Le rassemblement d’Israël en Mormonisme

Néphi conduit ses disciples dans le désert
huile sur contreplaqué de Minerva Teichert , 1959
Brigham Young University Museum of Art

Les articles de Foi de l’Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours, rédigés en 1842 par le fondateur Joseph Smith en 1844, affirment :

« Nous croyons au rassemblement littéral d’Israël et au rétablissement des dix tribus. Nous croyons que Sion (la nouvelle Jérusalem) sera bâtie sur le continent américain, que le Christ régnera en personne sur la terre, que la terre sera renouvelée et recevra sa gloire paradisiaque 1».

Le mormonisme souligne ici sa croyance au rassemblement des tribus d’Israël. Les premiers missionnaires mormons œuvraient donc à convertir des descendants d’Israël, pour les rassembler dans la terre promise Américaine. Pour le mormonisme des XIXe et XXe siècles, ce rassemblement d’Israël concerne en fait principalement un lignage particulier, celui d’Éphraïm. Puisque le prosélytisme mormon rencontre des succès en Grande-Bretagne et en Europe du Nord, les populations de ces régions sont considérées comme des descendants d’Éphraïm. Cependant, à partir de la seconde moitié du XXe siècle, le mormonisme stagne péniblement dans ces régions, alors qu’il se déploie sur d’autres continents, notamment l’Amérique du Sud et l’Afrique. Le lignage éphraïmite perd alors de son importance, au profit d’une théologie plus universaliste. C’est cette histoire du rassemblement d’Israël en mormonisme que nous présentons brièvement ici, à l’aune de discours de dirigeants de l’Église mormone.

Les Lamanites et le lignage d’Éphraïm dans le mormonisme premier de Joseph Smith

Le Livre de Mormon, ouvrage fondateur du mormonisme publié en 1830, affirme que les Amérindiens sont des « Lamanites », c’est à dire des descendants d’israélites qui ont quitté la Palestine pour la terre promise américaine en 600 avant Jésus-Christ. La théologie mormone de Joseph Smith a donc d’abord considéré les mormons d’ascendance européenne comme des « gentils » (soit des non Juifs) qui avaient pour mission d’apporter la Bonne Nouvelle du pur évangile rétabli par Joseph Smith aux Amérindiens descendants d’israélites. Mais, les efforts missionnaires mormons rencontrèrent peu de succès auprès des Lamanites. Le prophète Joseph Smith en vint donc progressivement à considérer les convertis anglo-saxons au mormonisme comme descendants d’Éphraïm appelés à se rassembler en Sion, en Amérique, alors que les descendant de Juda (les Juifs) devaient se rassembler à Jérusalem. Si de nombreux fidèles se considéraient descendants d’Éphraïm par adoption, d’autres furent considérés comme des descendants littéraux d’Éphraïm, par le sang. Ainsi, le Livre de Mormon fait remonter la généalogie de Joseph Smith au patriarche biblique Joseph, père d’Éphraïm et de Manassé2. Cette généalogie particulière sera confirmée par les « bénédictions patriarcales » données par Joseph Smith sr, père du prophète mormon, à ses enfants. Lors de ses bénédictions patriarcales, le patriarche Joseph Smith sr imposait ses mains sur la tête de ses enfants ou d’autres fidèles de l’Église afin de leur donner une bénédiction qui impliquait des directives/prophéties et souvent aussi des informations généalogiques. De nombreux membres dirigeants de l’Église apprirent ainsi qu’ils étaient descendants d’Éphraïm par la bénédiction patriarcale. Cette généalogie éphraïmite est développé après la mort de Joseph Smith dans les Montagnes Rocheuses.

The Improvement Era, Vol. 68, No. 8, Août 1965, p. 678
Church History Catalogue
Le rassemblement d’Israël dans les Montagnes Rocheuses

À la mort de Joseph Smith en 1844, la majorité des mormons suivirent Brigham Young dans la vallée du Lac Salé, où ils fondèrent Salt Lake City. Le lignage éphraïmite des mormons fut confirmé par Brigham Young et d’autres dirigeants mormons du XIXe siècle et de la première moitié du XXe siècle. En 1859, Brigham Young affirmait sur « Les fils d’Éphraïm » :

« … L’esprit qui est en eux est turbulent et déterminé ; ils appartiennent à la race anglo-saxonne. Et ils se trouve sur la face de toute la terre… Je vois une congrégation de fils d’Éphraïm en face de moi. Aucune épreuve ne découragera ces hommes3 »

Le lignage éphraïmite des mormons fut aussi confirmée par une théologie mormone qui segmentait l’histoire humaine en trois actes : 1) prééxistence des esprits auprès de Dieu ; 2) vie mortelle des esprit incarnés dans des corps sur terre ; 3) exaltation/déification (pour les mormons fidèles) dans l’au-delà, auprès de Dieu. Lors du premier acte, dans la prééxistence, les mormons auraient été pré-ordonnés à s’incarner sur terre dans le lignage d’Éphraïm. Cette généalogie éphraïmite couplée d’une élection dans la préexistence fut encouragée par la canonisation en 1880 de deux écrits de Joseph Smith qui mentionnent la préexistence, le Livre de Moïse et le Livre d’Abraham.

L’apôtre mormon Orson F. Whitney (1855-1931) pouvait donc affirmer lors de la conférence générale de l’Église mormone d’octobre 1905 :

« Nous sommes une branche de la maison d’Israël, rassemblés parmi les Gentils… une portion d’une nation martyrisée, choisie par Dieu et envoyée sur cette terre pour souffrir et endurer pour Lui et pour le bien de toute l’humanité… une race préexistante, ordonnée avant que le monde fut, pour accomplir une mission grande et importante, nous sommes les enfants rassemblés d’Éphraïm. 4»

Face aux succès missionnaires en Grande-Bretagne et dans les pays nordiques, et alors que les thèses de l’israélisme britannique – pour qui les anglo-saxons étaient des descendants de tribus iraélites – , et du triomphalisme britannique – qui affirmait la supériorité raciale des anglo-saxons – étaient populaires aux États-Unis, la théologie mormone affirmait que les descendants d’Ephraïm se trouvait dans ces pays. Dans une série d’articles intitulés « Are We of Israel ? » publiés en 1878 dans le journal mormon The Millenial Star, George Reynolds, affirmait ainsi que : les 10 tribus perdues d’Israël auraient immigré en Europe suite à la captivité assyrienne ; des parallèles établis entre les langues et coutumes européennes et israélites permettraient d’établir leur migrations anciennes en Europe ; Les descendants d’Ephraïm se seraient majoritairement établis dans les îles britanniques et dans les pays nordiques, ce qui expliquerait les succès missionnaires dans ces nations, les descendants d’Ephraïm étant particulièrement réceptifs aux vérités de l’évangile mormon5. Andrew Jensen, historien assistant de l’Église affirmait en 1913, lors d’une conférence générale :

« Pourquoi les missionnaires saints des derniers jours ont-ils eu autant de succès parmi les races anglo-saxonnes, germaniques et scandinaves ? La réponse est que nous rassemblons Israël, comme l’ont prédit les anciens prophètes […] Nous faisons partis d’Israël, sans aucun doute, et lorsque notre généalogie nous sera révélée en détail, elle nous conduira de l’Amérique à l’Angleterre, et de l’Angleterre à la Scandinavie et à l’Allemagne, et de là au pays qui se trouve entre la région caspienne et la mer noire, cette partie de l’Asie où les 10 tribus furent perdue […] Je me réjouis de savoir que de si nombreux hommes et femmes fidèles ont accepté l’Evangile […] Nous n’avons fait que peu de progrès, excepté parmi ceux qui proviennent, comme nous l’affirmons, de la maison d’Israël. Nous n’avons pas eu de succès parmi les races latines et orientales, ou parmi les chinois ou les japonais. Il y a peut-être du sang d’Israël parmi elles, mais jusqu’à présent nous n’en avons découvert que très peu6. »

The Millennial Star, Vol. 40, No. 33, 19 Août 1878
BYU Library Digital Collections

Cette théologie qui promeut les origines israélites des anglo-saxons et la généalogie éphraimites des mormons furent finalement systématisée par Joseph Fielding Smith dans son ouvrage « The Way to Perfection », publié pour la première fois en 1831 par la société généalogique d’Utah. Cet ouvrage devint un classique de la littérature mormone, jusqu’à la seconde moitié du XXe siècle (sa dernière publication datant de 1978), alors que Smith fut président du collège des 12 apôtres de 1951 à 1970, et président et prophète de l’institution de 1970 à 1972.

Si face aux succès du mormonisme dans les pays anglo-saxon les convertis de ces pays sont considérés du lignage d’Ephraïm, le prosélytisme mormon sur d’autres continent dans la seconde moitié du XXe siècle pousse l’institution à réviser cette idée.

Le rassemblement d’Israël : l’universalisme mormon

À partir de la seconde moitié du XXe siècle, les mormons rencontrent des succès en Amérique du Sud (au Brésil notamment) parmi des populations d’ascendance noirs. Les noirs, depuis Joseph Smith, et plus encore depuis Brigham Young, étaient exclus du sacerdoce mormon. Comme l’indique jusqu’en 1978 l’ouvrage « The Way to Perfection », ils étaient considérés comme des descendants de Caïn, et comme n’ayant pas été aussi fidèles à Dieu que les blancs lors de la préexistence7. Mais face à ses succès missionnaires en Amérique du Sud, à des critiques en son sein et à une société américaine de plus en plus hostile face au racialisme mormon, l’Église SDJ confére finalement sa prêtrise aux noirs en 1978. Le mormonisme commence alors son œuvre prosélyte en Afrique, et convertit de nombreux européens d’origine africaine ou antillaise en Europe de l’Ouest. Progressivement, le rassemblement d’Israël n’est plus compris comme le rassemblement de tous les descendants anglo-saxons/éphraïmites en Amérique, mais comme la conversion de tous, sur tous les continents, à l’évangile rétabli par Joseph Smith.

Par-delà les ethnies, les mormons de tous les continents se savent aujourd’hui du lignage d’Israël. Si cette ascendance n’est pas biologique (« par le sang »), elle se fait alors par « adoption », comme l’indique la « bénédiction patriarcale », définit ainsi par l’institution sur son site internet :

« La bénédiction patriarcale contient la déclaration de la lignée, qui affirme que la personne est de la maison d’Israël, descendant d’Abraham, appartenant à l’une des tribus de Jacob en particulier […]. Parce que nous avons tous beaucoup d’ascendances par le sang, deux membres d’une même famille peuvent appartenir à des tribus d’Israël différentes. Peu importe qu’une personne fasse partie de la maison d’Israël par ascendance par le sang ou par adoption. Les membres de l’Église sont comptés parmi les descendants d’Abraham et sont les héritiers de toutes les promesses et de toutes les bénédictions contenues dans l’alliance abrahamique.8 »

Alors que des dirigeants mormons des XIXe et XXe siècles affirmaient que l’appartenance au lignage d’Ephraïm se faisait lors de la preexistence par une préordination de certains esprits – ensuite incarnés sur terre en des corps anglo-saxon – lors de la conférence générale du 3 avril 2021 intitulé « Vous pouvez rassembler Israël », le dirigeant mormon afro-américain Ahmad Corbitt affirmait sur la mission prosélyte de deux ans qu’il avait accepté de faire alors qu’il était jeune converti :  « Connaître ma véritable identité, notamment grâce à ma bénédiction patriarcale, m’a donné le courage et la foi de rassembler Israël 9».

Et Russel Nelson, président et prophète de l’Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours, affirmait lors de la conférence générale de l’institution du 5 octobre 2020 que le rassemblement d’Israël était le rassemblement « gens disposés à laisser Dieu prévaloir dans leur vie », sans faire mention d’une généalogie éphraïmite anglo-saxonne particulière10.


1. L’Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours, Articles de foi : https://www.churchofjesuschrist.org/study/scriptures/pgp/a-of-f/1?lang=fra (page internet consultée le 16/ 08/2021)

2. « 2 Néphi 3, 6-15 », Le Livre de Mormon : Un autre témoignage de Jésus-Christ : https://www.churchofjesuschrist.org/study/scriptures/bofm/2-ne/3?lang=fra (page internet consultée le 16/08/2021)

3. Brigham Young, discours du 31 mai 1863, publié dans Journal of Discourses, Vol. 10, p. 188. Cité dans Armand Mauss, « In Seach of Ephraim : Traditional Mormon Conceptions of Lineage and Race », Journal of Mormon History, Vol. 25, No. 1, 1999, p. 155.

4. Orson F. Whitney, discours publié dans Seventy-sixth Semi-Annual Conference Report of the Church of Jesus Christ of Latter-day Saints, The Deseret New, 1905, p. 91. Consultable en ligne:  https://archive.org/details/conferencereport1905sa/mode/2up. Aussi cité dans Armand Mauss, op. cit., p. 156.

5. Armand Mauss, op. cit., p. 157.

6. Andrew Jenson, discours publié dans Eighty-third Annual Conference of the Church of Jesus Christ of Latter-day Saints, Deseret News, 1913, p. 80-81 (consultable en ligne: https://archive.org/details/conferencereport1913a/page/80/mode/2up). Cité aussi par Armand Mauss, Op. cit., p. 160.

7. Joseph Fielding Smith, The Way to Perfection, Salt Lake City, Deseret Book Company (pour la Genealogical Society), 1978, pp. 97-111.

8. http://www.lds.org/topics/patriarchal-blessings?lang=fra, Page internet consultée le 18/08/2021.

9. Ahmad S. Corbitt, « Vous pouvez rassembler Israël ! » : https://www.churchofjesuschrist.org/study/liahona/2021/05/32corbitt?lang=fra (page internet consultée le 18/08/2021)

10. Russell M. Nelson, « Laissez Dieu prévaloir » : https://www.churchofjesuschrist.org/study/general-conference/2020/10/46nelson?lang=fra (page internet consultée le 18/08/2021).


Citer cet article : chrystal vanel, « Le rassemblement d’Israël en Mormonisme ». Publié sur ReLRace - Religions, lignages et « race », le 01/09/2021, https://relrace.hypotheses.org/1492.

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search