La malédiction de Cham comme outil de propagande missionnaire. Partie 3 : La « reconversion » du mythe aux XIXe et XXe siècles.

Dans deux notices précédentes, nous avons montré comment l’utilisation de [C]ham par les missionnaires permet de mettre au jour les mécanismes qui sous-tendent toute une logique de promotion de leur entreprise en direction de l’Afrique. Rares furent les voix, parmi cette communauté, qui s’élevèrent contre cette lecture racialisée de la Genèse1 : dès le XVIe siècle, les « vannes » ont été ouvertes et ont « permis au préjugé, jamais critiqué, jamais justifié, d’envahir la littérature et d’inonder tout le pays », déplorait tardivement le jésuite belge Pierre Charles dans la Nouvelle Revue Théologique en 19282. Il semblait mettre au ban la malédiction de [C]ham au sein de l’Église catholique. Pour cet universitaire et missionnaire à l’origine d’une théorisation solide de la nouvelle science de la missiologie :

L’opinion qui fait des noirs les descendants d’un père maudit, ayant hérité de sa malédiction et devant relevés d’un ‘antique anathème’, est une de ces opinions à la fois socialement pernicieuses et scientifiquement erronées.3

C’est justement au moment charnière des années 1780 et 1790, selon lui, que « l’opinion gratuite et erronée de la malédiction des noirs va se glisser subrepticement chez nous »4. Pierre Charles, lorsqu’il écrit ces lignes en 1928, tente d’imposer dans les cercles missionnaires catholiques une nouvelle science, la « missiologie » éclairée par « l’ethnologie et la science des religions [qui] étudient plus objectivement la question du paganisme et de l’idolâtrie. […] on s’aperçoit qu’il faut réformer un certain nombre des anciennes opinions, cristallisées en jugements tout faits depuis des siècles »5. C’est justement le dialogue entre les missionnaires sur le terrain et les scientifiques et explorateurs qui va nous intéresser à présent, notamment sur la façon dont celui-ci permet de nouveaux usages et interprétations de [C]ham, à des fins aussi multiples que parfois contradictoires.

La littérature missionnaire britannique n’hésite pas à inclure dans ses colonnes des extraits – textes comme illustrations – des best-sellers des explorateurs qui sont pressés par des éditeurs comme John Murray à Londres de publier des versions multiples de leurs journaux de voyage. Cette littérature tente au fil de ses pages de réconcilier les Écritures aux découvertes ethnologiques, géographiques et archéologiques qui jalonnent la deuxième moitié du XIXe siècle. On remarque par exemple que les débats savants autour de l’origine des Égyptiens – descendants de [C]ham, ou peuple venu d’Europe ou d’Asie ?6 – se faufilent dans les pages de la revue des missionnaires méthodistes de la Wesleyan Methodist Society :

Let us cast another glance at Egypt, and view its position in the history of the kingdom of God. The inhabitants of Egypt were descended from Mizraim, the son of Ham, and inherited the curse that lay upon him. The family of Ham in Egypt soon became prominent by their advancement in the arts of sciences.7

La connexion entre [C]ham et l’Égypte est examinée dans des revues académiques comme dans des ouvrages de vulgarisation à mi-chemin entre récits/guides de voyage, essais de théologie et sommes archéologiques – le genre de publications qui firent le succès de l’éditeur londonien John Murray, également responsable de la publication des récits de David Livingstone, ou encore des œuvres de Charles Lyell et Charles Darwin :

Frontispice de Signs and wonders in the Land of Ham: A Description of the Ten Plagues of Egypt with Ancient and Modern Parallels and Illustrations, Londres : John Murray, 1873.

Les généalogies bibliques sont le sujet de nombreuses publications missionnaires, parfois de la plume de scientifiques chrétiens proches de ces organisations, comme dans cet article du révérend William Spiers, qui, en plus d’être à la tête d’une congrégation méthodiste, était un membre de la Société royale de géographie et de la Société royale de microscopie. Dans une série d’articles intitulée “Is the Bible true?”, il confronte plusieurs épisodes de l’Ancien Testament aux découvertes archéologiques et scientifiques les plus récentes sur le territoire africain et dans le bassin méditerranéen :

Immediately after the Biblical account of the Deluge we have the particulars of the settlement of Noah’s sons, and the founding of the primeval cities by their descendants. The Accadians, whose progenitor was the grandson of Ham, were the inventors of the pictorial hieroglyphics which developed later on into the wedge-shaped characters of the Assyrians. The oldest cities of which we possess any remains were built by them, and they clay tablets, unearthed from the ruined library of ancient Nineveh, contain references to the Creation, the Sabbath institution, the site of Eden, and other matters described in the earlier portion of Genesis. Another grandson of Ham was Heth, the founder of the Hittite empire. The story of the Hittites is marvellous. Their very existence was barely known until the monuments were recently brought to light.8

Ce genre de notices, qui tente de réconcilier science(s) et Saintes Écritures abondent dans les pages des périodiques missionnaires. La perméabilité des cercles académiques – géographiques notamment – et des organisations missionnaires est de plus en plus flagrante à mesure que défile le XIXe siècle. Même l’ancien premier ministre britannique William Gladstone se plie à cet exercice dans les colonnes du magazine évangélique très diffusé Good Words, en 1890 :

The Table of Peoples presents on its surface some apparent anomalies; of which, however, a rational account can be given, and one which for the most part converts them into evidences in its favour.  For instance, the Hamitic portion presents to us out of a total of thirty names no less than eighteen which are plural words, and which are therefore national or tribal, while only two of the same class are found in the rest of the account. But this seems upon consideration to illustrate what we know from history; namely, that the Hamitic races exhibited the most previous development, and set up the earliest known civilisations of the world, those of Babylonia and of Egypt9

Le cas de la diffusion, par les missionnaires et administrateurs européens, de versions contradictoires du mythe de [C]ham est particulièrement parlant au Buganda, un royaume des Grands Lacs dans lequel missionnaires protestants britanniques s’installent en 1877, bientôt rejoints par des Pères blancs catholiques français, en 1879.

Au Royaume-Uni, l’explorateur John Hanning Speke, rendu célèbre par son exploration du Nil et de la région des Grands lacs en 1862, fut l’un des plus fervents défenseurs la thèse selon laquelle une race hamitique supérieure, de type caucasien, aurait peuplé toute une partie de l’Afrique de l’Est et des Grands Lacs. Lors de ses pérégrinations, il diffuse cette idée auprès des chefs africains chez lesquels il séjourna, au Buganda ou au Bunyoro :

Today I met Kamrasi at his new reception-palace on this side the Kafu – taking a Bible to explain all I fancied I knew about the origin and present condition of the Wahuma branch of the Ethiopians, beginning with Adam, to show how it was the king had heard by tradition that at one time the people of his race were half white and half black. Then, proceeding with the Flood, I pointed out that the Europeans remained white, retaining Japhet’s blood; while the Arabs are tawny, after Shem; and the Africans black, after Ham. And finally, to show the greatness of the tribe, I read the 14th chapter of 2d. Chronicles, in which it is written how Zerah, the Ethiopian, with a host of a thousand thousand, met the Jew Asa with a large army, in the valley of Zephathah, near Mareshah; adding to it that again, at a much later date, we find the Ethiopians battling with the Arabs and Portuguese at Omwita (Mombas) – in all of which places they have taken possession of certain tracts of land, and left their sons to people it.10

Speke, qui rencontre le kabaka Mutesa en 1862, n’est ainsi pas étranger à la diffusion de cette idée auprès des élites du Buganda11 : Mutesa lui-même connaît déjà l’histoire de [C]ham grâce aux explications des marchands arabes et swahili avec qui son père, puis lui-même, font affaire depuis les années 1840. John Speke, puis l’explorateur Henry Morton Stanley, qui séjourna à la cour de Mutesa en 1874, confirmèrent auprès du souverain ganda le lien entre l’hypothèse hamitique, son propre lignage royal, et même le mythe de Kintu, créateur du royaume du Buganda et ancêtre des kabakas :

Mutesa found much to like in Speke’s version of the Hamitic hypothesis, given that it argued that some East Africans, particularly those in royal clans, were the descendants of Abyssinian or Caucasion invaders from long ago. In Speke’s opinion, Mutesa and other rulers were more closely related to Westerners than his Ganda subjects, a flattering claim that only confirmed Mutesa’s right to rule. It was blood that tied the king to […] a long line of hereditary rulers whose trail went back into the mists of prehistory, a chain that – if Speke were correct – eventually led to the figure of Ham, son of Noah and first king of Buganda, father of all future Kabakas including Mutesa. In a kingdom that understood both history and political power as the expression of a scared bloodline unfolding over time, the seeds of the Hamitic hypothesis found fertile soil.12

Les missionnaires britanniques de la Church Missionary Society qui arrivèrent à Kampala en 1877, suite à l’invitation de Mutesa relayée par Henry Morton Stanley, font ainsi état du lien construit par Mutesa lui-même entre son lignage royal, le mythe fondateur de Kintu, et la figure biblique de [C]ham. G. Shergold Smith, ainsi, apprend de Mutesa que [C]ham serait enterré au Buganda. Le père Girault, l’un des premiers Pères blancs à s’installer au Buganda, est lui aussi familier de la rumeur, comme il l’écrit dans le diaire de la mission le 13 juillet 187913. Du côté britannique, le révérend Charles T. Wilson et son agent Robert Felkin explique ainsi dans une publication destinée au grand public que :

Mtesa, through the admixture of Negro blood, has lost the pure Mhuma features, but still retains enough of the peculiar characteristics of that tribe to stamp him as belonging to a distinct race from his subjects. He professes to trace back his descent, through an unbroken line of between thirty and forty kings, to Kintu or Ham, the founder of his dynasty.14

Cette identification de Mutesa lui-même à une race hamitique arrangeait les missionnaires comme les administrateurs britanniques15.

Signs of a ‘Hamitic’ presence were thus eagerly sought for in Buganda. […] [I]t was hard for Englishmen of the early twentieth century to forgo the belief that the good order and courtesy, the administrative skills and the intellectual receptiveness that they found in that country must have been the result of a civilising impulse from far away. And Kintu now had a key role to play. The human archetype became a history state-constructor […]. In Christian circles, where the religions and moral value of the myths was recognised, he was thought of as a proto-missionary.16

Les missionnaires de la Church Missionary Society n’étaient pas les seuls à voir dans une partie de leurs ouailles les descendants d’une race hamitique supérieure, d’origine caucasienne. Cette supposée généalogie supérieure servait en effet à justifier que les efforts soient redoublés dans cette mission : en associant les Ganda – ou du moins une partie de l’élite ganda – à la tradition judéo-chrétienne et à la descendance de Noé, et donc d’Adam, ils tenaient là un argument de poids. Les Baganda auraient en effet déjà en eux les germes du christianisme, que leur travail apostolique n’aurait ainsi qu’à réactiver. En s’appuyant sur le mythe fondateur de Kintu, et en le faisant devenir sinon [C]ham, au moins un prêtre ou proto-missionnaire de type caucasien, alors les Ganda devenait un peuple particulièrement stratégique dans l’entreprise missionnaire britannique en Afrique. Déjà, on note dans les pages de périodiques d’autres organisations missionnaires le désir de rattacher le lignage de leurs ouailles à une race hamitique supérieure, qui justifierait ainsi les efforts sur leur terrain : c’est le cas, par exemple, du révérend méthodiste Thornley Smith en Afrique du Sud qui dès 1849, explique en citant James Cowles Prichard que les « tribus caffres » (Kaffir tribes) chez lesquelles il séjourne sont connectées aux Égyptiens et Ethiopiens, ce que leurs caractéristiques physiques comme intellectuelles confirment selon lui :

It would seem, then, from all the evidence that can be adduced on the subject, that the Kaffir tribes are connected with that great branch of the human family, which, from the earliest ages, has inhabited the principle part of the continent of Africa, and to which the general term ‘Negro’ (niger, ‘black’) has been applied, to denote the prevailing colour of the skin. The ancient Egyptians and the Ethiopians were branches of this stock, and the modern Copts are descendants from it. We learn from the book of Genesis that the sons of Ham were Cush and Mizraim, and Phut and Canaan; and by the LXX. Cush (the name of the country) is rendered ‘Ethiopia’ and Mizraim ‘Egypt’ (see Isai.xi.11); so that the original inhabitants of these two countries were brethren; and from them, in all probability, have most of the African tribes originated. Both the physical character of the Kaffir, and the peculiar structure of the language which he speaks, would lead to the conclusion, that he is a descendant of this race, though, like several other branches of it, he is much superior to the common Negro type. The Negro tribes are very greatly diversified, according to the circumstances in which they have been placed, and the intercourse they have had with other nations of the earth. Some of them have so greatly degenerated, as to present but few indications of their noble origin; others retain those marks in a greater or less degree, which tell at once of their connexion with the human race. I claim for the Kaffir a place among the latter. Physically and intellectually, he is entitled to superior rank ; and were he freed from the chains of superstition, and raised from his degraded state by the influence of the Gospel, I doubt not that he would soon himself capable of the highest achievements of man17.

Les missionnaires britanniques s’évertuèrent dans les années qui suivent à retrouver les traces d’une présence blanche ancienne dans la région. Le missionnaire de la Church Missionary Society Arthur B. Fisher, qui avec sa femme recueillit de nombreux contes et légendes du Buyoro, explique ainsi dans les pages du journal de la Société royale de géographie (RGS) que Kintu, d’après les anciens de la région, serait un homme blanc :

The oldest inhabitants of the country related to me how a white man and woman many years ago landed on the right bank of Lake Albert, and settled in Bunyoro. On being questioned as to whether they referred to Sir Samuel and Lady Baker, they replied that they remembered them well, and described them to me. But, said they, these other white people arrived a long, long time ago, and founded their first dynasty. The story is that this man and his wife came down from the Nile, and caused a great sensation, the people all flocking round them, exclaiming, ‘Kintu ke ?’ (What is it ?) So they named the man Kintu.18

L’idée d’un Kintu blanc trouve sa traduction visuelle dans un ouvrage pour enfant publié en 1893 par un ancien compagnon de voyage de Henry Morton Stanley, A. J. Mounteney : Kintu et sa femme, les premiers hommes du Buganda, y sont représentés sous des traits européens :

Illustrations de Walter W. Buckley
dans le livre pour enfants de A. J. Mounteney Jephson, Stories told in an African forest by grown-up children of Africa, London, Low, 1893 : “The Story of Kintu”, p. 68-86.

L’exemple du Buganda permet de constater la malléabilité de la figure de [C]ham entre les mains des missionnaires britanniques ou français en Afrique. Elle est utilisée à des fins de promotion de l’entreprise missionnaire en métropole – en l’associant à l’idée de la malédiction que seule la rémission des péchés pourra effacer – mais également sur le terrain colonial, en convoquant cette fois-ci l’idée d’une race hamitique supérieure. La contradiction n’était pas résolue19, mais reflète bien comment la fin du XIXe siècle, en Afrique comme en Europe, fut le théâtre de multiples manipulations théologiques, scientifiques et politiques autour du mythe de [C]ham.


1. C’est une question que le projet ReLRace compte aborder dans les années à venir, notamment par le biais d’un appel à communications pour une journée d’étude.

2. Pierre Charles, « Les noirs, fils de Cham le maudit », Nouvelle Revue Théologique, 55, no. 10, 1928, p. 735.

3. Art. cit., p. 721.

4. Ibid., p. 732.

5. Pierre Charles, Dossiers de L’Action Missionnaire, Louvain : AUCAM, 1927, 14.

6. Voir sur ce sujet : Baptiste Bonnefoy, « L’héritage de Cham #1 – Les débats savants sur les origines de l’Egypte ancienne (1800-1850) ». Publié sur ReLRace – Religions, lignages et « race », le 02/11/2020, https://relrace.hypotheses.org/658.

7. « Egypt and the Holy Scriptures », Wesleyan-Methodist Magazine, December 1849, p. 1267-1270.

8. « Is the Bible true? », Rev. William Spiers, MA, FGS, FRMS, Wesleyan-Methodist Magazine, June 1892, p. 413-420.

9. William Gladstone, “On the recent corroborations of Scripture from the regions of history and natural science”, Good Words, January 1890, p. 676-685, p. 684.

10. John Hanning Speke, Journal of the Discovery of the Sources of the Nile, Edinburgh, Blackwood [1863] 1864, p. 496.

11. Voir ici Michael F. Robinson, The Lost White Tribe : Explorers, Scientists and the Theory that Changed a Continent, Oxford, OUP, 2016 : “John Speke […] had become the Johnny Appleseed of the Hamitic hypothesis in East Africa: convincing all the African royals he encountered that they were the offspring of a proto-white Abyssinian invasion centuries before”, p. 95.

12. Ibid., p. 99.

13. Père Girault, diaire de Rubaga, 13 juillet 1879 : « j’ai appris que le tombeau de Cham est près d’ici ; ce tombeau est vénéré des Noirs ; il est défendu d’y tuer quoi que ce soit. C’est un lieu de refuge pour les esclaves. D’après les Waganda, Cham, qu’ils appellent ‘Vitu’ est venu dans ce pays-ci, dans sa vieillesse : il était accompagné d’un bœuf et d’une chèvre, et il n’y avait pas encore d’herbes. Dans l’Ounyoro, Cham est appelé Ham ». Cité dans Chrétien, op. cit., p. 176.

14. Charles T. Wilson et Robert Felkin, Uganda and the Egyptian Sudan, Vol. 1, London, Sampson Low, Marston, Searle & Rivington. 196-197.

15. Le royaume du Buganda est intégré au protectorat du Buganda en 1894.

16. Christopher Wrigley, Kingship and State: The Buganda Dynasty, Cambridge, CUP, 1996, p. 111

17. “Sketches of South Africa”, Rev. Thornley Smith, Wesleyan-Methodist Magazine, February 1849, p. 167-175, p. 171.

18. A.B. Fisher, “Western Uganda”, Geographical Journal, 24, septembre 1904, p. 251.

19. Voir ici M. Robinson, op. cit., pp. 103-104.


Citer cet article : Maud Michaud, « La malédiction de Cham comme outil de propagande missionnaire. Partie 3 : La « reconversion » du mythe aux XIXe et XXe siècles. ». Publié sur ReLRace - Religions, lignages et « race », le 08/09/2021, https://relrace.hypotheses.org/1475.

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search