Maudit soit…

Bien que son nom n’apparaisse qu’à une dizaine de reprises dans la Bible, Cham est un des personnages dont le lignage a été le plus commenté1. L’association la plus connue est celle qui lie sa descendance aux trois identités suivantes : esclave, Afrique et couleur de peau noire au travers d’une malédiction prononcée par son père Noé, non à son encontre mais envers son propre fils Canaan.

Cham montre la nudité et l’ivresse de son père Noé à ses frères, huile sur toile d’Andrea Sacchi, vers 1640
Gemäldegalerie (Berlin, Allemagne)

Attestée dans le monde musulman médiéval et en Occident lors des acmés respectives de la traite et de l’esclavage, cet amalgame – que l’on nommera « malédiction de Cham »2 – est la plus connue des constructions raciales fondées sur des textes religieux. Fruit d’un palimpseste particulièrement foisonnant, elle repose sur une série de subterfuges, d’omissions, d’interpolations et autres accrétions exégétiques parcourant les siècles et les traditions religieuses, justifiant d’ailleurs ainsi les atermoiements même sur sa désignation.

Si ses origines, sa diffusion et ses usages en monde musulman restent discutés et feront l’objet de nouveaux travaux dans ReLRace, l’acmé du discours sur la malédiction de Cham en Europe et aux Etats-Unis, aux XVIIIe et XIXe siècles est bien documentée. Elle s’épanouit cependant dans des contextes et pour des motifs très différents : apogée de la traite puis défense de l’esclavage aux Etats-Unis, d’une part, et promotion de l’entreprise missionnaire en Afrique, d’autre part. Véritable gimmick ou vade-mecum de l’esclavagisme aux Etats-Unis pour reprendre les termes de Theodore Weld (1803-1895)3, la malédiction de Cham est également invoquée comme une évidence par les missionnaires, catholiques ou protestants, hommes ou femmes. Son usage décroit aux Etats-Unis après l’abolition de l’esclavage au profit des théories biologiques de la race et son origine aussi bien que sa pertinence commencent à être discutées d’abord dans les milieux confessants – très précocement chez les pasteurs africains-américains ainsi que le démontrent les productions du programme RelRace4 –, puis dans les cercles académiques.

La malédiction de Cham, mosaïque dans l’atrium de la Basilique Saint Marc, XIIIe siècle
Wikimedia Commons

Dénoncée progressivement comme absconse – dans son association avec l’Afrique et les populations noires – la « malédiction de Cham », sous cette formulation est peu à peu l’objet d’enquêtes plus ou moins approfondies pour déterminer le(s) responsable(s) de cette association coupable, suscitant d’intenses polémiques. Ainsi, de nombreux auteurs identifient les « rabbins du Talmud » comme initiateurs de cette interprétation de la malédiction de Cham. Traçant cette affirmation, une première ligne conduit aux milieux jésuites5, ainsi qu’aux théologiens protestants de l’Entre-deux-Guerres6. Une seconde aux cénacles académiques étasuniens à partir des années 19507, y compris sous la plume d’auteurs juifs eux-mêmes8. C’est cette seconde tradition qui est mobilisée à partir de la fin des années 1970 dans les milieux militants et universitaires africains-américains au point de susciter d’intenses polémiques qui sont dénoncées et démontées par David M. Goldenberg dans un article de 19979. Les querelles ne se cantonnent cependant pas là. Elles touchent aussi à la responsabilité du monde musulman qui est soulevée tout particulièrement par Gernot Rotter10 et par Bernard Lewis à partir des années 1970 et rappelée dans plusieurs de ses ouvrages11. Loin d’être éteintes, ces polémiques sont encore présentes dans les ouvrages relativement récents de Choukri El Hamel12 ou dans l’article de Haroon Bashir13. Ainsi, alors que l’ascendance chamitique avait pu constituer une marque d’infamie à plusieurs périodes et dans plusieurs contextes, c’est désormais, du moins dans certains cercles académiques et intellectuels, l’appartenance à une religion accusée d’être la créatrice de ce trope qui devient stigmatisante.

En parallèle de ces polémiques, de nombreux travaux ont été publiés à la fois pour questionner les circulations des récits entourant la malédiction et pour montrer que cette focalisation sur la malédiction de Cham, associée uniquement à l’esclavage des populations noires africaines, obère toute une série de traditions – qui seront présentées dans cette série de publications – faisant de Cham tour à tour, le père de la magie noire14, du servage dans l’Europe médiévale15, du déshonneur et de l’irrespect filial16, de la lubricité17, mais aussi l’initiateur de lignées de Dieux et de rois18, ou encore la source de la Civilisation en Afrique19. Incroyable succès pour un personnage dont toute l’action individuelle dans la Bible se résume au seul verset 22 du chapitre IX de la Genèse20 : « Cham, père de Canaan, vit la nudité de son père, et alla dehors l’annoncer à ses deux frères. », entraînant le courroux de Noé et la malédiction prononcée contre Canaan.

Noah – The Ark, gravure sur crème papier japonais de Letterio Calapai, 1946
Art Institute Chicago (Chicago, USA)

Resituons les évènements dans le récit biblique. Dix générations (et six chapitres) après la création, Dieu est affligé des méfaits des êtres humains et décide de les effacer de la Terre. Noé ayant néanmoins trouvé grâce à ses yeux, Dieu lui enjoint de construire une arche et d’y emmener sa famille ainsi qu’un couple de chaque espèce vivante qui sont ainsi sauvegardées. Le déluge ayant accompli le dessein divin, Noé sort de l’Arche avec l’ensemble de ses passagers. C’est alors que se déroule l’épisode très court servant de support à la « malédiction de Cham ».

Ce récit, de nombreux exégètes l’ont considéré comme de la plus haute importance, s’y penchant notamment parce que la faute commise par Cham est la première du second commencement pour l’humanité après le déluge, lequel était censé avoir expurgé le péché du monde. Ce retour du péché parmi les hommes pose de prime abord un problème théologique majeur. Par ailleurs, le récit est à tout point de vue des plus ambigus. Au sortir de l’Arche, Noé plante une vigne (Gn 9:20), puis il boit de son vin – la durée de la maturation des plans et de la vinification étant alors inversement proportionnelle à la longévité des personnages –, et, s’enivrant, se met à nu dans sa tente (Gn 9:21). A ce moment intervient Cham qui « voit » la nudité de son père et prévient ses frères. Ces derniers déploient une couverture sur leur père mais sans en voir les genitalia puisqu’ils marchent à reculons (Gn 9:23). Noé réveillé apprend que Cham l’a observé nu (Gn 9:24) et maudit Canaan fils de Cham21. Ce dernier est donc condamné pour la faute son père à être, lui et ses descendants, l’esclave des esclaves de ses frères, ainsi que l’esclave de ses oncles (Gn 9:25-27).

La malédiction de Cham, enluminure, XVe siècle
Bibliothèque nationale de France

De prime abord, ce texte consiste à fournir une étiologie de l’esclavage. David Whitford rappelle que la nature de la dépendance à travers la traduction de l’hébreu ‘abed n’est pas si évidente, mais relève que les polémiques, à travers les âges, portent rarement sur le statut d’esclave qui y est associé22. Il note également que le récit est d’abord construit pour associer le statut de dépendance à la faute ou au péché, ouvrant d’ailleurs une voix à une interprétation symbolique présente dans une partie de la patristique : être l’esclave de ses péchés. Ce n’est évidemment pas ainsi qu’il est conçu dans le récit de la « malédiction de Cham » supportant l’esclavage des populations africaines noires. L’importance que ce récit accorde aux lignages ouvre en effet aussi la voie à un usage rétrospectif fondé sur les réalités sociales et permettant de les justifier ; serfs et/ou esclaves sont serfs et/ou esclaves parce qu’ils sont les descendants de Cham ou de Canaan.

Ce texte est surtout perclus d’incohérences manifestes lesquelles ont suscité dès lors la perplexité des nombreux exégètes appelés à l’interpréter. Les multiples interrogations peuvent être rassemblées sur deux plans. Premièrement, au registre du délit et de la peine, celui de l’extrême sévérité de la sanction au regard du « méfait » accompli par Cham. Deuxièmement, celui de l’identité du coupable – Cham – et de celui qui est sanctionné et apparemment innocent – Canaan. Pour comprendre ces atermoiements, il faut bien sûr concevoir que lesdits exégètes lisent bien sûr le livre de la Genèse comme une partie de la Torah/du Pentateuque et à ce titre comme rédigé par un auteur unique et particulièrement qualifié en la personne de Moïse.

La malédiction de Cham, Panneau en bronze doré, baptistère de Florence, XVe siècle
Sailko, Wikimedia Commons

Plusieurs exégètes présentent précocement ce passage comme la prophétie de la conquête de la terre de Canaan par les Hébreux, de retour d’Egypte sous la conduite de Josué, sans pour autant emporter l’adhésion. Ainsi, cette lecture de la malédiction comme justification de la prise de possession de Canaan réapparait au XVIIe siècle pour s’imposer définitivement au XXe siècle23. Pour la majorité des rabbins, des pères de l’Eglise puis des théologiens chrétiens et même, indirectement via les isra’iliyat24, des savants musulmans, ce récit intriguant devait être pris tel quel et le défi était soit de remplir les omissions – la faute commise par Cham devait être pire que ce qui était littéralement décrit – soit d’en comprendre le message caché. Les publications suivantes s’efforceront de montrer comment la malédiction de Noé à l’encontre de Canaan pour une faute commise par Cham en est venue à être progressivement associée non seulement à l’esclavage qui est explicite dans le récit mais aussi à l’Afrique et plus spécifiquement aux populations noires. 


1. La graphie même est sujet à controverse. L’original en hébreu est חם (ham). Il est transcrit Χαμ en grec dans la Septante – la langue ne disposant pas de consonne gutturale équivalente. Le français reprend le grec Cham. Cependant, le « ch » censé reproduire le son guttural de het a été perdu. L’anglais transcrit Ham mais la plupart des personnes le prononcent avec un « h » aspirant. Le latin et à la suite de nombreuses langues latines transcrivent cam ou ca avec une prononciation également très éloignée de l’original.

2. Le choix de cette appellation et de l’usage des guillemets permet de rappeler la forgerie derrière ce trope puisque seul Canaan est maudit dans la Bible. David Whitford, pour la distinguer des nombreuses autres interprétations, nomme cette quadruple association « the Heavy Curse » : The Curse of Ham in the Early Modern Era: The Bible and the Justifications for Slavery, Londres Routledge, 2009.

3. Theodore, D. Weld, The Bible against Slavery. An Inquiry into the Patriarchal and Mosaic Systems on the Subject of the Human Rights, New York, American Anti-Slavery Society, 1838, p. 46.

4. Voir en particulier les publications de la série « généalogies africaines-américaines » sur le carnet ReLRace

5. Voir en particulier Pierre Charles, « Les noirs, fils de Cham le maudit », Nouvelle Revue Théologique 55 (10), 1928, p. 721-739 et.

6. Raoul Allier, « Une énigme troublante. La race nègre et la malédiction de Cham », Les Cahiers missionnaires 16, 1930, p. 1-32

7. Thomas V. Peterson, Ham and Japheth in America The Mythic World of Whites in the Antebellum South, Metuchen [N.J.], American Theological Library Association, 1978

8. Robert Graves et Raphaël Pataï, Hebrew Myths. The Book of Genesis, New York, Doubleday, 1964.

9. David M. Goldenberg, « The Curse of Ham. A Case of Rabbinic Racism ? » dans J.  Salzman, and C. West, (eds.), Struggles in the Promised Land, Oxford, Oxford University Press, 1997, p. 21–52.

10. Gernot Rotter, Die Stellung des Negers in der Arabisch-Islamischen Gesellschaft bis zum XVI. Jahrhundert, Dissertation inaugurale, Bonn, 1967.

11. Bernard Lewis, Race et esclavage au Proche-Orient, Paris, Gallimard, coll. « N.R.F », 1993.

12. Choukri El Hamel, Le Maroc noir : une histoire de l’esclavage, de la race et de l’Islam, Casablanca, Editions la Croisée des Chemins, 2019.

13. Haroon Bashir, « Black Excellence and the Curse of Ham : Debating Race and Slavery in the Islamic Tradition », ReOrient 5 (1), 2019, p. 92-116.

14. Vincent Vilmain, « Le Rire du sorcier », à paraître sur ReLRace – Religions, lignages et « race ».

15. Id., « Générations européennes. Le serf blanc et les rois chamitiques », à paraître sur ibid.

16. Id., « Cham, rebelle sans raison », à paraître sur ibid.

17. Id., « Cham le lubrique », à paraître sur ibid.

18. Id., « Générations européennes. Le serf blanc et les rois chamitiques », à paraître sur ibid.

19. Cette série de notices s’appuie sur une synthèse de la bibliographie existante ainsi que sur quelques apports personnels. Sur le sujet voir en particulier : Don Cameron Allen, Legend of Noah, Urbana Champaign, University of Illinois Press, 1963 ; Jean-Pierre Chrétien, « Les deux visages de Cham. Points de vue français du XIXe siècle sur les races africaines d’après l’exemple de l’Afrique orientale » , in Guiral P. et Temine E. (éds.), L’idée de race dans la pensée politique française, Paris, Editions du CNRS, 1977 p. 177-199 ; Thomas V. Peterson, Ham and Japheth in America The Mythic World of Whites in the Antebellum South, Metuchen [N.J.], American Theological Library Association, 1978 ; Jean Devisse, « Chrétiens et Noirs » dans id. (éd.), L’Image du Noir dans l’art occidental, vol.2, t. 1, Paris, Bibliothèque des Arts, 1979, p. 37-81 ; Bernard Lewis, Race et esclavage au Proche-Orient, Paris, Gallimard, coll. « N.R.F », 1993 ; Benjamin Braude, « The Sons of Noah and the Construction of Ethnic and Geographical Identities in the Medieval and Early Modern Periods », The William and Mary Quarterly 54 (1), 1997, p. 103-142 ; Werner Sollors, Neither Black nor White yet both. Thematic Explorations of Interracial Literature, New York, Oxford University Press, 1997 ; Eddie Glaude, Exodus ! Religion, Race and Nation in Early Nineteenth Century Black America, Chicago, University of Chicago Press, 2000;  Maria Susanna Seguin, Science et religion au XVIIIe siècle. Le mythe du déluge universel, Paris, Honoré Champion, coll. Les Dix-huitièmes Siècles », 2001 ; Stephen Haynes, Noah’s Curse : The Biblical Justification of American Slavery, Oxford, Oxford University Press, 2002 ; Benjamin Braude, « Cham et Noé ; Race, esclavage et exégèse entre islam, judaïsme et christianisme », Annales HSS 57 (1), 2002, p. 93-125 ; David M. Goldenberg, The Curse of Ham : Race And Slavery In Early Judaism, Christianity, And Islam, Princeton, Princeton University Press, 2003 ; Sylvester Johnson, The Myth of Ham in Nineteenth Century American Christianity. Race, Heathens, and the People of God, New York, Palgrave, 2000 ; Stacy Davis, This Strange Story: Jewish And Christian Interpretation Of The Curse Of Canaan From Antiquity To 1865, Latham [Md], University Press of America, 2008 ; David Whitford, The Curse of Ham in the Early Modern Era: The Bible and the Justifications for Slavery, Londres Routledge, 2009 ; Guillaume Hervieux, L’Ivresse de Noé. Histoire d’une malédiction, Paris Perrin, 2011 ; Rebecca Goetz, The Baptism of Early Virginia. How Christianity Created Race, Baltimore, JHU Press, 2012 ; W. David Nelson and Rivka Ulmer, Re-Presenting Texts: Jewish and Black BiblicalInterpretation, New York, Gorgias, 2013.

20. Cham est mentionné par ailleurs deux fois comme fils de Noé en Gn 5:32 et en Gn 6:10. En Gn 7:13 la Bible indique qu’il monte dans l’Arche accompagné de ses père, mère, frères, épouse et belles-sœurs.

21. Cham avait déjà été présenté deux fois en Gn 9:18 et Gn 9:22 non seulement comme fils de Noé mais aussi, étrangement, comme père de Canaan.

22. David M. Whitford, The Curse of Ham…, op. cit.

23. Voir Vincent Vilmain, « Les victimes innocentes », à paraître sur ReLRace – Religions, lignages et « race ».

24. Les isra’iliyat sont les récits d’origine juive ou chrétienne cités dans les travaux des oulémas.


Citer cet article : Vincent Vilmain, « Maudit soit… ». Publié sur ReLRace - Religions, lignages et « race », le 28/09/2021, https://relrace.hypotheses.org/1554.

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search