James Morris Webb (1873-1955). Partie 2 : Le prophète de Seattle.

Rev. James M. Webb en 19065

En 1900, James Morris Webb fut ordonné pasteur à Nashville. Il allait avoir vingt-sept ans. Il fut d’abord envoyé à Texarkana, au sud de l’Arkansas, où il seconda l’un des fondateurs de la Church of the Living God, l’évêque King C. Adams. Rattaché au temple de Memphis, il fut envoyé en mission dès septembre 1901 à Great Falls, dans le Montana, où il devait fonder une nouvelle communauté. Il s’y installa avec sa femme, qu’il avait épousée en 1897, accepta un emploi de barbier et parvint à prêcher ponctuellement dans le temple local de l’A.M.E. Church, grâce à une lettre de recommandation de l’évêque Turner1. L’expérience de Great Falls fut un échec, et le jeune évangéliste fut bientôt chargé de renouveler l’expérience à Seattle.

Webb s’installa à Seattle à l’automne 1903. Il loua un appartement sur Jackson Street, se mit à prêcher dans le quartier et forma en quelques semaines la première communauté de la Church of the Living God sur la côte pacifique. Pour se faire connaître, il donna un sermon retentissant le jour de Noël : Jesus, Solomon and the queen of Sheba were negroes by blood. Il prétendait pouvoir démontrer que Jésus était noir et mettait au défi quiconque penserait le contraire2.

Les origines noires de Jésus Christ selon le pasteur Webb
Elaboration personnelle

Toute la presse locale relaya l’évènement. Le défi fut relevé par un pasteur presbytérien blanc, Wilfred M. Kellogg, et un débat fut organisé en grande pompe dans le grand hall d’un théâtre du centre-ville, le Ranke building :

At Ranke Hall, January 28, Elder J.M. Webb, of the Church of God, will endeavor to prove from the Bible that Jesus Christ was a black man. Rev. Kellogg took issue with him, and then this debate was arranged. Smith’s Monumental orchestra will play sacred selections between speeches.3

Ranke building4

Les arguments mobilisés par le pasteur Webb, qui ne faisait que reprendre les thèses de William Christian, attirèrent l’attention de nombreux titres de presse à l’échelle nationale, parmi lesquels The broad ax, le célèbre journal afro-américain de Chicago6. Fort de ce succès, Webb décida au printemps d’organiser de juin à décembre une tournée de conférences à travers le pays7. A partir de cette date, il devint un prophète-conférencier professionnel et enchaîna les tournées jusqu’au début des années 1950. A l’image de la Church of the Living God, et à la différence des Black Hebrews, Webb ne fut jamais en rupture avec les églises afro-américaines historiques, et c’est principalement dans des temples méthodistes, baptistes ou presbytériens qu’il donnait ses conférences. La tournée de 1904 connut des difficultés à ses débuts mais la conférence qu’il donna à l’église baptiste Ebenezer de Chicago fut un véritable triomphe, bientôt relayé dans des centaines de journaux de tout le pays8.

La première tournée de James M. Webb (juin-décembre 1904)
Elaboration personnelle

Les premières années de Webb à Seattle furent difficiles, malgré les progrès de sa congrégation, qui finança en 1907 la construction d’un nouveau temple. Il dut même reprendre quelques temps son activité de barbier. Mais en 1910, après la publication d’un opuscule intitulé The black man the father of civilization proven from biblical history (Seattle, Acme press, 1910, 49 p.)9, Webb devint une véritable célébrité dans les milieux religieux afro-américains et enchaîna les tournées nationales. The broad ax le désignait alors comme « l’un des théologiens les plus célèbres de la côte pacifique »10. Lors de séances payantes, équipé d’une picture machine, il projetait sur une toile une série d’images représentant un Moïse noir, un Salomon noir, un Jésus noir ou encore des Noirs œuvrant à la construction du Temple de Salomon. A l’issue de ces séances, il vendait les mêmes images en petit format11. Pendant cette étape de succès, il s’éloigna peu à peu de la Church of the Living God et s’engagea de plus en plus dans la politique locale, d’abord pour le Parti de la prohibition, puis pour le Parti républicain12. Parti vivre à Chicago en 1914, d’où il pouvait rayonner plus facilement, sa bonne fortune l’accompagna quelques années encore.

Annonce publiée dans la presse par James M. Webb
The Appeal (St. Paul, Minn.), 17 septembre 1904

A partir des années 1920 et jusqu’à sa mort, les tournées de Webb connurent de moins en moins de succès, et prirent des allures de plus en plus prophétiques, à l’instar de ses deux nouveaux ouvrages : A black man will be the coming universal king, proven by Biblical history (Chicago, [s.n.], 1919) et The Third Word War (Chicago, [s.n.], 1947). Mais il s’était suffisamment enrichi pour revenir à Seattle et acheter une maison bourgeoise sur Yakima Avenue, dans un quartier de Blancs13. Il rejoignit en 1921 la section locale de l’UNIA, mais au-delà de la postérité de sa prophétie sur l’avènement d’un roi africain, il ne semble pas avoir joué un rôle de premier plan au sein de l’organisation de Marcus Garvey. Webb apparaît de moins en moins fréquemment dans les journaux, malgré des prophéties de plus en plus ambitieuses, comme celle de 1936 qui prévoit une victoire éthiopienne contre l’Italie, celle de 1947 qui annonce une troisième guerre mondiale prochainement gagnée par un homme de couleur, ou celle qui déclare que 1952 sera, selon la Bible, la plus terrible des années14. Notons toutefois une exception notable. En novembre 1927, deux sermons issus de l’opuscule de 1910 et lus par le pasteur Webb furent enregistré par la Paramount Records sur des disques phonographiques 78 tours : Somebody’s wrong about the Bible et Moses was rescued by a Negro woman.

James M. Webb, Somebody’s wrong about the Bible (1928)
Port Washington, Wisconsin, Paramount Records, disque phonographique 78 tours, 2 mn 50 s, domaine public.
James M. Webb, Moses was rescued by a Negro woman (1928)
Port Washington, Wisconsin, Paramount Records, disque phonographique 78 tours, 2 mn 52 s, domaine public.

Divorcé, éloigné de sa famille, Webb meurt en novembre 1955 dans la plus grande discrétion16.  En popularisant à l’échelle nationale les idées de William Christian, elles-mêmes inspirées du méthodisme afro-américain, Webb a joué un rôle central dans le développement des premières communautés religieuses suprémacistes afro-américaines, puis afro-caribéennes, des Blacks Hebrews au rastafarisme en passant par le garveyisme ou la Nation of Islam.

James M. Webb en 194915

1. Voir dans le Great Falls Tribune (Great Falls, Mont.) les numéros du 15 sept. 1901, du 3 nov. 1901, du 30 mars 1902 et du 27 juin 1902 (newspapers.com).

2. « Colored pastor has new theory », The Tacota Times (Tacoma, Wash.), Vol. 1, No. 6, 26 déc. 1903, p. 1 (Washington Digital Newspapers).

3. The Oskaloosa herald (Oskaloosa, Iowa), 28 janvier 1904, p. 7 (Chronicling America).

4. Margaret Pitcairn Strachan, « Otto Ranke », Early-day mansions (The Seattle Times), No. 33, 1944-1945.

5. The Seattle Republican (Seattle, Wash.), 21 décembre 1906, p. 4 (Chronicling America).

6. « Jesus Christ was a colored man », The broad ax (Chicago, Ill.), 13 février 1904, p. 1 (Chronicling America).

7. The Seattle star (Seattle, Wash.), 25 avril 1904, p. 3 (Chronicling America).

8. Sur Chronicling America, nous avons recensé la nouvelle dans cinquante-six journaux rien que pour le Kansas.

9. Ce premier opuscule connut une large audience et donna lieu à un long conflit entre Webb et le journal de W.E.B. Du Bois, The Crisis, relaté dans Tony Martin (éd.), African Fundamentalism: A Literary and Cultural Anthology of Garvey’s Harlem Renaissance, Dover, Mass., The Majority Press, 1991, p. 321-324.

10. « One of the most widely known divines on the Pacific coast », dans The Broad ax (Chicago, Ill.), 20 août 1910, p. 1 (Chronicling America).

11. « The birth of all nations was the black man », The Kansas City sun (Kansas City, Kan.), 3 nov. 1917, p. 1 (Chronicling America).

12. The Seattle Republican, 31 juillet 1908, p. 1 ; 2 sept. 1910, p. 1 (Chronicling America).

13. NARA, Census record, microfilm T625, population schedules, King Co., ED 295, Seattle City, prec. 232, f. 8B.

14. Chicago world (Chicago, Ill.), 7 mai 1949, p. 1 ; Arizona sun (Phoenix, Ari.), 11 janvier 1952, p. 7 (Chronicling America). Sur la position de Webb pendant la seconde guerre italo-éthiopienne, voir : Felicitas Ruetten, Black America’s Perceptions of Africa in the 1920s and 1930s, M.A. Thesis, Seton Hall University, 2009, p. 45-46.

15. Chicago world (Chicago, Ill.), 1er oct. 1949, p. 9 (Chronicling America).

16. NARA, Records of the Social Security Administration, Numident, Claim Files, 1936 – 2007, James M. Webb.


Citer cet article : Baptiste Bonnefoy, "James Morris Webb (1873-1955). Partie 2 : Le prophète de Seattle.", Publié sur ReLRace - Religions, lignages et « race » le 11/02/2021, consulté le 24/06/2022, https://relrace.hypotheses.org/1083.

Vous aimerez aussi...