Dillard, Biblical ancestry voyage : revealing facts of significant Black characters, Morristown, N.J., Aaron Press, 1989, p. 28. L’ouvrage, plusieurs fois réédité (1992, 2020), a fait l’objet d’une publicité dans la revue Ebony (décembre 1991, p. 18).


Citer cet article : Baptiste Bonnefoy, "L’invention de la race blanche. Partie 2 : La malédiction de Guéhazi", Publié sur ReLRace - Religions, lignages et « race » le 17/01/2022, consulté le 20/05/2022, https://relrace.hypotheses.org/1944.

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search