Isaac de Lapeyrère et son œuvre

« Delineatio Terrae Sanctae »
Systema theologicum, ex Prae-Adamitarum Hypothesi, [Amsterdam, Elzevier], 1655

Nation sainte et élue, fils d’Adam qui était fils de Dieu. Et j’ajoute : qui êtes vous-mêmes fils de Dieu. […] J’ai dit de grandes choses sur vous dans ce livre où j’ai traité de votre Élection ; j’en dirai d’encore plus grande dans le suivant, où je traiterai de votre Restauration.

« Synagogue universelle des juifs, qui sont dispersés sur toute la surface de la Terre », 1655

Pour Isaac de Lapeyrère, l’auteur de ces lignes publiées anonymement en 1655, il existe une distinction radicale entre le peuple juif, objet de l’élection divine, d’une part et les Gentils, qui ont fait l’objet d’une création distincte, d’autre part. Cette conception particulière de la nation juive sous-tend l’ensemble de son œuvre, au sein de laquelle trois ensembles de textes peuvent être distingués : ceux concernant la théorie préadamite ; ceux traitant de la nation  juive et empreints d’un philosémitisme intense ; un dernier ensemble enfin qui comprend des relations de voyage.

Sorte d’« intellectuel errant », Lapeyrère nous est bien connu par ses œuvres, ce qui est paradoxal dans la mesure où toutes ont été publiées de manière anonyme. Très peu d’informations subsistent sur ses années de formation, sa date de naissance même nous est inconnue. Lapeyrère nait probablement en 1596 à Bordeaux, dans une famille calviniste aisée, occupant des fonctions officielles qui la lient à la maison de Condé, à laquelle Isaac sera personnellement attaché par la suite. L’histoire de la famille de Lapeyrère a été scrutée avec beaucoup d’attention par Jean-Paul Oddos1. En effet, les chercheurs ont tenté de trouver une explication biographique au philosémitisme de Lapeyrère en lui supposant des origines marranes2. Les contemporains de Lapeyrère déjà le soupçonnaient d’avoir des origines juives3. Et il est vrai que Lapeyrère lui-même s’est probablement plu à entretenir la confusion :  

Notre Docteur […] s’en prend maintenant aux juifs : Et croit me faire un grand déplaisir & un grand affront, en m’appellant tantost juif, tantost demi juif : comme si d’estre demy-juif estoit une plus grande infamie que destre juif. J’ay connu un docteur […] qui croyait que les Semipelagiens estoient plus grands Heretiques que les Pelagiens ; parce que le mot Semipelagien estoit plus grand que celuy de Pelagien […] Notre Docteur inconnu dit que je suis juif. Je ne le suis pas de la maniere qu’il l’entend : Mais je fay gloire de l’estre, comme S. Paul l’a entendu et l’a escrit4.

Grâce à une recommandation du jeune Bourdelot, neveu de Jean Bourdelot, Isaac de Lapeyrère entre en 1643 au service du Prince de Condé autour duquel gravitent nombre d’intellectuels membres de la République des Lettres. Les textes de Lapeyrère circuleront abondamment dans ces cénacles érudits, suscitant des réactions avant même la publication des travaux et rendant totalement vaines les velléités d’anonymat de l’auteur. C’est dans ce contexte que paraît, en 1643, le Rappel des juifs. En 1644, grâce cette fois encore à l’entremise de Bourdelot, Lapeyrère rejoint l’ambassadeur de France en Hollande pour une mission en Scandinavie. Si les fonctions de « diplomate » de Lapeyrère ne sont pas clairement définies, il est certain que ce dernier met largement à profit son voyage, pendant lequel il échange avec de nombreux intellectuels, comme Claude Saumaise, alors professeur à Leyde et dont les conceptions, d’après Lapeyrère lui-même, ont nourri sa réflexion sur les Préadamites5. Enfin, au cours du séjour de la délégation française à Copenhague, Lapeyrère fait la rencontre d’Ole Worm. Une profonde amitié naît entre les deux hommes comme en témoigne leur correspondance et le Danois l’initie à l’étude des populations nordiques et de leur histoire.

L’année 1654 marque un tournant dans l’existence de Lapeyrère qui est établi par le prince de Condé en résidence ordinaire auprès de Christine de Suède qui vient d’abdiquer et qui se trouve à Bruxelles où sa conversion au catholicisme est célébrée en grande pompe. Il semblerait que Christine de Suède ait joué un rôle important dans la publication des Préadamites6. Dès 1626, Lapeyrère avait fait l’objet de condamnations de la part de théologiens réformés qui l’accusaient d’impiété : lors d’échanges nourris avec le théologien réformé John Cameron, notre auteur avait exprimé ses doutes quant à la crédibilité d’un certain nombre de passages bibliques ainsi que sur la doctrine du péché originel. Heureusement pour lui, Lapeyrère bénéficiait alors d’une réputation familiale suffisamment forte pour qu’une soixantaine de pasteurs prennent sa défense, menant ainsi à l’abandon des poursuites.7 Mais l’ « affaire de Castres » n’était qu’un avant-goût de la condamnation qui sera lancée le jour de Noël 1655 par l’évêque de Namur contre l’ouvrage sur les Préadamites. Lapeyrère est emprisonné en février 1656 pendant plusieurs mois. Sa libération de la prison bruxelloise ne sera consentie qu’à la condition qu’il abjure son calvinisme et rétracte ses thèses hérétiques tout en proclamant sa soumission au Pape, qui sera officialisée à Rome le 11 mars 1657. La conversion de Lapeyrère est à l’origine de la Requeste à nostre Très Saint Père8, suivie d’une Apologie publiée quelques années plus tard.

L’abjuration de Lapeyrère est un modèle de rhétorique libertine dans laquelle raison et autorité s’opposent constamment. En tant que Réformé, Lapeyrère soutient qu’il ne pouvait pas s’empêcher d’approfondir ce que sa raison lui suggérait, à savoir la théorie des préadamites, qui lui était par ailleurs confirmée par l’Écriture. Mais compte-tenu du scandale provoqué et « ne pouvant pas être seul d’un avis »9, Lapeyrère reconnait que la question doit être tranchée par une autorité, la seule légitime étant Rome. D’un point de vue rationnel toutefois, Lapeyrère ne récusera jamais réellement ses Préadamites, en faveur desquels il continuera à accumuler des preuves.

La première publication de Lapeyrère à attirer l’attention des lecteurs français puis européens paraît sans autre mention que celles du titre et de la date : Du Rappel des Juifs, en 1643. L’auteur y livre une longue exégèse de l’épître de Paul aux Romains, en particulier les chapitres 9 à 11, dans lesquels il est question de l’élection particulière dont les Juifs ont fait l’objet et qui, bien qu’aucun signe ne le laisse actuellement présager et les promesses de Dieu étant éternelles, seront un jour rappelés par Dieu et retrouveront leur statut d’ « élus en Dieu ». La particularité est ici que le rappel affirmé par Paul dans l’épître aux Romains, traditionnellement compris de manière spirituelle, est posé comme étant temporel par Lapeyrère. L’histoire du peuple juif est ainsi décrite en trois temps : élection, rejet (réprobation) et rappel. Si cette dernière étape fait l’objet du Rappel des Juifs de 1643, les trois étapes —l’élection, le rejet et le rappel— donnent son titre au dernier ouvrage de Lapeyrère demeuré à l’état de manuscrit, Des Juifs Elus, rejetés et rappelés rédigé quelques trente ans plus tard, pendant sa retraite à l’Oratoire d’Aubervilliers, où Lapeyrère côtoie d’autres exégètes comme le jeune Richard Simon, « père de la critique biblique » ou Jacques-Joseph Duguet, futur théoricien « officiel » du jansénisme10.

« Carta Marina » d’Olaus Magnus, 1516
Bibliothèque universitaire d’Uppsala

Au cours des années 1640, Lapeyrère rédige deux relations de voyage consacrées aux pays nordiques. La première, la Relation de l’Islande11, prend la forme d’une lettre écrite en 1644 à La Mothe Le Vayer, et est publiée en 1663. L’ouvrage, composé lors du séjour de Lapeyrère à Copenhague, est une description des mœurs et coutumes des Islandais et s’achève par une longue incise dans laquelle Lapeyrère réfute les auteurs selon lesquels les Islandais sont les descendants des peuples bibliques12 et préfère assimiler l’Islande à la Thulé des Anciens13. Dès 1644, l’hypothèse préadamite lui semble la plus à même de rendre compte de la diversité des peuples. En 1647 paraît la Relation du Groenland14 qui présente de plus nombreux développements techniques quant à la topographie et la géographie du pays. Ici encore, outre l’aspect exotique de la description, ce que intéresse Lapeyrère est de démontrer l’origine distincte des peuples vivant au Groenland. En particulier, Lapeyrère réfute l’idée selon laquelle le peuplement de l’Amérique aurait été rendu possible par l’existence d’un passage par le Nord reliant le Groenland au continent américain15.

Lapeyrère est surtout connu pour avoir popularisé la théorie préadamite (qu’il s’ingénie à présenter comme une « hypothèse », vues les critiques qu’elle ne manque pas de susciter), selon laquelle des hommes et des femmes auraient existé bien avant la création d’Adam et Eve telle qu’elle est rapportée par le texte de la Genèse. L’ouvrage est publié anonymement en 1655, sans mention de lieu ni d’éditeur. La théorie n’est pas neuve, elle est présente ça et là pendant le Moyen-Âge et chez des auteurs comme Giordano Bruno et Paracelse16. Mais dans la formulation qu’en donne Lapeyrère, elle est sans conteste à l’origine du plus grand scandale intellectuel du XVIIe siècle. Le texte circule de manière clandestine17 avant d’être imprimé par Elzevier à Amsterdam en 165518 et une première mention critique de Lapeyrère et de sa théorie apparaît déjà dans La dissertation sur les origines des Gentils américains d’Hugo Grotius de 1643.19 La théorie préadamite de Lapeyrère constitue une première forme de polygénisme puisqu’il postule une origine différente pour le peuple juif (dont la création est décrite dans la Genèse) et les Gentils, qui ont fait l’objet d’une création distincte et antérieure. Cette distinction radicale entre le peuple juif et les Gentils traverse toute l’œuvre de Lapeyrère. Ces deux facettes de la pensée de Lapeyrère —son intérêt pour les préadamites et la singularité du peuple juif— sont intrinsèquement liées. La théorie des préadamites et la conception de l’histoire qu’elle implique (en supposant une création en deux temps) sont liées à la nécessité pour Lapeyrère d’isoler les Juifs des autres nations du monde, à sa réflexion sur l’origine des Gentils et à l’hypothèse selon laquelle ils sont issus d’une autre race que celle d’Adam.20 Bien que la théorie des préadamites demeure l’aspect le plus spectaculaire de sa pensée, il ne faut pas perdre du vue les perspectives théologique et eschatologique dans laquelle elle s’inscrit. C’est dans le cadre de sa critique du texte biblique et de sa réflexion sur la spécificité du peuple juif que l’ensemble de son œuvre doit être lue.


1. Jean-Paul Oddos, Isaac de Lapeyrère (1596-1676) : un intellectuel sur les routes du monde, Paris : Honoré Champion, 2012, en part. la première partie, pp. 13-110.

2. L’exposant le plus célèbre de l’hypothèse de l’origine marrane de Lapeyrère est Richard Popkin. Il développe son idée dans un premier article « The Marrano Theology of Isaac La Peyrère », Studi Internazionali di Filosofia, 1973, pp. 97‑126 et la reprend dans la monographie qu’il consacre à l’auteur quelques années plus tard : Isaac La Peyrère (1596-1676): his life, work and influence, Leiden, Brill, 1987. Récemment, le dossier des relations entre Lapeyrère et le judaïsme a été rouvert par Andreas Pietsch, Isaac La Peyrère. Bibelkritik, Philosemitismus und Patronage in der Gelehrtenerepublik des 17. Jahrhunderts, Berlin, De Gruyter, 2012.

3. C’est l’un des thèmes de la lettre anonyme adressée à Lapeyrère (“Réponse à la précédente lettre”) et reprise dans le Recueil de lettres escrites à M. le comte de La Suze, Paris, Piget, 1661, pp. 1-36, pp. 3, 33.

4. Isaac de Lapeyrère, « Réplique à la précédente réponse », in Recueil de lettres escrites à M. le comte de La Suze, op. cit., pp. 1-90, pp. 73-75.

5. Oddos, Isaac de Lapeyrère, op. cit., p. 63.

6. Popkin, Isaac La Peyrère,op. cit., p. 13 ; Oddos, Isaac de Lapeyrère, p. 76.

7. Cf. pour le détail de l’affaire, id., pp. 41-42.

8. « Requeste de La Peyrère à nostre très-Saint père le Pape Alexandre VII », publiée à la suite de la Lettre de La Peyrère à Philotime, Paris, Sa. Courbé, 1658.

9. Isaac de Lapeyrère, Des juifs élus, rejetés et rapelés, Chantilly, Bibliothèque du Musée Condé, ms n°191, « Préface ».

10. Anna M. Vileno et Robert J. Wilkinson, « The Influence of Isaac de Lapeyrère upon Jacques Joseph Duguet, the Father of Figurisme, with Respect to the Reconversion of Israel in ‘Romans’ 9–11 », Early Modern French Studies, 2021, pp. 1‑18.

11. À Paris, chez Louis Billaine, 1663. Consultable à l’adresse suivante : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k111633q

12. Ibid., pp. 65-78.

13. Ibid., p. 98.

14. Paris, Augustin Courbe, 1647. L’ouvrage peut être consulté sur Gallica : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1116343.image et une édition moderne, largement commentée, a paru récemment : Isaac de Lapeyrère, François Queyroux, Le Groenland retrouvé : La relation du Groenland, Toulouse, Éditions Anacharsis, 2016.

15. Relation du Groenland, op. cit., pp. 274-276.

16. Elisabeth Quennehen, Le problème de l’unité du genre humain au XVIIe siècle. Contribution à l’histoire de l’idée polygéniste, Thèse de doctorat, Université Paris I, 1993 ; Dino Pastine, « Le origini del poligenismo e Isaac Lapeyrere », Miscellanea Seicento, Firenze, Felice Le Monnier, 1971, pp. 7-234. 

17. Dès 1641, Gabriel Naudé dénonce Lapeyrère dans une lettre au cardinal Barberini et mentionne le fait que tout le monde cherche à se procurer des copies manuscrites de ses travaux (Lettre de G. Naudé au cardinal Barberini, 1641, Biblioteca Vaticana, Barberini Coll. Latin 6471, fol. 22v).

18. Systema theologicum, ex Prae-Adamitarum Hypothesi, 1655.

19. Pour une première liste des réfutations des Préadamites de Lapeyrère, voir Oddos, Isaac de Lapeyrère, op. cit., pp. 287-291.

20. Comme on peut le lire dans la préface qui ouvre le manuscrit de Chantilly : « Quand ie mis au jour les Preadamites, mon principal dessein n’étoit pas les Preadamites, mais celuy que ie traite en ce lieu, des Juîs élus, reietez, et qui doivent être rapelez. Et la pansée des Preadamites ne me vint, que dans l’opinion que j’avois qu’on ne pouvoit trouver la veritable origine des Gentîs, que ie croyois diferante de cele des Juîs, qu’en les faisant sortir d’une autre race[20] que de cele d’Adam, qui est reconnu, sans contredit, pour le premier pere des Juîs. » (« Préface », non paginée).

Citer cet article : Anna M. Vileno, "Isaac de Lapeyrère et son œuvre", Publié sur ReLRace - Religions, lignages et « race » le 03/11/2021, consulté le 25/06/2022, https://relrace.hypotheses.org/1738.


Vous aimerez aussi...