William Saunders Crowdy (1847-1908)

Dans un ouvrage récent, Jacob S. Dorman a montré que la plupart des communautés de Black Hebrews créées sur la côte Est des Etats-Unis pendant l’entre-deux-guerres étaient les héritières directes de la Church of God and Saints of Christ, créée en 1897 par le prophète afro-américain William S. Crowdy1. Ce-dernier apparaît alors comme le maillon manquant entre les théologies afro-américaines du XIXe siècle et les Black Israelites des années 1920 et 1930. C’est la raison pour laquelle nous consacrons cette notice à son parcours mouvementé2.

Portrait de William S. Crowdy
The Salt Lake herald, 27 oct. 1907 / Chronicling America

William Saunders Crowdy est né en 1847 sur une plantation du Maryland où il travailla comme esclave jusqu’à ses 17 ans3. Le Maryland avait rejoint l’Union au commencement de la guerre civile américaine et avait ainsi obtenu d’être exclu de la proclamation d’émancipation de 1862. Pourtant, dès 1863, de nombreux esclaves abandonnèrent les plantations et rejoignirent l’armée de l’Union. Parmi eux figurait le jeune Crowdy, qui s’enrôla en décembre dans le 19e Régiment d’Infanterie, l’un des six régiments de couleur formé au Maryland pendant la guerre civile4. En 1867, le régiment fut réformé et Crowdy se réengagea pour cinq ans. Il devint alors sergent-cuisinier dans le 9e régiment de cavalerie, l’un des premiers régiments ségrégués de l’armée en temps de paix5. Ces cavaliers de couleur, surnommés buffalo soldiers, participèrent aux guerres indiennes du Texas contre les Apaches et les Comanches.

Démobilisé en 1872, Crowdy continua d’exercer comme cuisinier, désormais pour l’Atchison, Topeka and Santa Fe Railway. Pendant plus de vingt ans, il travailla principalement pour cette grande compagnie ferroviaire, dans le Colorado, le Missouri, l’Iowa et de nouveau le Missouri. Pendant ce temps, il épousa Lovey J. Higgins, une jeune veuve afro-américaine, avec qui il eut deux fils, Isaac (1883) et August (1885). Le 2 décembre 1889, la famille prit part à la Harrison’s Hoss Race, une ruée vers les terres du pays d’Oklahoma, cédées aux Etats-Unis par les Creeks et les Séminoles à la fin de la guerre civile, et ouvertes à la colonisation depuis le 22 avril6. Cette année-là, des milliers de colons arrivèrent à Guthrie, capitale d’Oklahoma, attirés par les 800.000 ha de terres disponibles. Parmi eux se trouvaient nombre d’anciens esclaves en quête de terres et de liberté7. Là-bas, Crowdy bénéficia du Homestead Act de 1862, qui permettait aux colons de l’Ouest américain de revendiquer la propriété d’une terre qu’ils occupaient depuis plus de cinq ans, dans la limite de 160 acres (65 ha). C’est ainsi qu’en 1897, Crowdy devint propriétaire d’un terrain de 160 acres situé à une vingtaine de kilomètres au sud-est de Guthrie8.

Le parcours de W. S. Crowdy, du Maryland à Newark en passant par les Grandes Plaines (1847-1908)
Elaboration personnelle

Charismatique et fort de son passé de vétéran, Crowdy s’imposa rapidement comme un notable au sein de la communauté noire de Guthrie. Peu après son arrivée il fut nommé capitaine dans la 1ère compagnie de couleur du 1er régiment de milice (Oklahoma National Guards)9. En tant que capitaine, il se mit à organiser régulièrement des réunions politiques pour les électeurs noirs au sein de l’église baptiste d’East Guthrie, dont il était le diacre, ou dans son restaurant, le Turf Exchange10. Il devint également chef adjoint des pompiers de Guthrie en 189511. Enfin, en 1897, il coorganisa avec le docteur B. Garrett la section locale de l’Ex-Slave Pension Association, un mouvement apparu un an plus tôt au Kansas et qui réclamait une compensation financière pour les anciens esclaves12. Cette politisation de Crowdy permet de comprendre son rapprochement avec la Church of the Living God C.F.W., créée en 1889 dans l’Arkansas par William Christian, et qui comptait déjà quatre communautés dans l’Oklahoma au début du XXe siècle13.

« Crowdy studied the Bible while a trooper and became a preacher »
St. Louis Post-Dispatch, 3 juil. 1898 / newspapers.com

Crowdy fut ordonné pasteur de la Church of the Living God le 17 août 189714. Trois mois plus tard, le 22 novembre 189715, il prétendait avoir reçu une révélation divine :

I, William S. Crowdy, am a prophet of God sent to the whole world. But it seemed very hard for me to understand that I must talk to the general world at first. When afterwards I heard a voice speaking unto me saying: As he had so said to Ezekiel, Son of man, I send thee to the children of Israel, and to all nations of the earth that hath rebelled against me: They and their fathers have transgressed against me, even unto this very day, for they are imprudent children and stiff-hearted. I do send thee unto them and thou shalt say unto them, thus saith the Lord God, not Elder Crowdy or any other man or minister, but thus saith the Lord God who is supreme above all and in all, whether they will hear or whether they forbear, yet shall they know there hath been a prophet among them.16

Selon Crowdy, Dieu lui confia les sept clés de son église. La première clé est le nom de l’église : la Church of God and Saints of Christ. La seconde est l’interdiction du vin. La troisième impose le pain et l’eau pour l’eucharistie. La quatrième impose le lavement de pieds entre les membres. La cinquième est la prière du disciple, qui est le Notre Père. La sixième est la salutation par le saint baiser (holy kiss) et la septième est le respect des dix commandements et du jour du sabbat.

« Feet Washing », « Bishop W. S. Crowdy » et « The Holly Kiss »
St. Louis Post-Dispatch, 3 juil. 1898 / newspapers.com

On ne peut qu’être surpris par la parenté des doctrines de William Christian et William Crowdy. Dans leurs deux textes fondateurs, publiés à six ans d’intervalle (en 1896 et 1902), on retrouve les mêmes principes, les mêmes références bibliques et les mêmes symboles maçonniques. Comme Christian, Crowdy dresse une généalogie directe entre les anciens hébreux et les Afro-Américains, descendants des tribus perdues d’Israël. Du point de vue théologique, Crowdy ne fait guère plus que se substituer à Christian comme interprète de la parole divine. Crowdy ajoute toutefois l’observance de Pessa’h, en lien avec l’Exode d’Israël hors d’Egypte, passage biblique des plus évocateurs pour les Afro-Américains.

Crowdy abandonna sa famille à Guthrie et prit le train pour le Kansas. Il prêcha à El Dorado, Emporia, Topeka et Lawrence, où il réunit ses premières communautés de fidèles. La méthode est toujours la même. Il commence par prêcher au coin des rues (c’est la figure du street corner orator), puis les premières conversions lui ouvrent les portes des églises afro-américaines de la ville. Enfin, il organise de grands campements de dix jours dans les bois (camp meeting), près d’une rivière, dans laquelle il baptise des centaines de personnes. La presse de l’époque ne cesse de s’étonner de la mixité sociale et « raciale » de ces premières communautés17. C’est d’ailleurs un riche épicier blanc d’Emporia, James M. Groves, qui devint le premier prêtre, puis le premier évêque nommé par Crowdy18.

« The Holly Kiss »
The Evening Herald (Syracuse, NY), 26 juil. 1903 / Old Fulton New York Post Cards.

En juin 1898, Crowdy organisa à Emporia la première assemblée générale de son église19. Là-bas, une femme l’invita à prêcher dans le comté d’Oneida (New York), où se trouve une grande communauté d’adventistes du septième jour, qui eux aussi respectent le sabbat20. Crowdy arriva dans l’Etat de New-York en 1899, et fonda des communautés à Oneida, Kirkville, Rome21. C’est avec encore plus de succès qu’il fonde une communauté à Philadelphie en 1900, puis à Newark en 190222. A cette date, la presse compare systématiquement Crowdy à Alexander Dowie, cet autre Elijah qui a fondé en 1901 la ville de Zion, dans l’Illinois23. Le « Negro Dowie » contrôle en effet une vaste communauté religieuse à travers le pays, et surtout un vaste réseau de petits commerces (cafés, épiceries, salons de coiffure, magasins généraux) et de propriétés foncières dont les bénéfices commencent à éveiller les soupçons. Par ailleurs, les communautés se font remarquer en ville par une certaine exubérance. En septembre 1906, les membres de l’église de Washington faisaient ainsi leur défilé annuel vêtus de tricornes noirs et armés d’épées24. Cette année-là, l’église comptait 48 communautés et 1 823 membres, afro-américains pour la plupart, et répartis dans une dizaine d’Etats25.

William S. Crowdy est mort en 1908 sans jamais parvenir à créer l’église biraciale qu’il appelait de ses vœux et qu’il avait commencé à former au Kansas. Le contexte politique et social de la côte Est, où les discriminations raciales étaient beaucoup plus importantes, explique sans doute ce glissement doctrinaire, depuis l’universalisme religieux vers une conception racialisée de l’élection en religion. Et c’est justement cette idée-là qui le démarque le plus des théologies afro-américaines du XIXe siècle et qui marqua profondément les nombreuses communautés de Black Hebrews qui se sont développées après la Première Guerre mondiale dans les grandes métropoles de la côte est des Etats-Unis.


1. J. S. Dorman, Chosen people : the rise of American Black Israelite religions, New York, Oxford University Press, 2013, p. 91.

2. Sur la vie de William S. Crowdy, voir B. C. Walker, Life and Works of William Saunders Crowdy, Philadelphie, Elfreth J. P. Walker, 1955 ; Elly M. Wynia, The Church of God and Saints of Christ: The Rise of Black Jews, New York-Londres, Garland Publishing Inc., 1994 ; Jacob S. Dorman, op. cit.

3. Elly M. Wynia, The Church of God and Saints of Christ: The Rise of Black Jews, New York-Londres, Garland Publishing Inc., 1994, p. 19.

4. L. A. Wilmer, J. H. Jarrett, G. W. F. Vernon, History and Roster of Maryland Volunteers, War of 1861-6, Vol. 2, Baltimore, Guggenheimer, Weil & Co., 1899, p. 206-232.

5. NARA, T289, Organization Index to Pension Files of Veterans Who Served Between 1861 and 1900, Pension de la veuve du veteran William S. Crowdy, 4 septembre 1924 ; T318, Index to Indian Wars Pension Files, 1892-1926, Pension de Lovey J. Crowdy, veuve du veteran William S. Crowdy, 4 septembre 1924.

6. La famille Crowdy occupe immédiatement six lots à East Guthrie. Logan County Courthouse (Guthrie, Okla), Territorial records, Roll 26, No. 1091-1093 (1892), 1094 (1893) et Roll 27, No. 1097 (1892).

7. A ce sujet, voir : D. Littlefield, L. Underhill, L., « Black dreams and “free” homes: The Oklahoma Territory, 1891-1894 », Phylon, Vol. 34, No. 4, 1973, p. 342-357.

8. Bureau of Land Management, General Land Office Records, No. OK0060, Oklahoma Volume Patent, Doc. 1555, William S. Crowdy, 22 novembre 1897.

9. Oklahoma State Capital (Guthrie, Okla), 23 août 1890, p. 5 (newspapers.com) ; The Oklahoma Guide (Guthrie, Okla.), Vol. 16, No. 32, 10 janvier 1907, p. 2 (The Gateway to Oklahoma History).

10. Oklahoma Weekly Capital (Guthrie, Oklahoma), 19 avril 1890, p. 8 ; Guthrie Democrat (Guthrie, Okla), 27 oct. 1890, p. 2 (newspapers.com).

11. The Guthrie Daily Leader, Vol. 6, No. 15, 22 juin 1895, p. 4 (The Gateway to Oklahoma History).

12. The Daily Oklahoma State Capital, Vol. 9, No. 89, 12 février 1897, p. 3 (The Gateway to Oklahoma History).

13. U.S. Department of Commerce, Religious Bodies 1906, Washington, U.S. Government Printing Office, 1910, p. 96, 208-209.

14. Lincoln County Courthouse (Chandler, Oklahoma), Miscellaneous records, Book 1, Certification of ordination of William S. Crowdy, p. 410.

15. “Weird Religion”, The Broad ax (Salt Lake City, Utah), Vol. 3, No. 50, 6 août 1898, p. 4 (Chronicling America).

16. W. Christian, Poor pilgrim’s work in the name of the Father, Son and Holy Ghost, on Christian friendship works, No. 3, Texarkana, Ark., Joe Erlich’s Print., [1896] ; W. S., Crowdy, The revelation of God revealed, set forth by Bishop W.S. Crowdy, Philadelphie, Church of God Publication House, 1902, p. 7.

17. El Dorado Daily Republican (El Dorado, Kansas), 13 janvier 1898, p. 4 ; The Kansas City time (Kansas City, Mo), 22 février 1898, p. 5 ; The Wichita Beacon (Wichita, Kansas), 28 février 1898, p. 8 (newspapers.com).

18. NARA, M1085, Investigative Case Files of the Bureau of Investigation 1908-1922, Roll 836, Case 381814, Lettre du 22 janvier 1920, p. 2.

19. The Kansas City time (Kansas City, Mo), 26 juin 1898, p. 1 (newspapers.com).

20. Elly M. Wynia, The Church of God and Saints of Christ: The Rise of Black Jews, New York-Londres, Garland Publishing Inc., 1994, p. 30.

21. The Post Standard (Syracuse, NY), 1er mars 1899, p. 11 ; The Evening Herald (Syracuse, NY), 11 août 1900, p. 8 (Old Fulton New York Post Cards).

22. The Philadelphia Inquirer (Philadelphie, Penn.), 31 mars 1901, p. 8 (Old Fulton New York Post Cards).

23. Voir par exemple The Guthrie Daily Leader (Guthrie, Okla.), Vol. 27, No. 117, 7 juillet 1906, p. 6 (The Gateway to Oklahoma History).

24. Evening Star (Washington, DC), 7 septembre 1906, p. 13 (newspapers.com).

25. T. F. Murphy (dir.), “Bulletin No. 32, Church of God and Saints of Christ”, in Census of Religious Bodies 1936, Washington, U.S. Government Printing Office, 1940.


Citer cet article : Baptiste Bonnefoy, "William Saunders Crowdy (1847-1908)", Publié sur ReLRace - Religions, lignages et « race » le 29/03/2021, consulté le 25/06/2022, https://relrace.hypotheses.org/1159.

Vous aimerez aussi...