Cham rebelle sans raison ?

La Réforme bouleverse l’édifice de l’Église et apporte également des inflexions dans l’analyse chrétienne de l’épisode de l’ivresse de Noé et de ses conséquences. Si Luther reste encore influencé par les pères de l’Église dans son association de Cham à l’idolâtrie, Calvin en revanche ne se préoccupe plus de cette question et inaugure une nouvelle vision du péché de Cham1. Loin d’être absous par les réformateurs alors même que, paradoxalement, ces derniers accablent, contre la tradition catholique, l’attitude de Noé, Cham est désormais vu comme l’archétype de l’irrespect filial et, par là même, le profanateur de la famille. Si le déluge est vu depuis longtemps comme une forme de nouvelle création, l’insistance du récit dans Genèse 9 sur les éléments familiaux pousse de nombreux théologiens à y voir une forme d’institutionnalisation de la famille. Par conséquent la faute de Cham quelle qu’elle soit est avant tout son manquement au respect du 5e commandement : « Honore ton père et ta mère ». Si, de surcroît, l’interprétation adopte une posture métonymique associant le fonctionnement de la famille à l’ensemble des sociétés humaines alors Cham devient dès lors le symbole du destructeur de l’ordre établi. Ces interprétations rejoignent en cela plusieurs autres exégèses associant Cham au mal incarné ; son rire devenant la manifestation du désir de désordre.

D’après David Whitford la première association évidente entre l’acte de Cham et le non-respect du 5e commandement apparaît dans les commentaires de la Genèse du réformateur bâlois Johannes Oecolampadius en 1536 qui associe la bénédiction accordée à Sem et Japhet à leur respect filial2.

Carlo Saraceni, Ivresse de Noé, c. 1600, huile sur toile (96 x 129 cm), coll. particulière.

Les commentaires en ce sens se multiplient – Luther en 15433 et Calvin en 15544 présentent des vues similaires – et influencent prêches et sermons. D’après le Book of Common Prayer, Gn 9 devait être lu deux fois par an le dimanche suivant l’épiphanie et le dimanche précédant le Carême.  Les instructions de prêche de John Boys, un des traducteurs de la Bible du roi Jacques, demandaient aux pasteurs d’édifier les fidèles sur les vertus des enfants respectueux en prenant entre autres le contre-exemple de Cham. Par la suite les sermons publiés de Edmund Bonnet, évêque anglican de Londres et d’Edwin Sandys archevêque de York reprennent ce thème, insistant sur la vertu de la piété filiale aux yeux de Dieu en s’appuyant sur la sanction prononcée contre Cham par Noé, évidemment considérée comme inspirée par Dieu5. Le rire, pourtant absent du texte biblique est à nouveau au cœur des interprétations. En 1548 John Hooper, évêque anglican de Gloucester et Worcester considère même le rire de Cham comme une forme de meurtre symbolique :

The derision of the simple, how great a synne it is, and equivalent with murder, we se by the punyshment of Cham, who was so cursed of hys father Noah, that hys posterite suffred for hys offence, Maledictus Cham, servus servorum erit fratribus suis. That is to saye. Cursed be Cham, wo shalbe unto hys brothers the servaunt of servaunts6.

En parallèle de cette analyse littérale de la piété filiale se développe une interprétation visant à comprendre le rire de Cham comme un défi posé à toute la société. Martin Luther introduit lui dès 1544 une interprétation élargissant la piété filiale au respect de l’ancienneté et de l’autorité établie :

« Mais Sem et Japhet mirent un manteau sur leurs épaules et, entrant à reculons, ils recouvrirent la nudité de leur père, le visage tourné, pour ne pas la voir. Et Noé se réveilla de son ivresse et il apprit ce que lui avait fait son plus jeune fils. Et il dit: Maudit soit Canaan ! qu’il soit esclave des esclaves parmi ses frères.

Voilà bien un exemple remarquable de respect filial. (…) Dieu montre donc qu’il tient cette obéissance pour un sacrifice agréable et pour le plus grand hommage, alors qu’il exècre Cham, non pas d’avoir vu ce qu’il a vu — il eût pu voir cette scène par surprise — mais il eût pu couvrir cette faute, il eût pu se taire et ne pas montrer qu’il se délectait du péché de son père. Mais au mépris de Dieu, de sa Parole et de l’ordre divinement institué, il ne se contenta pas de ne pas recouvrir son père de son vêtement, mais il en fit un divertissement et le laissa nu…

Moïse propose donc l’histoire de Cham comme un redoutable exemple: il faut bien l’inculquer aux jeunes dans l’Église pour qu’ils apprennent à respecter les anciens, les magistrats, les parents. Car ce n’est ni pour Noé, ni pour Cham que cette histoire a été écrite mais pour la postérité et pour nous tous »7.

L’irrévérence de Cham envers son père continue de parcourir ensuite la littérature anglicane et presbytérienne au XVIIe et XVIIIe siècle aussi bien dans les îles britanniques que dans les colonies américaines8 et pénètre ou se maintien dans différents cercles académiques9. Cette interprétation parallèle est particulièrement exploitée dans le sud des États-Unis antebellum où par ailleurs Noé retrouve davantage de considération. L’influence de Luther et de la chaine de ses commentateurs semble évidente chez l’auteur anonyme du pamphlet African Servitude, publié en 1860 :

[Cham] savait que Dieu avait choisi son père comme honoré chef de la famille humaine, le considérant comme digne de foi et lui communicant ses desseins. C’est avec Noé et ses fils, Cham inclus, que Dieu après le déluge renouvelle son alliance leur offrant à eux et à leur postérité sa bénédiction. En refusant d’honorer son père, il refuse d’honorer tout gouvernement, naturel, civil, ecclésiastique, humain et divin10.

Cette défense de la société instituée rencontre ici celle de l’institution esclavagiste. Or, le principe de l’honneur y est absolument central comme le démontre Stephen Haynes dans ses analyses des emplois de la malédiction de Cham dans le sud antebellum. Ainsi en 1851, Christophe Memminger un habitant de Charleston écrit-il :

L’institution esclavagiste dans le sud [des États-Unis] contribue à dignifier la famille. Chaque planteur est en réalité un patriarche et cette position le pousse à être un législateur pour son foyer. Depuis leur tendre jeunesse, ses enfants et ses serviteurs le regardent comme le chef et l’obéissance et la subordination constituent des éléments essentiels de leur éducation11.

L’esclavage apparaît donc comme un patriarcat au sens large ou un patriarcat double imposant l’autorité du planteur sur un foyer conçu dans un sens très étendu avec pour objectif de promouvoir une société d’honneur. Certains apologistes de l’esclavage n’hésitent pas à dresser des parallèles dans les relations mari-femme, père-enfant et maître-esclave12. Les esclaves étant « naturellement » dépourvus d’honneur en tant que descendants de Cham, le rôle du patriarche esclavagiste est de leur imposer le respect des vertus filiales et ce avec d’autant plus d’autorité que la littérature esclavagiste les assimile à d’éternels enfants13. Cette même littérature n’hésitait pas non plus à dépeindre le bienfait pour la société dans son ensemble de l’institution esclavagiste, brossant un tableau idyllique des plantations et des descriptions horrifiques du sort et des comportements des Noirs libres au nord.

La qualité d’éternel enfant rejoint d’ailleurs celle d’être vil dans la mesure où le manque d’honneur peut facilement conduire à la promotion du désordre. Chez le pamphlétaire James A. Sloan figure, comme ailleurs, la condamnation de Cham pour impiété filiale. Ce dernier considère d’ailleurs que ce qu’il qualifie de crime aurait dû être puni de mort mais que la peine fut commué en esclavage par un Dieu compatissant, selon un acte qualifié de juridique. Plus grave encore que le déshonneur, Cham est également coupable en tentant de pousser ses frères à le rejoindre dans la moquerie est coupable d’incitation au désordre et à la rébellion. Ainsi la malédiction de Noé est-elle à la fois une manière de rétablir l’honneur des Pères et un appel à la défense des sociétés instituées14. Josiah Priest ne pensait pas différemment en 1843 n’hésitant pas à reprendre l’onomastique couramment admise à l’époque associant Cham à la chaleur15, pour proposer une interprétation plus métaphorique associant à la violence de son tempérament, extrapolant ainsi sur la férocité et la cruauté des populations noires et le danger permanent qu’elles pouvaient représenter hors de la « juste » et « sévère » contrainte de l’esclavage16.

Reprenant ainsi une série de traditions scripturaires plus ou moins anciennes, associant malédiction de Noé et dénonciation du déshonneur et du désordre politique, les pamphlétaires de l’esclavage étasunien, dans un contexte d’acmé de l’association peuples noirs africains-descendance de Cham-esclavage, produisent un puissant support discursif justifiant l’institution particulière en abreuvant leurs peurs parmi lesquelles figure bien sûr la révolte servile mais aussi tout une série de fantasmes sexuels dont il sera question dans la prochaine publication.


1. Cette vision n’est pas complètement absente de la patristique. Irénée de Lyon la fait figurer dans sa Démonstration de la prédication apostolique, 20-21 : « Alors que deux [des fils de Noé] furent bénis, le plus jeune d’entre eux, appelé Cham, se moqua de son père et condamné pour impiété en raison de l’offense faite à son père fut maudit ; mais Sem et Japhet, ses frères, à cause de leur révérence envers leur père furent bénis. » Elle est cependant peu commune dans les commentaires médiévaux.

2. Johannes Oecolampadius, D. Io. Oecolampadii in Genesim Enarratio, Bâle, Johann Bebel, 1536, 113r, cité par David Whitford, The Curse of Ham…, op. cit., p. 80.

3. « Car si nous entendons parler avec quelque exactitude du péché de Cham, il faut en revenir au péché originel et considérer la perversité du cœur. Le fils ne se fût jamais moqué de son père terrassé par le vin s’il n’avait tout d’abord chassé de son cœur le respect et l’opinion que le commandement de Dieu doit inspirer aux enfants à l’égard de leurs parents… », Martin Luther, « Commentaire du Livre de la Genèse, Chap. 9 », dans Œuvres complètes, Genève, Labor et Fides, 1977, p. 370.

4. « Or veu que Noé ne prononce point fi dure fentence, que par l’inftinction de Dieu, il nous faut recueillir de cefte punition fi rigoreufe, combien il eft abominable devant Dieu de mefprifer père ou mère », Jean Calvin, Commentaire de M. Jean Calvin sur le premier livre de la Genèse, Genève, Jean Gérard, 1554, p. 122-123.

5. David Whitford relève chez chacun de ces trois auteurs l’élision de Canaan. David Whitford, The Curse of Ham…, op. cit.

6. John Hooper, A Declaration of the X. Hoyle Commaundements of Almighty God, Londres, Richard Jugge, 1550, 74v., cité par David Whitford, The Curse of Ham…, op. cit., p. 89.

7. Martin Luther, « Commentaire du Livre de la Genèse, Chap. 9 », op. cit., p. 373.

8. C’est le cas chez Uzal Odgen d’abord membre de l’Église épiscopalienne puis pasteur presbytérien dans The Theological Preceptor or Youth’s Religious Instructor, New York, John Holt, 1772, p. 39. Tout au long du XIXe siècle aussi bien dans les recueils de sermons, dans les mémoires des ministres du culte, dans les commentaires de la Genèse que dans les ouvrages édifiants sur la famille le récit de l’irrévérence de Cham envers son père est présent.

9. John Richardson (1740/41-1795) grammairien spécialiste du persan l’évoque dans A Dissertation on the Languages and Manners of Eastern Nations (Part II), Oxford, Clarendon Press, 1778, p. 437-438.

10. African Servitude. When, why, and by Whom Instituted, by Whom and how long shall it be Maintained ? Read and Consider, New York, Davies & Kent, 1860, p. 5-6.

11. Christopher G. Memminger, Lecture delivered before the Young Men’s Library Association of Augusta, April 10th 1851, showing frican slavery to be consistent with the moral and physical progress of a nation, Augusta [Ga.], W. S. Jones, 1851, p .14.

12. Frederick A. Ross, Slavery Ordained of God, Philadelphie, J. B. Lippincott & Co, 1856, p. 52. On comprend ici toute la pertinence des analyses de Sarah Grymké décrivant le système esclavagiste étasunien comme une double oppression contre les esclaves mais aussi contre les femmes. Voir Sarah M. Grimké. Lettres sur l’égalité des sexes, 1838. Introduction, traduction et notes par Michel Grandjean, Genève : Labor et Fides, 2016.

13. Thomas V. Peterson, Ham and Japheth in America The Mythic World of Whites in the Antebellum South, Metuchen [N.J.], American Theological Library Association, 1978, p.82-84.

14. James A. Sloan, The Great Question Answered or Is Slavery a Sin in Itself (per Se ?). Answered According to the Teaching of the Scriptures, Memphis, Hutton, Gallaway and co., 1857, p. 74-75.

15. Voir V. Vilmain, « Sa peau est-elle noire », publié sur ReLRace – Religions, lignages et « race », le 20 oct. 2021.

16. Josiah Priest, Slavery as it Relates to the Negro, or African Race examined in the Light of Circumstances, History and the Holy Scriptures with an Account of the Origine of the Black Man’s Color, Causes of his State of Servitude, and Traces of his Character as well in Ancient and Modern Times with Strictures on Abolitionnism, Albany, Van Benthuysen and co, 1843, p. 32-33.

Citer cet article : Vincent Vilmain, « Cham rebelle sans raison ? ». Publié sur ReLRace - Religions, lignages et « race », le 24/11/2021, https://relrace.hypotheses.org/1805.

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search