La malédiction de Cham comme outil de propagande missionnaire. Partie 2 : Savoirs géographiques et savoirs missionnaires.

Nous avons montré dans une notice précédente comment les organisations missionnaires, qui connurent un essor parallèle à l’expansion coloniale au XIXe siècle, tirèrent parti de l’épisode de la malédiction de Cham pour la promotion de leur entreprise en Afrique. [C]ham et ses frères Sem et Japhet furent également mobilisés dans la littérature missionnaire et religieuse afin de populariser une forme de savoir géographique s’appuyant sur la Genèse, où les descendances des trois fils de Noé peuplent les différentes parties du monde.

Ce monde se dévoilait au public européen avec l’avancée des connaissances géographiques ramenées du terrain par les explorateurs et les missionnaires chrétiens à partir de la fin du XVIIIe siècle. Les revues missionnaires, dès la première moitié du XIXe siècle, et a fortiori quand leurs colonnes commencèrent à s’orner de multiples gravures, constituèrent pour certaines sections de la population britannique et française une fenêtre sur le monde et une source inépuisable sur les contrées lointaines qui, une à une, tombaient dans l’escarcelle de la France ou du Royaume-Uni. Certains périodiques furent publiés à plusieurs dizaines de milliers d’exemplaires par mois, et furent partagés par plusieurs lecteurs dans les assembly halls britanniques ou les Sunday schools et autres salles de classe, religieuses comme laïques. Un article sur la teinture indigo en Afrique fut ainsi l’occasion pour les auteurs du périodique anglican pour enfants The Juvenile Instructor de disserter sur la « tache sombre » (dark stain) qui « couvre » toute la race d’Adam, et, plus précisément dans cet article, les Africains :

The process of dyeing will lead us to think of that dark stain of sin which has covered all the race of Adam – “For all have sinned, and come short of the glory of God”.

‘How sad our state of nature is!

Our sin, how deep its stains!

And Satan binds our captive minds

Fast in his slavish chains.’

Sad indeed would be the condition of sinful man, but for the abounding mercy of God, who has provided a means of cleansing, – even Christ’s most precious blood.1

De nombreuses organisations publiaient leurs propres atlas, en faisant appel à des sociétés de cartographie renommées et en reprenant des illustrations de récits d’exploration et de traités de géographie : à partir des années 1860, par exemple, la Church Missionary Society publie son atlas en couleur, en pas moins de 8 éditions jusqu’en 1896. Ces atlas permettent aux publics de prendre conscience du caractère global de l’entreprise missionnaire. Des planisphères sont parfois disponibles : J.-M. Vasquez explique ainsi que le planisphère de l’Œuvre de la propagation de la foi de 1882 permet de « rendre compte de l’étendue exacte du catholicisme sur la terre en le comparant aux croyances les plus répandues : la tâche de couleur qui identifie les pays catholiques paraît restreinte. […] Mais en rajoutant les missions, le catholicisme figure finalement sur tous les continents : il sort de son aire traditionnelle, et gagne véritablement son caractère de religion universelle »2. En faisant parfois figurer les missions d’autres dénominations, les cartes, atlas et planisphères « met[tent] en scène la concurrence entre les différentes missions chrétiennes […], [et permettent] de visualiser le rapport de forces entre les différentes missions en concurrence »3.

Les atlas missionnaires qui étaient publiés et mis à jour régulièrement par des sociétés comme la Church Missionary Society n’hésitaient pas à proposer une lecture et une projection du monde qui reprenait le mythe du peuplement de la Terre par les trois fils de Noé et leurs familles, comme cette carte de 1833 publiée en couleur, une fois n’est pas coutume, dans le populaire mensuel pour enfants Youth’s Magazine. Elle est encadrée par les généalogies de [C]ham, Sem et Japeth, et légendée comme suit :

We purpose, during this and succeeding volume, presenting our readers with a series of Scripture Maps. Observe that the situation in which Noah and his children were placed was very central, and there was ample scope, as their descendents [sic] multiplied, to extend their settlements on every side. The map depicts Europe, Asia, and north Africa, and relates these areas to the descendents [sic] of Ham, Shem, and Japheth.4

Un autre exemple, américain cette fois-ci, fut intégré dans l’un des premiers grands atlas encyclopédiques, celui du célèbre cartographe Thomas G. Bradbrod :

The Countries of the Ancient World Exhibiting the Probable Settlement of the Descendants of Noah
T.G. Bradford, Comprehensive Atlas …, 1835, p. 179.

Les missionnaires français ne furent pas en reste dans cette diffusion d’une géographie des Écritures saintes, comme l’abbé Lucien Vigneron, ancien missionnaire en Chine et au Canada, qui publia en 1893 et en 1894 deux ouvrages populaires, dont le premier, Sang noir (1893), est un roman récompensé par le concours international antiesclavagiste, préfacé par le dramaturge Henri de Bronier qui le décrit comme un roman « dont la pensée dominante est la réhabilitation de la race noire »5. L’ouvrage intitulé Sem, Cham et Japhet [1894] prend quant à lui la forme d’un récit de voyage, voire de guide touristique, parfois dans des contrées que le missionnaire n’a jamais visitées. La troisième partie s’ouvre sur une citation d’Edgar Quinet :

L’Afrique est la patrie maudite de Cham, » disait Edgar Quinet, et, de son temps, on ne s’en souciait guère. Si le célèbre publiciste vivait encore, que dirait-il en voyant aujourd’hui tout le monde s’en occuper ? C’est une fièvre. Il y a une maladie de ce nom qui saisit violemment l’Européen dans les forêts d’Afrique en lui infligeant toutes les tortures de l’enfer ; il y a aujourd’hui une autre fièvre d’Afrique : c’est la préoccupation universelle et constante des esprits au sujet du fameux continent noir, du continent mystérieux. On veut que ce siècle, avant d’expirer, déchire le voile qui nous cachait le mystère ; il l’a déjà déchiré.6

Ce type de littérature possède une triple fonction : diffuser un savoir géographique vulgarisé, savoir illustré de gravures tirées elles-mêmes des ouvrages d’exploration dont elle s’inspire et se nourrit ; promouvoir l’entreprise missionnaire afin de soulever des fonds et susciter des vocations ; dans le cas de l’abbé Vigneron, c’est également l’occasion de mettre en avant ses convictions colonialistes, en encourageant l’arrivée d’Européens en Afrique, ou du moins en encourageant, à la manière de David Livingstone quarante ans avant lui, de commercer avec ce continent : « Eh bien, l’esclavage ne sera supprimé que lorsque l’Afrique sera sillonnée de blancs, de commerçants et de missionnaires qui répandront autour d’eux la civilisation et les idées pacifiques »7.


1. The Church Missionary Juvenile Instructor, July 1865, p. 106-108.

2. Jean-Michel Vasquez, La cartographie missionnaire en Afrique : science, religion et conquête (1870-1930), Paris, Karthala, 2011, p. 318.

3. Wendy N’guia Kahma, « Cartographie missionnaire et savoirs vernaculaires au Lesotho au XIXe siècle », CFC, 210, décembre 2011, pp. 149-161, pp. 151-152.

4. Youth’s Magazine; or Evangelical Miscellany, September 1833, pp. 312-313.

5. Abbé Lucien Vigneron, Sang Noir : Scènes de la vie esclavagiste dans l’Afrique équatoriale, Paris, H. Gautier, 1893.

6. Abbé Lucien Vigneron, Sem, Cham et Japhet : Voyage dans trois parties du monde, Tours, A. Mame et fils, 1894 [puis réédité en 1897], p. 201.

7. Op. cit., p. 236.


Citer cet article : Maud Michaud, « La malédiction de Cham comme outil de propagande missionnaire. Partie 2 : Savoirs géographiques et savoirs missionnaires. ». Publié sur ReLRace - Religions, lignages et « race », le 21/07/2021, https://relrace.hypotheses.org/1462.

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search