Sorko : Le mythe de Cham dans l’Empire Songhay

Lieu commun médiéval et moderne du discours d’infériorisation des Noirs, la malédiction de Cham, dans sa version islamique, a essaimé en dehors de la sphère arabe. On trouve ses traces dans certaines exégèses catholiques du XVIIe siècle ; dans le monde musulman non-arabe, il est aussi présent, en l’occurrence dans bilād as-Sūdān (pays des Noirs), à travers ce qui est nommé le mythe de Sorko, dans le Ta’rīkh el-fettash.

Cette chronique soudanaise retraçant l’histoire du Songhay, le Ta’rīkh el-fettash, permet de dessiner un mythe local construit sur le modèle hamitique. Attribué à Maḥmoūd Ka’ti, le Ta’rīkh, est une source controversée. La paternité de son ou ses auteurs fait débat1 , tout comme certains faits évoqués, notamment la question de l’esclavage, qui pour certains historiens résultent des manipulations de l’ouvrage dans le courant du XIXe siècle, vers 1820. Ces manipulations, que signalent les traducteurs en introduction de l’ouvrage, avaient semble-t-il pour but de servir les intérêts de la réforme menée dans la région soudanaise au XIXe siècle par Aḥmad B. Muḥammad Būbū al-Fulānī, connu sous le nom de Aḥmad Lobbo, fondateur de l’empire peul du Masina. La dernière étude critique2 du Ta’rīkh el festtash réalisée par Mauro Nobil et Mohamed Shahid Mathee estime que le Ta’rīkh, tel que traduit et édité par O. Houdas et Delafosse, serait la compilation de deux chroniques différentes, ayant des paternités diverses3 . La première de ces chroniques résulterait de Ibn al-Mukhtār, descendant de al-Mukhtār ; probablement composée au XVIIe siècle. La seconde serait un texte apocryphe composé aux alentours de 1820.

Parmi les nombreuses informations fournies par le fettashi, nous aborderons le point relatif au discours produit sur les Sorko, qui se présente tel un mythe. Dès lors, comment s’articule ce mythe? Et quelles hypothèses peut-on construire à son propos ?

Nous proposons dans une première partie un condensé du mythe Sorko, avant de tenter une interprétation de celui-ci.

Sorko : le mythe servile

Tout comme le mythe hamitique, celui de Sorko s’inscrit temporellement dans la suite immédiate du Déluge. Toutefois, dans cette relecture il n’y a plus de comportements inconvenants conduisant à une imprécation fatale. La condition d’esclave n’est plus due à un péché, elle apparaît, au contraire comme l’essence même des Sorko.

Dans le Ta’rikh el-fettash,la généalogie des Sorko apparaît au cours d’une séance mystique durant laquelle, l ‘askia Muḥammad Ier (1492-1529) souhaite s’enquérir de la généaologie des peuples soudanais, auprès de Moulay Ahmed Es-Seqli (neveu du Chérif de la Mecque Moulay El-Abbas). Son récit fait intervenir un génie, Demīr, qui présente ainsi la généalogie des Sorko :

Après le Déluge, Nūh (Noé) se trouvait dans un endroit désertique et possédait des esclaves, notamment femmes, dénommées Māssi, Soūra, Kātou, Diāra et Sabat, toutes filles de Siri, lui-même esclave de Noé. En même temps, dans cette région se trouvait ’Oūdj, qui s’était endormi et fit un rêve érotique, duquel il eut une éjaculation qui d’après Demīr « coulait comme un torrent ». Les femmes susmentionnées de retour de leur quête de bois « prirent [le sperme de ’Oūdj] pour de l’eau et s’y plongèrent. Toutes devinrent enceinte du sperme de ’Oūdj » ; chacune accoucha de jumeaux, un garçon et une fille, dans l’ordre suivant : « Mâssi eut comme enfants Dienké et Meïbounoun ; Soûra eut Bôbô et Siri, Kâtou eut Tombô et Hoûbo, Diâra eut Kourounkoï et Sâra, et Sabat eut Sorko et Nâra ».

Grands, ces enfants et leurs mères obtinrent de Noé la permission de s’installer à proximité du fleuve, à la condition de verser à Noé une redevance annuelle d’une partie de leur pêche. Installés, ils se marièrent entre eux, Dienké épousa Siri et fut le père de la tribu des Dienké ; Bôbô épousa Meïbounoum et fut le père de la tribu des Bôbô ; Kourounkoï épousa Hoûbo et fut le père de la tribu des Kourounkoï ; Tombô épousa Nâra et fut le père de la tribu des Korgoï, enfin Sorko épousa Sâra et fut le père de la tribu des Sorko. Suite au décès de Noé, ils se séparèrent les uns des autres et se dispersèrent pour échapper au servage. Tombô et Bôbô gagnèrent la brousse avec leurs enfants, tandis que Dienké, Kourounkoï et Sorko pénétrèrent à l’intérieur de l’une des îles formées par le fleuve et s’y multiplièrent.

Mais une tribu de Beni-Israël, s’installa dans la région et expédia « ses gens » afin de s’emparer de Dienké, Kourounkoï, Sorko et de leurs enfants. Étant le plus jeune des trois, Sorko était ignorant, sot et stupide4 . Il se laissa convaincre par ses frères qui lui demandèrent de se reconnaître esclave de Noé, lui et ses fils ; ils chercheraient plus tard le moyen de les racheter. Sorko accepta5 .

Les Sorko, une tribu de pêcheur-piroguier installé le long du fleuve Niger, entre la région lacustre de Djenné à l’ouest et le Dendi à l’est, constituent dans la région soudanaise, tant médiévale que moderne, la base de la population servile de l’empire Songhay6 . Les deux chroniques soudanaises les font intervenir historiquement dans ce cadre de la servitude. Il apparaît, dès lors une synonymie entre Sorko et esclave. Toutefois d’autres substantifs, tels que zendj, participent du champ lexical varié, de la servilité dans les sources soudanaises.

Si Sorko et Zendj sont dans le Songhay deux termes quasi-identiques pour désigner la réalité servile, quelques nuances existent cependant entre ces deux termes : le terme Zendj nous semble avoir généralement été employé pour désigner des esclaves ayant une origine différente de celle du Songhay – ce fut ainsi le cas des populations d’origine Mossi réduites en esclavage après les conflits opposant les Songhay et les Mossi du Yatenga7 ; alors que le terme Sorko renvoie quasi-systématiquement aux esclaves héréditaires de l’empire, les esclaves dits de « case »8 .

Dans un style comparable à celui des auteurs arabes de la période médiévale, les membres de la famille Ka’ti construisent un récit sur la question servile dans l’empire Songhay, et par extension dans la région ouest-africaine, le long du fleuve Niger. Dans ce récit l’ethnie équivaut à ce que la couleur noire représente dans les récits islamiques de la même période, c’est-à-dire un critère d’infériorité, devant un peuple ou une confédération de peuple se définissant comme élus, supérieurs.

Les auteurs du tarikh el-fettash font intervenir la question des origines des Sorko dans le contexte particulier de la quête des origines. Ils manifestent une volonté de construire deux récits généalogiques totalement antinomiques des populations de l’empire. Ainsi, dans un premier temps, il y a un récit qui porte sur les ethnies ou groupes ethniques constituant la classe dominante de l’empire, en l’occurrence les Ouangara, les Sarakholé et les Songhay : ceux-ci sont dotés d’une ascendance noble, en tant que fils d’un roi yéménite. A contrario, aux Sorko est attribuée une ascendance vile. Dans ce processus d’avilissement, la mère (donc la femme Sorko) est la matrice de la particule de servilité, car c’est elle qui transmet son statut social, alors que leur géniteur accidentel, ’Oūdj, contribue à fournir les critères de déshumanisation : c’est un géant, il est doté d’une faim insatiable, avec un mode de vie primitif, c’est un chasseur-pêcheur qui ignore l’agriculture. A ces critères, s’ajoute implicitement celui de l’infidélité.

Carte de l’influence des Askia aux XVe et XVIe siècles

Interprétation

En rédigeant ce discours sur la condition des Sorko, les auteurs ont pour but de faire connaître la hiérarchie de la société songhay, mais aussi la manière dont le statut social de « certains » esclaves est régie par différents principes telle l’hérédité servile. Pour ce faire, le modèle généalogique musulman de la servilité est calqué et appliqué sur un phénomène qui, nous le supposons, préexistait déjà dans cette région.

Considérant les points de concordance, mais aussi de la popularité dans le monde islamique de l’œuvre de Al-Tabari, il est probable que c’est sous l’influence de sa chronique, que le récit sur les Sorko a été élaboré et rédigé. En effet, dans leur volonté de construire un discours sur l’assignation servile ethnique, les Ka’ti se sont, peut-être, fournis en éléments de style narratif chez les auteurs arabes, tel qu’Al-Tabari9 . Employant le même champ lexical de la religion, ce qui donne au récit sa portée symbolique, tout comme on peut le constater dans le tarikh d’Al-Tabari,les Kati évoquent le prophète Noé et le Déluge, ce qui donne au récit sa valeur religieuse, historique et chronologique.

L’incorporation de ’Oūdj, ce personnage légendaire, dans le récit des Ka’ti est une autre preuve de l’influence musulmane dans ce récit. Car le même personnage est présent dans le récit de al-Tabari, et convoqué dans les mêmes circonstances. De fait, nous sommes en présence d’une réécriture d’un phénomène local, c’est-à-dire Songhay, avec un but pour le moins clair, montrer la profondeur islamique de ce royaume, tout en concevant une perception héréditaire de la particule servile des Sorko.

Par ailleurs, la question abordée dans ce récit semble cruciale pour la région, étant donné sa revendication islamique : la question de l’esclavage. Le débat suscité autour de sa source rend l’analyse de cette question plus hardue. Comme évoqué plus haut, le fettashi, est une source difficile à situer dans le temps et dans l’espace, ce qui implique une grande prudence dans l’interprétation des faits. Encore plus lorsqu’il s’agit d’une question comme celle de l’esclavage. Mais, une chose demeure historiquement sûre, cette question était, à l’époque du règne de l’askia Muḥammad (1492-1529) essentielle. Au vu des trois consultations qu’il fait à ce propos, auprès des jurisconsultes et lettrés de Tombouctou, du Caire, et la plus importante, celle effectuée auprès du réformateur al-Maghīlī10 . La centralité de cette question, sous son règne, montre et traduit à la fois qu’une ou certaines ethnies étaient perçues le long de la boucle du Niger comme fondamentale pourvoyeuses d’esclaves domestiques. Comme le démontre l’édit d’un rescrit attribué par le Ta’rikh el-fettash à l’askia Muḥammad, dans lequel l’askia donnerait aux descendants de l’imam Haougâro11 qui, dès lors avaient le droit d’épouser qui ils le désiraient, à l’exception des femmes Sorko et Arbi qui faisaient partie des propriétés de l’askia, et dont les enfants issus de ces unions, si jamais elles étaient prises en mariage par les descendants de cet imam, étaient suivant certains conditions propriétés de l’askia, car leurs mères l’étaient, et par conséquent demeureraient esclaves de naissance du fait de l’origine ethnique de leur mère.

Il apparaît donc, que les consultations de l’askia conjuguée au récit mythique sur les Sorko (les être serviles de l’empire) résultent d’un processus plus complexe qui apparaît avec l’ascension de la dynastie des askia en 1492. En effet, c’est dans l’immédiat de l’arrivée des askia que surgit la volonté de cette dynastie à codifier la pratique servile sur la base de la jurisprudence islamique.

D’origine étrangère au Songhay primitif, la dynastie des askia arrive au pouvoir par le biais d’une alliance avec les élites commerçantes, lettrés et religieuses de Tombouctou et Djenné, lesquelles sont majoritairement Touareg et islamisées. L’alliance des askia avec les Touaregs est rendu manifeste à travers l’union de l’une des filles de l’askia Muḥammad avec le chef de la communauté Touareg de Tombouctou, Akbiren-Kasa, neveu d’Akkil chef Touareg ; ce dernier avait conquis Tombouctou en 1435, alors qu’elle faisait partie de l’empire du Malī. C’est sous le règne de Sonni ’Alī que la région passe sous le contrôle du Songhay. L’union de la fille de l’askia au chef de la communauté Touareg de Tombouctou permet l’introduction de cette communauté dans la gestion des affaires publiques de l’empire, en qualité de balama, c’est-à-dire d’intendant de l’empire. Au-delà de cette information factuelle, ce mariage permet à l’askia de consolider la stabilité politique et militaire de l’empire. Cela au détriment de certaines populations songhay qui étaient originaires de la région. La nouvelle dynastie s’efforce d’écarter les populations songhay (ethnie), base et soutien de l’ancienne dynastie du pouvoir, tout en codifiant de manière plus stricte la société.

Le puritanisme des askia inscrit légalement dans la mère la particule servile, laquelle est héréditaire, et dénie aux esclaves toutes formes de paternité et d’ascendance paternelle.

En somme, dans le Songhay de la fin du XVe siècle la nécessité de codification de la société conduit à l’assignation officielle d’un groupe ethnique à l’esclavage. Cela, en se fondant sur une pratique déjà existante, c’est-à-dire l’asservissement des Sorko. Le tout fut couronné par l’émergence, voire l’adaptation d’un discours islamique déjà existant, afin de montrer l’antériorité de la condition de la condition de ce peuple. D’un point de vue comparatiste, l’ethnie Sorko du Tarikh el-fettash apparaît comme la catégorie de couleur “noire” des chroniques arabo-islamique.

Cavalerie de l’empire du Mali. Jusqu’en 1464 le Songhay faisait partie de l’empire malien. Gravure de J.W. Buel. Source : New Edition. Philadelphia, PA, St. Louis, MO: Historical Publishing Company. Crédits : domaine public.

1. Débat présent depuis 1914, soit un an après la parution de la traduction de l’ouvrage par Maurice Delafosse et Octave Houdas en 1913. Dans un article publié en 1914, Brun J. et intitulé « Notes sur le Tarikh el-fettash », Anthropos, 9-3, 590-596, questionne la paternité de l’ouvrage, paternité attribuée à Maḥmoūd Ka’ti par ses traducteur. Durant le XXe siècle, plusieurs historiens tenteront de désencombrer ce livre. La dernière étude en date demeure sans doute, l’article de Mauro Nobil et Mohammad Shahid Mathee, paru en 2015.

2. C’est l’une des seules sources scripturaires soudanaises à avoir fait l’objet de plusieurs analyses critiques.

3. Mahmoûd Kâti ben El-Hâdj El-Motaouakkel Kâti, Tarikh el-fettach ou Chronique du chercheur, trad. et annotation O.Houdas et M. Delafosse, Ernest Leroux, Paris, 1913

4. Mahmoûd Kâti, et l’un de ses petits-fils, Tarikh el-Fettash, trad. O. Houdas et M. Delafosse, Maisonneuve, Paris, 1981, [1ère éd. 1913-1914], pp. 45-47

5. Mahmoûd Kâti, pp. 45-47

6. État de la région soudanaise, sur la boucle du Niger, entre la région de Sibidougou à l’ouest et le Kanta à l’est ; le Songhay est une entité politique qui s’affranchit de la domination malienne vers 1450. C’est sous le magistère du sonni ’Alī Bēr (1464/5-1491) que le Songhay étend ses frontières et se dote une véritable organisation administrative. À sa mort en 1491, il est succédé par son fils le sonni Baro. Il est défait par un général de l’armée songhay en association avec les élites religieuses et commerçantes de Tombouctou et Djenné à la bataille de ’Anfaro en 1492, marquant ainsi la naissance de la dernière dynastie du Songhay, celle des Askia (1492-1591).

7. Mahmoūd Ka’ti, 1981,p. 121 sq.

8. Le mépris pour les populations d’origine Sorko est un état de fait inscrit au sein de la classe dominante songhay ; dans le songhay déclinant, les descendants des sorko portaient un nom générique renvoyant à leur statut social, Gabibi ; v. Paul Marty, Études sur l’Islam et les tribus du Soudan, t. II, la région de Tombouctou (Islam Songaï) Dienné, Le Macina et Dépendances (Islam peul), éd. Ernest Leroux, 1920, p. 37

9. Le passage sur les Sorko, ne comporte que Demīr comme source, sous l’autorité de Moulay Ahmed Es-Seqli. Si dans l’ouvrage en général, on rencontre des informations pour lesquels les auteurs n’étaient pas témoins oculaires, très souvent, ils mentionnent leurs sources, soit par des « ouï-dire », de la part de…, soit en citant explicitement la source scripturaire, où ils ont puisé l’information. Quant à affirmer, sur ce point précis que tarikh d’al-Tabari, est l’ouvrage qui a inspiré le style des auteurs de ce récit, nous ne pouvons le faire, si ce n’est en émettre l’hypothèse.

10. John O. Hunwick, Sharī‘a in Songhay the Replies of Al-Maghīlī to the questions of askia Al-Ḥājj Muḥammad, Oxford university Press, 1985, 151p.

11. Mahmoûd Kâti, p. 141 sq.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search