Cham le lubrique

Une autre tradition interprétative très précoce et éminemment fertile s’interroge sur le sens caché de l’hébreu « découvrir la nudité de son père ». L’irruption de ces interprétations sexualisées de la faute de Cham est corrélée aux interrogations des exégètes sur la mise en adéquation de la faute commise et de la peine infligée. L’insistance du texte sur la figure innocente de Canaan associée à la question de la nudité conduit certains lecteurs à penser la faute soit en termes de reproduction (la castration de Noé) soit en terme sexuels (abstinence sexuelle bravée dans l’Arche, viol de la mère ou du père, etc.). La clé de voute de ces interprétations repose sur une tradition – que l’on voit apparaître pour la première fois dans les commentaires de Philon sur la Genèse1 – selon laquelle Dieu aurait interdit les relations sexuelles sur l’Arche. Philon ne dit rien de plus à ce sujet mais au IVe s. le Talmud palestinien (Taanit 1:6, éd. Vilna) produit le récit présentant les trois transgresseurs de cet interdit : le corbeau, le chien et Cham. Les trois sont punis : Le corbeau est condamné à cracher sa semence, le chien à rester collé au corps de la femelle après copulation et Ham est « noirci » mais aucune référence à l’esclavage n’est faite ici2. Ce récit est repris dans des termes très similaires dans le Talmud babylonien (Sanhedrin 108b).

Cette tradition est également présente, avec quelques fluctuations, dans le christianisme antique chez Jean Chrysostome dans ses Homélies sur la Genèse3. Comme dans les deux talmuds, Cham est coupable d’incontinence dans l’Arche où il aurait engendré Canaan. En revanche nulle trace, d’une part, du chien et du corbeau, ni, d’autre part, d’une punition marquant sa peau. En revanche l’homélie suivante rappelle bien la condamnation de Canaan à l’esclavage pour la faute de son père. Impossible évidemment de savoir si Chrysostome, contemporain des rédacteurs du Talmud palestinien, y puise son inspiration et inversement ou si les deux se réfèrent à une tradition commune. Cependant, comme le relève David Whitford, c’est essentiellement par le truchement de Chrysostome, fréquemment cité tout au long du Moyen-Âge que la tradition du « délit » sexuel de Cham dans l’Arche est présente dans l’Occident médiéval, notamment chez Pierre Riga, auteur de l’Aurora (XIIe s.), et chez John Mirk dans son Livre des Festivals (XVe s.), ou encore dans les récits des troubadours4. En tout et pour tout David Whitford ne retrouve qu’une seule mention du récit talmudique, qui se trouve dans l’œuvre du converti Nicolas Donin (Extractiones de Talmut – 1240-48).

Giovanni Bellini, Ivresse de Noé, c. 1515, Huile sur toile (103x157cm), Musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Besançon

L’immense succès rencontré par Annius de Viterbe (1432-1502) avec son Bérose « forgé »5 contribue à accentuer l’association entre Cham et la dépravation sexuelle. Annius réunit dans son œuvre plusieurs traditions. Jaloux de la préférence manifestée par son père Noé pour ses autres frères, Cham le castre en usant de magie noire, tradition qu’il a sauvegardée du déluge grâce à des tablettes cachées. Ce faisant Annius ne manque pas de dresser le parallèle avec la mythologie grecque en associant Cham à Saturne et Noé à Uranus. Pour son crime, Cham – Canaan est totalement ignoré par Annius dans son pseudo-Bérose – est exilé en Afrique où il réintroduit la débauche sexuelle qui avait cours parmi les hommes avant le déluge.

Bien que la forgerie de Bérose soit prouvée assez tôt, son influence est réelle. Johann Boehme utilise abondamment l’œuvre d’Annius dans son Omnium Gentium Mores, Leges et Ritus publié en 1520. Convaincu que la descendance de Cham se trouve pour l’essentiel en Afrique, ce dernier insiste notamment sur la proximité des mœurs des descendants de Cham avec les animaux et sur leur prodigieux pouvoir de reproduction participant ainsi à l’hyper sexualisation de l’Afrique et des Africains6. Ce phénomène est encore amplifié chez le voyageur anglais Samuel Purchas qui, au début du XVIIe fait encore référence à Bérose pour attribuer à Cham et à sa descendance toute une série de pratiques sexuelles jugées déviantes : sodomie, inceste etc7. L’influence paraît aussi évidente dans le récit de voyage de l’explorateur anglais Richard Jobson (The Golden Trade, 1623). Ce dernier associe la taille jugée énorme du membre viril des Africains à la conséquence de la malédiction, se référant aux « schoolmen » en la matière. Alors même que la quadruple association (Cham, esclavage, Afrique, couleur noire) commence à être opérée notamment chez George Best (1555-1584) dans son True Discourse of the Late Voyages of Discoverie (1578)8, on mesure la portée de tels discours.

Bernard Salomon, gravure extraite de la Biblia sacra ad optima quaeque veteris
Lyon : J. Tornaesium, 1554

Ces associations continuent de se diffuser tout au long de l’époque moderne selon différents canaux communiquant ponctuellement entre eux. Les milieux rosicruciens sont ainsi particulièrement concernés. L’œuvre de Henri de Montfaucon, Le comte de Gabalis ou Entretiens sur les sciences secrètes publié en 1670 y fait ainsi référence, dans son quatrième entretien, et mêle autour de Cham les thèmes de la castration du père, de la faute sexuelle et du noircissement de la peau9.

Ce récit est suffisamment diffusé pour être ensuite mentionné dans l’Universal History – publiée dans un première version entre 1736 et 1744 puis révisé et republié en 65 volumes à partir de 1747 et jusque 1766 – qui connait un grand succès tout au long du siècle10. Ses auteurs citent au côté de cette œuvre une autre source à laquelle Pierre Bayle fait référence également dans la notice Cham de son Dictionnaire pour mieux la démentir, celle des docteurs juifs11.

Les pamphlets pro-esclavage dans le sud des Etats-Unis antebellum, d’une part, ne citent quasiment jamais leurs sources et étayent rarement leurs arguments, et, d’autre part, se montrent en général très allusifs à l’égard du caractère sexuel de la faute de Cham. Les références sont au mieux implicites : crime contre nature, indécence, bestialité, obscénité… Seul Josiah Priest, l’un des pamphlétaires les plus lus à l’époque, se montre précis quant au péché de Cham, accusant ce dernier d’avoir violé sa mère12. Alors que les planteurs esclavagistes se revendiquent de la figure de Noé, l’on mesure ici le risque que les descendants de Cham font peser, selon lui, sur les maitresses des plantations. L’ordre tant vanté par les planteurs est aussi un ordre sexuel construit autour de leurs phobies et fantasmes et visant à contraindre ainsi les supposées pratiques de la population esclave13.

Le récit de Gn9: 20-27 disparait de la rhétorique sudiste après l’abolition de l’esclavage puisqu’il n’apparaît pas fonctionnel pour défendre la ségrégation14. Pourtant, il réapparait dans les années 1950 au moment où cette dernière est progressivement remise en cause. Stephen Haynes cite ainsi le pasteur baptiste Carey Daniel qui dans un sermon prononcé en 1954 fait de Dieu le premier des ségrégationnistes au motif notamment de l’immoralité des Noirs15. Signe de la diffusion de ce thème, même le pasteur africain-américain C.E. Mc Lain, dans un essai intitulé Place of Race et publié en 1965, fait référence au péché sensuel de Cham.16


1. Philon d’Alexandrie, Quaestiones et Solutiones in Genesim I et II, traduit et présenté par Charles Mercier, Paris, Cerf, 1979.

2. Voir V. Vilmain, « Sa peau est-elle noire », publié sur ReLRace – Religions, lignages et « race », le 20 octobre 2021.

3. Jean Chrysostome, Les Homélies ou Sermons sur la Genèse, t. 1, Paris, Pralard, 1703, p. 464.

4. David Whitford, The Curse of Ham in the Early Modern Era: The Bible and the Justifications for Slavery, Londres Routledge, 2009, p. 28-29 et note 32.

5. Voir à ce sujet, V. Vilmain, « Générations européennes : Le serf blanc et les rois chamitiques », à paraître sur ReLRace – Religions, lignages et « race ».

6. Johann Boehme, Omnium Gentium Mores, Leges et Ritus  cité dans David Whitford, The Curse of Ham…, op. cit., Londres Routledge, 2009, p. 55-58.

7. Samuel Purchas, Purchas his Pilgrimage or Relations of the World and the Religions Observed in all Ages and Places Discovered, from the Creation unto this Present…, Londres, Stansby & Featherstone, rééd. Londres, 1626 [1613], p. 630-631.

8. George Best, True Discourses of the Late Voyages of Discoverie…, Londres, Bynnyman & Hatton, 1578, p.30-32

9. Henri de Montfaucon, Le Comte de Gabalis ou Entretiens sur les sciences secrètes, Paris, Claude Barbin, 1670.

10. An Universal history, from the earliest account of time. Compiled from original authors; and illustrated with maps, cuts, notes, &c. With a general index to the whole, vol. 1, Londres, Osborne, 1747, p. 198.

11. Pierre Bayle, « Cham », dans Dictionnaire historique et critique, t. 2, 6e éd., Amsterdam, Compagnie des libraires, 1734, p. 404-405.

12. Josiah Priest, Slavery as it Relates to the Negro, or African Race examined in the Light of Circumstances, History and the Holy Scriptures with an Account of the Origine of the Black Man’s Color, Causes of his State of Servitude, and Traces of his Character as well in Ancient and Modern Times with Strictures on Abolitionnism, Albany, Van Benthuysen and co, 1843, p. 152.

13. Ibid., p. 180 et sqq.

14. Ce sont désormais d’autres récits qui sont mobilisés en particulier une lecture racialisée de l’épisode de la tour de Babel.

15. Carey Daniel, « Segregations Archenemy Hiss’ United Nations, Or, I-et’s Get the U.S. Out of the U.N. », sermon prononcé en 1954 et publié dans in God the Original Segregationist and Seven other Segregation Sermons, s.l., s.d. ; p. 53-54, cité par Stephen Haynes, Noah’s Curse : The Biblical Justification of American Slavery, Oxford, Oxford University Press, 2002, p. 86 et p. 253 : note 94.

16. C.E. McLain, Place of Race, New York, Vantage, 1965, p. 35, cité par Stephen Haynes, Noah’s Curse…, op. cit., p. 120-121. p. 86.

Citer cet article : Vincent Vilmain, "Cham le lubrique", Publié sur ReLRace - Religions, lignages et « race » le 15/12/2021, consulté le 09/08/2022, https://relrace.hypotheses.org/1852.

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search