L’invention de la race blanche. Partie 1 : La marque de Caïn.

Les textes sacrés ont joué et jouent un rôle déterminant dans la production et la naturalisation des différences. Les exemples les plus connus sont ceux de la malédiction de [C]ham (Gn. 9) et de la marque de Caïn (Gn. 4), qui permirent – entre autres choses – de justifier l’esclavage des populations noires. Par rapport à l’épisode de Cham, celui de Caïn avait l’intérêt de reposer sur l’expression divine d’un signe distinctif, Caïn étant touché physiquement par la malédiction : « Et l’Éternel mit un signe sur Caïn pour que quiconque le trouverait ne le tuât point. » (Genèse 4:15). Cinq siècles durant, depuis la Chronique de Guinée de l’historien portugais Gomes Eanes de Zurara (1452) jusqu’aux Studies on Slavery du planteur louisianais John Fletcher (1852), l’esclavage des Africains fut en partie justifié par ce verset de la Genèse1. La noirceur de leur peau était le signe héréditaire placé par Dieu sur le fratricide, volontiers confondu ou associé à la malédiction de Cham.

Cain et Abel, gravure de Letterio Calapai, 1946
Art Institute Chicago

Il existe pourtant d’autres interprétations du récit de Caïn, moins connues, et issues des mondes chrétiens africains et afro-américains. En inversant le stigmate, ces interprétations associent la peau blanche au signe de Caïn. Dans un article récent du Journal of Biblical Literature, Nyasha Junior s’est penchée sur les versions afro-américaines de la malédiction de Caïn au XIXe et au XXe siècles2. Du baron de Vastey au panafricaniste Marcus Garvey, de l’abolitionniste David Walker à l’écrivain James Baldwin, elle exhume une longue tradition exégétique, intellectuelle et politique qui fait de Caïn le père de la race blanche, dont la nature violente est la conséquence du meurtre d’Abel3. Aussi Marcus Garvey écrivait-il en 1937 : « The white man is Cain transformed, hence his career of murder from Cain to Mussolini.4 »

Nyasha Junior montre également l’assise sociale de ces discours, dont témoignent la circulation aux Etats-Unis de nombreuses versions folkloriques d’un Caïn noir devenu blanc de peur après le meurtre de son frère. Ces versions étaient régulièrement parodiées dans la presse américaine, comme dans le Free Press, un journal de Caroline du Nord, dès 1828 : « Cane now git friten an he turn wite; and dis is de way de fus wite man cum pon dis arth » [pour Caïn now get frightened and he turn white ; and this is the way the first white man come upon this earth]5.

On trouve une version similaire dans le folklore sierraléonais du XIXe siècle, volontiers tournée en ridicule par les missionnaires britanniques, comme l’anglican Francis John Harrison Rankin en 1834 ou le méthodiste William Fox en 18516. En 1861, le prêtre génois Francesco Borghero, missionnaire de la Société des missions africaines, décrivit cette scène dont il avait été témoin à Freetown :

« Malgré mon dessein de ne point parler de controverse, je ne puis vous priver d’entendre un prédicant de race noire, et à Free-Town le plus grand nombre des ministres est de cette couleur. Ce révérend Wesléien7, dans les environs de Pâques, entreprit d’expliquer en chaire l’origine de la race blanche et de la race noire, et de donner la raison de leur différence. Voici la solution du problème. Comme c’est la Bible qui décide de tout, ce révérend pasteur trouva qu’Adam et ses enfants étaient noirs, et quand Dieu mit sur la face de Caïn un signe pour le distinguer, ce signe fut de le rendre blanc ; les enfants de Caïn héritèrent de cette flétrissure, et de là vient la race blanche. La chose fit assez de bruit pour que les journaux eussent à s’en mêler. »8

Zion Wesleyan Church, la première église méthodiste de Freetown
Photographie de W. S. Johnston & Sons, vers 1900-1910
Dans C. Marke, Origin of Wesleyan Methodism in Sierra Leone, 1913, p. 15

En effet, ce même épisode fut raconté en 1863 dans Savage Africa par l’explorateur britannique William Winwood Reade, singeant l’accent anglais du révérend sierraléonais : « Den Cain turn white all ober with fear – dat de first white man, breddren.9 » Le récit fut repris l’année suivante dans un hebdomadaire conservateur de Londres, The Spectator, et immédiatement relayé par la presse américaine10. Le récit y fut peu à peu amplifié et transposé aux communautés religieuses afro-américaine. En 1873, il était attribué à un pasteur noir d’une église rurale de Louisiane, à Courtableau, le bayou immortalisé par le poème Evangeline de Henry W. Longfellow (1847)11. Une version fut également rapportée au Maryland en 1899, puis au Mississippi en 192612.

Il est difficile de ne pas faire le lien entre, d’une part, ces usages savants et populaires d’un Caïn blanc, et d’autre part une tradition littéraire plus ancienne sur le palissement ou le blêmissement de Caïn. Agrippa d’Aubigné écrivait en 1616 dans Les tragiques : « Caïn grinça les dents, paslit espouvantable.13 » En 1640, le poète vénitien Gian Francesco Loredano publiait dans l’Adamo : « Caïn, luy dit Dieu, d’où vient ce chagrin qui te dévore ? Que signifie cette couleur pâle de ton visage ?14 » (p. 176). En 1733, le pasteur Jean de Labrune s’appuyait sur Loredano pour associer la figure de Caïn aux Juifs :

« Ce signe, qui distingue les Juifs des autres Hommes, seroit donc leur pâleur, dit Aristarque. C’est cela même, répondit Théotime, c’est ce qu’on voulut insinuer les Pères. Dès que Caïn eut conçu le dessein de tuer son frère, il devint tout pâle : les Juifs par conséquent doivent être pâles, puisque Caïn a été leur figure […] Je conçois très bien, dit Aristarque, que […] cette rage le défigura, l’abattit & le fit devenir blême, car c’est l’effet ordinaire que produit cette fureur. Je conçois fort bien encore, qu’il pâlit de frayeur toute sa vie.15 »

En 1758, le poète suisse Salomon Gessner écrivait dans La mort d’Abel qu’après avoir tué son frère, Caïn « recula en arrière, le visage défiguré par une pâleur mortelle »16. On retrouvait la même idée en 1765 dans l’Encyclopédie, sous la plume du chevalier de Jaucourt. Dans l’article « Le sacrifice d’Abel », il écrivait qu’à la vue de son crime, « Caïn épouvanté étoit d’une pâleur mortelle »17. Et Lord Byron d’ajouter en 1822 dans le poème Caïn : « Why so pale ? […] What means this paleness ?18 »

Caïn, huile sur toile de Fernand Cormon, 1880
Musée d’Orsay

Il est peu probable que cette tradition littéraire ait influencée les récits sur l’invention de la race blanche par la malédiction de Caïn tels qu’ils ont circulé au Sierra Léone et aux Etats-Unis aux XIXe et XXe siècles. Elle témoigne toutefois de la force persuasive de ces récits, qui revêtaient trois fonctions principales : inverser le stigmate associant Caïn aux populations noires, invoquer la violence inhérente à la race blanche et révéler l’origine noire de l’humanité. Ce dernier point fut peu à peu conforté, à partir de la seconde moitié du XIXe siècle, par l’influence croissante du darwinisme. Dès 1863, Thomas Henry Huxley, grand défenseur de la théorie de l’évolution, déclarait ainsi :

« Suppose that by a variation of the black race it had produced the white man at any time – you know that the Negroes are said to believe this to have been the case, and to imagine that Cain was the first white man, and that we are his descendants – suppose that this had ever happened, and that the first residence of this human being was on the West Coast of Africa.19 »

C’est précisément cette question de l’origine noire de l’humanité qui permet à Nyasha Junior d’analyser à nouveaux frais les discours afro-américains sur l’origine caïnite de la race blanche. Dans la conclusion de son article, elle dénonce une historiographie qui a trop souvent réduit ces discours à une simple réaction face à des théologies « blanches » stigmatisantes. Elle invite ainsi à penser ces discours comme le résultat possible d’un syncrétisme complexe qui mêle les références bibliques et les cosmogonies africaines. Or ces-dernières n’ont pas attendu l’arrivée des missionnaires européens pour affirmer une origine noire de l’humanité.


1. S. R. Haynes, Noah’s curse : The biblical justification of American slavery, Oxford, Oxford University Press, 2002, p. 48 et 99. David M. Goldenberg fait remonter à des apocryphes arméniens du Ve ou du VIe siècle la première représentation d’un Caïn au « visage noir », dans Black and slave : The origins and history of the curse of Ham, Berlin, Boston, De Gruyter, 2017, p. 40.

2. N. Junior, « The mark of Cain and white violence », Journal of Biblical Literature, Vol. 139, No. 4, 2020, p. 661-673.

3. « J’ai de forte raison de croire que les blancs sont réellement de la race de Caïn, car je retrouve en eux cette haine primitive, cet esprit d’envie et d’orgueil, cette passion des richesses dont parle l’écriture », dans Baron de Vastey, Le système colonial dévoilé, Cap-Haïtien, P. Roux, 1814, p. 31-32 ; « Now, I ask those avaricious and ignorant wretches, who act more like the seed of Cain, by murdering, the whites or the blacks ? », dans David Walker, An appeal to the colored citizens of the world, Boston, 1829, p. 61. Cités dans N. Junior, art. cité, p. 671.

4. Colin Kidd, The forging of races : Race and scripture in the protestant Atlantic world, 1600–2000, Cambridge, Cambridge University Press, 2006, p. 35.

5. « Extract from Sambo’s Sermon », Free Press [Tarborough, Caroline du Nord], 28 mars 1828, p. 4, cité dans N. Junior, art. cité, p. 664-665.

6. Francis John Harrison Rankin, The white man’s grave : A visit to Sierra Leone, in 1834, Londres, Bentley, 1836, Vol. 1, p. 50–51 ; William Fox, A brief history of the wesleyan missions on the West Coast of Africa, Londres, Aylott & Jones, 1851, p. 12. Cités dans N. Junior, art. cité, p. 673.

7. L’adjectif « wesleyen » se réfère ici à l’Eglise méthodiste wesleyenne, qui fut le mouvement méthodiste majoritaire au XIXe siècle. Le méthodisme est un courant initié au XVIIIe siècle par John Wesley au sein de l’Eglise d’Angleterre et constituée en une église indépendante en 1784. Il est introduit au Sierra Leone dès 1792 par d’anciens vétérans loyalistes noirs de la guerre d’Indépendance américaine ayant fui la Nouvelle-Écosse après les grands lynchages de 1784. Vers 1860, Freetown comptait environ 6.000 méthodistes, soit à peu près un tiers de la population totale de la ville. Voir à ce sujet : Charles Marke, Origin of Wesleyan Methodism in Sierra Leone and history of its missions, Londres, Charles H. Kelly, 1913 ; James W. St. G. Walker, The Black Loyalists: The Search for a Promised Land in Nova Scotia and Sierra Leone, 1783-1870, Toronto, University of Toronto Press, 2017.

8. « Lettre de M. Borghero, Supérieur de la mission du Dahomey, à M. Planque, Supérieur du Séminaire des Missions-Africaines », Annales de la propagation de la foi, Vol. 33, 1860, p. 388.

9. William Winwood Reade, « Origin of the White man », dans Savage Africa, Londres, Smith, Elder and co, 1863, p. 24-25. Le texte de Reade a été traduit en français en 1888 par l’anticlérical Julien Vinson : « Caïn li tremblé, li pèr, li vini tout blanc. Ça même premier blanc, mes frères », dans J. Vinson, Les religions actuelles, leurs doctrines, leur évolution, leur histoire, Paris, A. Delahaye et E. Lecrosnier, 1888, p. 40.

10. On le retrouve dès le mois d’août 1864 dans The Palmetto herald, un journal de Caroline du Sud.

11. « Origin of the white race », The Opelousas journal (Opelousas, Louisiane), Vol. 6, No. 30, 26 juillet 1873, p. 2 (Chronicling America).

12. N. Junior, art. cité, p. 664.

13. Théodore Agrippa d’Aubigné, Les tragiques, Au Dezert, 1616, p. 229.

14. Gian Francesco Loredano, L’Adamo, Venise, appresso Grisei, 1640, traduit en anglais en 1659 (Londres, printed for Humphrey Moseley) et en français en 1695 (Paris, E. Couterot).

15. Jean de Labrune, Entretiens historiques et critiques de Philarque et Polydore, Amsterdam, aux dépens de la Compagnie, 1733, p. 27-29.

16. Salomon Gessner, Der Tod Abels, Zurich, 1758, traduit en français en 1760 (Paris, Hardy).

17. Chevalier de Jaucourt, « Sacrifice d’Abel », Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, Paris, Chez Samuel Faulche, 1765, Vol. XIV, p. 480.

18. Lord Byron, Caïn. A mistery, Londres, H. Price, 1822, p. 38.

19. Thomas Henry Huxley, On Our Knowledge of the Causes of the Phenomena of Organic Nature, Londres, Robert Hardwicke, 1863, p. 129.


Citer cet article : Baptiste Bonnefoy, « L’invention de la race blanche. Partie 1 : La marque de Caïn. ». Publié sur ReLRace - Religions, lignages et « race », le 19/04/2021, https://relrace.hypotheses.org/1179.

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search